Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Lire un extrait Achetez pour : 3,49 €

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Publications similaires

Vous aimerez aussi

suivant
LES COLTONS

Faites connaissance avec les Coltons, cette riche et puissante famille dont le bonheur est soudain menacé…

*  *  *

DRAKE COLTONS :

Officier du corps d’intervention de la marine nationale, Drake est venu passer quelques jours à l’hacienda à l’occasion du soixantième anniversaire de son père. Quelques jours qui ont suffi pour qu’il succombe malgré lui au charme de Maya Ramirez, la fille de l’intendante du domaine.

MAYA RAMIREZ :

Drake l’a toujours considérée comme une camarade de jeux, mais voilà : pendant son absence, le garçon manqué s’est transformé en une beauté aux cheveux d’ébène. Tout cependant les sépare. Leur origine, certes, mais surtout le refus de Drake de s’engager…

INEZ RAMIREZ :

Son mari et elle ont toujours servi les Coltons avec loyauté, mais voilà que Maya est enceinte, et Inez soupçonne un certain Drake Coltons d’être responsable de la « condition » de sa fille.

1.

Maya Ramirez prit une profonde inspiration et laissa tout doucement l’air ressortir de ses poumons. Ce n’était pas exactement un soupir de satisfaction – trop de choses déplaisantes s’étaient passées au ranch Coltons, ces huit derniers mois –, mais un signe de relatif apaisement : elle était enfin parvenue à une certaine sérénité au sujet de son propre avenir.

Son cheval, une jument débonnaire appelée Penny, à cause de sa robe couleur argent, tendit une oreille en sa direction. Maya lui flatta l’encolure et admira le paysage.

C’était une de ces journées de février où le ciel rayonnait d’un bleu éclatant, le long de la côte Nord de la Californie. Après une semaine de crachin froid, la température était remontée jusqu’à atteindre une quinzaine de degrés, les nuages s’étaient éloignés de la côte, et l’atmosphère était lumineuse et pure. Pour la première fois depuis des mois, tout paraissait possible.

« Enfin… presque tout », songea Maya, tout en chassant de la main une abeille paresseuse qui vrombissait au-dessus du lupin déjà en fleur.

— Un faucon ! hurla Joe Coltons Junior, âgé de dix ans.

L’enfant pointait le doigt en direction de la rangée de falaises, hautes de cent cinquante mètres, qui bordait l’océan, le long de la limite ouest du domaine.

— Où ça ? demanda Teddy Coltons, son cadet de deux ans.

— Mais là, idiot ! Euh… Je veux dire là-bas ! se reprit Joe en jetant un regard en coin à Maya.

Celle-ci lui fit un petit signe approbateur, et sourit affectueusement. Elle ne leur permettait ni de se moquer l’un de l’autre, ni de s’insulter. Bien quelle ne fût devenue leur baby-sitter à plein temps que très récemment, cela faisait des années qu’elle s’occupait des deux enfants. Elle n’avait que seize ans lorsqu’on lui avait demandé pour la première fois d’accompagner Mme Coltons dans une station thermale, pour garder Joe Junior qui n’était alors encore qu’un bébé.

Il y avait déjà dix ans de cela… Maya soupira et s’agita sur sa selle. A sa grande surprise, les larmes lui montèrent aux yeux à la pensée des années passées. Le temps s’était écoulé si vite, et à la fois si lentement !

Maya avait également assisté Meredith Coltons quand celle-ci avait donné naissance à Teddy. Après avoir décroché son baccalauréat dans un lycée des alentours, elle s’était inscrite à l’université et étudiait par le biais d’Internet. Ainsi, elle pouvait rester au domaine et aider sa mère qui, en tant qu’intendante, était depuis longtemps au service des Coltons.

Le mois précédent, on lui avait demandé d’emménager dans la maison principale, afin de s’occuper à plein temps des deux plus jeunes garçons du clan Coltons. Pour Meredith, elle était désormais « la gouvernante ». Maya fronça les sourcils. Elle détestait ce terme pompeux, mais cela importait peu, car elle avait désespérément besoin de ce travail.

Elle éloigna une autre abeille de son visage, avant d’en remarquer plusieurs au-dessus de la crinière de Penny. L’une d’elles atterrit sur une de ses oreilles, et la jument secoua la tête pour s’en débarrasser. Maya se rendit compte que la température faisait essaimer les insectes.

— On fait la course ? cria Teddy en la regardant d’un air pressant, avec ses grands yeux bleus.

— Je veux bien, mais pas par là, car il y a un essaim d’abeilles. Retournez vers le ranch et amenez doucement vos chevaux au petit galop. Ne chassez pas les abeilles. Elles s’éloigneront toutes seules si vous les laissez tranquilles et ne leur faites pas peur…

Les deux garçons regardèrent anxieusement autour d’eux, mais ils conservèrent leur calme et firent ce qu’on leur demandait. Après s’être assurée qu’ils prenaient la bonne direction, elle fit faire demi-tour à sa monture, qui balança la queue de gauche à droite et s’ébroua de nouveau. Lentement, Maya amena la jument au pas, puis au trot, avant de la faire galoper à vive allure.