Un amour incognito - Etranges prémonitions

De
Publié par

Un amour incognito, Gayle Wilson

Un soir, alors qu’elle effectue une course pour son employeur, le sénateur Franklin Gettys, Nicki est agressée. Convaincue que quelqu’un cherche à l’atteindre et que de sombres agissements se trament dans le domaine du sénateur, Nicki est déterminée à percer les secrets de Gettys. Elle se fait embaucher incognito dans le domaine… sous l’identité d’un jeune homme prénommé Nate. Un plan qui vacille sur ses bases dès l’arrivée du fascinant Michael Wellesley. Car troublée par sa présence, Nicki redoute aussitôt de commettre le faux-pas qui trahira sa couverture…

Etranges prémonitions, Rebecca York

Jamie fait des rêves prémonitoires. Cette fois, c’est son amie d’enfance, Lynn, qui est concernée, et Jamie craint le pire. Elle se précipite sur le téléphone : qui mieux que son amie enquêtrice à la Light Street Agency peut tirer cette affaire au clair ? Seulement, c’est Mack Steel qui décroche — un homme pour lequel Jamie a toujours éprouvé une troublante attirance, qu’elle s’efforce de dissimuler derrière une extrême froideur. Froideur qu’il lui rend bien, d’ailleurs. Néanmoins, il prend son appel au sérieux, car Lynn est bel et bien portée disparue…

Publié le : samedi 1 octobre 2011
Lecture(s) : 142
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782280239783
Nombre de pages : 448
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Un amour incognito
GAYLE WILSON
Prologue
Depuis deux semaines, le phénomène se produisait de façon récurrente. L’impression étrange et angoissante d’être épiée. Assez souvent pour que, chaque fois qu’elle se retrouvait seule en ville, elle doive lutter contre une irrépressible envie de regarder par-dessus son épaule.
Nicola Carson était incapable de dire quand ni à quelle occasion cela avait commencé. Tout ce qu’elle savait, c’est qu’auparavant elle ne rechignait pas à travailler tard, même si l’immeuble abritant les bureaux du Sénat était presque désert à l’heure où elle finissait. A présent, elle devait s’armer de tout son courage pour affronter les rues de Washington à la nuit tombée.
« C’est ridicule », se raisonna-t-elle en descendant les marches à la hâte, serrant de sa main gantée le col de son manteau.
Il y avait dans l’air de décembre un soupçon de neige qui lui donnait la nostalgie des frimas vigoureux des Rocheuses du Colorado de son enfance.
« Ridicule, encore. » Alors qu’elle vivait son rêve, celui d’appartenir au staff permanent d’un des hommes les plus puissants de la capitale, elle ne songeait ces derniers temps qu’à la vie qu’elle avait été jadis si impatiente de laisser derrière elle.
Malgré ses paroles d’auto-encouragement, et tandis que le cliquetis de ses talons ponctuait son pas rapide sur le trottoir, son malaise s’accrut. « Ne te retourne pas, ne te retourne pas », se répéta-t-elle en boucle, résolue à ne pas céder à sa paranoïa.
Elle ne se serait pas trouvée dehors aussi tard si, en sortant, le sénateur Gettys ne l’avait chargée d’une commission, déposer un CD à sa permanence de campagne avant de rentrer chez elle.
Elle ne comprenait pas pourquoi la livraison de ce disque ne pouvait attendre le lendemain, mais ce n’était pas son rôle de poser ce genre de questions. Son rôle était de se rendre le plus utile possible. Elle avait donc obtempéré.
En temps normal, elle n’avait aucun problème à remplir les missions qui lui étaient assignées. Elle ne se faisait aucune illusion sur la place qu’elle occupait dans le schéma global des choses. Pour avoir grandi dans une ferme, où l’on n’a d’autre choix que de participer à toutes les tâches, même les moins ragoûtantes, elle n’avait jamais considéré la moindre corvée comme indigne d’elle.
Elle pouvait remercier le ciel d’être là. D’avoir été sélectionnée parmi tous les postulants. De la chance qui lui avait été offerte de vivre dans la capitale et de participer au travail du gouvernement.
Alors qu’elle se répétait sa litanie, tentant de noyer son malaise dans l’énumération de toutes les raisons pour lesquelles elle devait s’estimer heureuse, l’écho d’un bruit de pas se fit entendre derrière elle. Son rythme cardiaque s’accéléra, son ventre se noua et un flot d’adrénaline coula dans ses veines.
La bouche du métro était à une cinquantaine de mètres. Malgré le froid et les rues désertes autour d’elle, il y aurait sûrement du monde. Au moins plus de lumière. Rien n’était plus effrayant qu’une mauvaise rencontre dans l’obscurité.
Elle accéléra le pas. En arrivant à l’escalator qui descendait vers la station, elle courait presque. Et aucune des stratégies censées juguler son absurde panique ne semblait fonctionner.
Elle voulait entrer dans la lumière d’une rame, se fondre parmi les autres passagers qui quittaient tard leur bureau pour rentrer chez eux.
La main sur la rampe, elle fit un tel bruit en dévalant les marches d’acier en mouvement qu’il lui fut impossible d’entendre autre chose. Une fois au pied de l’escalator, elle se retourna pour jeter un coup d’œil derrière elle. Rien. Personne ne la suivait. Son pas seul résonnait.
Elle poussa un soupir de soulagement, puis, resserrant sur elle son manteau, se dirigea vers le quai. Sans même y penser, elle plaqua sa carte sur le rond rouge magnétique autorisant l’accès. Elle y était presque. La rame allait arriver. Avec elle les gens. La sécurité.
L’écho de ses pas se répercuta sur le carrelage hexagonal et sur les murs tandis qu’elle s’avançait vers la voie. Cette fois, elle n’y prêta pas attention. Après tout, elle savait qu’il n’y avait personne derrière elle. Sa panique n’avait absolument aucune raison d’être.
Elle respira à fond, s’efforçant de refouler l’hystérie qui menaçait. Une rame approchait. Dieu merci, malgré l’heure tardive et la fréquentation secondaire de cette station, quelques autres usagers attendaient sur le quai.
Elle n’était plus qu’à une dizaine de mètres de la voie. Le grondement s’amplifiait dans le tunnel. Son attention se porta sur les autres passagers. Tous avaient les yeux tournés vers l’ouverture par où allait déboucher la rame. Elle capta un mouvement dans l’angle de son champ visuel.
Avant qu’elle n’ait le temps de tourner la tête, quelqu’un la saisit brutalement par les cheveux. Le geste fut si puissant qu’elle se sentit tirée en arrière.
Le temps qu’elle comprenne ce qui lui arrivait, une main gantée s’était plaquée sur sa bouche, étouffant le cri qui lui montait à la gorge. Non qu’il eût changé grand-chose : le bruit du train croissait à chaque instant.
Les larmes aux yeux à cause de la douleur, elle tenta de se dégager de l’emprise de son agresseur. La main qui lui agrippait les cheveux glissa le long de son corps et un avant-bras solide se cala sous ses seins.
Submergée par la panique, elle se tortilla pour se libérer. En vain. Les coups de pied qu’elle lança au hasard derrière elle ne rencontrèrent que le vide. Son agresseur était un homme, cela ne faisait aucun doute. Non seulement il était plus fort qu’elle, mais vu l’angle dans lequel il la tenait, il devait dépasser son propre mètre soixante-dix-huit d’une bonne dizaine de centimètres. Elle savait maintenant qu’il ne cherchait pas à la voler : dès le début de l’attaque, son sac avait glissé de son épaule, et son contenu s’était répandu au sol. L’agresseur l’avait ignoré.
Redoublant d’efforts, elle se mit à marteler de ses poings le visage de son agresseur. Elle ne le voyait pas, bien sûr, et les coups assénés à l’aveuglette n’eurent guère plus d’effet que ses coups de pied.
Bon sang, mais où était la sécurité ? Le métro était censé être un endroit protégé, avec des caméras dans chaque coin pour prévenir les agressions. Elle chercha des yeux celle qui devait couvrir l’endroit où elle se trouvait, et découvrit qu’elle était orientée dans une mauvaise direction. Par accident, ou intentionnellement ?
La rame arriva, emplissant la station du sifflement des freins. Les doigts plaqués sur sa bouche remuèrent. Son agresseur s’apprêtait-il à serrer ses deux mains autour de sa gorge ? A se saisir d’une arme ?
« Un couteau ? Seigneur non. Pas un couteau ! »
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi