Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Achetez pour : 5,49 €

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Publications similaires

Vous aimerez aussi

suivant
- 1 -
— EnIn, Lizzie, tu ne peux pas me faire ça. Que vais-je devenir sans toi… ? En moins d’une petite seconde, Lizzie Landry sentit sa détermination léchir. Ee se mit aors à ’imaginer, tout seu, perdu sans ee, à s’inquiéter pour ui… Mais a seconde d’après, ee s’était déjà reprise. Comment Ethan s’y prenait-i pour arriver à a faire douter ainsi d’ee-même ? Depuis cinq ans qu’ee vivait aux côtés d’Ethan Traub, ee aurait pourtant dû être immunisée contre es effets de son charme ravageur et de ses douces paroes. En réaité, ee ’était, mais détestait ’idée de ’abandonner quand i avait besoin d’ee. Autant dire tout e temps. Ee devait se montrer pus forte que cea et aer au bout de son idée : consommer de façon déInitive eur rupture. Prenant son expression a pus grave, a pus résoue, ee répondit : — Ethan, voià des mois que tu t’appiques à éviter e sujet, mais cea ne marchera pas, cette fois. ï faut que nous parions. Ee vit son regard veours noir se durcir, et e sourire sur ses èvres, d’une sensuaité toute mascuine, s’effaça. A présent, i afIchait un air renfrogné, presque boudeur. — ï n’y a rien à dire, marmonna-t-i. Tu viens avec
8
Un amant irrésistible
moi dans e Montana. Et si, au bout du compte, tu ne supportais pus… — Ne te méprends pas sur ce point, Ethan, ’inter-rompit-ee. J’ai trouvé extraordinaire cette expérience de travaier avec toi. Et si j’étais forcée de retravaier un jour pour quequ’un, ce serait pour toi. — Parfait. Dans ce cas, où est e probème ? Tu peux continuer à travaier pour moi. — Non, certainement pas. J’aspire à devenir mon propre patron. J’ai toujours eu comme objectif de fonder mon entreprise. Un objectif qu’i est temps pour moi de réaiser. Je me sens prête. Je te ’ai dit et redit et redit encore… Deux semaines de préavis. Cea me sembe correct. — Deux semaines ! s’excama-t-i en bondissant de son fauteui. Poings serrés sur e sous-main en cuir de son bureau, du haut de son mètre quatre-vingt-dix, avec cette beauté rebee et Ière si typique des mâes texans, i ui adressa un regard ourd de menaces. — ïmpossibe, tu auras besoin de pus de deux semaines pour trouver une rempaçante, voyons, poursuivit-i. En pus, tu ne peux pas te mettre à en chercher une dans ’immédiat. Nous partons jeudi. — Ethan, je te e répète. Je n’irai pas à… — Bien sûr que si, protesta-t-i, ’empêchant de terminer sa phrase. Tu vas m’accompagner. Et pour tout un tas de raisons. Pour tenter de recouvrer son came, ee prit une profonde inspiration. — Par pitié, ne recommence pas avec ces raisons. Tu me es as déjà énumérées cent fois. — Eh bien, tu es écouteras une cent-unième fois. — Ai-je e choix ?
Un amant irrésistible
9
— Non, aucun… Et i entreprit de ui rappeer tout ce qu’ee savait déjà. Qu’i était tout simpement démuni, sans ee. Et que e moment ne pouvait être pus ma choisi. — … J’ai besoin de temps, tu e sais, Lizzie. Cea ne va pas être facie de dénicher une assistante aussi compétente que toi. Aussi disponibe, pour accepter a cohabitation. Aussi inteigente, et compétente et came. Et aussi agréabe à vivre. Quequ’un qui soit aussi efIcace au bureau qu’à a maison… et qui ait toute ma conIance, sur e pan personne… Ses expications devenaient de pus en pus éogieuses, à mesure que ’échéance approchait. Certes, a première fois, ee avait été lattée du portrait qu’i dessinait d’ee. Mais après tous ces mois à essayer de ui faire comprendre qu’ee souhaitait prendre son envo, ee commençait à en avoir assez de ’entendre tenter de ’en dissuader. Ee attendit a In de son discours pour ui rappeer, une fois de pus : — Le Montana ne me tente absoument pas. Je suis née au Texas, j’ai grandi dans cette bonne vie de Midand. Et c’est ici que je veux ouvrir ma bouangerie-pâtisserie. ï faut que tu te fasses à cette idée, car je ne changerai rien à mes projets. Pas cette fois. — Traub Oi a besoin de toi. — Traub Oi s’est fort bien débrouié sans moi durant pus de trente ans. — Bon, dans ce cas…, maugréa-t-i en se mettant au garde-à-vous.Moi, j’ai besoin de toi. Ee se sentit subitement toute petite dans ce fauteui, face au bureau. Un instant, ee songea à se ever à son tour pour ’affronter sur un pied d’égaité. Après tout, ee était presque aussi grande que ui. Mais ee se ravisa et se concentra pour préserver toute sa détermination.
10
Un amant irrésistible
— Tu n’as pas besoin de moi, Ethan. Pas vraiment. Tout se passera bien. — Lizzie, Lizzie, Lizzie, gémit-i en secouant a tête, avant de se rasseoir. Et… Que dirais-tu d’une prime ? Oui, une prime de icenciement ? Reste queque temps encore avec moi, et tu partiras avec de soides indemnités, je te e garantis… Ee se raidit un peu pus. Surtout, ne pas se aisser attendrir, surtout ne pas e suivre dans cette voie. Mais i s’agissait d’argent, tout de même… Ee s’était déjà retrouvée sur a paie, autrefois. Et ee s’était promis que cea ne ui arriverait pus jamais. — Une prime… de combien ? ï réléchit queques secondes puis cita un chiffre exorbitant. Ee manqua s’étranger. — C’est une… paisanterie… ? — Je n’ai jamais été aussi sérieux. Ee sentit sa détermination s’effriter d’un cran. Pour dire a vérité, ee se sentait ma à ’idée de e aisser partir pour Thunder Canyon sans ee. ï nourrissait de grands projets. Franchement, ne pouvait-ee attendre jusque-à ? Ee nota un certain écat dans ses yeux. Voià. ï venait de comprendre qu’i a tenait. — ï faut que tu y réléchisses sérieusement, Lizzie. Tu ne dois pas te ancer sans une trésorerie conséquente. La création d’une entreprise demande d’importants investissements. ï faut toujours s’attendre à des frais suppémentaires. Qu’ee e veuie ou non, i marquait un point. — Combien de temps auras-tu encore besoin de moi ? demanda-t-ee aors, prête à céder. — Oh ! C’est ’histoire de queques mois, je pense, répondit-i avec un haussement d’épaues. — Queques mois, c’est-à-dire ? Trois ?
Un amant irrésistible
11
ï sourit, avec ce sourire mi-contrit mi-mutin qui invariabement a faisait fondre. — Ecoute, réléchis à mon offre, c’est tout ce que je te demande. Nous discuterons des détais une autre fois… — Mais Ethan, je… ï jeta un regard à sa Roex. — Woa, mais… Tu as vu ’heure… ? — Ethan… — J’ai rendez-vous avec Jamison dans cinq minutes à peine. Tu aurais dû me e rappeer. — Accorde-moi queques secondes encore, insista-t-ee. Régons es formaités tout de suite. — Pas maintenant, désoé. — Ethan ! — Réléchis à ma proposition, Lizzie, dit-i, déjà sur es starting-bocks. — Mais c’est tout réléchi et je… — Désoé, vraiment. Mais je dois y aer… Et une fois de pus, i s’écipsa sans ui avoir donné de réponse caire et précise. Ee se aissa tomber sur son siège. N’avait-i pas queques instants de pus seuement pour ee ? Puis ee se redressa, passa une main sur ses cheveux qui avaient une fâcheuse tendance à frisoter, même dans cette région du Texas pourtant peu humide. Ee ne capituerait pas. Aujourd’hui, d’une façon ou d’une autre, ee ui donne-rait son préavis. Par courrier. Une ettre recommandée, très ofIciee. De cette manière, i serait bien forcé d’accepter sa décision. Ee secoua a tête. Ee ne pouvait pas faire cea. Pas à ui. ï n’était pas uniquement son patron, i était aussi un ami, un vrai, e seu à ui avoir proposé son aide, quand ee en avait eu e pus besoin. Ee Inirait par e convaincre. Après tout, i ne pourrait
12
Un amant irrésistible
pas s’esquiver indéIniment. D’autant qu’ee vivait sous son toit. Et i avait beau s’évertuer à ’éviter, i devrait bien se résoudre à un moment ou à un autre à rentrer chez ui.
La réunion avec Roger Jamison terminée, Ethan, satisfait, se frotta es mains. Roger avait toutes es compétences requises pour assurer a permanence, durant son séjour dans e Montana. Et pus tard, si es choses se dérouaient comme i ’espérait, i nommerait Jamison à sa pace, au poste de directeur Inancier de Traub Oi ïndustries. Après son rendez-vous, i hésita à retourner dans son bureau. ï trouverait forcément Lizzie à son poste, juste devant sa porte, comme toute assistante de direction qui se respecte. Et ee insisterait pour reprendre cette discussion et ui expiquer pourquoi et quand ee partait. Pas question. Comme i devait retrouver son beau-père, Pete Wexer, à midi, pour e déjeuner, i prit a décision de se rendre une heure pus tôt au cub. En attendant, i s’instaa dans e patio et prit un soda, tout en proItant du soei timide de ce mois de mai. Pete ui-même arriva queques minutes en avance. — Je suis heureux de te voir, dit son beau-père, après ’avoir serré entre ses bras. Comme c’est agréabe de nous retrouver ainsi, oin du bureau, rien que toi et moi. Tu ne veux pas entrer ? demanda-t-i en désignant a sae de restaurant, derrière a baie vitrée. J’ai réservé une tabe avec vue sur e green. Queques minutes pus tard, e serveur venait à peine de prendre eur commande, que Pete dit ce qu’Ethan savait déjà. — Tu t’en vas jeudi…
Un amant irrésistible
13
— Exact. — Ta mère et moi, nous vouons essayer de partir dès vendredi matin. C’est si important, pour nous deux, d’assister au mariage de ton frère… Corey, e troisième des enfants Traub après Ethan, convoait en justes noces e vendredi suivant. Corey et sa Iancée, Erin, vivaient ensembe à Thunder Canyon, une adorabe petite vie de montagne, à proximité de Bozeman. Un contingent important de Traub s’était déjà instaé dans a région. Des cousins d’Ethan, mais aussi Dion, son frère ainé, e médecin de a famie. Pete continuait de parer, citant d’autres parents d’Ethan. — … Jackson, Jason et Rose feront eux aussi e dépacement. Toute a famie sera à… Ethan s’enfonça dans son siège et écouta son beau-père d’une oreie distraite, tout en repensant au temps qu’i ui avait fau pour accepter Pete au sein de a famie. Vingt ans, au moins. Comme ses quatre frères et sœur, Ethan Inaement avait Ini par s’inciner. Comment faire autrement ? Pete était un type bien. Genti, et avec un grand cœur. ï adorait sa mère et avait toujours manifesté beaucoup d’affection à ’égard de ses beaux-enfants. ï réaisait aujourd’hui combien i avait été injuste envers son beau-père, ui reprochant en réaité de ne pas être Chares Traub. Miionnaire à trente ans, à une époque où un miion de doars vaait encore queque chose, e père d’Ethan avait été un homme puissant et autoritaire, qui ne devait sa fortune qu’à ui-même. Ethan venait tout juste de fêter son neuvième anniversaire quand son père avait trouvé a mort, sur une pate-forme pétroière, vingt-huit ans pus tôt. Tout de suite après ’accident, Pete avait beaucoup entouré a mère d’Ethan, Caudia. Ce qui avait suscité
14
Un amant irrésistible
bien des rumeurs, en vie. A vouoir défendre ’honneur de eur mère, et par conséquent, ceui de Pete, Ethan et ses frères rentraient presque chaque jour de ’écoe e nez en sang, ou un œi au beurre noir. Ce qui ne es empêchait pas de s’interroger en secret sur es réees motivations de Pete. Avec e temps cependant, force avait été de constater que Pete Wexer était un homme droit et intègre. Un homme posé, qui prenait es choses avec came et ne se précipitait jamais. Ce qui, concernant a gestion de a compagnie, avait e don d’agacer Ethan, bien pus entre-prenant. Pete en tout cas vouait un amour sans bornes à a mère d’Ethan, dont i était e mari Idèe et dévoué depuis maintenant vingt-six ans. ï avait été victime ’année précédente d’un infarctus, un événement qui es avait tous boueversés. C’est à cette occasion qu’is avaient pris conscience à que point is s’étaient attachés à ui. Pete était aujourd’hui parfaitement remis et veiait à mener une vie saine. Après son infarctus, ui et sa mère avaient un moment envisagé de prendre une retraite anticipée, mais e sujet sembait aujourd’hui cos. Pete était en grande forme et e coupe continuait d’assurer a direction de Traub Oi ïndustries, Pete comme président du consei d’administration, Caudia en tant que P.-D.G. Ethan savait que tous deux ui faisaient conIance, mais i en avait assez d’attendre qu’on veuie bien ui conIer es rênes de ’entreprise. ï était autrement pus aventureux en affaires que ne e seraient jamais sa mère ou Pete. ï avait consacré son existence à TOï, es rouages de a compagnie n’avaient aucun secret pour ui. Mais i vouait occuper un autre poste que ceui de directeur Inancier qui était e sien depuis six ans. Cea sufIsait. ï avait de ’ambition. Pour ui, i n’y avait pas de réussite possibe sans investissement ou diversiIcation. ï voyait
Un amant irrésistible
15
grand et, en ’absence d’opportunités, i faait savoir s’en créer. D’où ce voyage dans e Montana. Le serveur réapparut avec eur assiette. ïs venaient de commencer eur repas quand Pete ramena sur e tapis un sujet récurrent dans eurs conversations, ces derniers temps : — A propos de ce compexe touristique de Thunder Canyon… Ta mère et moi avons étudié avec soin es documents réunis par tes frères… Dion et Corey avaient été soicités pour investir une partie du capita de TOï dans ’affaire. — … Tu tiens vraiment à reprendre cette structure touristique ? On a dit proche du dépôt de bian… — En fait, nous n’aons pas exactement a reprendre. — Désoé, s’excusa Pete avec un sourire. C’était une façon de parer. Tu comprends ce que j’ai vouu dire. — Bien sûr, Pete. Et en réaité, je ne dirais pas que cet hôte est en faiite. L’année passée, eur chiffre d’affaires était même en hausse. Et eur principa investisseur n’est rien moins que es hôtes McFarane House. J’ai eu un contact avec Connor McFarane, e directeur généra de McFarane House. ï a bien ’intention de faire fructiIer sa mise. — ï serait bon que tu rencontres ce McFarane. Je veux dire en tête à tête… — Nous avons pris rendez-vous a semaine prochaine, à Thunder Canyon. — Bien. — Les propriétaires du compexe touristique ont dû se résoudre à une certaine réorganisation, reprit Ethan, tandis que Pete, attentif, hochait doucement a tête à ses paroes. ïs ont éargi eur gamme de services pour mieux coer aux attentes du marché, pour rendre ’hôte
16
Un amant irrésistible
accessibe au pus grand nombre, sans sacriIer pour autant eur réputation de station de viégiature de uxe. — C’est simpement que je ne vois pas a raison de se précipiter dans queque chose de… — Nous ne nous précipitons pas, e rassura Ethan. Avant de dire oui, je vais étudier e cas pus en profondeur, examiner es comptes avec soin, rencontrer e directeur et inspecter e site. — Je sais que tu feras ce qu’i y a à faire. Puis Pete aborda ’autre projet d’Ethan. Une fois dans e Montana, ceui-ci envisageait de mettre en pace es structures nécessaires à ’extraction de schiste bitumineux. Toujours a même rengaine. Extraire e schiste bitumi-neux coûtait des sommes fabueuses. De pus, ’impact environnementa était catastrophique. Comme chaque fois, Pete énuméra es mêmes inconvénients associés à ce type d’expoitation. Patiemment, Ethan ui rappea certaines données économiques, insista sur e fait que es réserves en pétroe s’épuisaient. ï était temps d’investir dans e schiste bitumineux. Une fois de pus, i expiqua à son beau-père que es technoogies d’extraction ne cessaient de progresser et que TOï ne devait pas rater e coche. Pete parut convaincu et para d’autre chose. Leur déjeuner achevé, is se séparèrent sur e parking après une accoade affectueuse. — J’ai conscience d’être un peu trop timoré, parfois, dit Pete en e reâchant. Mais je veux que tu saches que je… enIn que ta mère et moi t’aimons de tout notre cœur et que nous aimerions que tu restes ici, à Midand. Mais nous comprenons aussi que tu veuies aer à-bas et prospecter de nouveaux marchés. Et nous t’admirons pour ta passion d’entreprendre, sache-e. Ethan sourit avec tendresse à son beau-père.