//img.uscri.be/pth/48f743d57e86365d057d66fada73b113568990e0
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

The Geneva project

De
71 pages
Etéocle, le personnage principal de la pièce, hérite d'un cabinet d'architecte. Voulant échapper à l'impôt français, il imagine un stratagème pour délocaliser le cabinet en Suisse. Mais d'autres personnages ont des projets qui menacent de contrecarrer ses plans. Les désirs se heurtent dans un choral financier, mortifère et grotesque.
Voir plus Voir moins

he

G
eneva

project

C
ollection Théâtres

D
éjà parus

A
lain Lefèvre
Le briquet du Roy d’
A
rmes
 

A
lain Lefèvre
Les oiseaux
se penchent 
 

méritentils

l’arbre

sur

lequel

ils

ean
B
aptiste

he

A

CA

G
enea

project



© ’
A

A

A
 
rue de l’
É
coleolytechnique  
httplibrairieharmattancom
diffusionharmattananadoofr
harmattananadoofr

B
  
EA
  

aris

P
ERSONNAGES

ÉTÉOCLE,fères.
r
POLYNICE,
SYLVIE, direc
t
rice générale d
u
cabine
t
« Lefranc e
t
Morea
u
».
FRÉDÉRIQUE, présiden
t
e-direc
t
rice générale de
« Dar
t
ig
u
e
2
i
C ».
KAREL, ami d’É
t
éocle.
LORNA, présiden
t
e de « l’Union Pop
u
laire ».

To
u
s asse
z
je
u
nes.

E
t
a
u
ssi, é
v
en
tu
ellemen
t
:
u
n prê
t
re, maî
t
re Ca
v
agnac,
Jeffre
y
Ta
t
e, de
ux
magasiniers,
u
ne hô
t
esse d’acc
u
eil, le
commissaire e
u
ropéen chargé de la conc
u
rrence, Alphonse
de la Mar
t
elière, le délég
u
é de « Domes
t
is », El
v
ire, sans
o
u
blier la
v
oi
x
d
u
pe
u
ple e
t
des can
t
ons s
u
isses.
(E
t
d’a
ut
res encore, q
u
e l’on n’en
t
end pas.)
Le lieu ? Par exemple un cimetière, le cabinet de maître Cavagnac, le
cabinet « Lefranc et Moreau », etc.

5

I

POLYNICE. Q
u
and le cerc
u
eil es
t
arri
v
é, il a é
t
é pris d’
u
n
fo
u
rire.
ÉTÉOCLE. J’é
t
ais i
v
re.
POLYNICE. To
u
jo
u
rs gênan
t
,
u
n fo
u
rire, dans
u
n
en
t
erremen
t
.
ÉTÉOCLE. S
u
r
t
o
ut
à l’en
t
erremen
t
de ses propres paren
t
s.
POLYNICE. Le prê
t
re,
u
n professionnel, he
u
re
u
semen
t
, a
commencé son disco
u
rs rapidemen
t
.
ÉTÉOCLE. Mes biens chers frères, no
u
s sommes ici

u
nis po
u
r sal
u
er
u
ne dernière fois El
v
ire e
t
Armand, q
u
e
Die
u
a choisi de rappeler promp
t
emen
t
à L
u
i. En
précipi
t
an
t
le
u
r a
v
ion s
u
r ce roc org
u
eille
ux
, le Seigne
u
r
le
u
r a adressé
u
n message rempli d’
u
ne impor
t
an
t
e
significa
t
ion. Ne semble-
t
-Il pas le
u
r a
v
oir di
t
: « El
v
ire,
Armand, po
u
rq
u
oi
v
o
u
s diriger
v
ers ces îles de perdi
t
ion ?
Vers ce palace 5 é
t
oiles ? Vers ce
tt
e s
u
i
t
e impériale ? Vers
ce
tt
e salle de bal ? Vers ce
tt
e salle de bain, ce jac
uzz
i, ce
golf, ces praires, ces homards e
t
ce champagne millésimé ?
Po
u
rq
u
oi
v
o
u
s fo
u
r
v
o
y
er dans les plaisirs
t
emporels alors
q
u
e la chose spiri
tu
elle es
t
par
v
o
u
s dédaignée, méprisée,
o
u
bliée ? » Remercions Die
u
, dans Sa
t
o
ut
e bon
t
é, d’a
v
oir
ref
u
sé à El
v
ire e
t
Armand ces sa
t
isfac
t
ions faciles e
t
s
u
perficielles. Remercions-Le d’a
v
oir remis El
v
ire e
t
Armand s
u
r le chemin de la Véri
t
é. Songeons q
u
’ils go
ût
en
t
à présen
t u
n bonhe
u
r infini, sans comm
u
ne mes
u
re a
v
ec les
fa
u
sses dis
t
rac
t
ions q
u
’ils s’é
t
aien
t
proposées.
POLYNICE. Pl
u
s personne n’a
v
ai
t
en
v
ie de rire. Le
représen
t
an
t
d
u
clergé,
v
isiblemen
t
sa
t
isfai
t
, se signa d’
u
ne

7