Trois rêves (Tome 2) - Kate l'indomptable

De
Publié par

Bûcheuse, Kate Powell a tout planifié en vue de décrocher un poste d’associée dans le cabinet d’expertise comptable où elle travaille. Rien n’a plus d’importance à ses yeux que sa réussite professionnelle et ses amies de toujours, Laura et Margo. Les hommes ? Non merci. Depuis une déception sentimentale, la jeune femme ne s’y intéresse guère. D’ailleurs, c’est à peine si elle remarque, entre deux bilans, le nouveau directeur de la chaîne Templeton, Byron De Witt. Lui, en revanche, n’a d’yeux que pour elle. Et le jour où Kate, accusée de détournement de fonds, donne sa démission, le séduisant Byron est bien décidé à lui venir en aide…
Publié le : mercredi 16 juillet 2014
Lecture(s) : 4
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782290093412
Nombre de pages : 505
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
kàE INDOMPàBE
Du même auteur ax ÉdItIons J'i lu:
lÈs ÛsôstÈs ( 3608) U sÈcÈt tô pcÈÛx (° 3932) r EÈÈs ( 4080) i:pôssbÈ ÈsôgÈ ( 4275) MÈÛtÈs àÛ Môtàà ( 4374) QÛÈstô dÈ chôx ( 5053) avàÈ ( 5438) CÈ sô Ètjààs (° 5532) CôÈ ÛÈ ôbÈ dàs à Ût ( 6224) avà (° 6449) Pà ÛÈ Ût sàs ôÈ ( 6640) Là fôtÛÈ dÈs SÛvà (° 6664) BàyôÛ ( 7394) U dàgÈÈÛx sÈcÈt (° 7808) LÈs dààts dÛ àss ( 8058) CôÛp dÈ cœÛ ( 8332) DôÛcÈ ÈvàchÈ ( 8638) LÈs fÈÛx dÈ à vÈgÈàcÈ (° 8822) LÈ Èû È dÈ 'àgÈ (° 9067) S tÛnàbàdôÈs (° 9136) Là àsô àÛx sôÛvÈs (° 9497) LÈs côÈs dÈ à chàcÈ ( 9595) S jÈ tÈ ÈtôÛvàs ( 9966) U cœÛ È àÈs (°10363) UÈ fÈÈ dâs à tôùÈtÈ (° 10381) MàîcÈ (° 10399)
lIEuTENANT Eé DAllÀS LÈÛtÈàt EvÈ Dàs ( 4428) CÈs OÛ 'ÈxÈpÈ ( 4454 AÛ bÈîcÈ dÛ cÈ ( 4481) CÈs È càscàdÈ ( 4711) CôÈ dÛ cÈ (° 4756) AÛ cœÛ dÛ cÈ (° 4918) lÈs bjôÛx dÛ cÈ (° 5981) dÛ cmÈ ( 6027) àÛ cÈ ( 6855) Tô dÛ cÈ ( 7323) Là ô dÛ cÈ (° 7334) AÛ ô dÛ cÈ ( 7393) Fàscàtô dÛ cÈ (° 7575) Ûô dÛ cÈ (° 7606) PÛÈt dÛ cÈ (° 7797) Pôtàt dÛ cÈ (° 7953 Itàtô dÛ cÈ ( 8024) Dvsô dÛ cÈ ( 8128) Vsôs dÛ cÈ ( 8172) SàÛvÈ dÛ cÈ ( 8259) AÛx sôÛcÈs dÛ cÈ ( 8441) SôÛvÈ dÛ cÈ (° 8471) NàssàcÈ dÛ cÈ ( 8583) CàdÈÛ dÛ cÈ ( 8685) àt dÛ cÈ (° 8871) ScàdàÈ dÛ cÈ (° 9037) àÛtÈ dÛ cÈ (° 9183) PôÈssÈs dÛ cÈ (° 9370) Fàtô dÛ cÈ ( 9496) FàtàsÈ dÛ cÈ ( 9703) Addctô àÛ cÈ (° 9853) PÈîdÈ dÛ cÈ (° 10096) CÈs dÈ NÈw YôkDààs ( 10271)
lES ToIS SŒUS MàggÈ à ÈbÈÈ ( 4102) DôÛcÈ Bàà ( 4147) Shàô àppvôsÈ (° 4371)
ToIS ÉVeS ( 4560) KàtÈ (° 4584) là bÈssÛÈ dÈ làÛà (° 4585)
LES FÉeSIN Dàs 'ôcà dÈ tÈs ÈÛx ( 5106) R SàbÈs ôÛvàts ( 5215) A'àb dÈs tÈpêtÈs (° 5306) LÈs vàgÈs dÈ 'àôÛ ( 6444)
MAGIE ILÀNDAISE j LÈs ôyáÛx dÛ sôÈ ( 6144) LÈs àÈs dÈ à ÛÈ (° 6232) lÈ cœÛ dÈ à È (° 6357)
I:ÎLE DES ToIS SŒUS NÈ ( 6533) (° 6654) Mà 8693)
lES ToIS CLES là qÛêtÈ dÈ (° 7535) Là qÛêtÈ dÈ Dàà 7617) Là qÛêtÈ dÈ Zô (° 7855)
LE SECET DES FLEUS LÈ dàhà bÈÛ (° 8388) Là ôsÈ ôÈ ( 8389) lÈ ys pôÛpÈ ( 8390)
LE CECLE BLĀnC Là côx dÈ Môgà ( 8905) Là dàsÈ dÈs dÈÛx ( 8980) Là vàÈ dÛ sÈcÈ ( 9014)
lE CYCLE DES SEPT LÈ sÈÈt ( 9211) LÈ tÛÈ ( 9270) Là PÈÈ PïÈÈ (° 9317)
QUATE SAISoNS DE FIĀnÇaiLLES êvÈs È bàc (° 10095) êvÈs È bÈÛ (° 10173) êvÈs È ôsÈ ( 10211) êvÈs dôs (° 10296)
E d foàt
I:HÔTEl DES SoUVENIS U pàû dÈ chèvÈfÈÛÈ CôÈ àgÈ SôÛs È
NOA ROBERTS
rois Rêves 2
Kate L'indompTable -
RaDûIT DE LaGLaIs (èTaTs-ÛIs) aR pasCaLE Haas
itre originàl HOLDIN G TH E DREM
Èditeur originàl Jove Books are published by Te Berkley Publishing Group, N.
© Nora Roberts,1997
Pour là ràductionànàŚe © Éditions J'ai lu,1997
CaLifoiE847
OOE
ïl respirait, sentáit L'aîrfet salé de locéan Lui emplir les poÛmons. ïL tendît la mai vers son ombr projetée sÛr les Rocheŝ, une longue sihouee grise en foe d'homme. es vagues déchanées qui défeaent au pied des falaises boÛrdonnaientÀses oreilLes, et Le vent foÛettait son visage. ouant, il étit considéRé come mor. obé àu champ de bataille, ctime de la uee, comme tant d'autrs soldats. Mort. Et cétait la vérité: comment un Hômme poUvaitil vivre Le cœur brisé ? Seraphna... ïl la revoyait, avec ses grands yeux, tourÀtoUr rîeurs et sérieux. uelles étaîent ses pensées Lorsqu'eLLe était venue ici,Àcet endroît du bout du mone où iL se tenàît luî-même en ce moment ? AvaitelLe prononcé son nom avant de se jeter dan le vide du haut des faaises ? ÇÔent VVre àvÈ cÈe aGe ? Çoent un È, t-L mo, PouvàL suPPoeR ce cuce  ïLs avaient diÀSeràPhinà qu état o, tué PàR les Américains alos qu'il se battait pour défendre La Çalifoie  et poÛR se proÛverÀLÛi-même e quL valt. Mais peonne ne savait que, au moment où la bataille faisait aGe, quand les sabRes sentrechoqÛaient tels des éclairs dargent tachés de Rouge sang, qÛand la haine résonnaît comme le carîLlon dÛn clocher, et
5
que l'odeur de poudre envahissait L'air au point qu'il étai devenu impossible de crier sans en sentir le goÛt ácre au Fond de La GorGe, il n'étaït pas mort. l avait i. a honte qu'il éproUvait étaït Désormaïs sans impor  tance, ne honte br•ante et br€taLe qui l'avait néan­ moins empêché de se trner À GeNoux Devant elLe, de La suppLieR de Le comprendre, D'imploreR son pardon et sOn amouR. Élle ne l'avait paS aTtendu. e croyant mort, ŚeRaphina avait préféré mourîR L auait pourtant dÛ se doueR qu'eLle reserait de puiser dans sa dot et de s'embrqueR pour l'Éspane, oÙ elle aurait pu L'aendre en toute sécurité. on, ŚeràphiNa était coUrageuse, Loyàle. Élle était Resée e avait caché sa dot, sybole De La promesse qU'ils s'étàient Faite De vivre eNsembLe Uis elle était veNue suR Les faLaises de nterey en Repensant À toues ces heures volées q'iLs avaient passées ici À rêver. Aucune femme vibrante d'amour et de beauté Ne s'y tRouvait, prête À lui ouvRiR les BRàS, À Le consoler Des horReurs de la gueRre et À souLageR sa coNscience u cachemaR que lui inspirait sa pRopRe lácheé. ésor maiS, tou L'or du mond ne poUait Les réUNir. L étaît ceraiN de savoiR oÙ eLLe àvàit caché son ré soR: lÀ, das cet endoit qu'iLs avaient Découve ensemble, oÙ iLs s'étaient alloNgés côte À côte et avaieNt àit L'àmour L n'Y toUcheRàï ŝ eN ïse DÈ téMOïGNàGe, sOre De àthétiQUe oàNDe À sa mémOïRe ssemblat toUt soN couRàge, LUtant coNRe LÈS rafaLes de vent, eLipe s'aPprocha dU BoRd de La FaLaïse HoRmis la jeNe seante de ŚeRàPhinà, qUi avait tou jouRs été coMpLice de leUrs reNDezvoUs àoureux, er sonne ne savait qu'il était reveNu. ême maineNànt, elle ne le trahirait pas. eRsonne ne se douterait jamaiS qu'iL éait reveNU en LŽche.  Ne lUi restai plus qU'À
6
saU DU haUt De la faise Comme sa Chère Sera­ pna oU la rejoindr ïl fea Les YeUx et Le Gissement De LoCéan Lui gLaa LÈ sang n BaŚ Les rochers DéchiQUetés se ds­ saient faoUChement pLus Cels QUe toUs Les saBres améCns Seraphina QUi porait leUr enfantsson ventre LattenDait le CœUr toUjoUŝ aUssi DéBorDant daour ïl le savait Le sentait oUant il cUla ïL avait BeaU êtr Un home mor iL serait enCore et toUjoUrs Un lĀche AgenouiLLé au sommet De La falaise iL se mitÀsangLoter sUr son honneur et son amour perDus SUr ses rêvesÀtout jamais Brisés
âte se dedait si les choses sétaient passées ainsi si Le jeUne hoe était venU sur La faLaise où Èlle-même se troUvait en ce momentde pleurer son aour et son honneUr pedUs Avec sa LogiQUe haBitUeLLe elle sUpposait QUe la légende De Seraphina et de La dot dispae sétait Défoée aU cour des sièCles baignée DUne aUra De tragédie De plUs en Lus romantiqUe uoi QUiL en soit cete histoire Lui pLaisait ainsi coeÀtoUtes les petites lles lle en rêvait imagi­ nait les DeUx jeUnes amoureUx se promenant sur Les hautÈs faLaises rcheuses Un matin dhiver cÈ ceLui-ci oŝ Que LÈ BrouiLLa recouvrait LÈ BLeu È La er de sone soLeiL BriLLai itenteau BLanc et QUe sément au-DessUs eUt-être sétaient-iLs aêtéŚ ici ême poUr regarder voLer Les moUettes ou écoUter Les cris Des lions de mer ïLs Devaient avoir fait des projets davenir des rêves et endroit était propiceÀLa rêverie avec le cieL et La mer DUne immensité si inie QUe rien ne semBLait impossiBle
7
ais lEurs rêvEs avaiEnt été anéantis sétaiEnt dis loqués btalEmEnt commE le cos dE ŚEraphina sR lEs rchErs déchquetés qu se dressaEnt au mliEu dEs remousïxdE locéan. ÇEttE hstoirE damour Et dE mo apaisait quelquE pEu son cœur mEurtri. l y àvait àujÔurdhui un àn quE sEs pants étaiEnt mots. A nEuf ans EllE étàit À pRé sEnt assEz grandE pour comprEndre quils nE rEvien raiEnt plus jamais. Śi ellE sE làissàit àllEr En fErmant lEs yeux EllE sE rEvoyait daNs la voitu, sur la ban quEt aièrE En train dE rEgardEr tombEr la pluie glacialE Et découtEr lE ronronnEmEnt du chauagE Et la voix uide dE inda onstadt. ŚEs parEnts nE disaEnt ren. Ne fois dE plus, ils sétaïent disputés, elle le savàit e milieux très dié rents, ils ne vÔyàiEnt jamais les chosEs de là mêe Ç fa on. tE nE savait pas pourquÔi, mais lEurs disputes sE déroulaiEnt toujours sans lE moindrE éclàt dE voix. ès tt Elle avait appris quE lEs guEEs qui sE livraient En silEncE étaiEnt aussi lEs plus tErriblEs. ais dès quils sE réconciliaiEnt tout allait biEn À nouvEau. Çar ils sE éconiliaiEnt toujours. ÇE jourlÀ, EllE aurait préféré rEstEr À là màison et jouEr dans sa chambrE avec lEs jouEts quEllE avàit Eus À o“l. a plupa dE sEs amiEs sétaient déjÀ lasséEs dE lEurs cadEàux. E gand jour avait bEau être passé dEpuis dEs sEmainEs, tE était tÔujours aussi ràvE dEs sieNs. Śurtout le cháteau ishEr rie Élle avait En…E dE lnstaller au mlEu DE la chambre, De fare semblant dêtre À lntérïeu et dE défendre le chá tEau Et tous cEux quelle aimait con| les méchaNts EnvahssEurs. embardée que t la voituR la tirà dun demi sommeil. Śa mèrE poussa un cri sÔn pèe jurà. uis tout sE passa come sur un manège qui semballe. Œa sE mit À touEr si vite quE tous lEs orgaNEs de son corps lui rent leet de sépailler dans des direc
8
tions diérentes. Ét soudain, un bruit déchirant accom paGné de cis retentit comme un rouLeent de ton nee. Aprs ceLa, eLLe n'avait pLuS aucun Souvenir. usqĀ LhôpitaL. L y avait eu des Lumires, des sirènes, des odeu... Ét La douLeur. ÉLLe avait eu maL, ais Sa peur était si intense qu'eLLe n'avait ressenti quune immense panique. Ls avaient resé de La Lácher, même quand eLLe avait pLeuré et sétait débattue en appeLant sa mère. n Lavait aLors attachée sur une tabLe. ne piqÛre. Ét puis pLus rien. usquĀ ce que Le édecin au reGard triste et Las vienne sasseoir À côté d'eLLe pour Lui annoncer d'une voix douce et désoLée que ses parents n'étaient pLus LĀ. Énsuite, eLLe était restée prisonnire dans cete chambre qui sentai Léther e Le déSinfectant. ans cette pice aux murs bLancs dans LaqueLLe aLLaient et venaient sans cesse des femmes tout en bLanc. ais ses parents nétaiet pas venus La voi. endant des heures, des jours, eLLe avait espéré en vain. aLGré ce que Lui avait dit Le médecin, eLLe était restée convaincue qu'iLs viendraient, et qu'iLs Lemmèneraient Loin d'ici. inaLement, c'étaient Les empLeton qui étaient venus. ante Śusie et oncLe ommy. Ls L'avaient serrée danS Leurs bras, Lavaient Laissée pLeurer Ā chaudes Lar mes, puis L'avaient conduite dans un hôteL, attendant que Les médecins Les autorisent Ā La ramener en çaLi foie çhez euX A empLeon House. Kae Dut faire Un eo our D‘ourner LeS yeUX De océan et reGarDer La Demeure n pierRe et en boiS Sombre Sur La coLLine. ien qu'on  en janvier, iL Y avait des eurs patout, ainsi que deS bourGeons et deS acheS de couLeur Sur LeS àBreS. A présent, cette mai Son était La sienne cétait son foyer et ce Le Serait oujourS Avec ses toureLLes et SeS baLcons, on eÛ dit un cá teau. es fenêtreS étinceLaient et LeS cheminées ronron
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi