Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Secrets dévoilés (Tome 3) - Jeux de l'amour, jeux de destin

De
388 pages
Au cours d'une partie de cartes enfiévrée, le comte de Valigny n'a pas hésité à miser la main de sa fille illégitime, Camille. Étrangement, cette exquise jeune femme a ému le cynique Kieran de Rothewell. Et cette beauté lui appartient désormais puisqu'il a gagné. Mais qu'en fera-t-il, lui, le loup solitaire blasé par une vie d'excès? D'emblée, Camille lui propose un marché : il l'épouse et lui fait un enfant. Ensuite, elle le dédommagera grâce à sa dot et il pourra mener la vie qu'il désire, loin d'elle. Pour scelle ce pacte, elle est prête à se donner à lui dès le premier soir. Kieran est séduit. L'audace de la demoiselle n'est pas pour lui déplaire. Et il n'est pas question de sentiments dans cet arrangement pragmatique.
Voir plus Voir moins
LIZCARLYLE - J AeNE S&PASSIONS
Jeux de l'amour, jeuX du Destin
du mêm àuu àûx ôŝ J'à u
ĀnGe oÇUnÉ W8048 Séçéŝ DÈvÔîLÈŚ : 1e beĀU nbéUX -w8988 2ÇÈUï QUî ne voUĀï PĀs Êe UÇ  0
LIZ CARLYlE
SECREtS DVOiLS 3 " Jeux de 'amour, jeUx DU destin
rOMAN
àu  àmçà pà càH BH
•J
Titre original NEVER ROMANCE A RAKE
ÉdIeU ôriginal Pocket BooKs a divIsîon of Sïmo&SChusTer !E. New YoRK
©Suŝan WooDhouŝe2008
PoUr la tradûction franÇaise ©ÉDions J'aï lu,2009
Prologue
Dans les champs de canneÀsucre
e soleil des Antilles dardait ses rayons bûlants sur les cHamps vert s , im m obile s . e paysage était parsemé De màisons blancHes et cHatoyantes , telles des peres translucides sous a cHaleur.âlintérIeur des belles Demeure s , les corridors baignaient dans l  o mbre  es persien n es entrouvertes ai s s aien t p én étrer un m aigre s oue dair, e t le s en fants es claves agitaient de longs éventails accro cHés au plafond qui évoQuaient les ailes d'immenses oiseauX de proie. Cétait une terre prosPère  U n en droit pre s que magiqu e , où largent était extrait de la terre eT îl­ traiT goutteÀgoutte, dans les moulins que les H o m m es et  e s fe m m es d e la planTatio n faisaient fonctionNerÀa sueur De eur Ront C'était Le pays des millionnaires du sucre , des fortunes amas sées par les naïgateurs  U n lointain avant-poste colonial qÛi écHappait au regard du ro i , et souvent aussiÀ sa loi M a i s , entre l e s b e lle s d a m e s angl a i s e s qui lan ­ gu issaien t s o u s l a cHaeur e t l e s e s c  aves m i s é  rab e s q u i trim aien t d a n s l e s ch a m p s , il ex ista it dans ce p araDi s une tro i s i è m e ca tég o rie de gen s 
7
Des marins quI rêvaient de retouer chez eux Des domestIques , pLacés autrefois en apprentIssage, et devenus escLaves Des prostituées des quais , des gamIns des rues, des orpheLIns    que perŝonne ne voit nI n'entend Dans ce monde de cHaeur et d'indIFérence, deux petits garçons fient À travers champs es feuILLesde canne, cOupantes comme des rasoirs, Leur Lacè­ rent Le visage et Les bras aletants, iLs ne jettent pas un regard au ban beu saphir de la mer, au pied de La coLine, ni À la maIson déLabrée derrière eux  Par LÀ, dit Le plus grand en prenant Le petit par L'épaue  Dans Les maraIs, iL ne nous trouvera pas s courent À a LIsière du champ de canne À sucre, Leurs bras maigres et páLes Ythmant Leur course e plus jeune passe sous une Branche basse, reparT de pus bee n point de côté LuI noue Le ventre  e sang bat dans sa tête a peur Lui donne des aILes odeur putride du marécage ui parIent Plus que vIngt mètres eurs pIeds nus souLèvent de petIts nuages d poussière s y sont presque Presque e cri fûrieux d'un ivrogne décHire e sILence one surgit des rangs de canne À sucre et Bondit comme une bête sauage dans es paétuviers  es enfants s'arrêtent, reculent, squissent un demI­ tour n Noir squeLettique émerge du champ et Leur bare le passage  Son visage est ImpassIbe, maIs sesyeux traHissent La compassion es enfants touent sur eux-mêmes, Leurs êLesĬ épaues s'aFaissent, ILs doIvent se rendre  AH, je vous ai coIncés, petits saopards ! one avance, d'un pas remarquabLement assuré pour un homme aussi iprégné de rhum e pLus j eune des garçons Laisse écHapper un gémIsseent, mais L'ané se taIt one s'Immobi ise, ses yeux noirs et orcIns étréci s  L bàance d'un geste presque joyeux La crĀvache accrochée À
8
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin