Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Sous un Ciel d'Orage - Bonus

De
42 pages

Vous avez aimé Sous un ciel d'orage ? Vous vous demandez ce que sont devenu Luc et Romane ?


Vous voulez des indices sur un éventuel prochain tome ? Retrouvez vos personnages préférés six mois après la fin de Sous un ciel d'orage et vivez avec eux les moments les plus importants de leur vie.


Partagez leur joie et leur bonheur face au futur qui les attend.


Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

img

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Sous Un Ciel d’Orage

Bonus

Romance

 

 

 


Sarah-K

 

 

 

 

 

 

Sous Un Ciel d’Orage

Bonus

Romance

 

 collection kama.jpg

 LOGO_ERATO_NOIR_COMPLET.png

 


 

 

Résumé

 

Vous avez aimé Sous un ciel d'orage ? Vous vous demandez ce que sont devenu Luc et Romane ?
Vous voulez des indices sur un éventuel prochain tome ?
Retrouvez vos personnages préférés six mois après la fin de Sous un ciel d'orage et vivez avec eux les moments les plus importants de leur vie. Partagez leur joie et leur bonheur face au futur qui les attend.

 

 

Sarah-K

Originaire du Pas de Calais, Sarah K est née en 1984.

 La lecture a toujours été un moyen de s’évader et de voyager, surtout lorsque sa santé ne lui laisse pas de répit. L’écriture a longtemps été un rêve pour elle, un beau rêve inaccessible.

Jusqu'à ce qu'elle se montre assez confiante pour le réaliser...

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


ISBN 979-10-93434-35-3

Février 2015 © Erato-Editions

Tous droits réservés

Cette œuvre est protégée par le droit d’auteur et strictement réservée à l’usage privé du client. Toute reproduction ou diffusion au profit de tiers, à titre gratuit ou onéreux, de tout ou partie de cette œuvre, est strictement interdite et constitue une contrefaçon prévue par les articles L 335-2 et suivants du Code de la Propriété intellectuelle. L’éditeur se réserve le droit de poursuivre toute atteinte à ses droits de propriété intellectuelle devant les juridictions civiles ou pénales

 


 

 

 

 

 

Sommaire :

 

 

 


 

Luc

 

Je me réveille au son du réveil. Comme un idiot j’ai oublié de le désactiver alors que nous sommes samedi. Je me dépêche de l'éteindre avant que ça ne réveille Romane. Je me positionne ensuite sur le côté, face à elle, et la regarde dormir. Une mèche de ses cheveux châtain clair repose sur sa joue et fini sa descente juste sur ses lèvres. Je la prends doucement entre mes doigts et la remets délicatement derrière son oreille, caressant sa joue au passage. Je l’embrasse sur le front et me force à quitter le nid douillet qu’est notre lit. Lorsque j’en sors, elle bouge en murmurant mon prénom et se pelotonne sous la couette. Je souris en la regardant une dernière fois et quitte la chambre.

La température de la maison est fraîche, comme chaque matin en ce début d’automne. Je me dépêche de remonter le thermostat à une température plus agréable, surtout pour Romane qui est une grande frileuse.

Je mets en route la cafetière et vais prendre une douche. Aujourd’hui la journée sera longue. Je dois récupérer la surprise, ou plutôt les surprises que je réserve à Romane. L’une d’elle je la lui réserve pour le jour de notre mariage. L’autre, bien moins plaisante pour moi, elle l’aura en fin de journée. Pour moi ce n’est pas du tout une surprise mais une calamité.

Dans une semaine je serai marié à celle que j’aime plus que tout au monde. Depuis six mois, nous vivons ensembe et cela fait aussi six mois que je lui ai demandé de m'épouser, quelques semaines seulement après sa sortie de l'hôpital.

Mon cœur se serre aux souvenirs de cette période, même si sa réaction à ma demande restera dans ma mémoire. Elle m’a avoué par la suite qu’elle avait deviné que j’allais lui poser la question.

En sortant de la salle de bain, j’enfile un pantalon de survêtement et choisis de rester torse nu. Je me sers un café et me dirige vers la baie vitrée donnant sur l’arrière de notre maison, je fixe l’extérieur, les yeux perdus dans le vague. Je ne fais pas attention au spectacle qu’offre les couleurs de l'automne et les arbres se défeuillant. Repenser à cet épisode me fait aussi me remémorer la cause de son séjour à l'hôpital. J’en suis le responsable, même indirectement. La colère que j’ai ressentie pour Lola et son ordure de père s’est estompée avec le temps, mais la panique de perdre la femme que j’aime et la douleur de la perte de notre enfant seront toujours tapie en moi.

Même si Romane n'était enceinte que d’à peine un mois, c'était tout de même notre bébé.

Je sens soudain des bras m'entourer et un corps chaud se coller contre mon dos. Je souris en posant ma main libre sur les siennes.

– Bonjour mon cœur, je lui dis en me retournant.

Elle se blottit encore plus contre mon torse en grognant. Je pose mon mug sur la table tout près et l’enlace à mon tour.

– Retourne te coucher, il est encore tôt.

– Seulement si tu viens.

– Je te rejoins avec ton thé.

– Le café me manque, dit-elle en râlant.

Je ris et l’attrape avant qu’elle ne parte. Je pose mes lèvres sur les siennes et l’embrasse amoureusement.

– Mmm… Dépêche-toi, j’ai besoin d’un câlin.

Sur ce, elle fait demi-tour et retourne dans notre chambre. Je me dépêche de préparer son thé et la rejoint.

– Madame est servie.

Elle se relève contre la tête de lit et me regarde en souriant largement.

– Merci bel esclave, répond-elle, taquine.

Je pose la tasse sur la table de nuit près d’elle, m’installe tout contre son corps et niche ma tête dans son cou, déposant de tendres baisers sur sa peau si douce.

– Comment te sens-tu aujourd’hui ? je lui demande.

– Très bien, mon amour. Arrête de t'inquiéter comme ça.

– Je n’y peux rien, c’est plus fort que moi.

– Je sais, mais il ne faut pas. Il va vraiment falloir que tu arrêtes à un moment car tu vas me stresser et dans mon état ce n’est pas recommandé.

Dans son état… Je souris en y pensant et pose doucement ma main sur son ventre arrondi. Je sais que j’en fais trop mais avec ce qui s’est passé il y a sept mois, je ne peux m’en empêcher.

Je caresse son ventre à travers son débardeur, que je relève ensuite. Je me penche et pose mes lèvres dessus.

– Bonjour mini-nous, je murmure. Je t’aime énormément. Plus que cinq mois et tu seras enfin parmi nous.

C’est mon rituel du matin, c’est peut-être idiot mais j’aime à penser qu’il saura de cette manière que je suis son papa. Et je sais aussi que j’en suis complètement gaga. Romane se moque gentiment quand je me comporte comme ça et elle me dit que je serai un vrai papa poule. Mais je sais qu’elle sera là pour me guider et me refréner. Je pose ma tête sur son ventre et je la sens caresser mes cheveux.

– Il sait déjà que tu es son papa, il ressent déjà cela. Tu n’as pas besoin d’imaginer le contraire.

La facilité qu’elle a de lire en moi à certains moments me fait peur, mais c’est ce que j’aime en elle, sa sincérité et le fait qu’elle se préoccupe toujours des autres.

– Je ne veux pas être comme mon père et que mon enfant vienne à me détester.

– Il ne te détestera jamais. Et avec ton père ça va déjà mieux qu’avant, il faut que vous réappreniez à vous connaître. Et il est très heureux d'être grand-père en plus.

Je revois encore ses yeux s’illuminer lorsque nous lui avons appris la nouvelle, il m’a alors pris dans ses bras et m’a dit qu’il était fier de moi. Oui notre relation est meilleure qu’avant, nous faisons des efforts chaque jour et j’apprends petit à petit à lui pardonner ses erreurs passées. Mais j’avoue avoir été ému par ses paroles.

– Ça reviendra petit à petit. Tu vas faire ton dernier essayage aujourd’hui non ?

– Oui et pendant une semaine je ne mange plus rien, avec la chance que j’ai.

– Tu es très belle comme tu es mon cœur. Et en une semaine tu ne vas pas prendre cinq kilos voyons.

– Mais imagine si à la dernière minute je ne rentre pas dans ma robe ?

– Ta robe t’ira parfaitement et ne stresse pas, ce n’est pas bon dans ton état, je rétorque, taquin.

– Ah très drôle ! Une mariée stresse toujours avant son mariage.

– Pas qu’avant, j’ajoute plus bas.

– Quoi ?

– Je disais juste que j’avais hâte.

– Ouais c’est ça, rétorque-t-elle en m’envoyant un oreiller que j’esquive en sortant du lit. Tu ne sais pas dans quoi tu t’engages avec moi, finit-elle en souriant.

Je quitte la chambre en riant et elle me suit de près.

– Et toi tu fais quoi aujourd’hui ?

– Rien de spécial. Je vais passer vite fait au cabinet et faire le nécessaire pour la fermeture temporaire et ensuite passer chez Sarah, Axel doit venir avec moi récupérer quelque chose.

– Récupérer quoi ?

– Rien d’important mon cœur, un truc de mecs.

– En parlant de truc de mecs, qui va avec toi et Alex ce soir ?

Je la regarde malicieusement, tout en enfilant veste et chaussures.

– Jalouse ?

– Non pas du tout, répond-elle un peu trop vite.

– C’est juste une soirée entre mecs et je ne sais pas ce qu’a prévu Axel. Et à part nous deux y aura sûrement Éric et une autre personne.

– Ton témoin n’arrive pas aujourd’hui ?

– Logiquement si, mais il ne m’a pas confirmé son heure d’arrivée. Au pire on le verra demain. Bon je dois filer mon cœur.

Je m’approche de la table où elle est assise et me penche pour l’embrasser rapidement. Au moment où je me recule elle ajoute :

– C’est tout ce à quoi j’ai droit ?

– Désolé mon cœur, je suis pressé.

Je l’embrasse plus longuement et me recule.

– Je t’aime, j’ajoute doucement.

– Moi aussi, répond-elle en souriant.

Sur un dernier regard je quitte la maison et m’en vais faire la tâche la plus désagréable de ma journée.

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin