Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 4,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Partagez cette publication

Publications similaires

Vous aimerez aussi

suivant
- 1 -
A cette heure-ci, elle aurait dû être à Paris.
En soupirant, Kiera jeta un coup d’œil au cadran lumineux du tableau de bord de sa voiture de location. 9 h 32, heure du Texas. Si ce matin elle avait pris son vol comme prévu, il y aurait déjà deux heures qu’elle aurait atterri à l’aéroport Charles de Gaulle. En cet instant même, elle serait avec armes et bagages dans sa chambre de l’hôtel Château Frontenac et appellerait le service d’étage. Puis elle siroterait un café en grignotant des madeleines et son corps épuisé sombrerait enfin dans un lit Louis XVI à baldaquin.
Eh bien non, au lieu de cela, elle était assise au beau milieu du parking défoncé du motel Sadie’s Shangri-La and Motor Lodge.
Bienvenue !
Garez votre voiture devant. Vos chevaux derrière. »
Fallait-il en rire ou en pleurer ? Dans l’incapacité de se décider, Kiera enfouit sa tête entre ses mains et fit les deux.
— Que le diable t’emporte, Trey, grommela-t-elle entre ses dents. Maudit sois-tu ! Maudit !
Elle laissa s’écouler le flot de ses larmes une bonne dizaine de secondes avant d’examiner son visage dans le miroir de courtoisie. fut sa première pensée. fut la seconde. Puis, toujours pestant, elle fouilla son sac pour en extraire une boîte de maquillage et en passa délicatement sur le bleu qui pâlissait déjà, juste à côté de son œil gauche. Le résultat n’était pas parfait, mais c’était tout ce qu’elle pouvait faire à moins de mettre des lunettes de soleil, ce qui, étant donné qu’il faisait nuit noire, ne pourrait qu’attirer davantage l’attention sur elle.J’ai peurAssume
Ce qu’elle ne voulait surtout pas.
Elle ajusta sa frange et ses cheveux afin de dissimuler le bleu et, sortant de la voiture, étira ses muscles raides. Elle était bien trop fatiguée pour s’occuper de sa jupe, d’un blanc immaculé quelques heures plus tôt et maintenant semblable à du papier de soie tiré d’un sac de cadeaux. Elle ne se souciait pas plus de son chemisier sans manches d’un vert vif, tout propre lorsqu’elle avait quitté le ranch ce matin, et qui évoquait désormais une salade fanée.
Un énorme double-remorque rugit en dépassant le motel et l’arracha brusquement à ses pensées. Kiera aspira une grosse bouffée d’air puis se dirigea, son sac en bandoulière, vers la porte d’entrée du motel. La chaleur étouffante de la journée s’attardait et l’humidité ambiante se colla à elle comme un emballage plastique. Une , songea-t-elle, les poumons emplis d’un air lourd et moite. Elle en avait besoin, et tout de suite. Une longue douche pour effacer la poussière et la sueur de sa journée sur la route.douche
Quand elle ouvrit la porte vitrée, un avertisseur résonna au-dessus de sa tête. Une puissante odeur de café flottait. La réceptionniste, une blonde bien en chair coiffée à la texane, se tenait derrière son bureau, les mains posées sur ses hanches voluptueuses, le regard vissé sur l’écran d’un petit téléviseur installé dans une encoignure.
— J’arrive tout de suite, dit-elle sans même lever les yeux.
Kiera retint un grognement menaçant. Née et élevée au Texas, elle savait ce que valait ce « j’arrive tout de suite ». Traduction : un de ces jours, entre le proche avenir et la Saint-Glinglin.
Sa vie à New York durant les trois dernières années avait fait d’elle quelqu’un d’impatient. Elle s’était habituée au rythme frénétique des foules, à la circulation sans cesse croissante, aux gratte-ciel, aux espaces clos — et aux épiceries fines à chaque coin de rue.
Penser à la nourriture lui rappela qu’elle n’avait pas mangé de la journée. Elle tuerait à présent pour un sandwich. Un gros sandwich au jambon avec de la laitue, des tomates et…
— Non !
Le cri la fit sursauter et se cramponner à son sac. La réceptionniste tendit les mains d’un air dégoûté vers la télévision, ce qui fit virevolter les anneaux d’argent pendus à ses oreilles.
— Je savais qu’on ne pouvait pas faire confiance à ces deux-là ! Elle supporte pendant huit semaines ces deux fainéants de Brett et Randy et qu’est-ce qui arrive à la pauvre fille, hein ?
Kiera n’était pas certaine que Mattie — comme l’attestait le badge en plastique épinglé sur son polo — attendait vraiment une réponse.
— Un coup de pied aux fesses, voilà tout ce qu’ils méritent.
Secouant la tête, Mattie baissa le volume d’une pression sur la télécommande avant de se retourner et de sourire à la nouvelle venue. Sa bouche était d’un rouge pétant.
— Une chambre, mon chou ? Simple ou double ?
Kiera hésita. Ne serait-il pas préférable de chercher une chambre d’hôtel en ville ? Un endroit pas aussi loin de tout. Un endroit plus… sécurisant. Puis elle se souvint de l’argent qui lui restait et chassa son appréhension.
— Simple.
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin