Rendez-vous avec le destin - Une princesse rebelle (Harlequin Passions)

De
Publié par

Rendez-vous avec le destin, Nicole Foster

En dépit du baiser passionné qu'ils ont échangé lors du mariage de l'une de ses amies, Aria n'a jamais cherché à revoir Cruz Déclan. A quoi cela aurait-il servi ? Elle sait très bien que l'un des hommes d'affaires les plus puissants de Tucson ne se serait pas intéressé bien longtemps à une simple fille de la campagne comme elle. Elle est donc profondément troublée lorsque ce dernier, de passage dans la région, lui demande de l'héberger le temps de régler une affaire urgente.

Une princesse rebelle, Nancy Robards Thompson

Cela fait bien longtemps que Sophie Baldwin ne croit plus aux contes de fées. Aussi est-elle plus méfiante qu'émerveillée lorsqu'un certain Luc Lejardin se présente chez elle et lui annonce, preuves à l'appui, qu'elle est l'unique héritière d'un petit royaume au large de la Méditerranée. Désireuse de connaître ses véritables racines, elle accepte pourtant de le suivre. Et, en dépit de ses réticences, elle est vite subjuguée par la beauté de son pays et sa nouvelle vie de princesse. Mais, surtout, elle s'attache de plus en plus au beau et mystérieux Luc...

Publié le : lundi 1 juin 2009
Lecture(s) : 15
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782280274289
Nombre de pages : 480
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
- 1 -

— Je suis Cruz Déclan et je viens faire la connaissance de mon père.

Les mots qui venaient de sortir de sa bouche n’étaient pas ceux qu’il avait prévus, mais Cruz n’en fut pas surpris. Depuis deux bonnes années, rien ne se déroulait selon ses plans… Il avait fini par en prendre son parti, même si le fait d’obéir ainsi à l’impulsion du moment le mettait encore mal à l’aise. Sa décision de venir au Rancho Pintada rencontrer enfin Jed Garrett, le père qu’il n’avait jamais connu, lui avait été dictée de la même manière, imprévue et irrépressible.

Bien sûr, le fait d’apparaître sans s’être annoncé au mariage du plus jeune de ses demi-frères lui semblait maintenant quelque peu théâtral, mais l’invitation, envoyée par Jed Garrett lui-même, lui avait offert l’occasion rêvée de régler ses comptes avec celui qui l’avait abandonné avant sa naissance et qu’il n’avait jamais rencontré.

Pourtant, maintenant qu’il était là, debout dans l’entrée de la maison paternelle, face à l’homme qui le fixait d’un air surpris, il ne savait plus s’il avait fait le bon choix.

Un simple regard lui avait suffi pour deviner qu’il s’agissait de l’un des frères dont il avait ignoré l’existence jusqu’à ces derniers mois. Comme c’était étrange de reconnaître ses propres traits sur le visage d’un étranger… Le sentiment d’irréalité qu’il éprouvait depuis son arrivée au ranch ne fit que s’accentuer.

L’homme lui tendit la main. Cruz la serra tout en se conseillant d’y mettre ni plus ni moins d’émotion que s’il rencontrait un nouveau partenaire d’affaires.

— Moi, je suis Cort Morente, ton frère. Excuse ma surprise, personne ne s’attendait à ce que…

— Moi non plus, le coupa Cruz, je ne m’attendais pas à recevoir une invitation de la part de quelqu’un que je ne reconnaîtrais pas si je le croisais dans la rue. Même si cet étranger prétend être mon père.

— Oh, quand les gens nous aurons vus côte à côte, personne ne doutera que nous sommes frères !

Cruz se souvint que, dans sa lettre, son père lui avait annoncé qu’il avait quatre frères, tous plus jeunes que lui : Sawyer, Rafe, Cort et Josh. Mais les informations reçues s’arrêtaient là.

— Ce n’est pas moi qui ai cherché à le cacher jusqu’ici, rétorqua Cruz amèrement.

— Je suis tout à fait d’accord là-dessus, convint Cort en le prenant par le bras. Viens ! Allons annoncer que tu es des nôtres aujourd’hui.

Cruz ne fit aucun commentaire. Comment allait réagir le reste de la fratrie ? Dans sa lettre, Jed avait clairement exprimé son désir de retrouver son fils aîné, abandonné trente-cinq ans plus tôt, afin de lui donner en héritage sa part du Rancho Pintada, et Cruz doutait que son arrivée inattendue fasse la joie de ses cohéritiers…

Devant son silence, Cort ajouta :

— Tu sais, notre situation familiale est compliquée, bien plus que ce que tu peux imaginer. Alors avant de te faire une opinion sur nous, accorde-toi le temps de bien t’informer.

Puis il s’avança dans la grande pièce où se pressaient les invités. Cruz resta à l’entrée, affrontant les regards curieux d’un certain nombre d’entre eux tandis qu’il cherchait des yeux les membres de sa famille, essayant désespérément de trouver quelque ressemblance avec eux.

Quelques instants plus tard, Cort revint vers lui, escorté de trois hommes parmi lesquels se trouvait le marié.

Ce fut ce dernier qui parla le premier :

— C’est bien dans le style de notre père de t’avoir invité sans nous le dire !

Il lui tendit la main et lui sourit.

— Je suis Josh Garrett, et je dois reconnaître que Cort a dit la vérité : ta ressemblance avec nous quatre saute aux yeux. Je te présente Rafe et Sawyer. Voilà ! Nous sommes au complet !

Cruz estima que, malgré la visible ascendance indienne de Rafe et l’extrême blondeur de Josh, ils avaient effectivement beaucoup en commun tous les cinq.

— Tu as dû être drôlement étonné de recevoir l’invitation de notre père, déclara Sawyer.

— Il faut dire qu’il a le chic pour faire des surprises de plus ou moins bon goût, grommela Rafe.

— Nous n’avons appris ton existence que très récemment, ajouta Cort. Si nous avions pu te retrouver avant Jed, nous aurions pris contact avec toi de façon moins brutale.

Josh posa la main sur l’épaule de Cort.

— Comme tu peux le constater, Cort est le conciliateur de la famille.

— Et Josh, le fauteur de troubles, compléta Sawyer. Tout au moins, jusqu’à ce qu’Eliana le calme un peu.

Imperturbable, Cruz scrutait le visage de ses frères. Face à leur évidente complicité, il se sentait complètement à l’écart. Inutile de se demander comment se feraient les alliances si jamais il était perçu comme une menace envers leur petit groupe… Mais il lui paraissait tout aussi évident que cette complicité n’englobait pas Jed Garrett.

— Vous n’avez pas l’air pressés de me faire rencontrer notre père, fit-il remarquer.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.