Trois rêves (Tome 1) - Orgueilleuse Margo

De
Publié par

Toute petite déjà, avec ses amies Kate et Laura, Margo passait des heures à imaginer sa vie future, pleine de paillettes et d'innombrables amants. Après une brillante carrière de mannequin, qui s'achève par un scandale, la voilà contrainte de rentrer au bercail. Honteuse, ruinée, et ses plus beaux rêves envolés. Pour pallier des difficultés financières, Margo décide d'ouvrir une boutique et d'y vendre ses accessoires et vêtements de luxe. Projet que soutiennent avec enthousiasme ses deux meilleures amies et le séduisant Josh, le frère de Laura. Depuis l'enfance, Josh lui témoigne une amitié sans faille. Or, de l'ami à l'amant, il n'y a qu'un pas…
Publié le : mercredi 16 juillet 2014
Lecture(s) : 16
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782290075951
Nombre de pages : 384
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
oRGUEILLEûSE màRGÔ
Du même auteur auxIOnSJ'i lu :
LŚÛ(° 3608) Utp cÉx (° 3932) EÉŚ(° 400) É ÉÉ (° 4275) MaÛ Mtàa (° 4374) QÛÉehX (° 5053) aÉ (° 5438) tjaa (° 5532) CÉ ÙÉ BÈ át ( 6224) À ù(°6449) ÛÉ Ûts (° 6640) aôtùÉ É s° oÛ (° 7394) U aÉÈÙXt(° 7808) LÉ t Û à (° 8058) LŚÛ N (° 8162) CÛer(° 8332) LÉ}É a ÉâcÉ (° 8822) e ûÉ É 'aÉ (° 9067) aa aÙX Û ( 9497) suaBàŚ(° 9136) aà ax ÛvÉ (°9497) s jÉoÕ(°9966) Éuánt † lÉÛtèat E  (° 4428) CÉ Û 'É (° 4454) UBïcÉ Û cÉ (° 4481) rÉ É(° 4711) CÉ Û cÉ (° 4756) UrÛ cÉ (° 4918) LÉ BjÙX Û cÉ (° 5981) Ca Û cÉ (° 6027) Càat aÛ É (° 6855) T Û cÉ (° 7323) a Û cÉ (° 7334) U Û îÉ (° 7393) FĀ Û cÉ (° 7575) RÛ Û cÉ (° 7606) PùÉt Û cÉ (° 7797) Ptat Û(° 7953) Ita Û É (° 8024) nÛ cÉ (° 8128) VS Û cÉ (° 8172) Û É (° 8259) xÛ Û cÉ (° 8441) ôÖÛ cÉ (° 8471) NŝcÉ Û cÉ (° 8583) CaÉÛ Û cÉ (° 8685) at Û cÉ (° 8871) scàÉ Û cÉ (° 9037) aÛtÉ Û cÉ (° 9183) PÉÉ Û cÉ (° 9370) Fa Û îÉ ("9370) FaÀÉ Û cÉ (°9703)
dc aÛ cÉ (°9853) PÉïÉ Û É (° 10096) CÉeNÉwYk (° 10271)  ¿„œuŚ: MgÉáBÉ (° 4102) Ûé(° 4147) sHà aÔÉ (° 4371) § ¬  OMG (° 4560) 'tàÉ (° 4584) aBe aÊ(° 4585) èrs Quinn  'caeS(° 5106) sbÉ t (° 5215) A'aBtÉ (° 5306) LÉe'mÛ (°4) aé irâÈ : LÉ jÙX Û É (° 6144) e Ée áÉ (° 6232) LÉ cœÛe áÉ (° 6357) ‡  œuŚ: NÉ (° 6533) Éy (° 6654) (° 8693)  cŝ: aqÛêtÉ É Mày (° 7535) qÛtÉ É àa (° 7617) qÛtÉ É(° 7855) È ¸ EuŚ: BÉÛ (° 8388) aOe (° 8389) LÉ  ÛÈ (° 8390) È bânc: acXeM (° 8905) À  ÉùX (° 8980) a ÙÛ ÉcÉ (° 9014) LÉ cÉ É Ét : e t (° 9211) LÉ t (° 9270) aPÉ É (° 9317)
¾ ± ûànAilS: RêvÉ É Bac (° 10095) RêvÉ É BÉÛ (° 10173) RêvÉ É É (° 10211) RêvÉ  (° 10296)
  |›‰¼ € L'hôtel de ouvenir : U au É cHvÉfÉÛÉ CÉ a aÉ
NOA ROBERTS
rois Rêves 1 -
Orgueilleuse Margô
RaDûIT Dé L'aNGLaIs (ÈTaTsUNIs) aR pasCaL Haas
itre originàl DI NG TO DM
Éditeur originàl Jove books are published by The BerKley PUblishing Group, N ew York
© Nora Roberts,99
Pour là tâduction ànçàie © Éditions J'ai Lu,99
calIfOIÉ,
PÔÔÛE
ïl ne reviendrait pluS a Guerre le lui avait priS Elle le reSsentait À traverS le vide Qui avait envahi Son cœur elipe était mort eS AméricainS l'avaient tué  ou peutê étaitce le déSir de se prouver à luimême qui il éait à, s Les hauteS faes Qui Sulombaient le PaciîQue déchané, Śeraphina comprit Qu'elle l'avait perdu A tout j amaiS  eS nappeS de brouillard l'enveloppaient, maiS elle ne referma pas Son manteau e oid Qu'eLle reSSentait était intérieur, lui glaçait le Sang t leS oS, et rien ne le ferait disparare Śon amour était mOr, algré SeS prièreS, malgré leS innombrableS heureS paSSéeS à Supplier à genoux la ierge Marie de protéger elipe lOrSQu'il S 'était engagé pour aller Se battre conre ceS AméricainS Qui voulaient À tOut prix S 'emparer de la CalifOie ïl étâit Obé à ŝâTâ   eSSâG ÉTâit ârrVÉ chez Son père, 'inFOran que Son unitÉ avaiT Été déc mée en cOmbatant pOur epêchr la ville de omber aux mainS de l 'ennemi ïl avait été eneRé làbaS Elle ne reverrait pluS amaiS Son viSage, n'entendrait pluS jamaiS Sa voix ni ne paragerait SeS rêveS Ele ne lui avait paS obéi, et n'était paS retOuée en ESpagne comme il le lui aait deandé Au lieu de cela, elle avit caché sa dot, l ' or devait les aide à conStruire leur vie ensemble - celle dont ilS avaient Si Souvent rêvé
5
À cet eNdroit mme, eSpéraNt Que lorSQu'iL revieNdrait, auréoLé de gLoire, SoN père lui accorderait Sa maiN. C ' eSt ce Que elipe avait promiS eN embraSSaNt SeS oueS iNondéeS de larmeS. ïlS conStruiraieNt une magNi îQue maiSon, auraient une riBambelle d'eNFaNtS, plaN teraieNt un ardin.  . ïl revendrait la cHercHer et la ve eNîN commeNcerait. Et au ourd 'Hui, il n'était pLuS lÀ. Elle avait voulu reSter prèS de MoNterey, reùSaNt d'tre Séparée de lui par uN océaN. Et QuaNd leS Amé ricaiNS étaient arrivéS, elle avait cacHé Sa dot, par peur Qu'ilS ne S 'eN emparnt comme ilS avaieNt priS tant d'autreS cHoSeS . MaiS iLS lui avaieNt eNlevé ce Qui comptait le pluS au moNde pour elle . Et ŚerapHina ne Se le pardonNait paS, ceaine Que eLipe était mort par Sa Faute ELle avat meNti À SoN père, pour voler QueQueS HeureS avec SoN amoureux, et S 'était doNNée À lui eN deHorS de ieu et de l'EgliSe . e pire, peNSâtelle en BaiSSaNt la tte pour se protéger du veNt cinglant, était Qu'elle Ne pouvait Se repentir de SeS péchéS Et Ne le voulait paS . ïL Ne Lui reStait pluS rieN. luS de rveS. PluS d'eSpoir. PluS d'amour. ieu luI avait repriS elipe. AlorS, bra vant Seize aNNéeS d'éducatioN religieuSe et uNe vie entère de croyaNce ŚerapHiNa releva la tte et maudit Le ciel. PuiS Se j eta daNS le vide .
Cent trente aNnéeS puS tard, leS mêmeS FaaiSeS Se dreSSaient daNS la umière doré de l ' été . eS mouetteS tourbilloNNaeNt audeSSuS de la mer, leur veNtre blaNc Se détacHaNt Sur l'eau d'un bleu profoNd eS eurS, robuSteS maLgré La agilité de leurS pétaleS, S 'épaNouiS SaieNt au SoleiL daNS leS îSSureS de la roche, adouciSSant aiNSi l 'auStérité de la paroi. a BriSe était douce comme uNe careSSe et le ciel avait l'azur parFait deS rveS roiS j euNeS îlLeS aSSiSeS Sur leS rocherS méditaieNt
6
sur l'histoire de Śeraphina en contempLant Locéan. ELles connaissaient bien La Légende et chacune avait sa vision personnelle de la jeune femme dans son deier moment de désespoir. Pour aura empleton, elLe était un personnae de tragédie, elle limagnat le visage baigné de laes, tebLement seule sur Le promontoire battu par Les ventS, une eur sauvage seée dans la main Quand eLLe s 'était précipitée dans Le vide Śes yeux gris et tristes eant sur L 'horizon, eLLe se demandait ce Qu'ellemême aurait fait. Cette histoire Lui sembLait tout aussi romanesQue Que tragiQue . Pour Āte Powell, tout ceLa n'était Qu'un épouvanta bLe gáchis. Eblouie par la luminosité, eLLe pLissa les yeux et aacha un brin d'herbe de sa main menue. 'histoire la touchait sincèrement, ms cette regrettable impul sion de deière seconde la dérangeait. PourQuo mou rir alors Que la vie a tant à oir? C 'était au tour de Margo ŚuLLivan d'évoQue Śera­ phina, ce Qu'eLLe faisait toujours avec un grand sens dramatiQue, eLLe imaginait une nuit d'orage  avec un vent vioLent, une pluie diLuvienne et des éclairs déchi rant le ciel. e déî de ce geste fatal l'intriguait tout autant Qu'iL La troublait. 'image de la j eune îLLe rele vant îèrement La tête, reniant Le ciel avant d'en înir avec La vie, L'obsédait.  C'est vraiment stupide de faire ça pour un garçon, commenta Kate. Śes cheveux d'ébène sagement attachés en Queue decheval dégageaient un vsage anguleux traversé de grands yeux bûns en amand.  ELLe Laimait, dit simplement aura dune voix douce et songeuse. ïl était son seuL et uniQue amour.  Je ne vois pas pourQuoi on devrait n'en avoir Qu'un seul. Margo étira ses longues jambes . ELLe et ara avaiet douze ans, Kate étant pLus jeune d'une année. e corps de Margo Laissait deviner La femme Qu'eLle deviendrait.
7
Śa poitrine commeNçait À Se deSSiner, ce dont elle était eXtrêmemet Ère  Moi, je n ' ai paS l' intention de N'avoir Qu'un amou­ reux, déclaratelle d'une voix peiNe d' aSSurance  J'en aurai deSs Kate pou en hauSSant eS épaueS  Elle était mince et parfaitement plate, ce dont ee Se îchait complÈte­ met l y avait deS choSeS pluS intéreSSanteS danS la vie Que leS garçonS : l'école, le baSebal, la muSiQue  epuiS Que illy eaY t'a fait deS biSouS danS le Çou, tu eS deveNue bizarre  J'aime bien leS garçonS ŚÙre de Sa féminité, Margo Sourit d'un air malicieux eN pasSaNt Sa maiN daNS SeS oNgS cheveux bloNdS EpaiS, onduléS et de a couleur deS béS, ilS lui arrivaient SouS leS épauleS Elle leS avait ibéréS du rUban Que Sa mÈre l' obligeait À nouer dÈS Qu'elle avait pu écHapper au regard vigilant d'Ann ŚullivaN Comme Son corpS, et Sa voiX rápeuSe, Sa chevelure était davantage cele d'uNe femme Que d'une adoleScente - Et j 'aime plaire auX garçonS Ce Qui comptait, pour Margo, pluS Que tout - MaiS Que je SoiS maudie Si je devaiS me tuer pour l'un d'euX ! Mahinalement, aura jeta uN coup d'œil autour d'elle pour S 'aSSurer Que perSonne N'avait eNteNdu SoN amie jurer Ôn était au cœur d'UN été Splendide e moment de l'année Qu'elle préFérait ŚoN regard S'at tarda Sur la maiSoN en haut De la coie jUSte Derrièr elleS  C 'était Son havre, Sa SécUté, et e Simple Fait d'apercevoir leS petiteS tourelleS originaleS, leS hauteS fenêteS en aRondi et leS tuileS roSeS du toit chauéeS par le Soleil califoieN ui ît du bieN ParfoiS, ee la voyait comme uN cHáteau et S 'imagi­ nait en pnceSSe  Et elle commeNçait À rêver Qu'Un priNce viendrait, uN jour, la chercher pour l'aimer, l 'épouSer et la rendre heureuSe
8
- Moi, je n'en veux qu'un, murmuratelle. Ét 'Illui arrive alheur, j'aurai le cœur briséàtout jamais. -u ne sauTerais quand même pas du haut d'une Falaise... à nature pagmaTique de Kate avaiT du maLàconce­ voir un teL geste. Ôn pouvait se onner des claques pour avoir commis une bévue, ou raTé un examen, mais pour un garçon ? Ç'éait carrément ridicule.  son tour, elle contempla la maison des empleton, qui éTaiT aujourd'hui La sienne. ÉLLe pensait être celle des tois qui comprenait Le mieux ce que signiîait être conontée au Pire. Élle avait huit ans Losqu'elle avait perdu ses parents et que La terre s'étaiT eondrée sous ses pieds, la laissant couleràempletonpic. Mais Les L'avaient recueilLie, aimée et, bien qu'elLe ne t qu'une cousine au second degé du côTé des owell, Lui avaient oe une FamiLLe. endre étaT toujours plus sage. - e sais ce que je ferais. e crierais et je maudirais le cieL, décida Margo. Çe qu'elle ît aussitôt, mimant avec une surPrenante faciLité la souance aigu€. - Ét ensuite, j'irais récuPérer ma ot et je ferais le tour du monde en bateau, Pour Tout voir, tout faire. Ét tout vvre. Élle s'étira volupTueusement, ravie de sentir la caresse du soleil sur sa peau. ÉLLe adorait la maison des emPleTon. Ç'était la seule demeure dont elLe se sount. ÉLLe n'avait que quatre Lorsque sa me avaiT uiTé L'ande pou venir tvaiLler chez eux. Même si elle avaiT toujours été Trai­ tée comme FaisanT parTie de a FamiLLe eLle n'oubLiaiT jamais qu'elle était la îlle d'une domestique, et nour­ rissaiT l'ambition de faire bien autre chose. Ôui, tout autre chose. ÉLLe n'ignoraiT pas que sa mère souhaitait qu'elLe acquière une bonne éducation, une bonne siuaton et un bon mai. u'y avaitil e plus ennuyeux ? Én tout
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi