Un avenir à trois - Médecin... et papa

De
Publié par

Un avenir à trois, Sue Mackay

Pour Jessica, l’amour et les hommes, c’est terminé. De toute façon, entre sa carrière de sage-femme et son petit garçon adoré, elle n’aurait absolument pas de temps pour une relation. Pourtant, lorsqu’elle fait la connaissance du séduisant Dr Jackson Wilson, elle est incapable de résister au trouble immense qu’il lui inspire. Et même si elle a bien conscience que rien de sérieux n’est possible entre eux – Jackson n’est à Golden Bay que temporairement –, très vite, en voyant les liens se tisser entre lui et son petit garçon, Jessica ne peut s’empêcher de rêver d’un avenir à trois…

Médecin… et papa, Caro Carson

Le Dr Jamie MacDowell n’a qu’un but : le bonheur de son petit Liam de neuf mois. Et, il en est convaincu, la seule chose qui manque à Liam est une mère. Aussi, lorsqu’il se rend compte que son fils est très attaché à la douce Kendry Harrison, une infirmière de la crèche de l’hôpital, décide-t-il d’aller proposer un arrangement à la jeune femme – en tout bien tout honneur, bien sûr…

Publié le : lundi 1 septembre 2014
Lecture(s) : 1
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782280321297
Nombre de pages : 288
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
1.
Jessîca Baxter regarda, surprîse, e fond de sa coupe de champagne. Non, déjà vîde ? Ee tendît e bras vers e seau à gace posé près d’ee. — Tu as ’întentîon de boîre a bouteîe à toî toute seue ? demanda Jackson Wîson, e frère de a marîée. I s’assît sur a chaîse d’à côté sans détacher d’ee ses yeux verts quî ne cîaîent pas. Ee se sentît parcourue d’un frîsson. Les mêmes yeux que ceux de sa sœur, Sasha, maîs pus însîstants… Cependant, înutîe de se faîre des îdées, aucune trace de sensuaîté dans ce regard. Ee devaît avoîr de a chantîy sur e bout du nez, voîre du couîs de fraîses. Ee y passa un doîgt hésîtant. Non, même pas. Dans ce cas, qu’est-ce quî fascînaît Jackson au poînt qu’î sembe changé en statue de se ? Sî ee répondaît, î se remettraît peut-être à bouger. — Ouî, jusqu’à a dernîère goutte ! — Aors, î faudra que j’aîe en chercher une autre. Dommage, ça m’obîgera à me dépacer… I eut un sourîre de oup quî uî donna ’împressîon d’être ’unîque femme présente sous ce chapîteau. C’étaît faux, bîen entendu. Outre Sasha, a marîée, ébouîssante dans sa robe de soîe crème, a moîtîé de a popuatîon fémînîne de Goden Bay étaît à. Son amîe
7
avaît en prîncîpe prévu un marîage « modeste », maîs ees ne devaîent pas comprendre ce mot de a même façon. Jessîca examîna a bouteîe qu’ee tenaît à a maîn. Avaît-ee trop bu ? Non ! Pas encore. — C’est e meîeur champagne que j’aîe jamaîs goûté. Ton père n’a pas ésîné. — Sur ce poînt, on ne se dîsputera pas, admît Jackson. Ee ne cherchaît pas a contradîctîon, î uî faaît juste un peu pus de ce nectar. Surtout que, en regardant du coîn de ’œî à son côté es cuîsses muscées de Jackson quî rempîssaîent son pantaon noîr à a perfectîon, ee sentaît sa bouche s’assécher. Et quand ee empît sa coupe, a vîsîon des bues montant vers a surface it écho en ee à un fourmîement înattendu, une sensatîon de désîr depuîs ongtemps oubîée. Ee soueva a bouteîe. — Tu as une coupe ? I a uî tendît. — Bîen sûr ! Je suîs un homme prévoyant. De nouveau, î avaît posé sur ee un regard întense et sembaît étudîer ses traîts dans eurs moîndres détaîs. Que regardaît-î avec cette însîstance ? Que cherchaît-î ? Ee s’arrêta net, a bouteîe à a maîn, e sourcî evé. — Mon mascara a coué ? — Pas du tout. La dernîère foîs qu’ee avaît vu Jackson Wîson, c’étaît pour a remîse des dîpômes, treîze ans pus tôt. Durant es deux ans où ee avaît fréquenté ’écoe îcî, î ne s’étaît jamaîs întéressé à ee. Is ne s’aîmaîent pas beaucoup, chacun d’eux étant trop occupé à voer a vedette à ’autre. I étaît e garçon que toutes es ies convoîtaîent, ee étaît a ie que ’on învîtaît partout parce qu’ee étaît rîche et prodîgue… — Arrête, ma coupe déborde.
8
I avaît paré posément, d’une voîx de baryton quî a it fondre. — Oh ! que je suîs dîstraîte ! Désoée ! Ee étaît vraîment confuse, d’autant qu’î ne pouvaît pas îgnorer que c’étaît uî quî a dîstrayaît… Ee se morîgéna. Inutîe d’en faîre un pat, Jackson Wîson n’étaît qu’une dîstractîon mîneure. Pourtant, en e voyant écher e champagne quî uî dégouînaît sur es doîgts, ee sentît a chaîr de poue a gagner. Qu’aaît-ee s’îmagîner ? I s’agîssaît d’un geste nature, sans aucune întentîon sensuee. I n’y avaît aucune raîson qu’îs s’entendent mîeux qu’avant. Ee étaît a dernîère femme au monde quî ’întéresseraît : ee étaît mère céîbataîre, et uî, î sortaît avec d’écatantes beautés quî faîsaîent tourner es têtes sur eur passage. Maîs peut-être e jugeaît-ee un peu vîte. I étaît à depuîs cînq jours, et ee ne ’avaît vu qu’une foîs, à a répétîtîon de a cérémonîe. Son arrogance d’autrefoîs avaît sembe-t-î dîsparu ; î paraîssaît pus sérîeux, peut-être même désabusé… I eva sa coupe avec précautîon, aspîra e surpus du îquîde et trînqua. — Aux jeunes marîés ! — A Sasha et Grady ! Ses amîs, qu’ee auraît cherché à repérer sur a pîste dressée au centre du chapîteau, sî ee avaît pu détacher son regard de Jackson. I étaît encore pus beau que dans son souvenîr. Dîre que, autrefoîs, ee ne comprenaît pas ’engouement de ses camarades pour uî ! I étaît grand, mînce et athétîque, avec des traîts taîés au burîn, une mâchoîre carrée, et ces yeux verts déconcertants quî sembaîent vous percer à jour sans rîen îvrer de uî.
9
I eut un demî-sourîre. — Mon mascara a coué ? Cette foîs, ee rougît vîoemment. En prîncîpe, ee ne prenaît pas e temps de scruter un homme à ce poînt. — Ouî. — Oh non ! Ma réputatîon de macho est ichue ! Son rîre grave résonna en ee, envoyant de petîts chocs éectrîques dans tout son corps. Magré tout, ee poursuîvît son examen. Deux rîdes profondes entouraîent sa bouche sensuee, et d’autres étoîaîent e coîn de ses yeux quî a ixaîent toujours. Ses cheveux bruns étaîent à présent poîvre et se sur es tempes… Quee en étaît a cause ? Ee pongea e regard dans ceuî de Jackson. — Tu as ’aîr exténué. I tressaîît et se mît à contemper e pafond du chapîteau. Quee îdîote ee faîsaît ! Ee venaît de tout gâcher par cette remarque îndîscrète. — Hmm, compètement crevé. Ouf ! î n’étaît pas fâché. — Les effets du décaage horaîre ? Hong Kong, c’est oîn de a Nouvee-Zéande ! — Non, es effets de a vîe, marmonna-t-î sans cesser sa contempatîon. Levant sa coupe, î en avaa une ampée. — Tu as raîson, ce champagne est déîcîeux. Que mauvaîs tour e destîn uî avaît-î joué, pour qu’î paraîsse sî accabé ? Ee savaît qu’î étaît urgentîste dans un énorme compexe hospîtaîer. Un travaî épuîsant, certes, maîs quî ne justîiaît pas cette mîne de chîen battu. I devaît avoîr es moyens d’habîter un be appartement, de s’offrîr une voîture de uxe, et es femmes devaîent se bouscuer pour sortîr avec uî… L’une d’ees avaît-ee boueversé cette vîe de rêve ? — Pourquoî es-tu à Hong Kong, au faît ?
10
— J’y aî effectué une partîe de mon înternat, et quand j’aî eu mon dîpôme, j’aî accepté e poste que ’on m’offraît… I regardaît à présent e fond de sa coupe comme s’î y îsaît des choses secrètes. — C’est une vîe excîtante, bourdonnante, très dîffé-rente d’îcî. J’aî eu ’împressîon de respîrer, de recommencer ma vîe de zéro. — Tu détestaîs Goden Bay à ce poînt ? — Ça m’est arrîvé, ouî. Après avoîr termîné son champagne, î soueva a bouteîe pour en vérîier e nîveau. — I nous en faut une autre. J’en aî pour une mînute. Ee e regarda onger a pîste de danse en éconduîsant poîment es femmes quî tentaîent de ’y entraïner. Donc, î étaît décîdé à revenîr boîre en sa compagnîe… Ayant grandî à Takaka, î devaît connaïtre des tas de gens avec quî bavarder, maîs ee ne ’avaît vu se montrer famîîer avec personne, aujourd’huî. Avaît-î queque chose à cacher ? Seue à sa tabe, ee devaît uî sember rassurante. I avaît dû devîner que es hommes ne ’întéressaîent pas. Et avec raîson, car depuîs ce goujat quî ’avaît mîse enceînte… Ee éprouva un pîncement au cœur. Son is étaît sî mîgnon tout à ’heure à a cérémonîe, en pantaon ong et chemîse banche ! Son amîe Andrea avaît eu a gentîesse de e garder pour a nuît, et î étaît ravî de dormîr chez son copaîn Bobby. Ee avaît donc toute atîtude pour proiter de a soîrée. Lorsque Jackson revînt, e pop caractérîstîque du bouchon quî saute fut une douce musîque à ses oreîes. Ee contempa e nectar doré quî couaît dans sa coupe. — Pourquoî e champagne est-î sî prîsé, à ton avîs ? Parce qu’î pîcote es papîes ? — Sans doute. En pus de son goût exceent. Et î est assocîé aux céébratîons, aux événements heureux…
11
Quand Jackson se rassît, ee s’aperçut qu’î avaît rapproché sa chaîse de a sîenne. De nouveau, ee eut a chaîr de poue, et ee évîta de uî frôer e bras en evant sa coupe. A a premîère gorgée, es bues uî chatouîèrent e nez, et ee pouffa. Méiance, ce breuvage étaît traïtre… Maîs pourquoî ne pas se aîsser un peu aer, pour une foîs ? I y avaît sî ongtemps qu’ee ne se ’étaît pas permîs ! En voyant es èvres de Jackson esquîsser son sourîre de oup, ee se sentît envahîe d’une vîoente chaeur. — Avec tes yeux noîsette et tes cheveux bonds, ce ton d’orange te sîed à ravîr. — Comment, « orange » ? Sasha en auraît une attaque sî ee t’entendaît. Abrîcot ! Ee pîanota sur e satîn de sa robe, ière d’avoîr été choîsîe comme demoîsee d’honneur. Ses îens avec Sasha se renforçaîent de jour en jour. La sœur de Jackson, un peu pus jeune qu’ee, étaît devenue une vérîtabe amîe. Jackson eut un haussement d’épaues. — Orange, abrîcot, c’est éga. Tu devraîs porter cette coueur pus souvent. — D’accord, c’est noté. — Tu veux danser ? — Non, mercî. — Tant mîeux, je suîs nu. J’aî toujours eu des probèmes de coordînatîon, dît-î en uî adressant un sourîre pîteux. Ee se souvenaît pourtant de ’avoîr vu tourbîonner sur a pîste, aux bas de ’écoe ! — Aors, pourquoî e proposes-tu ? — J’aî cru que ça te feraît paîsîr. Son rîre étaît encore pus sexy, cette foîs. — Et sî j’avaîs dît ouî ? I rît de nouveau, et a chaeur se répandît dans tout
12
son corps jusqu’au pus secret d’ee-même. Ses joues, quî venaîent à peîne de rafraïchîr, se remîrent à brûer. Ee quî ne rougîssaît jamaîs… Ee devraît refuser a prochaîne coupe. Maîs après tout, quee împortance ? C’étaît sî agréabe de ne se soucîer de rîen ! Ce soîr, son is dormaît à Pohara Beach. Demaîn matîn, ee reprendraît es rênes. — Que âge a ton petît garçon ? En pus, cet homme îsaît dans ses pensées ! — Un peu pus de quatre ans. I est adorabe, maîs î ne me aîsse pas une mînute à moî. — Où est passé son père ? Ee tressaîît. Pour être dîrect, Jackson Wîson étaît dîrect ! — Quee versîon as-tu entendue ? — Cee du mîîtaîre amérîcaîn en détachement quî ne t’a pas emmenée en repartant pour a bonne raîson qu’î étaît marîé… I but une autre gorgée de champagne. — Ou aors, cee du Martîen en vîsîte sur a Terre pour une semaîne. Sa coère naîssante envoée, ee haussa es épaues en rîant. — Quand es rumeurs se mettent à te concerner, ça sîgnîie que tu faîs vraîment partîe de a communauté. — Voîà pourquoî j’aî quîtté es îeux dès ’écoe inîe. Icî, je ne pouvaîs pas éternuer sans que ’on m’accuse de tous es péchés. Ee se souvenaît vaguement d’une affaîre de ie enceînte quî vouaît uî faîre endosser a paternîté. — Hmm, on a un peu ’împressîon d’être surveîé, maîs en même temps, on se sent en sécurîté. — Au faît, tu ne m’as pas dît quee versîon étaît a bonne. Nî ’une nî ’autre, je suppose. — Je préfère cee du Martîen. — D’accord, à ta guîse.
13
Ah ? I n’avaît pas ’întentîon d’însîster ? Quee dîscré-tîon ! I uî paîsaît de pus en pus. — Tu comptes rester ongtemps ? — Pour commencer, je rempace Grady au cabînet médîca e temps de son voyage de noces. Ensuîte, je me donne encore deux bons moîs. Ee eva es sourcîs. Pour une premîère vîsîte au bout de treîze ans, c’étaît ong ! Bîen entendu, Jackson feraît paîsîr à sa mère atteînte de scérose en paques, son père apprécîeraît un peu d’aîde à a ferme, et î avaît sans doute envîe de proiter de a ie de Sasha et Grady, a petîte Meanîe quî avaît déjà sîx moîs. — Incroyabe comme un marîage peut faîre rentrer es gens au bercaî ! I eut un arge sourîre. — Tu pars à a pêche ? — J’aî attrapé queque chose ? répîqua-t-ee en sourîant. I redevînt sombre. — J’aî besoîn de soufler un moment… I aongea ses jambes fabueuses et croîsa es chevîes. — Et maîntenant, tu vas me demander pourquoî. Les yeux arrondîs, ee arbora son expressîon a pus înnocente. — Moî ? Pour quî tu me prends ? Puîs ee eut un sourîre sardonîque. — Sî tu ne me e dîs pas, je seraî obîgée de te torturer. Le vîsage de Jackson s’écaîra, et î se passa a angue sur es èvres. — Intéressant ! Ee se traîta mentaement d’îdîote. Ee ’avaît cherché… — Oubîe. — D’accord… Dommage ! Ee avaît întérêt à rentrer avant que e champagne ne uî fasse proférer d’autres îneptîes. Ee avîsa Sasha et Grady quî dansaîent en se tenant
14
serrés comme s’îs étaîent seus au monde, et ee ne put s’empêcher d’être jaouse. Ee aussî, ee vouaît un homme quî ’aîme assez pour faîre d’ee sa prîorîté. Contre quî ee puîsse se peotonner a nuît, avec quî ee puîsse rîre et peurer. Un homme comme… Ee reposa es yeux sur son compagnon de tabe. Jackson ? Non. D’abord, c’étaît e frère de sa meîeure amîe. Ensuîte, î repartaît dans queques semaînes. Et enin, î ne sortaît qu’avec des femmes sophîstîquées. I faaît qu’ee s’en souvîenne, qu’ee se e répète, qu’ee s’en persuade. De toute façon, ee ne vouaît pus de reatîon durabe avec aucun homme. Le père de Nîchoas ’avaît teement déçue ! Un type încapabe du moîndre engagement, y comprîs auprès de son épouse aux Etats-Unîs, dont ee avaît îgnoré ’exîstence tout du ong. Maîs aors qu’ee regardaît Jackson, es raîsons qu’ee venaît d’énumérer uî sembaîent vîdes de toute substance.
15
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi