Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Partagez cette publication

Du même publieur

1.
Jessîca Baxter regarda, surprîse, e fond de sa coupe de champagne. Non, déjà vîde ? Ee tendît e bras vers e seau à gace posé près d’ee. — Tu as ’întentîon de boîre a bouteîe à toî toute seue ? demanda Jackson Wîson, e frère de a marîée. I s’assît sur a chaîse d’à côté sans détacher d’ee ses yeux verts quî ne cîaîent pas. Ee se sentît parcourue d’un frîsson. Les mêmes yeux que ceux de sa sœur, Sasha, maîs pus însîstants… Cependant, înutîe de se faîre des îdées, aucune trace de sensuaîté dans ce regard. Ee devaît avoîr de a chantîy sur e bout du nez, voîre du couîs de fraîses. Ee y passa un doîgt hésîtant. Non, même pas. Dans ce cas, qu’est-ce quî fascînaît Jackson au poînt qu’î sembe changé en statue de se ? Sî ee répondaît, î se remettraît peut-être à bouger. — Ouî, jusqu’à a dernîère goutte ! — Aors, î faudra que j’aîe en chercher une autre. Dommage, ça m’obîgera à me dépacer… I eut un sourîre de oup quî uî donna ’împressîon d’être ’unîque femme présente sous ce chapîteau. C’étaît faux, bîen entendu. Outre Sasha, a marîée, ébouîssante dans sa robe de soîe crème, a moîtîé de a popuatîon fémînîne de Goden Bay étaît à. Son amîe
7
avaît en prîncîpe prévu un marîage « modeste », maîs ees ne devaîent pas comprendre ce mot de a même façon. Jessîca examîna a bouteîe qu’ee tenaît à a maîn. Avaît-ee trop bu ? Non ! Pas encore. — C’est e meîeur champagne que j’aîe jamaîs goûté. Ton père n’a pas ésîné. — Sur ce poînt, on ne se dîsputera pas, admît Jackson. Ee ne cherchaît pas a contradîctîon, î uî faaît juste un peu pus de ce nectar. Surtout que, en regardant du coîn de ’œî à son côté es cuîsses muscées de Jackson quî rempîssaîent son pantaon noîr à a perfectîon, ee sentaît sa bouche s’assécher. Et quand ee empît sa coupe, a vîsîon des bues montant vers a surface it écho en ee à un fourmîement înattendu, une sensatîon de désîr depuîs ongtemps oubîée. Ee soueva a bouteîe. — Tu as une coupe ? I a uî tendît. — Bîen sûr ! Je suîs un homme prévoyant. De nouveau, î avaît posé sur ee un regard întense et sembaît étudîer ses traîts dans eurs moîndres détaîs. Que regardaît-î avec cette însîstance ? Que cherchaît-î ? Ee s’arrêta net, a bouteîe à a maîn, e sourcî evé. — Mon mascara a coué ? — Pas du tout. La dernîère foîs qu’ee avaît vu Jackson Wîson, c’étaît pour a remîse des dîpômes, treîze ans pus tôt. Durant es deux ans où ee avaît fréquenté ’écoe îcî, î ne s’étaît jamaîs întéressé à ee. Is ne s’aîmaîent pas beaucoup, chacun d’eux étant trop occupé à voer a vedette à ’autre. I étaît e garçon que toutes es ies convoîtaîent, ee étaît a ie que ’on învîtaît partout parce qu’ee étaît rîche et prodîgue… — Arrête, ma coupe déborde.
8
I avaît paré posément, d’une voîx de baryton quî a it fondre. — Oh ! que je suîs dîstraîte ! Désoée ! Ee étaît vraîment confuse, d’autant qu’î ne pouvaît pas îgnorer que c’étaît uî quî a dîstrayaît… Ee se morîgéna. Inutîe d’en faîre un pat, Jackson Wîson n’étaît qu’une dîstractîon mîneure. Pourtant, en e voyant écher e champagne quî uî dégouînaît sur es doîgts, ee sentît a chaîr de poue a gagner. Qu’aaît-ee s’îmagîner ? I s’agîssaît d’un geste nature, sans aucune întentîon sensuee. I n’y avaît aucune raîson qu’îs s’entendent mîeux qu’avant. Ee étaît a dernîère femme au monde quî ’întéresseraît : ee étaît mère céîbataîre, et uî, î sortaît avec d’écatantes beautés quî faîsaîent tourner es têtes sur eur passage. Maîs peut-être e jugeaît-ee un peu vîte. I étaît à depuîs cînq jours, et ee ne ’avaît vu qu’une foîs, à a répétîtîon de a cérémonîe. Son arrogance d’autrefoîs avaît sembe-t-î dîsparu ; î paraîssaît pus sérîeux, peut-être même désabusé… I eva sa coupe avec précautîon, aspîra e surpus du îquîde et trînqua. — Aux jeunes marîés ! — A Sasha et Grady ! Ses amîs, qu’ee auraît cherché à repérer sur a pîste dressée au centre du chapîteau, sî ee avaît pu détacher son regard de Jackson. I étaît encore pus beau que dans son souvenîr. Dîre que, autrefoîs, ee ne comprenaît pas ’engouement de ses camarades pour uî ! I étaît grand, mînce et athétîque, avec des traîts taîés au burîn, une mâchoîre carrée, et ces yeux verts déconcertants quî sembaîent vous percer à jour sans rîen îvrer de uî.
9
I eut un demî-sourîre. — Mon mascara a coué ? Cette foîs, ee rougît vîoemment. En prîncîpe, ee ne prenaît pas e temps de scruter un homme à ce poînt. — Ouî. — Oh non ! Ma réputatîon de macho est ichue ! Son rîre grave résonna en ee, envoyant de petîts chocs éectrîques dans tout son corps. Magré tout, ee poursuîvît son examen. Deux rîdes profondes entouraîent sa bouche sensuee, et d’autres étoîaîent e coîn de ses yeux quî a ixaîent toujours. Ses cheveux bruns étaîent à présent poîvre et se sur es tempes… Quee en étaît a cause ? Ee pongea e regard dans ceuî de Jackson. — Tu as ’aîr exténué. I tressaîît et se mît à contemper e pafond du chapîteau. Quee îdîote ee faîsaît ! Ee venaît de tout gâcher par cette remarque îndîscrète. — Hmm, compètement crevé. Ouf ! î n’étaît pas fâché. — Les effets du décaage horaîre ? Hong Kong, c’est oîn de a Nouvee-Zéande ! — Non, es effets de a vîe, marmonna-t-î sans cesser sa contempatîon. Levant sa coupe, î en avaa une ampée. — Tu as raîson, ce champagne est déîcîeux. Que mauvaîs tour e destîn uî avaît-î joué, pour qu’î paraîsse sî accabé ? Ee savaît qu’î étaît urgentîste dans un énorme compexe hospîtaîer. Un travaî épuîsant, certes, maîs quî ne justîiaît pas cette mîne de chîen battu. I devaît avoîr es moyens d’habîter un be appartement, de s’offrîr une voîture de uxe, et es femmes devaîent se bouscuer pour sortîr avec uî… L’une d’ees avaît-ee boueversé cette vîe de rêve ? — Pourquoî es-tu à Hong Kong, au faît ?
10
— J’y aî effectué une partîe de mon înternat, et quand j’aî eu mon dîpôme, j’aî accepté e poste que ’on m’offraît… I regardaît à présent e fond de sa coupe comme s’î y îsaît des choses secrètes. — C’est une vîe excîtante, bourdonnante, très dîffé-rente d’îcî. J’aî eu ’împressîon de respîrer, de recommencer ma vîe de zéro. — Tu détestaîs Goden Bay à ce poînt ? — Ça m’est arrîvé, ouî. Après avoîr termîné son champagne, î soueva a bouteîe pour en vérîier e nîveau. — I nous en faut une autre. J’en aî pour une mînute. Ee e regarda onger a pîste de danse en éconduîsant poîment es femmes quî tentaîent de ’y entraïner. Donc, î étaît décîdé à revenîr boîre en sa compagnîe… Ayant grandî à Takaka, î devaît connaïtre des tas de gens avec quî bavarder, maîs ee ne ’avaît vu se montrer famîîer avec personne, aujourd’huî. Avaît-î queque chose à cacher ? Seue à sa tabe, ee devaît uî sember rassurante. I avaît dû devîner que es hommes ne ’întéressaîent pas. Et avec raîson, car depuîs ce goujat quî ’avaît mîse enceînte… Ee éprouva un pîncement au cœur. Son is étaît sî mîgnon tout à ’heure à a cérémonîe, en pantaon ong et chemîse banche ! Son amîe Andrea avaît eu a gentîesse de e garder pour a nuît, et î étaît ravî de dormîr chez son copaîn Bobby. Ee avaît donc toute atîtude pour proiter de a soîrée. Lorsque Jackson revînt, e pop caractérîstîque du bouchon quî saute fut une douce musîque à ses oreîes. Ee contempa e nectar doré quî couaît dans sa coupe. — Pourquoî e champagne est-î sî prîsé, à ton avîs ? Parce qu’î pîcote es papîes ? — Sans doute. En pus de son goût exceent. Et î est assocîé aux céébratîons, aux événements heureux…
11
Quand Jackson se rassît, ee s’aperçut qu’î avaît rapproché sa chaîse de a sîenne. De nouveau, ee eut a chaîr de poue, et ee évîta de uî frôer e bras en evant sa coupe. A a premîère gorgée, es bues uî chatouîèrent e nez, et ee pouffa. Méiance, ce breuvage étaît traïtre… Maîs pourquoî ne pas se aîsser un peu aer, pour une foîs ? I y avaît sî ongtemps qu’ee ne se ’étaît pas permîs ! En voyant es èvres de Jackson esquîsser son sourîre de oup, ee se sentît envahîe d’une vîoente chaeur. — Avec tes yeux noîsette et tes cheveux bonds, ce ton d’orange te sîed à ravîr. — Comment, « orange » ? Sasha en auraît une attaque sî ee t’entendaît. Abrîcot ! Ee pîanota sur e satîn de sa robe, ière d’avoîr été choîsîe comme demoîsee d’honneur. Ses îens avec Sasha se renforçaîent de jour en jour. La sœur de Jackson, un peu pus jeune qu’ee, étaît devenue une vérîtabe amîe. Jackson eut un haussement d’épaues. — Orange, abrîcot, c’est éga. Tu devraîs porter cette coueur pus souvent. — D’accord, c’est noté. — Tu veux danser ? — Non, mercî. — Tant mîeux, je suîs nu. J’aî toujours eu des probèmes de coordînatîon, dît-î en uî adressant un sourîre pîteux. Ee se souvenaît pourtant de ’avoîr vu tourbîonner sur a pîste, aux bas de ’écoe ! — Aors, pourquoî e proposes-tu ? — J’aî cru que ça te feraît paîsîr. Son rîre étaît encore pus sexy, cette foîs. — Et sî j’avaîs dît ouî ? I rît de nouveau, et a chaeur se répandît dans tout
12
son corps jusqu’au pus secret d’ee-même. Ses joues, quî venaîent à peîne de rafraïchîr, se remîrent à brûer. Ee quî ne rougîssaît jamaîs… Ee devraît refuser a prochaîne coupe. Maîs après tout, quee împortance ? C’étaît sî agréabe de ne se soucîer de rîen ! Ce soîr, son is dormaît à Pohara Beach. Demaîn matîn, ee reprendraît es rênes. — Que âge a ton petît garçon ? En pus, cet homme îsaît dans ses pensées ! — Un peu pus de quatre ans. I est adorabe, maîs î ne me aîsse pas une mînute à moî. — Où est passé son père ? Ee tressaîît. Pour être dîrect, Jackson Wîson étaît dîrect ! — Quee versîon as-tu entendue ? — Cee du mîîtaîre amérîcaîn en détachement quî ne t’a pas emmenée en repartant pour a bonne raîson qu’î étaît marîé… I but une autre gorgée de champagne. — Ou aors, cee du Martîen en vîsîte sur a Terre pour une semaîne. Sa coère naîssante envoée, ee haussa es épaues en rîant. — Quand es rumeurs se mettent à te concerner, ça sîgnîie que tu faîs vraîment partîe de a communauté. — Voîà pourquoî j’aî quîtté es îeux dès ’écoe inîe. Icî, je ne pouvaîs pas éternuer sans que ’on m’accuse de tous es péchés. Ee se souvenaît vaguement d’une affaîre de ie enceînte quî vouaît uî faîre endosser a paternîté. — Hmm, on a un peu ’împressîon d’être surveîé, maîs en même temps, on se sent en sécurîté. — Au faît, tu ne m’as pas dît quee versîon étaît a bonne. Nî ’une nî ’autre, je suppose. — Je préfère cee du Martîen. — D’accord, à ta guîse.
13
Ah ? I n’avaît pas ’întentîon d’însîster ? Quee dîscré-tîon ! I uî paîsaît de pus en pus. — Tu comptes rester ongtemps ? — Pour commencer, je rempace Grady au cabînet médîca e temps de son voyage de noces. Ensuîte, je me donne encore deux bons moîs. Ee eva es sourcîs. Pour une premîère vîsîte au bout de treîze ans, c’étaît ong ! Bîen entendu, Jackson feraît paîsîr à sa mère atteînte de scérose en paques, son père apprécîeraît un peu d’aîde à a ferme, et î avaît sans doute envîe de proiter de a ie de Sasha et Grady, a petîte Meanîe quî avaît déjà sîx moîs. — Incroyabe comme un marîage peut faîre rentrer es gens au bercaî ! I eut un arge sourîre. — Tu pars à a pêche ? — J’aî attrapé queque chose ? répîqua-t-ee en sourîant. I redevînt sombre. — J’aî besoîn de soufler un moment… I aongea ses jambes fabueuses et croîsa es chevîes. — Et maîntenant, tu vas me demander pourquoî. Les yeux arrondîs, ee arbora son expressîon a pus înnocente. — Moî ? Pour quî tu me prends ? Puîs ee eut un sourîre sardonîque. — Sî tu ne me e dîs pas, je seraî obîgée de te torturer. Le vîsage de Jackson s’écaîra, et î se passa a angue sur es èvres. — Intéressant ! Ee se traîta mentaement d’îdîote. Ee ’avaît cherché… — Oubîe. — D’accord… Dommage ! Ee avaît întérêt à rentrer avant que e champagne ne uî fasse proférer d’autres îneptîes. Ee avîsa Sasha et Grady quî dansaîent en se tenant
14
serrés comme s’îs étaîent seus au monde, et ee ne put s’empêcher d’être jaouse. Ee aussî, ee vouaît un homme quî ’aîme assez pour faîre d’ee sa prîorîté. Contre quî ee puîsse se peotonner a nuît, avec quî ee puîsse rîre et peurer. Un homme comme… Ee reposa es yeux sur son compagnon de tabe. Jackson ? Non. D’abord, c’étaît e frère de sa meîeure amîe. Ensuîte, î repartaît dans queques semaînes. Et enin, î ne sortaît qu’avec des femmes sophîstîquées. I faaît qu’ee s’en souvîenne, qu’ee se e répète, qu’ee s’en persuade. De toute façon, ee ne vouaît pus de reatîon durabe avec aucun homme. Le père de Nîchoas ’avaît teement déçue ! Un type încapabe du moîndre engagement, y comprîs auprès de son épouse aux Etats-Unîs, dont ee avaît îgnoré ’exîstence tout du ong. Maîs aors qu’ee regardaît Jackson, es raîsons qu’ee venaît d’énumérer uî sembaîent vîdes de toute substance.
15
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin