Cet ouvrage et des milliers d'autres font partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour les lire en ligne
On lit avec un ordinateur, une tablette ou son smartphone (streaming)
En savoir plus
ou
Achetez pour : 5,99 €

Téléchargement

Format(s) : PDF - EPUB - MOBI

sans DRM

Partagez cette publication

Publications similaires

Regarde moi

de erato-editions

Take care of you

de erato-editions

Immortel

de editions-sharon-kena

Vous aimerez aussi

Lui seulement lui

de erato-editions

Toi Malgré Tout

de erato-editions

Colocation Détonante

de erato-editions

suivant
REVIENS-MOI Romance
Mary VES
REVIENS-MOI Romance
ISBN
978-2-37447-160-0
Dépot Légal - Septembre 2016
Imprimé en France © Erato–Editions
Tous droits réservés Cette œuvre est protégée par le droit d’auteur et strictement réservée à l’usage privé du client. Toute reproduction ou diffusion au profit de tiers, à titre gratuit ou onéreux, de tout ou partie de cette œuvre, est strictement interdite et constitue une contrefaçon prévue par les articles L 335-2 et suivants du Code de la Propriété intellectuelle. L’éditeur se réserve le droit de poursuivre toute atteinte à ses droits de propriété intellectuelle devant les juridictions civiles ou pénales
Résumé : Après un tragique accident, Cécile est encore très fragile. Un an plus tard, elle décide de partir s’installer chez son frère pour tenter de se reconstruire et oublier celui qui hante ses rêves. Jonathan a tout perdu un an plus tôt. Pour le bien de Cécile, il a décidé de partir loin et de laisser derrière lui ses amis et son âme sœur. C’était sans compter sur leurs amis qui ont décidé qu’il était temps de les réunir de nouveau. Lorsqu’ils se retrouvent, tout ne se passe pas comme prévu. Comprendra-t-elle qu’il s’agit plus que d’une simple nuit ? Face à l’entêtement de Cécile, Jonathan aura-t-il la patience de se battre pour retrouver l’amour qu’il a perdu ?
Je marche sans but précis. Je sors de chez mon meilleur ami Arnaud et après tout ce qu’il vient de m’apprendre, j’ai besoin de me défouler. Un an que je me tiens éloigné d’elle. Un an que j’espère chaque jour qu’elle se souvienne de nous. Jamais je n’aurais dû les écouter. Les médecins ont insisté sur le fait qu’elle devait absolument se souvenir par elle même. Je n’aurais pas dû fuir, j’aurais dû me contenter du rôle de meilleur ami, au moins je serais resté près d’elle. Comment aurais-je pu supporter d’être simplement un ami pour elle ! Qu’elle se comporte avec moi comme si nous n’étions que des amis ? J’avais attendu ce moment pendant des années. Ce soir-là, à l’anniversaire d’Émilie, elle m’a sauté dessus en me disant qu’elle voulait plus… je ne me suis pas fait prier. Elle avait bu, mais pas suffisamment pour oublier. La meilleure nuit de ma vie. Au réveil, j’appréhendais sa réaction, je ne voulais pas qu’elle regrette et heureusement elle ne l’a pas fait. Au contraire, nous nous sommes aimés au grand jour et tous nos amis nous ont soutenus. Seule ombre au tableau : son père.
Même s’il admire ma mère pour son courage, à ses yeux je n’ai toujours été que l’adolescent dont le père venait de prendre perpétuité pour homicide aggravé. Il a toujours été respectueux envers moi… jusqu’au jour oùCécile et moi avons annoncé que nous étions plus que de simples amis. Pour elle, j’ai tout tenté afin que son père réalise que je n’étais pas le digne fils du mien. J’ai travaillé dur à la fac, j’ai obtenu mon diplôme avec mention, j’ai même eu une meilleure moyenne qu’Arnaud. J’ai respecté le couvre-feu que ses parents lui imposaient bien qu’elle soit déjà majeure. J’avais beau tout mettre en œuvre, c’était sans succès. Cécile, elle gardait espoir. Chaque fois, elle me disait qu’il allait finir par s’y faire… Dans ma dernière tentative de vouloir bien faire, j’ai commis la plus grosse erreur de ma vie : prévenir le père de Cécile que je voulais demander à sa fille de s’installer avec moi à Paris. Il m’a regardé avec stupéfaction et a commencé à déballer son ramassis de conneries sur mon incapacité à rendre sa fille heureuse. Mais lorsqu’il m’a lancé que je finirais comme mon père : en prison après avoir braqué une station essence. J’ai vu rouge ! Je ne contrôlais plus rien. J’ai compris mon erreur, quand la porte a claqué. J’ai pris conscience que je venais d’enfoncer mon poing dans la figure de son père qui avait le nez en sang et tout cela devant ses yeux. J’ai voulu m’expliquer, mais elle ne m’en a pas laissé l’occasion. Elle pleurait, elle criait… et elle a pris la fuite. Je me suis mis tout de suite à lui courir après. Mais le destin était contre moi ce soir-là ! Arnaud est intervenu, il a pété un câble en voyant son père et le temps qu’il se calme, Cécile avait déjà pris son scooter pour s’enfuir sous un temps de merde. Arnaud et moi sommes partis à sa recherche… Il ne nous a pas fallu plus de cinq minutes pour la retrouver. Sur la route en direction de Deauville,à cinq kilomètres du Domaine, gisait Cécile inconsciente sur le bord de la chaussée. Le scooter bloqué sous la voiture de ce connard de touriste. Les pompiers sont intervenus rapidement. Elle avait une jambe cassée ainsi que le bras gauche, mais le pire c’était son importante commotion cérébrale. Pendant un mois, j’ai
passé mes journées à son chevet et personne ne pouvait m’en empêcher. J’ai tout abandonné pour rester près d’elle. Lorsqu’elle a fini par se réveiller, elle avait tout oublié. Sur le moment, j’ai été soulagé qu’elle ne se souvienne pas que je l’avais frappé, mais quand nous avons réalisé qu’elle avait oublié toute l’année écoulée, je me suis effondré. Son dernier souvenir : l’anniversaire d’Émilie. Se souvient-elle aussi de la soirée ? De notre première fois ? Aucune idée. Son père en a profité pour me bannir. Les ordres des médecins étaient clairs ! Personne ne devait lui parler de ce que son cerveau avait décidé de mettre sous clefs. Il fallait qu’elle recouvre la mémoire d’elle même. Arnaud, Émilie, Jérôme et même Clara qui a toujours été la plus facile à convaincre m’ont demandé de ne pas aller la voir pendant quelque temps. Tous m’avaient juré que si elle semblait se souvenir d’un détail de notre histoire, ils me préviendraient immédiatement. J’étais perdu, je ne savais pas quoi faire, alors j’ai pris la fuite. J’ai fait mon sac et je suis parti vivre à Paris. Je me suis plongé dans le travail, j’ai repris le développement de mon application pour Smartphone. Je me suis penché jours et nuits sur mon pc pendant des semaines, la seule pause que je m’accordais, consistait à un coup de fil en fin de journée. Tous les soirs, j’appelais Arnaud pour avoir de ses nouvelles et chaque soir, il me répétait la même chose : pas d’amélioration. Le pire dans tout cela c’est qu’elle ne comprenait pas pourquoi j’étais parti. Je l’imaginais me détester un peuplus chaque jour de lui avoir tourné le dos… Mais aujourd’hui, c’est terminé de rester dans l’ombre ! Voilà trois mois qu’elle vit chez Arnaud à Paris. Chaque matin, je la regarde attendre son bus de la fenêtre de mon salon. Pratique quand on vit en face de chez son meilleur ami. Ce soir, elle sortait avec Clara au cinéma. J’en ai profité pour aller voir Arnaud. En entrant, j’ai tout de suite vu qu’il voulait me parler d’un truc qui n’allait pas me plaire. Apparemment, le mec qui l’a renversée est toujours dans sa vie. Il vit à Paris, mais il est venu la voir chaque week-end pendant des mois. Ils se sont rapprochés. C’est lui qui lui a trouvé un job à Paris dans une agence de communication. Et maintenant qu’elle vit ici, il ne la lâche plus. Arnaud pense que Cécile est prête à se lancer dans une relation. Il m’a regardé dans les yeux et m’a dit : — Il est temps que tu reviennes dans sa vie. Si tu veux la récupérer, il va falloir te battre, car à ses yeux tu es le meilleur ami qui l’a abandonnée quand elle en avait le plus besoin. Je lui en veux de m’avoir dit ça. C’est à cause d’eux si je suis parti. Ils disaient que c’était pour son bien. J’imagine que ma fuite et le départ d’Émilie et de Jérôme deux mois plus tard pour Montpellier n’ont pas aidé. Arnaud m’a prévenu qu’elle partait la semaine prochaine pour aider Émilie à finaliser son mariage. La voilà ma solution ! J’attrape mon téléphone. — Allo Émilie ?
— Quoi de neuf ? Ne me dis pas que tu comptes m’annoncer que tu ne seras pas des nôtres à notre mariage ?
— Non au contraire ! Je vais avoir besoin de ton aide. Je reviens et je compte tout mettre en œuvre pour que Cécile me revienne.
— En voilà une bonne décision ! Adrien est un mec sympa, mais c’est de toi qu’elle est amoureuse. Il lui faut juste le déclic pour s’en souvenir, me souffle-t-elle tendrement.
— Tu vas m’aider alors ?
— Évidemment, nous t’avons fait perdre assez de temps comme cela. Dis-moi ce que je dois faire ?
Après lui avoir tout expliqué et récupéré toutes les informations dont j’avais besoin pour mettre mon plan en œuvre, je raccroche. Jamais je ne pourrai vivre ma vie sans elle. Il faut qu’elle se souvienne… — Reviens-moi Cécile ! je crie avec conviction.
Une soirée cinéma entre filles, c’était exactement ce dont j’avais besoin. Dommage que nous ne puissions plus partager ce genre de moments avec Émilie. J’adore Clara, elle et mon frère forment vraiment un couple magnifique. Nous sommes amies depuis le collège. Elle est toujours aux petits soins avec moi, encore plus depuis mon accident. Il n’y a pas un jour où je ne me réveille pas sans y penser. Chaque matin, j’essaie de me concentrer pour essayer de retrouver des souvenirs. Émilie a beau me répéter d’arrêter de me torturer, je ne peux m’en empêcher. Selon elle, ne pas essayer de retrouver coûte que coûte ma mémoire serait la meilleure des solutions pour que mes souvenirs reviennent d’eux-mêmes. Pour moi, c’est juste impossible. Au fond de moi, j’ai l’impression d’avoir vécu vraiment des choses importantes, des évènements qui m’ont marquée. Lorsque j’ai abordé le sujet avec ma thérapeute elle ne m’a pas contredit, mais tout comme Émilie, elle me conseille d’arrêter de me focaliser sur l’idée de recouvrer impérativement la mémoire. Mon dernier souvenir remonte à la soirée d’anniversaire de ma meilleure amie. Ce soir-là, nous étions tous réunis : Arnaud, Clara, Émilie, Jérôme, Jonathan et moi. Jonathan… quand je repenseàlui, j’ai la gorge nouée. Je n’ai plus aucune nouvelle de lui et personne ne prononce son nom en ma présence. Chaque fois que j’ai essayé de soutirer des informations à mon frère ou à Émilie, ils changent rapidement de sujet. La seule chose que je sais c’est qu’il vit à Paris et qu’il a sa propre société de développement d’applications informatique. Apparemment, après mon accident, il est parti. Il s’est plongé dans la création d’une application pour Smartphone puis il l’a revendue à prix d’or. Maintenant, il a son entreprise, il crée et développe de nouvelles applications et les revend au plus offrant. Je suis heureuse qu’il ait atteint son objectif et en même temps je suis en colère contre lui. Il m’a abandonnée. J’ai besoin de savoir pourquoi. Tout le monde sait que mon dernier souvenir remonte à l’anniversaire d’Émilie. Par contre, personne ne sait que je me souviens de toute la soirée dans les moindres détails. Je ne veux pas en parler, car j’imagine que s’il n’est plus présent aujourd’hui, c’est que notre amitié a certainement été gâchée par cette nuit. Jonathan et moi avons toujours été proches. Au début, je n’étais que la petite sœur d’Arnaud, mais au fil du temps, notre petite bande est devenue inséparable et ma relation avec Jonathan est devenue plus profonde. Nous discutions beaucoup, je n’avais aucun secret pour lui. Au même titre qu’Émilie, il était lui aussi mon meilleur ami, mon confident… Lorsqu’Arnaud et Clara sont passés de l’amitié à l’amour, pareil pour Émilie et Jérôme, nous avons passé beaucoup de temps tous les deux. Il me racontait les détails de ses rencards, ses problèmes familiaux… je suis la seule à qui il parlait de son père. Moi, de mon côté je lui disais tout. Jusqu’à lui raconter en détail ma première relation intime avec cet abruti de Christophe. J’aurais préféré oublier ce souvenir désagréable plutôt que tout ce dont je ne me rappelle plus. Au fil des années, mes sentiments pour lui ont évolué, mais de peur de gâcher notre amitié, je n’ai jamais rien montré de ce que je pouvais ressentir pour lui. Je voyais bien que de son côté, je n’étais qu’une amie à laquelle il tenait beaucoup, mais pas comme je l’aurais voulu. Lui, tout ce qui l’intéressait, c’était d’enchaîner les filles. Ce qu’il faisait avec une facilité déconcertante. Il faut dire qu’il est juste à tomber. Qui ne voudrait pas coucher avec un mec aussi bien foutu. Il