Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 2,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Tout ça, c'est la faute du chat ! - 6

De
67 pages


Jason : chanteur, sexy, irrésistible et aimant à problèmes.


Moi : cat-sitter solitaire et cynique avec une tendance à fuir au moindre sentiment…


Vous imaginez le résultat ?





Tout ça, c'est la faute du chat ! Je devais rester à San Francisco quelques semaines seulement, le temps d'une exposition de photos. Mais Prince, ce maudit félin, a tout fichu par terre !


Prince, et surtout son propriétaire : Jason, le beau, séduisant, irrésistible chanteur de Golden. Un aimant à problèmes ! Le genre d'homme que je fuis sans me retourner, d'ordinaire.


Seulement, je n'ai jamais su résister à un défi… Surtout quand celui-ci est aussi sexy que Jason. Alors, les problèmes, j’en fais mon affaire. Quitte à jeter mon cœur et toutes mes convictions dans la balance !





***





– Demain matin, il faudra acheter un congélateur.


– Si romantique, se moque Jason en m'embrassant jusqu'à ce que j'aie oublié tout ce qui n'est pas lui.


– Première fois ici, murmure Jason en effleurant mon oreille de ses lèvres.


– Oh. Ça se fête ?


– Absolument. Quelle chambre essayons-nous en premier ?


– La mienne, dis-je sans hésiter.


Les draps, blancs, lisses et anonymes, proviennent certainement de la société d'entretien. Je me promets d'acheter des couvertures en polaire… et de faire changer le chauffage. Ces vieux convecteurs dégagent une drôle d’odeur.


– Tu es censée me regarder moi, rappelle Jason, pas le radiateur.


– Oups, désolée, dis-je en riant.


Mon rire meurt sur mes lèvres en constatant qu'il a déjà commencé à se déshabiller. Le désir coule sur nous comme une vague tiède. Quelque part dans la maison, une planche craque bruyamment, faisant sursauter Jason. Je ris.


– Ne t'inquiète pas. C'est juste le bois qui joue. Tu n'as jamais vécu dans une maison en bois ?


– Pas que je sache.


– Alors il faudra t'habituer. Le bois travaille.


– Il n'y a pas que lui, remarque Jason en guidant ma main un peu plus bas que la décence ne le voudrait.


– Si tu fais le moindre jeu de mots au sujet d'une bûche ou je ne sais quoi…


– Eh bien ?


Je le fais taire de la meilleure façon que je connaisse : en l'embrassant. Ses bras m'entourent comme un cocon, son corps épouse le mien et sa bouche s'ouvre pour m'accueillir. Si le bois pouvait rougir, mon lit virerait à l'écarlate avant la fin de la nuit…





***





Tout ça, c'est la faute du chat ! Volume 6 sur 6

Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Ce monde en dessous

de editions-edilivre

La Grande Villa

de gaia-editions

1. Paris sous la pluie
Je ne sais pas comment j’ai réussi à dormir dans l’avion. Une façon de m’évader face au choc, peut-être ? Juste au moment où je commençais à voir clair dans mon avenir, tout semble remis en question.
Une pluie fine tombe sur l’aéroport Charles-de-Gaulle. Quel temps lugubre pour commencer l’année ! Au moins, il s’accorde bien avec mon humeur…
Rendez-moi les neiges d’Aspen !
Jason m’a envoyé un millier de textos. Ma mère, aucun. Je trépigne derrière la file pour les taxis. Si j’allais plutôt louer une voiture ? Quelle idée, aussi, de voyager le jour de l’An ! Le taxi qui me prend en charge a l’air fatigué, des cernes sous les yeux, le cheveu terne. L’habitacle sent le chien mouillé. Je lui donne le nom de l’hôpital et, magie du GPS, nous démarrons aussitôt.
J’envoie un texto à ma mère :
[J’arrive.]
Et un autre à Jason :
[Je suis arrivée.]
Aucun ne me répond. Jason doit dormir. Mes pensées s’envolent un instant de l’autre côté de l’Atlantique, vers cette immense villa que j’ai appris à appeler « ma maison ». Soudain, ça me paraît un autre monde. Une parenthèse enchantée, c’est ce que je m’étais dit à l’époque. J’avais fini par croire qu’elle durerait toute la vie.
J’inspire à fond. Inutile de me torturer l’esprit avant d’avoir vu mon père. Je ne suis pas en état de réfléchir après plusieurs heures d’avion et avec l’incertitude qui me ronge. Le front collé à la vitre, je regarde défiler l'autoroute à travers les gouttes. Après les cinq-voies américaines, l'espace me paraît soudain étriqué, les véhicules minuscules. Comme si ma vie avait rétréci d'un coup. Je dois sortir le téléphone de ma poche et relire les textos de Jason pour me convaincre que les dernières semaines n'ont pas été qu'un rêve.
Le taxi me lâche devant la Pitié-Salpêtrière. Je fouille mon sac pour constater que je n'ai que des dollars américains sur moi. Évidemment. Le chauffeur grogne en me montrant l'écriteau sur la vitre : « Pas de cartes bleues ». La pluie détrempe mes cheveux et ma parka tandis que nous discutons. Il finit par accepter mes dollars à un taux plus qu'avantageux pour lui : un billet de cent pour quarante euros. Mon sac sur le dos, je m'avance vers la guérite. Derrière, les lieux ressemblent à un labyrinthe cauchemardesque. Je m'essuie le visage pour déchiffrer les panneaux. Bien sûr, l'institut de cardiologie est au fond de la cour. Un jour férié, l'entrée la plus proche n'est pas ouverte. Il ne me reste plus qu'à slalomer entre les flaques, grelottant dans mon jean humide.
Personne à l'accueil de l'institut de cardiologie. Seul un sapin défraîchi trône sur le comptoir. Je me fie de nouveau au panneau pour trouver l'unité de soins intensifs. Troisième étage. À la sortie de l'ascenseur, je tombe enfin sur une infirmière qui me demande ce que je fais ici. Elle m'oriente vers une minuscule salle d'attente. Vide. Je commence à me demander si je ne me suis pas trompée quand j'aperçois le manteau posé sur un siège. Kate n'en a pas changé depuis vingt ans. Bleu autrefois, il tire à présent sur le gris ; les manches s'effilochent, il manque deux boutons à la fermeture, mais sa vue me réconforte immédiatement. Mes yeux s'embuent. J'essaie de me raconter que c'est l'effet de la différence de température. Mais quand ma mère entre dans la salle, un gobelet de café à la main, je me jette dans ses bras et les larmes coulent sur mes joues. Kate me tapote maladroitement le dos. – Merci d'être venue, ma chérie.
– Comment va-t-il ?
– Il est en salle d'opération.
Elle se laisse tomber sur un siège en plastique, sans renverser une goutte de café.
– Le médecin était plutôt optimiste sur ses chances de s'en sortir. Autant qu'on peut l'être dans le cadre d'une chirurgie à cœur ouvert, je suppose.
– Comment est-ce arrivé ?
Kate hausse les épaules. La lumière crue des plafonniers fait ressortir de fines rides au coin de ses yeux et autour de sa bouche. Je m'avise soudain que sa chevelure, de la même teinte que la mienne, est semée de fils blancs. Cette constatation me fait l'effet d'une trahison. À quel moment ma mère est-elle devenue vieille ? Pour moi, elle était une légende immortelle, parcourant inlassablement le globe. – Il était fatigué depuis un moment, admet-elle.
– Quand vous êtes venus à San Francisco… Il n'y avait pas que l'histoire avec Jason, n'est-ce pas ? – Appelle ça un pressentiment.
– Et il n'a pas consulté de médecin ?
– Tu sais, en déplacement, ce n'est pas évident.
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin