//img.uscri.be/pth/e1d6e2c8e755980c79317c1e532e1ed93a6b1fe3
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 2,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Tout pour lui - Milliardaire et dominateur - Volume 7

De
56 pages
Éléa se réveille après son enlèvement. Elle ignore où elle se trouve, et son kidnappeur a disparu. Encore ankylosée par les somnifères, elle parvient néanmoins à contacter Adam. Sauvée par son milliardaire au grand cœur, la jolie violoniste se retrouve enfin à l'air libre. Mais leurs aventures ne sont pas terminées. Une tragédie va bousculer leurs certitudes. Ce nouveau coup du sort renforcera-t-il les liens entre les deux amants ? Et l'arrivée d'Oslav Kievsky au Philharmonique de New York va-t-elle mettre à mal leur belle relation ?


Découvrez sans attendre la suite des aventures passionnées d'Éléa et Adam, les héros de la saga de Megan Harold !
Voir plus Voir moins
Extrait

1. Triste fin

Je dois me réveiller… Adam… Paul ! Allez, secoue-toi !
Il est peut-être déjà trop tard. Il fait sombre dans cette maison. J’ouvre les yeux et regarde par la fenêtre, la nuit est tombée.
J’ai dormi longtemps ! Mon Dieu, Adam !
Est-ce que Paul a mis ses menaces à exécution ? Est-ce que quelqu’un s’est rendu compte de ma disparition ? Paul était si désespéré en partant tout à l’heure ! Il était aussi déterminé… Comme ça doit être dur d’apprendre que la femme que l’on a toujours prise pour sa mère ne l’est pas ! Lorraine, belle-mère de Paul… Paul m’a enlevée en début d’après-midi au conservatoire, et il est parti peu de temps après notre arrivée dans cette maison.
Je ne sais pas où je suis. J’espère qu’il n’est pas parti avec mon sac !
Je me frotte les yeux, le somnifère que Paul a mis dans mon verre est efficace. Si je me laissais aller, je pourrais encore dormir. Mais ce n’est pas le moment de sombrer, il faut que je prévienne Adam. Vu l’état dans lequel Paul était tout à l’heure, il peut être capable de tout. Mais pourquoi m’avoir enlevée et avoir fait toutes ces révélations ? Lorraine n’est pas sa mère, c’est elle qui a commandité la bagarre qui a mené Adam à l’hôpital à Riverton. Et maintenant…
Maintenant, il faut se secouer ! Chaque minute qui passe est dangereuse pour Adam !
J’espère qu’il n’est pas trop tard. Si Paul tue Adam…
Je balaie les lieux du regard. La lumière extérieure me permet d’y voir un peu plus clair. Il n’y a rien dans cette pièce : un canapé, un fauteuil et une table basse. Les mêmes éléments que j’ai vus en arrivant. Je me lève, Paul ne m’avait pas attachée. Il ne voulait pas me faire de mal, ce n’est pas à moi qu’il en veut le plus. Une fois debout, je sens comme une chape de plomb sur mes épaules. Je lutte contre le sommeil. Ce n’est pas le moment ! J’avance à la recherche d’un interrupteur, je dois trouver mon sac, et mon violon ! Plus tard pour le violon, il me faut mon sac et mon téléphone, c’est le plus important. Et s’il était trop tard ?
Je contourne le fauteuil et donne un coup de pied dans quelque chose.
L’étui de mon violon !
Je m’accroupis, le cœur battant. À côté, il y a mon sac ! Paul m’a tout laissé avant de partir. Il voulait que je retrouve mes affaires à mon réveil. Il savait que le somnifère me ferait dormir longtemps, qu’il aurait le temps d’agir à sa guise sans que j’alerte personne. Ça veut dire que… ?
Mes mains tremblent et, dans la semi-obscurité, je fouille mon sac en espérant toucher du doigt mon téléphone. J’espère qu’il est là ! Paul aurait pu partir avec. Soudain, je sens le cuir de la housse de protection. Il est là ! Je l’attrape vivement, m’assois pas terre et l’allume. J’ai plein d’appels manqués, on doit se poser des questions sur mon absence. Tant pis, je verrai ça plus tard. Je compose rapidement le numéro d’Adam. De nouveau cette même angoisse. Il y a quelques jours, Adam avait disparu. Aujourd’hui, j’ai peur qu’il ne soit mort, tué par son cousin malheureux et jaloux. Mais cette fois, Adam décroche tout de suite :

«  Éléa, où es-tu ? »
Sa voix est anxieuse, tendue.
«  Adam ! Tu vas bien ? »
Je suis soulagée, Adam n’est pas mort !
Du moins, pas encore.
«  Adam ! Adam, écoute-moi ! Paul veut te tuer, il va venir, il faut que tu te protèges ! »
Je crie dans le téléphone, je suis presque hystérique.