Trésors cachés

De
Publié par

Dans ces deux pièces de théâtre, il s'agit de découvrir le meilleur qui se cache en chaque homme. Si dans Trésors cachés le messianisme est battu en brèche, dans Les Dormeurs c'est l'histoire glorieuse du passé qui est complètement remise en question. L'auteur utilise également les techniques du conte, de l'intertextualité, de la musique, du chant et de la danse.
Publié le : dimanche 1 novembre 2009
Lecture(s) : 297
EAN13 : 9782296242319
Nombre de pages : 115
Prix de location à la page : 0,0068€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

Trésors cachés

suivi de

Lesdormeurs

© L’Harmattan,2009
5-7,rue de l’Ecole polytechnique,75005Paris

http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-296-10495-2
EAN :9782296104952

Jean-Robert Tchamba

Trésors cachés

suivi de

Lesdormeurs

théâtre

L’Harmattan

Du mêmeauteur :

1990 :Polémiqueautourd'un mariage, théâtre
1994: Serpentàdeux têtes,théâtre
1994: Jeunessetruculente,roman
1995: Safille et sontrésor, nouvelle
1995: For theSake ofLove,scénario
2001: Vœuximpies,théâtre
2005: Rencontrecritique,théâtre
2006: Piégée,théâtre
2006: LeRocherdu sang,théâtre
2007: TheCrusaders,théâtre
2008: Oscarlastar,théâtre
2009: Chômeurschômés,théâtre

PRÉFACE

DESTRÉSORS CACHÉSAUXDORMEURS
IMPÉNITENTS : UNE MÊME QUÊTE DE SOI

Qui neconnaît «Le laboureuret sesenfants» deJean
de la Fontaine, fable danslaquelle lebrave laboureurfait
découvriràsesenfants que letravail est untrésorcaché
sous terre?Moinsconnues sansdoute (sauf
pourlesChrétiens)sontlesparabolesdu trésorcaché etde laperle
précieuse, laperle inestimable,qui enseignent que le
Royaume des
cieuxestpréférableauxbienslesplusprécieux sur terre.Maismoinsconnusencoresontles trésors
cachésdesmytheshindouset autres tels queceuxde
hadith, de ladivinité hindoueKuvera, duChakravarti.On
peutne paslesconnaître.On peutcependant reteniravec
JeanChevalieretAlainGheerbrantdansleurDictionnaire
des symboles(1982)que «d’une façon
générale,cestrésorssontdessymbolesde la connaissance, de
l’immortalité, desdépôtsspirituels,queseuleunequête
périlleuse permetd’atteindre.Ils sontfinalementgardés
pardesdragonsoupardesmonstres,
imagesdesdangereusesentitéspsychiquesdontonrisque d’être lavictime,
faute des qualificationsetdesprécautionsnécessaires
(CORT,GUER,MALA) » (p.967).
Plusprochesde nousetprêtsàêtre découverts sontles
TrésorscachésdeJean-RobertTchamba, jeune
dramaturgecamerounaisau talentcertain.Maisavantde nous
placer surlavoie decette découverte, on peut s’attarder,
une foisencoreavec JeanChevalieretAlainGheerbrant,
surlalocalisation deces trésorsetleurs significations.
Celanous situerasurl’originalité etlapertinence de
l’œuvre deTchamba.

Àcesujetilsécrivent que «letrésorestgénéralement
aufond descavernesouenfoui dansdes souterrains.Cette
situationsymbolise
lesdifficultésinhérentesàsarecherche, mais surtoutlanécessité d’un efforthumain.Le
trésorn’estpas un don gratuitduciel;ilse découvreau
terme de longuesépreuves.Cequiconfirmeque letrésor
caché estde nature morale et spirituelle et que les
épreuves,combatsaveclesmonstres,avecles tempêtes,
aveclesbrigandsde
laroute,commecesobstacleseuxmêmes,sontd’ordre moral et spirituel.Letrésorcachéest
lesymbole de la vie intérieure etlesmonstres qui le
gardentnesont autres que des aspectsde nous-mêmes»
(p.967).
Jean-RobertTchamba arriveà ce même pointpar un
cheminqui lui estpropre.Pourlecomprendre il faut se
poser uncertain nombre dequestionset
tenterd’yrépondre.D’abord, où setrouventles trésorscachés ?Dans
lespoubelles!répondent sesfouille-poubelles.N’est-ce
pasoriginal?Etil y enadans cetterépubliquequ’il ne
nomme pas!Qu’ytrouve-t-on?Dequoise nourrir quand
on estacculé parlamisère.Etlespoubelles
sontgénéreuses!Est-ceàdireque les trésorscachésdeJean-Robert
Tchambanesont que les restesde nourriture des riches
dont se nourrissentlespauvres qui
fouillentleurspoubelles ?Ceserait unevue desurface
etlamoinspertinente.
Ensuitecommentdevient-on fouille-poubellesen
quête deses trésorscachés ?Mola,Tonio,Kezia,Zaria,
Dina,Antho,tousdesfouille-poubelles, le font savoir
d’expérience.Etdirequecertains
sontdesfouillepoubellesde mèresen filles!Absence
d’encadrementparental, orphelin de père etde mèreà cinqans,bâtard,
éducationratée,viol de lafille parle père géniteur(inceste),
laguerre,breftoute lamisère dumondeycontribue.

6

Et puis que faire danscettesituation?Fouillerles
poubelles,avons-nousdit.Eten fouillant ?AttendreNga
Zogo.En effetlapièce deJean-RobertTchamba auraitpu
toutaussibiens’intitulerEnattendantNga
Zogoquirappelle la célèbre œuvre deSamuelBeckett,Enattendant
Godot.Il en parle dans son œuvre:
Dionè:(EllerelèveDina)Courage,Dina.Il yaencore
debelleschoses quit’attendent.
Tonio: QuandNga Zogotardeàvenir ?Je me demande
sic’estNgazoGodot que nousattendons.
Kezia: Godotc’est qui?
Tonio: Quelqu’unqui nevientjamais.
Kezia:(Triste, déçue)On nousavaitdit queNga Zogo
viendraitaveclavie.Maintenant qu’il n’estpas
venu, oùestencore l’espoir ?
Est-ceàdireque les trésorscachésdeJean-Robert
Tchamba,c’estleRoyaume des cieux ?Unesorte devie
perpétuelle debonheuraprès qu’onaurarendul’âme?
Nousconnaissonslaferveurchrétienne, lapuissante foi de
ce jeune dramaturge.Saphilosophie estcependantcelle de
«aide-toi etlecielt’aidera. »On n’accède pasauparadis
ensecomplaisantdanslamisèreterrestre.
Fouillerlespoubelles,attendreNga Zogo,voilàdes
solutions queTrésorscachésrejette.D’oùlanécessité de
passerduniveaudesurfaceà celui desprofondeursde
l’œuvre.Etcette poubelle, est-ce notresociété oucette
Afrique des souffrances, ouletoutàlafois ?Pour
l’auteur, «lascènese déroule dans un
paysafricainquelconque des
tempsmodernesoucontemporains.Touteressemblanceavecune personneréelle
estpurecoïncidence »,stratagème d’écrivainbienconnu.Est-ce notre
êtrequ’il fautmartyriserpouraccéderauRoyaume des
cieux ?Il laisseà chacunson interprétation:«Certains
ontcru voirdanscette pièceune lectureallégorique de la

7

société, d’autres une lecturecritique des rapports
NordSud etd’autresenfinun enseignement chrétien…À
chacunsalecture.» Àce propos,MaryseBonnyécrit:«Le
sortdecesfouille-poubellesn’évoque-t-il pas celui detout
uncontinent :l’Afrique, déchirée parlesguerres,
endommagée parles catastrophesnaturelles, décimée parles
maladiesdonton néglige la recherche d’une prévention
efficace etderemèdes accessibles? Meurtrie par une
histoirequi ne l’apas épargnée, exploitée, pillée, muselée
parlesdictaturesqu’elle n’apaschoisieset quispolientle
peuple,contrainte devivre desdéchetsetaumônesdes
pays riches, l’Afriqueregorge
pourtantderichessesinestimables:ressourcesnaturelles, minièresetagricoles,
potentiel humain, puissance desculturesetdes traditions.
Lapauvreté, lesous-développementnesontpas une
fatalité !» («Programme »,2005, p.5).KenethFondzeyuf (p.8)
lui emboîte le pasetaffirme:«Trésorscachésepitomises
the fate oftheAfricancontinent ransackedbygreedy
Western imperialists, intheir unbridledquestfor spheres
of influenceandavenueto dumptheiroutdatedand
expired goods. (…)Witness the mishap of daughters raped
timeandtimeagainby theirown fathers conscientiously,
whotakeadvantage
oftheirdocility(Africa-Europerelationship).Inthe name ofadoption,charityandaid, foster
parents(Western invaders)
exploitandabusetheirchildren’srights(Africa)throughcommercialisingthem for
sex tortureandchild labour…».
Faut-il pourautantdésespérerde ne pouvoirconnaître
réellementles trésorscachésdeJean-RobertTchamba?
L’auteurdonne lui-même lesclésdeson œuvre.
D’abord dans sa«Note de l’auteur» oùilaffirmequeson
projetestde montrer quetoutaufond dechaque
fouillepoubellecouleunrayon d’orfin,untrésorinestimable,un
trésorcaché.Ensuitequand il faitdireà Dionè (sansdoute

8

ceNga Zogoattendu)queDinareprendtrèsbien, de ne
pas resterlesbrascroisésenattendant que lamanne etles
caillesdescendentduciel,signifiantpar-làqu’il fautavoir
lespieds sur terrecarceluiquicourtaprèsleschimères
vivradansle manque maisceluiqui labouresaterre
s’engrange des richessesimmenses.Il fautlabourersa
terre, mettre envaleurle potentielqueDieuainvesti en
soi.Doncéviterles
solutionsfacilescommecellequiconsisteàfouillerlespoubellespour survivre.Icicomme
làbas,ces trésorscachés sonten l’individului-même.Ces
trésorscachés,c’estlecourage, lerefusde
l’autoanéantissement, le dépassementcontinuel desa condition,
l’espoirdesdésespérés.Larésignation est unetrahison du
Créateur.Un peudecourage etd’intelligence etlavievaut
lapeine d’êtrevécudignement.Etlespoubelles,
nesontce pasfinalementnous-mêmesoucequ’onafaitde nous ?
Courage !
Cecouragequiconduitàladécouverte des
trésorscachésenchaque être humain dansTrésors
cachésseretrouve dansLes Dormeurs.On peutd’abords’interroger:
Quisontlesdormeurs ?Ici lesnomspropresdisparaissent
auprofitdesnomscommunscomme pourmieuxaffirmer
qu’ons’adresseà chaque être humain
etnonàdespersonnesparticulières.C’estL’Homme,c’estLa Femme,
c’estLa Mère.Cesontlescatégories sociales:
LeMédecin,LeCommissaire,LeReligieux,LePrésident(du
tribunal),LePrinceThanas,sorcier.Ilya aussi, il ne faut
pasl’oublier,LeTransistor.
Nous sommesdans un monde où tout tourneà
l’enversetoùl’apathiesembleavoir tétanisétoutle
monde.C’estd’abord l’hommequisembleavoirperdu
tout signe devie et qui neréagit quequand il est question
de football etnon de politique.En faitil estdépassé par
lesévénementsetaffirmequ’il n’ypeut rien.Il peut tout

9

au moinsdormir.Le médecinquesafemmeconsulte pour
lui, lui prescritleValium, ladanse etde
l’insuline,trahissantparlàson incompétence.Lecommissaireàqui ellese
plaint se plaintàsontourdesonsommeiltroublé etne
rêveque deses vacancesauxîlesBahamas.Lereligieuxà
qui elleseconfie penseque lesommeil dumari est un
merveilleux signe de paix.Le président(du tribunal)
devant qui lafemme dénonce le médecin incompétentenvoie
plutôtcette dernière en prison pour sixmois.Sortie de
prison, elle présente lecasdeson mari dormeurauPrince
Thanas,sorcierdeson état qui ne demanderien d’autre
que du sang frais.En plusil laviole.L’homme, le
dormeur, estincapable deréagir.Lamère,sa belle-mère,
s’interroge.Est-ce encore le même
hommequiavaitpromisde protéger safille entant qu’époux ?Toutn’estplus
quetrahison.Lamère etlafemmetententderéveiller
l’homme deson longsommeil,celui-ci nevivantplus que
desexploitsdupassé.Ellesluiapprennentàdire « non ».
Tousdécouvrentetdisent que «larévolutioncommence
par un non. »
On peutdirequeJean-RobertTchambafait siensces
motsdeMontesquieu:«La tyrannie d’un prince dans une
oligarchie n’est pasaussi dangereuse pourlebien public
que l’apathie descitoyens dans une démocratie.»Ils’en
défend:«Je n’appelle pas les hommesàunerévolution
sociale oupolitique.Non !Lecri derévoltequi estlancéà
lafin:«La révolutioncommence par un non », s’adresse
d’abordàl’homme en tantqu’entité individuelle.Carle
géantàrenverserouà conquérirc’estd’abord moi-même,
toi-même…toutàfait.Maiscommetoujoursà chacunsa
lecture. »
Comme dansTrésorscachés, ils’agitde découvrirle
meilleur quisecache enchacun de nousetle faire
découvriren desplusapathiquesd’entre nousenvue d’un

1

0

monde meilleurpour tous.Lafemme dansLesDormeurs
jouesuperbementcerôle.Àtousil ne faut que ducourage.
Mêmesi nousnesommes que despoubellesoudes
fouille-poubelles(ya-t-il une différence?), nousne le
sommes véritablement que de partnotre impassibilitéqui
faitde nousdesdormeursimpénitentsdontlaseule
prescriptionquivaillereste laquête desoi dans un mondeà
l’activitébouillonnante.

L’artdeJean-RobertTchambadanscesdeuxœuvres
quesontTrésors cachésetLes Dormeursest
unartaccompli.Il est remarquable par sonusage des techniques
narratives, des techniquesduconte, de l’intertextualité, de
lamusique, duchantetde ladanse, de lalanguesuave, du
sacré etduprofane, duditetdunon-dit, de l’image etdu
rêve,bref decequi faitdéjàdugrandart.Le
lecteurdécouvrira avecémerveillementcesœuvres quise lisent
d’untrait.

Dr.JACQUESRAYMONDFOFIÉ
Université deYaoundéI

1

1

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.