//img.uscri.be/pth/be73d24ac3291db459c61b153287a17b395df80e
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 8,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Sous la poussière des ans

De
184 pages
À cause de son sens inné de la mesquinerie, un universitaire du nom de Raymond Bérubé, provoque un grand désordre, autant dans sa famille que dans son entourage. Imbu de sa personne, c’est un homme qui ne connaît ni pitié, ni remords.
Le désir de vengeance qu’il sème tout autour de lui viendra-t-il le rattraper?
Les séquelles engendrées par ses fourberies viendront-elles le hanter jusqu’à lui faire payer ses erreurs?
Mais qui osera souffler sur la poussière des ans pour assouvir cette vengeance?
À vous de le découvrir.
Voir plus Voir moins
Sous la poussière des ans
Pierre Cusson
Sous la poussière des ans
Roman
Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada
Cusson, Pierre, 1951-Sous la poussière des ans  Roman  ISBN imprimé  ISBN numérique pdf  ISBN numérique ePub
 I. Titre. PS8555.U845S68 2012 PS9555.U845S68 2012
978-2-923959-51-1 978-2-923959-29-0 978-2-923959-79-5
C843’.6
C2012-942186-3
Révision et correction : Josyanne Doucet et Yvon Beaudin Mise en page : Marcel Debel et Yvon Beaudin Illustration de la couverture : Janick Ericksen (biographie p. 176) Infographie des pages couvertures et intérieures :yvonbeaudin.com Imprimeur : Marquis
La maison d’édition remercie tous les collaborateurs à cette publication. Les Éditions Belle Feuille 68, chemin Saint-André Saint-Jean-sur-Richelieu, QC J2W 2H6 Téléphone : 450 348-1681 Courriel :marceldebel@videotron.ca Web :www.livresdebel.com Distribution: BND Distribution 4475, rue Frontenac, Montréal, Québec, Canada H2H 2S2 Tél. : 514 844-2111 poste 206 Téléc. : 514 278-3087 Courriel :libraires@bayardcanada.com
Dépôt légal Bibliothèque et Archives nationales du Québec—2012 Bibliothèque et Archives Canada—2012 Tous droits de traduction et d’adaptation réservés © Les Éditions Belle Feuille 2012 Les droits d’auteur et les droits de reproduction sont gérés par Copibec Toutes les demandes de reproduction doivent être acheminées à : Copibec (reproduction papier) - 514 288-1664 - 800 717-2022 Courriel :licences@copibec.qc.ca
Imprimé au Québec
Chapitre 1
Éloïse
as plus d’une vingtaine d’étudiants se retrouvent éparpillés P dans le grand auditorium de l’université, à se languir d’ennui en écoutant le vieux professeur d’archéologie, Mathurin Lagacé. Ce n’est pas par incompétence que le prof ne parvient pas à garder l’attention de ces quelques étudiants, mais c’est plutôt sa voix nasillarde et monocorde qui agit comme agent soporiîque. Pas étonnant que l’absentéisme soit un véritable problème pour ce cours et sur lequel le recteur de l’université a promis de se pencher très bientôt aîn de punir ceux qui se déîlent du vieux Lagacé. Bien entendu les étudiants présents sont, sans contredit, des mordus d’archéologie et assurément que parmi eux naîtra un jour une sommité dans ce domaine.
Robert Bérubé est l’un de ces passionnés de vieilleries qui reste accroché aux discours de Lagacé, prenant note de ce qui lui semble important. D’ailleurs, tout lui semble important. L’oreille tendue au maximum et la main aussi leste que celle d’un pianiste, il écoute et écrit sans cesse, conscient que c’est la seule façon pour parvenir à obtenir les meilleurs résultats de son groupe. Un jour il ira fouiller les pyramides d’Égypte aîn de leur arracher des secrets que nul n’a encore réussi à percer, il ira creuser les grandes plaines australiennes pour mettre à jour les plus vieux squelettes du monde, il ira sillonner les grandes étendues de glace et de terres gelées à la recherche des ancêtres de l’Amérique du Nord. Il ira, il ira et il ira toujours. Telle est sa vocation.
Sous la poussière des ans
Mathurin Lagacé jette un regard à sa montre. L’heure de la în de son cours approche enîn. Ce n’est pas qu’il déteste son travail de prof, mais de voir la majorité de ses étudiants dormir de la sorte, l’horripile au point où il sent monter en lui un certain dégoût. Impossible pour lui de concevoir que les jeunes gens d’aujourd’hui s’intéressent si peu à ce qui a été un jour, le début de notre monde. La amme du découvreur est-elle en train de s’éteindre déînitivement ? Il n’ose plus y penser, tellement cela lui donne mal au cœur.
Soudain, le bruit d’une porte qui se ferme sans ménagement résonne en écho à travers l’immense salle presque vide. Lagacé penche légèrement la tête pour permettre à ses yeux de passer au-dessus de la monture de ses lunettes et d’un regard exaspéré, il suit la jeune îlle qui descend deux à deux les longues marches de l’allée centrale. Éloïse Sinclair. Celle dont la beauté et la frivolité réussit à capter l’attention de tous au détriment des ossements d’un élasmosaure trouvé en Écosse qui apparaît sur le grand écran près de Lagacé.
L’arrivée impromptue de la jeune îlle vient apposer le point înal au cours d’archéologie du vieux prof. Il sait pertinemment que la présence de cette dernière viendra perturber l’attention de son meilleur étudiant et qu’il devient maintenant inutile de continuer à parler dans le vide. Gaspillage de salive, pur et simple. Dans un grand geste désabusé, accompagné d’un « c’est îni pour aujourd’hui », il met un terme à son tourment tout en permettant à ses élèves de s’orner à nouveau de sourires.
— Salut ! — Salut Éloïse. Tu es en avance, non ? Je croyais que nous devions nous rencontrer à la sortie du cours. — Je ne pouvais pas attendre plus longtemps. J’avais trop hâte de te revoir.
Sur ces mots, la jeune femme entoure brusquement le cou de Bérubé de ses bras et colle ses lèvres entrouvertes aux siennes.
8