Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 2,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Prétentieux, insolent, mais irrésistible - 11

De
53 pages
– Un, deux, trois !

J’ouvre la boîte avec hâte, surveillée des yeux par Léo qui défait tranquillement le sien. Je découvre une merveilleuse bague, trois anneaux extrêmement fins en or jaune, rose et blanc.

– Je veux que quand je ne suis pas là, tu portes un symbole qui te rappelle que je ne suis pas si loin, me dit-il de sa voix sombre que je trouve toujours si sexy.

Je lève les yeux, émue, et il me montre sa main. Il porte la version masculine de la bague. Je me jette à son cou, enivrée par un sentiment de bonheur, trop rare ces derniers temps.

– Rassure-toi, le père Noël est passé chez tes parents, et ce soir, on ne viendra pas les mains vides.

– Ta présence est le meilleur cadeau que je peux faire à mes proches, mon amour.

Nous nous embrassons, comme un couple. Ces derniers temps, nos étreintes étaient des moments doux de compassion, mais ce baiser réveille la passion qui entre nous est bien là. Toute la neige peut tomber si elle le veut, Léonard et moi sommes liés comme personne.



***



Elle est ambitieuse, loyale et drôle ; il est sexy, brillant, protecteur, mais aucun des deux n’est prêt à faire des concessions !

Léonard Carlson est la preuve vivante qu’on a tous le droit à une deuxième chance dans la vie. L’ex-bad boy anglais est devenu multimilliardaire grâce à son génie et à un travail acharné.

Mona Caprisi a grandi dans le quartier défavorisé de Little Italy, à New York, et n’aspire qu’à une seule chose : partir, s’en sortir à tout prix, s’échapper de cet univers où la mafia fait la loi.

Entre eux, le coup de foudre est immédiat, mais leur passé renferme des secrets inavoués…



Découvrez sans tarder la nouvelle série de Nina Marx, l’auteure de Rock You et de Pretty Escort !



Prétentieux, insolent… mais irrésistible, volume 11 sur 12

Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Extrait

– Mlle Caprisi ?
– Mona, mon amour, tu m’entends ?
Je ne reconnais pas la voix féminine, mais au son de celle de Léonard, je sors de ma torpeur, encore engourdie. Au-dessus de moi, je vois le visage de l’homme que j’aime, déformé par l’angoisse et, à côté, le Dr Sylvia Bernance que j’ai rencontré la veille aux urgences.
Tout me revient en mémoire : l’empoisonnement, le décès d’Éric… Mon Dieu…
– Claire ? Claire ! tenté-je de crier, mais les sons sortent mal.

J’ai un nœud dans ma gorge comme si je n’avais pas parlé depuis des siècles.
J’essaie de me redresser. J’ai dû m’évanouir ; je suis dans un lit d’hôpital. Le médecin et Léonard se regardent. Elle s’éloigne, et Léo me prend la main. Je m’assieds tant bien que mal et j’attends, agitée. J’ai le temps de voir la mine blafarde du président de LineOn. Ses traits sont tirés et ses yeux rougis comme s’il avait pleuré.
– Mona…
– Je veux voir Claire ! l’imploré-je. Dis-moi qu’elle va bien, je t’en supplie, dis-moi quelque chose !
Il se penche vers moi et me serre dans ses bras. Ce n’est pas une accolade, ni même un tendre câlin. Je sens le poids de la nuit infernale qui vient de passer alors que le soleil se lève. Il murmure à mon oreille, mais je ne l’entends pas ou peut-être m’y refusé-je ? Je recule, essaie de me dégager de son étreinte, mais il me maintient fermement jusqu’à ce que je comprenne, que j’encaisse chacun de ses horribles mots.
– C’est terminé. Je suis désolé. Claire n’est plus là, mon amour.
Mon sang se glace et une force démentielle s’empare de mon corps, suffisamment puissante pour le repousser et crier le nom de mon amie.
Non ! Non ! NON ! Pas Claire ! Pas le soleil. Pas la personne la plus gentille que j’ai connue. Pas cette femme, cette sœur, cette amie. Pas elle. Pitié, faites que ce soit un cauchemar. Prenez-moi à sa place. Pas à cause de moi, pas comme ça.
L’hystérie me gagne. Le médecin s’approche, manipule la canule reliée à mon bras et, avant que je puisse l’arracher ou me débattre, un liquide brûlant se propage dans mes veines et m’endort. Je sens une première larme qui s’effondre sur mes joues, puis le néant.
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin