Sous le charme du duc de Wolffhampton

De
Publié par

Sous le charme du duc de Wolffhampton, Janice Maynard
Si Daisy est venue en Angleterre, c’est pour en apprendre plus sur l’arbre généalogique de ses patrons. Alors, quand Ian Furchess, duc de Wolffhampton, l’invite à être sa cavalière pour le grand bal annuel, elle croit à une plaisanterie. Mais elle comprend bientôt qu’elle n’a d’autre choix que d’accepter, car c’est à cette condition seulement qu’elle aura accès aux documents qu’elle convoite.
Publié le : mercredi 15 juin 2016
Lecture(s) : 0
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782280352451
Nombre de pages : 80
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
1.
Ian Furchess, onzième duc de Wolffhampton, était en train de nourrir les cochons. Tout à fait conscient de l’incongruité de la situation, il n’était pas mécontent de profiter ainsi de cet après-midi de février étonnamment doux. Les présentateurs météo n’en finissaient pas de s’ébaubir des températures exceptionnellement élevées pour la saison, des masses d’air chaud qui circulaient et tutti quanti… Ian, lui, se fichait pas mal de gloser sur cette chance. Il lui suffisait de sentir le soleil lui chauffer la nuque et, pour une fois, de penser à autre chose qu’aux problèmes qui menaçaient de le submerger. Une truie plus audacieuse que les autres lui effleura la jambe, laissant une tache de boue sur son vieux pantalon élimé. Il étouffa un petit rire… C’était de lui qu’il se moquait : lui, numéro soixante-treize sur la liste des héritiers du trône d’Angleterre, qui avait des porcs pour seuls compagnons… En fait, il en venait presque à revendiquer cet état de choses. C’était sa façon à lui de se rebeller, dans la mesure où il n’avait jamais demandé à être duc. Mais à la mort de ses parents et de son frère aîné lors d’une sortie en voilier l’année de ses vingt et un ans, sa vie avait basculé pour toujours. Il aurait dû être avec eux sur le bateau. Toutefois, au lieu de naviguer ce jour-là, il se battait comme un beau diable sur un terrain de polo, avec tant d’énergie et de fougue qu’il avait hissé l’équipe de son université à la tête du championnat. Cavalier émérite dès son plus jeune âge, il avait toujours rêvé d’investir la fortune dont il avait hérité de son grand-père maternel dans un élevage de chevaux de course. Au lieu de cela, il avait désormais la charge d’un château branlant, d’une grand-mère têtue et vindicative, et de l’avenir de la lignée des Wolffhampton. Comme il était tenté de le dire vulgairement, la situation était vraiment pourrie… — Bonjour ! Ian redressa la tête, tandis qu’un trio de futurs jambons encore sur pattes s’égaillait autour de lui. Une jeune femme arrivait vers lui, un sourire hésitant aux lèvres. — Pourriez-vous m’aider, monsieur ? Je cherche le duc de Wolffhampton. Je suis bien sur sa propriété, n’est-ce pas ? De la main, elle se protégea les yeux du soleil, écartant au passage les cheveux blonds qui encadraient son visage, et se tourna vers l’imposante masse de granit que Ian appelait sa maison. Le château de Wolffhampton, plus impressionnant que charmant, abritait sa famille depuis des siècles… Il réprima un soupir. — Le duc n’est pas disponible en ce moment, répondit-il. Peut-être puis-je vous aider ? Il était tenté de renvoyer la visiteuse sans plus de cérémonie. Depuis le mariage de William et Kate, il ne cessait d’être importuné par des jeunes femmes qui battaient la campagne à la recherche du prince charmant. A ces mots, le sourire quitta le visage de l’inconnue. Elle remit en place le grand sac besace qu’elle portait à l’épaule. — Je m’appelle Daisy Wexler et je dois absolument parler au duc, insista-t-elle. C’est très important. Devinant à son accent chantant qu’elle n’était pas anglaise, Ian se figea. — C’est à quel propos ? demanda-t-il. Cette Daisy-là était américaine, songea-t-il, et elle ressemblait à celle deGatsby le Magnifique! Elle portait une robe chasuble en lin fluide sur une simple chemise de coton, égayée
d’une ceinture rose vif et d’une écharpe couleur jonquille qui flottait au vent. Elle fronça les sourcils. — Il pourrait s’agir d’un problème d’enfant illégitime, expliqua-t-elle. Mais je ne peux rien assurer tant que je n’ai pas parlé au duc. Bon sang de bonsoir ! Le radar interne de Ian passa au rouge. Au rythme où fondait son compte bancaire, il n’avait vraiment pas les moyens d’aller en justice pour défendre son héritage, même s’il n’avait aucun souci à se faire sur le fond. Sa grand-mère et lui étaient les seuls survivants de la branche des Wolffhampton autrefois si prolifique, le fait était parfaitement établi. Et toute délicieuse que pût être la Daisy qu’il avait devant lui, il n’avait aucune intention de se laisser entraîner dans un procès qui n’avait pas lieu d’être. — Le duc n’est pas disponible, répéta-t-il. Il vaudrait peut-être mieux prendre rendez-vous.
TITRE ORIGINAL :DAISY AND THE DUKE © 2012, Harlequin Books S.A. © 2016, Traduction française : Harlequin. ISBN 978-2-2803-5245-1
Tous droits réservés, y compris le droit de reproduction de tout ou partie de l’ouvrage, sous quelque forme que ce soit. Ce livre est publié avec l’autorisation de HARLEQUIN BOOKS S.A. Cette œuvre est une œuvre de fiction. Les noms propres, les personnages, les lieux, les intrigues, sont soit le fruit de l’imagination de l’auteur, soit utilisés dans le cadre d’une œuvre de fiction. Toute ressemblance avec des personnes réelles, vivantes ou décédées, des entreprises, des événements ou des lieux, serait une pure coïncidence. HARLEQUIN, ainsi que H et le logo en forme de losange, appartiennent à Harlequin Enterprises Limited ou à ses filiales, et sont utilisés par d’autres sous licence.
83-85, boulevard Vincent-Auriol, 75646 PARIS CEDEX 13. Service Lectrices — Tél. : 01 45 82 47 47 www.harlequin.fr
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.