Scandales (Tome 1) - Un infréquentable vicomte

De
Publié par

Tristan Burke n’était qu’un galopin quand Joan Bennet a fait sa connaissance, et déjà il avait une mauvaise influence sur son frère Douglas. Devenu vicomte, il est toujours aussi infréquentable, un des pire débauchés de Londres. Ce qui n’empêche pas Joan de tomber amoureuse de lui. Mais comment le séduire ? Elle se sait trop grande, d’un physique quelconque et mal fagotée par sa mère. Peut-être faudrait-il chercher quelques astuces dans ce livre polisson qu’elle lit sous le manteau, les confidences d’une femme de la haute société sur ses multiples aventures. Au risque, pour Joan, de perdre ses principes, sa vertu… et peut-être beaucoup plus encore !
Publié le : mercredi 4 mars 2015
Lecture(s) : 1
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782290093252
Nombre de pages : 385
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Caroline Linden
Après des études de mathématiques à l’université de Harvard, Caroline Linden devient informaticienne. Sa passion pour la romance l’incite à écrire des histoires sentimentales historiques et contemporaines. Elle est l’auteure d’une vingtaine de romans récompensés et salués par la critique. Elle vit en Nouvelle-Angle-terre avec sa famille.
Un infréquentable vicomte
CAROLINE LINDEN
S C A N D A L E S – 1 Un infréquentable vicomte
Traduit de l’anglais (ÉtatsUnis) par Léonie Speer
Si vous souhaitez être informée en avant-première de nos parutions et tout savoir sur vos auteures préférées, retrouvez-nous ici :
www.jailupourelle.com
Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez-nous sur Facebook !
Titre original LOVE AND OTHER SCANDALS
Éditeur original Avon Books, an imprint of HarperCollins Publishers, New York P. F. Belsley, 2013 Pour la traduction française Éditions J’ai lu, 2014
Pour Julie, depuis Hollis jusqu’aux rivages de Jersey.
Prologue
La première fois que Joan Bennet rencontra Tristan Burke, ce fut lorsqu’il fit irruption dans sa chambre en pleine nuit, vêtu seulement d’un pantalon et tenant à la main une rose rouge. Le romantisme hypothétique de la situation lui échappa, ce qui était compréhensible, elle n’avait que huit ans. — Où est-ce que je peux me cacher ? demanda-t-il sans préambule, tout en jetant des regards éperdus autour de lui. Joan s’assit dans son lit et l’observa avec intérêt. Ce devait être l’ami de son frère, celui qui était rentré d’Eton avec lui pour les vacances. On les attendait à l’heure du repas, mais Joan avait été envoyée dans sa chambre sans dîner parce qu’elle avait dit un gros mot. Elle ignorait qu’il s’agissait d’un gros mot – après tout, elle l’avait souvent entendu dans la bouche de son père, et même de son frère, Douglas, qui avait douze ans. Apparemment, c’était très vilain pour une jeune fille de l’utiliser. Cependant, son père lui ayant fait parvenir subrepti-cement des petits pains, elle ne se plaignait pas. Et voilà que quelqu’un surgissait dans sa chambre en pleine 9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi