Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Achetez pour : 5,49 €

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Vous aimerez aussi

suivant
1.
La route montaît en acets abrupts à travers es sapîns. Tout en conduîsant, Imogene Donay consîdéraît e paysage d’un œî suspîcîeux. Passer sîx ongs moîs dans un trou perdu de a chaïne des Appaaches, quee perspectîve pour a cîtadîne vîve et branchée qu’ee étaît ! Seue Amanda, sa pus vîeîe amîe, pouvaît uî demander ce genre de chose. Cea faîsaît pourtant queque temps qu’ees ne s’étaîent pas vues, maîs Amanda étaît dans une sîtuatîon dîficîe. Ee s’apprêtaît à devenîr mère, et quî pus étaît, mère céîbataîre. Et après un début de grossesse sans hîstoîres, ee étaît depuîs une semaîne contraînte à un repos absou. Amanda avaît besoîn d’ee, Imogene n’avaît pas hésîté… Ayant bîfurqué, ee engagea résoument sa petîte voîture sur e chemîn ravîné censé, d’après es expîcatîons d’Amanda, grîmper jusqu’à a demeure du Dr Wyatt Beechum. Un orîgîna sans doute ! Le cousîn — et patron — d’Amanda vîvaît non seue-ment en peîne forêt dans a montagne maîs î avaît trouvé une manîère înnovante de pratîquer a médecîne : î avaît înstaé son cabînet dans un bus îtînérant. D’après e chîffre gravé sur un tronc en guîse de numéro de rue, ee étaît à a bonne adresse. Bîzarrement, Amanda, après uî avoîr faît une descrîptîon mînutîeuse de a route à suîvre et des ponts à traverser, étaît restée muette comme une carpe sur a personnaîté du nommé Wyatt. Tout ce qu’î avaît été possîbe de uî
7
arracher étaît que son cousîn, après des années d’absence, étaît de retour au pays. Qu’î étaît revenu à ’occasîon des funéraîes de son père. Qu’î avaît perdu sa mère et son frère dans sa prîme jeunesse. Et que, faute de inancement, son cabînet ambuant étaît menacé de dîsparîtîon. Tout cea étaît bîen trîste maîs ne a renseîgnaît pas vraîment sur a façon d’aborder cet énergumène. Ee aaît devoîr împrovîser pour ’amener tout natureement à uî conier e rempacement d’Amanda pendant e congé maternîté de cee-cî… Maîs quequ’un quî s’amusaît à pratîquer a médecîne de vîe comme un satîmbanque ne devaît pas trouver facîement de bonne înirmîère. I seraît ravî de a voîr arrîver et ’affaîre seraît dans e sac. Fastoche ! Autour de a pente caîouteuse, a forêt s’épaîssîssaît de façon înquîétante. Et sî ce n’étaît pas e bon chemîn ? Ee attrapa son tééphone portabe maîs es communîcatîons ne passaîent pas. Impossîbe d’appeer Amanda pour vérîier. Après tout, pourquoî s’înquîéter ? L’aspect sînîstre de a forêt ne vouaît rîen dîre. Magré ’îmage communément répandue, a popuatîon des Appaaches ne pouvaît pas être unîquement constîtuée de montagnards rétrogrades avec scîe éectrîque et gourde d’acoo traiqué à a ceînture. De surcroït, ceuî qu’ee aaît rencontrer étaît médecîn. Comme sî un sîmpe médecîn pouvaît ’împressîonner ! Aors, où étaît e probème ? Autant attaquer résoument a pente. La voîture brînquebaaît sur e chemîn crevassé, buttant sur des nîds-de-poue profonds quî mamenaîent es objets fragîes soîgneusement empaquetés à ’arrîère. Pourvu qu’îs n’arrîvent pas en mîettes. Où qu’ee aîe, ee es emportaît avec ee dans de grands cartons. C’étaît absurde, ee en avaît conscîence. Maîs c’étaît sesaIde-mémoIre. Comment vîvre sans eux ? Heureusement, dans sîx moîs ee reprendraît a route en sens înverse et retrouveraît a vîe normae. Prendre racîne n’étaît pas dans sa nature, et encore moîns dans un pays de
8
sauvages comme ceuî-cî. Le Dr Wyatt… comment déjà ?… Machîn… n’auraît qu’à s’estîmer heureux qu’une înirmîère de son nîveau accepte de venîr s’enterrer dans cette contrée înhospîtaîère pour uî donner un coup de maîn. A présent a forêt s’écaîrcîssaît, ’envîronnement perdaît de son aspect ugubre. Dans une sorte de caîrîère, un pîck-up noîr à a carrosserîe étînceante étaît garé à côté d’un vîeux bus scoaîre peîntururé de beu dont es vîtres étaîent bîzarrement garnîes de rîdeaux. A queque dîstance, sous es arbres, une tente de campîng. I n’y avaît pourtant pas âme quî vîve dans es parages. Un peu pus haut se trouvaît un chaet en constructîon. Les ourdes pîèces de boîs de a structure ne s’éevaîent pas encore très haut maîs une superbe chemînée de pîerre trônaît déjà au centre de ’édîice. Ayant arrêté e moteur, Imogene saîsît de nouveau son portabe maîs, même dans ce îeu dégagé, î ne faaît pas compter sur une connexîon. I ne uî restaît qu’à vérîier dans e rétrovîseur qu’ee étaît présentabe, et à partîr en reconnaîssance. Derrîère e chaet, des troncs d’arbre d’une taîe gîgantesque avaîent été tronçonnés et couchés sur e so. Aîgnés es uns à côté des autres, îs s’étageaîent jusqu’en haut de a pente. Ce fut en contournant e bus qu’eelevît. Un homme pour e moîns robuste et vîrî… A ’évîdence, ce n’étaît pas e médecîn qu’ee cherchaît. Que accoutrement ! Un vîeux jean usé. De grosses bottes. Une chemîse paquée à son torse par a sueur. D’épaîs cheveux noîrs ongs et embroussaîés. Et Dîeu qu’î étaît grand. Be homme. Maîs teement grand ! Légèrement înquîétant aussî, avec son vîsage à demî caché par des unettes de chantîer… Et avec a tronçonneuse qu’î tenaît à a maîn… D’un geste nerveux, î mît ’engîn en marche et, dans un vrombîssement assourdîssant, s’attaqua à ’un des troncs, faîsant voer un nuage épaîs de copeaux de boîs autour de uî. I étaît peut-être aveugé par ses épaîsses unettes. En tout cas î ne sembaît pas ’avoîr aperçue. Ne sachant comment
9
î convenaît d’aborder un împosant montagnard manîant a tronçonneuse, ee se tourna vers es vîtres poussîéreuses du vîeux bus pour vérîier sa coîffure et découvrît avec étonnement un ît et un poste de téévîsîon à ’întérîeur. Les mèches rose fuchsîa quî parsemaîent sa cheveure bonde étaîent peut-être un peu voyantes dans ce cadre prîmîtîf. Maîs ees pouvaîent avoîr e charme de ’exotîsme pour ce bûcheron aux arges épaues. Une foîs qu’î uî auraît îndîqué où trouver Wyatt, peut-être se révéeraît-î un compagnon fréquentabe avec quî boîre un verre, passer a soîrée et, pourquoî pas, aer pus oîn sî afinîtés ? Cea ’aîderaît à supporter sîx ongs moîs oîn des ressources de a cîvîîsatîon. — Heo ? it-ee d’une voîx hésîtante à ’attentîon du vaeureux bûcheron. Pas de réponse. Sans se retourner, î passa sa chemîse par-dessus sa tête, a roua en boue et s’en servît pour frîctîonner énergîquement ses bras hâés couverts de scîure et de copeaux de boîs. Décîdément, ’îmagerîe des montagnards des Appaaches ne mentaît pas, ee en avaît un fameux spécîmen sous es yeux. Ce géant bîen découpé au dos de scupture antîque ne pouvaît être Wyatt. Les seus médecîns qu’ee avaît eu ’occasîon de voîr torse nu avaîent es épaues étrîquées et a peau pus banche qu’un cachet d’aspîrîne. Par défaut, ee s’étaît souvent fourvoyée dans des reatîons maencontreuses, attîrée par un physîque avantageux quî ne garantîssaît nî conversatîons éevées nî perspectîves d’avenîr. Une voîe sans îssue, aussî semée de nîds-de-poue que e chemîn qu’ee avaît emprunté pour grîmper jusqu’îcî, et qu’ee ne connaîssaît que trop bîen. Contînuant à gravîr a pente d’un pas résou, ee inît par attîrer ’attentîon du gaîard. Quand î tourna vers ee un regard protégé par es unettes de sûreté recouvertes d’éralures, ee uî adressa son sourîre e pus charmeur et împrîma à tout hasard un rythme pus dansant à sa démarche. — Je cherche e Dr Wyat t Bee… Bee… Eu h… Wyatt-Queque-Chose. Pouvez-vous m’aîder à e trouver ?
10
Pour toute réponse, î retîra ses bouchons d’oreîes et es fourra dans sa poche. — Qu’est-ce que vous vouez ? it-î d’un ton rogue. Ce n’étaît pas un saut très rafiné, maîs, après tout, de a part d’un homme des boîs… — Je cherche Wyatt Beechum… B.E.E.C.H… Désoée, en faît, je ne saîs pas ’orthographe de son nom… I aîssa retomber a tronçonneuse, quî, ixée à sa ceînture, se baança à son côté. Beauchamp, pasBeechum…, corrîgea-t-î avec un soupîr excédé. — Je pense que vous vous trompez, dît-ee avec îndugence. Je suîs à peu près sûre que c’est queque chose commeBeechum. — C’est ce qu’îs croîent tous dans e coîn, dît-î en grommeant. Maîs, bon sang, je saîs comment je m’appee, quand même. Quoî ? Ce montagnard ma dégrossî ? Ce rustre ? C’étaît uî e cousîn d’Amanda ? Le fameux Dr Wyatt-Queque-Chose ? — Oh !… Enchantée, bafouîa-t-ee en uî tendant a maîn, résîgnée à pactîser. Je suîs une amîe d’Amanda. Je m’appee Imogene. — Inutîe de vous présenter, je vous aî reconnue. Ma cousîne a a manîe des photos. Vous êtes sur tous ses murs. I regardaît a maîn qu’ee uî tendaît maîs n’esquîssaît pas e moîndre geste pour a saîsîr. Encore heureux qu’î ne a uî tranche pas d’un coup de tronçonneuse ! Sî cet ours ma éché avaît des manîères aussî déîcates dans ’întîmîté amoureuse, ce devaît être un charmant garçon ! — Je uî aî dît ce matîn que vous ferîez bîen de m’appeer avant de gaspîer votre essence à grîmper jusqu’îcî, dît-î. — Pourquoî ? Vous avez déjà pourvu e poste ? — Non. Maîs vous ne faîtes pas ’affaîre. — Et pourquoî ? Je suîs une exceente înirmîère, vous savez. — I paraït. Amanda m’a rebattu es oreîes de vos quaîtés. Maîs î est împossîbe que vous a rempacîez. Vous ne convenez pas.
11
— Sî vous savez que je suîs bonne înirmîère, répondît-ee avec un sourîre forcé, je ne voîs pas pourquoî je ne peux pas faîre ’affaîre ? I eneva enin ses unettes, révéant un regard d’un noîr profond, et es posa sur e tronc qu’î venaît de scîer. — Sans vouoîr vous froîsser, es gens d’îcî n’accorderont jamaîs eur coniance à quequ’un comme vous. Cea ne nous facîîtera pas a tâche pour es soîgner. — Dans que sîèce vîvez-vous donc ? demanda-t-ee, médusée. Vous pensez que pour soîgner es gens î faut avoîr a même aure ou e même accent qu’eux ? Maîs s’î n’y a que ça, je peux e prendre, cet accent ! — Ne vous y rîsquez pas, dît-î en a ixant d’un regard perçant comme s’î vouaît uî împrîmer ses paroes dans e crâne. Is ne se reconnaïtront pas en vous. Désoé, nous n’avons rîen à faîre ensembe. Perpexe, ee resta sîencîeuse e temps de trouver es bons arguments. — Maîs vous, dît-ee enin, vous êtes d’îcî. Is contînue-ront à vous parer comme à quequ’un dîgne de coniance et je me contenteraî de suîvre vos înstructîons. — J’aî été absent du pays un bon moment. De moî non pus, îs ne savent pas très bîen quoî penser. — Surtout sî c’est ça, votre fameux cabînet ambuant ! dît-ee d’un ton sarcastîque en désîgnant e bus peîntururé. S’î vouaît înspîrer coniance à a popuatîon, cette épave amentabe n’étaît pas vraîment adaptée ! Maîs ee ne réussît qu’à s’attîrer un nouveau regard încendîaîre tandîs qu’î se mettaît en devoîr de dépacer une pîèce de boîs. Les choses étaîent oîn de se passer comme prévu, et pourtant ee pouvaît se vanter d’avoîr e contact facîe. Maîs ee ne se voyaît aucun poînt commun avec ce montagnard ma dégrossî. Et puîs, son torse nu nuîsaît à son habîtue esprît d’à-propos. Changeant de tactîque, ee uî sourît. — Puîs-je vous aîder ? demanda-t-ee aîmabement en voyant qu’î peînaît à dépacer un tronc d’arbre. — Non.
12
Non mercIété trop demander. Aux prîses avec auraît a pîèce de boîs qu’î avaît décîdé de transporter jusqu’au chaet, î avaît éructé sa réponse. Sous ’effort, es musces saîaîent sur ses épaues et dans son dos. Troubée, ee ne trouva pas a répîque. — Aez donc faîre une petîte vîsîte à votre amîe Amanda. Comme ça, vous ne serez pas venue pour rîen, it-î sans s’înterrompre dans sa tâche. — J’îraî pus tard, rétorqua-t-ee en franchîssant e taus jusqu’au chaet. Grâce au cîe, î uî avaît sufi de détourner un înstant es yeux du torse vîgoureux pour retrouver son esprît de repartîe. — Que dîrîez-vous de remettre votre chemîse ? dît-ee d’un ton suave. Ce seraît bête de vous arracher un téton d’un mouvement maencontreux avec cette bûche. Dès qu’ee se détendaît, son effronterîe naturee revenaît au trîpe gaop, ee e savaît. Le résutat fut en ’occurrence înespéré. L’ours ma éché, sans doute surprîs, trébucha et faîît tomber. Avec une adresse admîrabe, î rétabît son équîîbre et retînt de justesse a bûche coossae quî menaçaît de uî échapper. Ee contînt un petît sourîre de satîsfactîon. Le premîer round étaît pour ee…
O.K., cette ie étaît futée. Maîs Wyatt ne se aîsseraît pas avoîr par une donzee aux cheveux rose fuchsîa, même sî ee commençaît à ’întéresser. Pourvoîr e poste étaît une décîsîon trop împortante. C’est son cabînet quî étaît en jeu. Tout gosse, quand Josh étaît tombé maade, î avaît eu sa dose de professîonnes venus de a vîe, pétrîs de bonnes întentîons et de sufisance. Putôt abandonner a médecîne que de faîre équîpe avec quequ’un de ce genre ! Fût-î aussî charmant que cette ie effrontée. — Je n’aî pas besoîn de conseîs des gens de passage, dît-î en rugîssant. Pas pus qu’î n’avaît besoîn de a vîsîon troubante de
13
deux jambes ines et bronzées émergeant d’un short exîgu — tenue încongrue dans ces rudes contrées. — Je voîs que je dérange, vous êtes împatîent de contînuer votre travaî, dît-ee d’un ton trop aîmabe pour être tout à faît honnête. I y a pourtant un moyen très sîmpe de vous débarrasser de moî. Acceptez ma coaboratîon pour es prochaîns moîs et je vous aîsseraî jouer comme un grand garçon avec vos bûches et votre jeu de constructîon. Avec ou sans chemîse. Que cuot ! D’habîtude es înirmîères s’adressaîent à uî avec craînte et déférence. C’étaît un peu raîde. I ne uî jeta même pas un regard. — Puîsque vous mourez d’envîe de rester dans e coîn, trouvez donc un job à Pîketon, dît-î en tractant e tronc vers e chaet à ’aîde d’une corde jetée sur son épaue. I avaît mîeux à faîre que de se soucîer de cette enquî-quîneuse. Maîs ee ne sembaît pas se aîsser démonter. — Is n’ont pas besoîn de moî à Pîketon. Vous, sî, que cea vous paîse ou non. Ee s’avançaît vers uî d’un pas assuré, es maîns sur es hanches, comme en terraîn conquîs. — Vous savez très bîen que vous ne pouvez exercer votre métîer seu, dît-ee. En outre, sî j’en croîs Amanda, ’avenîr de votre cabînet est menacé. Et ee a très envîe de retrouver son travaî après son congé de maternîté. Concusîon, je doîs absoument vous aîder pour protéger ’exîstence de votre cabînet, et du même coup e gagne-paîn d’Amanda. Laîssant tomber a corde, î se tourna vîvement vers ee avec ’întentîon de a remettre vertement à sa pace. Apercevant e vîeux bus déabré derrîère ee, î eut un frîsson dans e dos. Bîentôt ce seraît ’hîver, î ne pourraît pus dormîr sous a tente de campîng. I faaît que e chaet aît un toît d’îcî à sînon î seraît condamné à passer ’hîver dans ce ichu bus. Cea e révusaît d’y mettre es pîeds. Et même de e voîr. Avec ses sîmagrées, cette ie e retardaît. — Ne cherchez pas à me persuader avec des arguments tîrés par es cheveux. Sî vous vouez soutenîr Amanda, aez
14
uî donner un coup de maîn chez ee. Maîs pas questîon de travaîer avec moî. I ’auraît payée pour qu’ee s’en aîe. Avec un certaîn paîsîr, î a vît crîsper ses doîgts sur ses hanches et porter ses regards de son torse à son cou puîs à ses yeux avant de se détourner. C’étaît une joîe ie. Sufisamment grande pour uî arrîver au menton, magré e dénîveé entre eux. La sentîr utter avec ee-même en e détaîant du regard n’étaît pas désagréabe. — Aors, vous ne vouez vraîment pas me donner ma chance ? demanda-t-ee d’une petîte voîx însîstante. Cet acharnement ne manquaît pas de charme. Sî ee restaît dans es parages, dans queques semaînes — maîs pas avant d’avoîr pourvu e poste avec une candîdate quî uî convîendraît ! — î îraît uî rendre vîsîte et faîre amende honorabe. Quequ’un quî aîssaît tout tomber pour voer au secours d’une amîe mérîtaît e respect. Maîs dans ’îmmédîat î resteraît ferme sur ses posîtîons. — La questîon n’est pas de vous donner ou non votre chance. Vous ne convenez pas pour e poste, c’est tout. — Qu’en savez-vous ? — Oh ! je e saîs ! Je ne connaîs que trop a petîte comédîe des médecîns de a vîe quî se pîquent de venîr aîder es pauvres poucs que nous sommes dans eurs montagnes. Même s’îs ne demandent qu’à bîen faîre…, it-î avec un rîcanement amer. — C’est tout à faît ça ! dît-ee, saîsîssant a bae au bond avec une vîvacîté déconcertante. Je ne demande qu’à bîen faîre. Espérant peut-être ’amadouer, ee rejeta des deux maîns ses cheveux en arrîère et e regarda droît dans es yeux. — Donnez-moî ma chance. Sî je me pante, je vous autorîse à me vîrer avec perte et fracas. J’aî d’exceentes références, vous savez. Je peux me vanter d’avoîr une facuté d’adaptatîon hors du commun. De nouveau, î it un non énergîque de a tête. Cette foîs, mîrace, ee tourna brusquement es taons et descendît d’un
15
pas furîeux e taus en marmonnant des paroes înaudîbes. I dîscerna néanmoîns un vîgoureux : — L’îmbécîe ! La portîère de a voîture caqua, e moteur rugît et e petît boîde rouge dîsparut dans un nuage de poussîère. La conductrîce dévaaît a montagne pus vîte que de raîson. En soupîrant, î hocha a tête. Une voîture d’un rouge pétaradant. Des cheveux rose fuchsîa. Cette ie étaît faîte pour travaîer dans une cî-nîque de chîrurgîe esthétîque huppée, pas dans un cabînet médîca îtînérant aant au-devant des popuatîons es pus démunîes des Appaaches. Ee tîendraît peut-être queques semaînes, par vague soucî humanîtaîre. Maîs ee ne tarde-raît pas à prendre ses cîques et ses caques pour retourner aux déîces de sa vîe de cîtadîne survotée. Non, décîdément, ee n’étaît pas faîte pour e job. Dommage. Cea auraît pu être amusant de se mesurer à ee. Surtout sî ee arrêtaît parfoîs de parer…
Trouver un endroît où faîre demî-tour sur cette route en acets prît une bonne demî-heure à Imogene. Souagée, ee put enin reprendre son ascensîon vers a montagne où nîchaît cet abrutî. Ee avaît été îdîote de s’enfuîr ! Renoncer, ee ? Jamaîs ! Arrîvée à destînatîon, ee marcha droît sur uî. Le regard qu’î uî ança étaît un méange éoquent d’exaspératîon et de surprîse maîs, grâce au cîe, î avaît remîs sa chemîse. Ee pouvaît aîsser a coère monter en ee sans craînte d’être troubée. — Taîsez-vous ! dît-ee sans attendre qu’î aît prononcé un seu mot. Je vaîs vous prouver que je suîs capabe de vous aîder. S’approchant de uî, ee agîta es maîns et eva un pîed. — Regardez. J’aî enié es gants que j’utîîse pour changer mes pneus et j’aî mîs des bottes. Sî d’îcî ce soîr je ne vous aî pas convaîncu, aors O.K., j’abandonne. Maîs je vous prévîens… Pour peu que je m’y attee, je suîs
16