Tout ce qu'il voudra 2

De
Publié par

Un feuilleton érotique chez Marabout. Du hot et du suspens ! Dans la lignée de 50 nuances de Grey, mais dans un format court, dense, soutenu, sous forme de feuilleton ! 5 “épisodes” et une compilation finale.
Publié le : mercredi 31 octobre 2012
Lecture(s) : 93
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782501083614
Nombre de pages : 64
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
SARA FAWKES
tout CE QU’IL VOUDRA tous les coups sont permis 2
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Maxime Eck
Red Velvet
ANYTHING HE WANTS : ALL’S FAIR by Sara Fawkes Text Copyright © 2012 by Sara Fawkes Pubilshed by arrangement with St Martin’s Press, LLC. All rights reserved.
© Hachette Livre (Marabout) pour la traduction française. ISBN : 978-2-501-08361-4
1
La limousine était plus spacieuse que dans mon souvenir. Bon, la dernière fois que j’étais montée dans l’une d’entre elles, c’était en terminale, lors du bal de fin d’année, et mes amies et leurs cavaliers y étaient serrés comme des sardines en boîte…Je jetai un coup d’œil à la dérobée à l’homme installé à côté de moi, sur la banquette arrière. Pour l’instant, il ne me prêtait aucune attention et se concentrait sur la tablette posée sur ses genoux, me laissant toute disponibilité pour m’occuper de mon côté. Je serrai fort contre moi mon sac en cuir, déboussolée par les événements de la journée. Étais-je vraiment en route pour Paris ?
Ces deux derniers jours avaient été un tourbillon de folie. À deux reprises, pendant mes heures de travail, j’avais été séduite par le splendide inconnu que je croisais tous les matins. D’abord dans l’ascenseur, puis dans le parking souterrain. Mon comportement d’alors avait été si inhabituel… que j’en étais venue à me demander si je n’avais pas perdu la raison. Mais le véritable choc de ma vie, je l’avais reçu une heure auparavant seulement, quand j’avais découvert que ce même beau brun que je ne connaissais pas était milliardaire.
Pire, c’était mon patron.
Jeremiah Hamilton, PDG de Hamilton Industries, une multinationale susceptible de rivaliser avec tout ce qu’avait jamais produit l’empire de Donald Trump, partageait avec ma petite personne la pénombre de sa limousine. Je ne l’avais pas reconnu, je n’avais même pas réalisé qui il était, ni dans l’ascenseur ni plus tard dans le garage. Ce qui était un peu gênant. Même s’il ne présentait pas d’émission télévisée et ne faisait pas la couverture des magazines que je lisais, j’aurais dû savoir à quoi ressemblait le président de la société pour laquelle je travaillais. Et voici qu’à présent j’étais en route vers l’aéroport afin de m’envoler avec lui pour Paris. En tant qu’assistante personnelle. Dotée d’un contrat à venir dont les clauses tournaient autour d’une exigence : le satisfaire dans tout ce qu’il voudrait.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.