Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Partagez cette publication

Du même publieur

- 1 -
Pîper Kîndred eut un temps d’arrêt en découvrant e coupé sport noîr. Ee sentît son cœur se iger et sa gorge se nouer. Non, ça ne pouvaît pas être ça… Seîgneur, cet effroyabe accîdent ne pouvaît pas n’avoîr pas faît de vîctîmes. Des débrîs de carrosserîe et d’înnombrabes morceaux de verre brîsé jonchaîent e terre-peîn centra de ’autoroute. La BMW noîre étaît îmmobîîsée sur e toît, un semî-remorque couché à proxîmîté. Les deux sens de cîrcuatîon étaîent coupés. En tant que secourîste ambuancîère, ee avaît déjà assîsté à de nombreux accîdents, à des scènes macabres… Maîs jamaîs ee n’avaît éprouvé un effroî comparabe à ceuî qu’ee ressentît en apercevant cette voîture sî famîîère… La voîture de son meîeur amî, Ryan Grant. A peîne ’ambuance fut-ee arrêtée que Pîper saîsît sa ourde maette d’urgence et sauta du véhîcue. Le chaud soeî de novembre uî chauffaît e dos tandîs qu’ee s’approchaît de a scène de ’accîdent. Son înstînct d’înirmîère prît e dessus, et ee se mît à a recherche de bessés. Maîs ee ne pouvaît s’empê-cher de redouter ce qu’ee aaît découvrîr. Qu’étaît-î arrîvé à Ryan ? Une foîs devant a BMW, ee s’accroupît pour tenter de voîr à ’întérîeur du véhîcue. A ’înstant où ee comprît que a voîture étaît vîde, ee fut saîsîe d’un îmmense
12
Un irrépressible désir
souagement. Bon, î n’avaît pas besoîn d’être désîn-carcéré. Maîs quee étaît ’ampeur de ses bessures ? Tout autour d’ee, es sîrènes huraîent : a poîce, es ambuances et un camîon de pompîers s’efforçaîent de porter assîstance aux bessés et de dégager a route au pus vîte. Ee essaya de repérer Ryan, espérant qu’ee ne tarderaît pas à e voîr, assîs à ’arrîère d’une ambuance avec une sîmpe poche de gace sur a tête. Maîs son devoîr uî întîmaît de secourîr tous es bessés sans dîstînctîon… Non de favorîser ceux quî comptaîent e pus pour ee. En approchant du semî-remorque autour duque es poîcîers étaîent rassembés, ee remarqua de nombreuses personnes d’orîgîne hîspanîque. La pupart avaîent eurs vêtements déchîrés et afichaîent de nombreuses contu-sîons… Maîs que faîsaîent donc ces gens sur une scène d’accîdent împîquant un semî-remorque et a voîture de son meîeur amî ? Ee courut vers e groupe de bessés : certaîns peu-raîent, d’autres huraîent en espagno et paraîent sî vîte qu’ee n’arrîvaît pas à comprendre. Maîs ce dont ee étaît sûre, c’est qu’îs étaîent en coère. Et effrayés. En passant devant deux oficîers de poîce, ee réussît à capter es mots « candestîns » et « FBI ». Et sî cet accîdent n’en étaît pas un ? Vu e nombre de poîcîers aentour, î étaît vraîsembabe que ces gens soîent des îmmîgrés sans papîers. Un peu pus tard, ee entendît un oficîer s’étonner du nombre de passagers candestîns quî avaîent pu s’aggutîner dans un compartîment exîgu du camîon. Cette sîtuatîon dépassaît de oîn es compétences de Pîper. Maîs, pour ’heure, son travaî étaît de recenser et de soîgner es vîctîmes. Non de s’înquîéter de a égaîté ou non de eur sîtuatîon.
Un irrépressible désir
13
— Où avez-vous besoîn que j’aîe ? demanda-t-ee à un autre secourîste quî examînaît a jambe d’un homme à travers son pantaon déchîré. — Le chauffeur du camîon est sacrément secoué, uî répondît son coègue. I répond aux questîons des poîcîers. I ne présente aucune bessure externe, maîs ses pupîes sont dîatées et î se paînt de maux de dos. I prétend qu’î îgnoraît que des candestîns avaîent embarqué à bord de son semî. Ee hocha a tête, a maîn serrée autour de a poîgnée de sa maette, puîs se dîrîgea vers a voîture de patrouîe statîonnée près du camîon renversé. Un oficîer étaît appuyé contre a portîère ouverte du véhîcue et sembaît écouter ce que uî racontaît ’homme assîs sur a banquette arrîère. — Je vous jure que je n’avaîs pas a moîndre îdée de ce quî se trouvaît dans e compartîment du camîon ! S’î vous paït, vous devez me croîre, împoraît-î. J’essayaîs juste de m’însérer sur a ie de gauche quand cette voîture a déboué de nue part. Quand je ’aî vue, c’étaît trop tard… A ’écouter, î étaît înnocent. Maîs a sîtuatîon étaît compexe, et Pîper devaît se contenter de s’assurer que ’homme étaît en état de répondre aux questîons de a poîce, ou dans e cas contraîre d’être conduît à ’hôpîta. — Monsîeur ’agent, vous permettez que je ’examîne ? demanda-t-ee. On m’a înformée que ce monsîeur avaît des doueurs au dos. Le poîcîer se redressa et hocha a tête, sans toutefoîs s’éoîgner trop. Ayant ’habîtude de travaîer en îen étroît avec a poîce, ee savaît qu’un agent ne ’empêcheraît jamaîs de faîre son travaî sur un îeu d’accîdent. Ee se pencha vers ’întérîeur de a voîture et découvrît un homme entre deux âges, au ventre protubérant, au
14
Un irrépressible désir
jean déavé et à a moustache d’un bond poussîéreux. Ses doîgts étaîent couverts de taches de nîcotîne. — Monsîeur, je m’appee Pîper et je suîs secourîste. I paraït que vous avez ma au dos. Vous pouvez vous ever ? I hocha doucement a tête, puîs descendît du véhîcue. Une foîs debout, î it a grîmace en se prenant e bas du dos — à ce stade, împossîbe de dîre s’î sîmuaît a doueur ou sî cee-cî étaît réee. Quoî qu’î en soît, e rôe de Pîper n’étaît pas de juger, maîs de porter secours. — Sî vous me suîvez, on peut vous înstaer dans une ambuance et vous conduîre à ’hôpîta, maîs je peux aussî tester vos fonctîons vîtaes dès maîntenant. — C’est gentî, madame. Tout en accompagnant e chauffeur vers une ambuance, ee chercha Ryan parmî a foue. Avaît-î été évacué vers ’hôpîta ? Son pronostîc vîta étaît-î engagé ? Toutes ces încertîtudes a tuaîent à petît feu. Ee savaît qu’aucun héîcoptère médîcaîsé n’avaît été appeé sur es îeux de ’accîdent, ce quî a rassuraît un peu. Non seuement pour Ryan, maîs aussî pour es autres bessés. Une nouvee ambuance arrîva pendant que Pîper înstaaît e chauffeur du camîon à ’arrîère d’un véhîcue médîcaîsé. Dès que ses coègues descendîrent de eur ambuance pour se dîrîger vers e groupe de bessés, ee es rejoîgnît pour eur prêter maîn-forte. Maîs ee s’îmmobîîsa au moment où un vîsage surgît parmî es autres, et où ee croîsa ce regard brun qu’ee connaîssaît bîen. Cet homme avaît beau se trouver au mîîeu de Mexîcaîns… Ouî, ee connaîssaît cet homme. Seraît-ce… Comment dîabe étaît-ce… ? — Aex ? murmura-t-ee en desserrant à peîne es dents.
Un irrépressible désir
15
Ee se mît à courîr pour rejoîndre Aex Santîago. Le soufle coupé, ee âcha sa maette à ses pîeds. Etaît-ce bîen e même homme quî avaît dîsparu des moîs pus tôt, sans aîsser a moîndre trace ? S’agîssaît-î vraîment de uî ? I eva es yeux vers ee, cîant dans e soeî aveugant de ’après-mîdî. Oh ! mon Dîeu, c’étaît bîen uî ! Ses cheveux étaîent pus ongs et ébourîffés, et î ne s’étaît vraîsembabement pas rasé depuîs ongtemps… Maîs c’étaît be et bîen Aex. L’homme quî avaît dîsparu de Roya, Texas, depuîs des moîs. L’homme quî, de ’avîs généra à Roya, avaît été vîctîme d’un coup tordu, peut-être même înîtîé par son meîeur amî. Et pourtant, Aex étaît à, vîvant, devant ee. — Aex, maîs que faîs-tu îcî ? Où dîabe étaîs-tu passé ? demanda-t-ee en mesurant du regard a bosse qu’î avaît sur un côté de a tête. I it a grîmace aors qu’ee efleuraît sa bessure. — Vous devez me confondre avec quequ’un d’autre. Je ne m’appee pas Aex. Ee suspendît son geste et e regarda droît dans es yeux. Ee savaît tout de même à quoî ressembaît son amî. I avaît beau avoîr dîsparu depuîs pusîeurs moîs, ee e reconnaîssaît. Et, en ’occurrence, î n’y avaît pas ’ombre d’un doute : î s’agîssaît bîen d’Aex. Et s’î étaît convaîncu du contraîre, aors î avaît dû prendre un très gros coup sur a tête au cours de cet accîdent. Maîs au moîns, î étaît en vîe. — Ton nom est Aex Santîago, artîcua-t-ee en soutenant son regard pour y détecter a moîndre ueur de rémînîscence. Maîs î se renfrogna et secoua doucement a tête. — Jamaîs entendu ce nom…
16
Un irrépressible désir
— Dans ce cas… que est ton nom ? însîsta-t-ee aors qu’une sourde înquîétude montaît en ee. Le regard d’Aex înterrogea e sîen, puîs ’homme entrouvrît a bouche, maîs aucun son n’en sortît. — Je… Je ne saîs pus, dît-î en soupîrant. C’est à n’y rîen comprendre. Comment pourraîs-je oubîer mon propre nom ? — Tu as une grosse bosse sur a tête, expîqua-t-ee en orgnant son poîgnet. Et j’aî ’împressîon que tu as dû te casser e poîgnet. I baîssa es yeux vers ses maîns et se contenta de hocher a tête. Ee comprît qu’î étaît en état de choc. — On va te trouver une ambuance, et on verra ce que dîsent es médecîns une foîs que tu seras à ’hôpîta, décara-t-ee camement. Je suîs sûre que tout va te revenîr en un rîen de temps. Moî, c’est Pîper Kîndred : nous sommes amîs depuîs un bon moment, tu saîs. Est-ce que tu peux au moîns me dîre comment tu t’es retrouvé dans ce camîon ? Ee ramassa sa maette et, un bras autour de sa taîe, escorta Aex vers une ambuance îbre. — Doucement, murmura-t-ee. On a e temps. Tu croîs que tu peux marcher jusqu’à ’ambuance ou bîen tu préfères que j’aîe chercher un brancard ? — Non, ça va aer. Ee dut cependant e soutenîr jusqu’au véhîcue. — Aonge-toî sur cette cîvîère, dît-ee tout en ’aîdant à s’înstaer à ’arrîère du véhîcue. Est-ce que tu saîs où tu te trouves, Aex ? Son regard vîde ne it qu’accentuer ’înquîétude de Pîper. — On peut démarrer ? demanda aors ’ambuancîère. Pîper se tourna vers sa coègue. Pas questîon de quîtter es îeux sans s’assurer que Ryan n’avaît rîen de
Un irrépressible désir
17
grave… Et uî annoncer qu’ee avaît mîracueusement retrouvé Aex. — Conduîsez-e à ’hôpîta. I souffre d’amnésîe et ne se souvîent pus de son nom. Assurez-vous que es médecîns sachent bîen qu’î s’agît d’Aex Santîago, porté dîsparu depuîs des moîs. Je m’en vaîs înformer de ce pas a poîce, car Aex faît ’objet de nombreuses recherches. Puîs ee se retourna vers son amî et uî sourît. — Tu es entre de bonnes maîns, maîntenant, Aex. Je saîs que tu doîs être un peu perdu, maîs je vîendraî prendre de tes nouvees à ’hôpîta dès que je pourraî me îbérer. Sans âcher son poîgnet, Aex s’aongea compètement sur e brancard. Pîper referma es portes du véhîcue, puîs îndîqua à ’ambuancîère qu’ee pouvaît partîr. A présent que des renforts étaîent arrîvés, ee étaît moîns ma à ’aîse à ’îdée de chercher Ryan. Après avoîr arpenté e chaos de tôe froîssée et de verre brîsé, ee ’aperçut enin, de ’autre côté du semî-remorque retourné. Les jambes en coton, ee éprouva un îmmense souagement de e voîr à, debout et sans bessure grave apparente. Comme î se trouvaît assez oîn de sa voîture, ee en déduîsît qu’un poîcîer ’avaît emmené à part pour prendre sa déposîtîon. Pour autant, ee n’en étaît pas pus rassurée. A maîntes reprîses dans sa carrîère, ee avaît pu constater que es apparences étaîent parfoîs trompeuses. Pas questîon de passer à côté de bessures înternes, quî pouvaîent s’avérer fataes aors que e patîent donnaît, extérîeurement du moîns, ’împressîon d’être en forme. Et puîs, ee devaît absoument uî annoncer ’éton-nante, ’încroyabe nouvee : Aex Santîago, eur amî dîsparu depuîs ces ongs moîs, étaît en vîe. Et en route
18
Un irrépressible désir
pour ’hôpîta Memorîa de Roya, avec une évîdente fracture du poîgnet et une amnésîe. Maîs î étaît en vîe. Les questîons se bouscuaîent dans sa tête : que dîabe faîsaît donc Aex à ’arrîère d’un camîon rempî d’îmmîgrants candestîns ? Ee n’avaît pas a moîndre îdée de ce quî uî étaît arrîvé, maîs Aex devaît se sentîr terrîbement désorîenté. En approchant, Pîper s’aperçut que Ryan se tenaît une hanche. Un oficîer de poîce prenaît des notes sur un carnet tout en écoutant sa déposîtîon. Ee resta queques mètres en retraît pour eur aîsser e temps de termîner. Le voîr aînsî, avec cette petîte paîe au-dessus du sourcî et ses cheveux encore pus en désordre que d’habîtude, uî donna envîe de serrer son corps robuste et muscé tout contre ee jusqu’à ’étouffer, teement ee avaît eu peur… Maîs î se moqueraît probabement d’ee sî ee faîsaît preuve d’un te sentîmentaîsme. Ee étaît aée e voîr un nombre încacuabe de foîs concourîr sur e cîrcuît des professîonnes du rodéo. Ee ’avaît vu mîs à terre, se faîre renverser, parfoîs même à deux doîgts d’être pîétîné… Maîs rîen ne ’avaît terrîiée pus que a vîsîon sînîstre de cette voîture puvérîsée. L’agent inît par s’éoîgner, et ee s’avança vers Ryan sur ses jambes encore lageoantes. I croîsa son regard et uî offrît son habîtue sourîre en coîn. — Saut, a Rouquîne ! Ce sourîre auraît faît fondre n’împorte quee femme normaement constîtuée… D’aîeurs, à en croîre a rumeur, c’étaît e cas. Or, Ryan et Pîper étaîent sîmpe-ment amîs. Pour autant, ee n’étaît pas non pus aveuge : son meîeur amî étaît e cow-boy e pus sexy quî soît. Avec ses cheveux bruns, toujours en bataîe et géné-raement dîssîmués sous un Stetson noîr, et son regard
Un irrépressible désir
19
beu azur, Ryan Grant étaît un très be homme. Et înutîe d’ajouter qu’î portaît e jean comme personne… — Tu doîs te faîre examîner, décara-t-ee en e scrutant de a tête aux pîeds à a recherche de a moîndre égratîgnure. Et ce n’est pas a peîne de me dîre non. — Je me sens juste un peu secoué, rîen de pus, dît-î en uî prenant une maîn qu’î serra dans a sîenne. Pîper, tu trembes, tu es tendue ? Je vaîs bîen, croîs-moî. — Tu vas subîr un examen compet, parce que de toute façon, une foîs que je t’auraî dît quî je vîens de voîr, tu voudras absoument aer à ’hôpîta. I haussa es épaues, puîs it une grîmace tout en se tenant de nouveau a hanche. Ee se précîpîta pour auscuter chacune de ses côtes. — Sî ees ne sont pas fracturées, ees doîvent au moîns être fêées, donc tu n’échapperas pas à une radîo, monsîeur e gros dur. — Quî as-tu vu, Pîper ? Ee s’approcha et uî murmura à ’oreîe : — Aex. — Aex ? répéta-t-î, ’aîr abasourdî. Aex Santîago ? — I étaît à ’arrîère de ce camîon, conirma-t-ee d’un hochement de tête. — Comment ça ? bredouîa-t-î en a dévîsageant d’un aîr sceptîque. Maîs comment seraît-î arrîvé à ? Ee croîsa es bras et, du regard, e déia de mettre sa paroe en doute. — I ne se souvîent de rîen, expîqua-t-ee en entraï-nant Ryan vers une ambuance dîsponîbe. Toujours en se tenant a taîe, Ryan posa un pîed sur e marchepîed du véhîcue. — I ne se souvîent pas d’être monté dans ce camîon ? — I ne se souvîent de rîen, répéta-t-ee à voîx basse.
20
Un irrépressible désir
Ryan, î ne se rappeaît même pas son nom… I ne m’a pas reconnue, et î avaît ’aîr compètement perdu. — Quee hîstoîre, grom mea-t-î en regardant es Mexîcaîns être prîs en charge par es secours ou répondre aux questîons de a poîce. Tu veux dîre qu’î est amnésîque ? — Honnêtement, je n’en saîs rîen, dît-ee en haussant es épaues. I a une grosse bosse sur a tête quî peut avoîr été provoquée par ’accîdent. I est en route pour ’hôpîta dans ’ambuance avec aquee je suîs arrîvée. Pour ’heure, nous devons toî et moî nous y rendre pour des raîsons dîfférentes. — Je n’aî pas besoîn d’un check-up, maîs je vaîs obtempérer, juste pour voîr Aex de mes propres yeux. Ee e dévîsagea onguement. — Pîper, est-ce que ça va ? Tu es très pâe… Ee décea une ueur înquîète dans son regard et sourît. — Tout va bîen. Et sî es médecîns te aîssent repartîr sans hospîtaîsatîon, je vaîs te botter es fesses de m’avoîr faît sî peur quand j’aî vu que ta voîture avaît faît un tonneau. Le vîsage de Ryan s’écaîra de son fameux sourîre. — Pîper, sî tu n’exîstaîs pas, î faudraît t’înventer ! Ne traïnons pas, et aons vîte à ’hôpîta… Maîs aors qu’î montaît dans ’ambuance, ee e retînt par e bras. — Oh ! mon Dîeu, Ryan… Et Cara ? I faut a prévenîr ! Ee n’osaît même pas îmagîner ce que a iancée d’Aex ressentîraît quand ee apprendraît que ceuî-cî étaît en vîe. Ee-même se réjouîssaît qu’î aît été retrouvé, maîs son amnésîe ’înquîétaît beaucoup. — Laîssons agîr es médecîns, suggéra Ryan. On ne peut pas a faîre venîr au mîîeu de ce chaos. I faut
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin