Un papa à aimer (Harlequin Horizon)

De
Publié par

Un papa à aimer, Teresa Carpenter

Arrivée depuis peu à Blossom, où elle cherche une maison à acheter pour sa grand-mère, Cherry Cooper trouve cette petite ville charmante et tous ses habitants très sympathiques. Tous, à l'exception de Jason Strong, le maire de la ville, qui lors de leur première rencontre, lui réserve le plus glacial des accueils. D'abord agacée, Cherry est très vite intriguée par cet homme qui s'occupe seul de Rikki, sa fille de trois ans, depuis la mort de sa femme...

Publié le : dimanche 15 juillet 2007
Lecture(s) : 4
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782280259286
Nombre de pages : 224
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Prologue
Cherry Cooper coucha sa Harley jusqu’à frôler l’asphalte pour épouser au mieux le long virage de la bretelle d’autoroute. Elle adorait ces sensations extrêmes, faites de puissance et de vitesse, qui lui procuraient chaque fois un fugace sentiment d’invincibilité.
Arrivée à l’intersection avec la deux-voies, elle décéléra, le temps de se répérer et de trouver le panneau indiquant sa destination finale : Blossom City. Le fin fond du Texas.
Cherry touchait enfin au but. Comme la vie était étrange. Se retrouver là après tant d’années ! Elle ne connaissait pas la ville, mais lui était néanmoins liée par le sang ; elle y était née et sa grand-mère désirait y finir ses jours.
Aussi s’attendait-elle à éprouver une vague impression de familiarité en parcourant les derniers kilomètres. Mais dès qu’elle s’approcha des premières maisons de Blossom City, elle fut terriblement mal à l’aise, comme si elle était entrée dans un champ de forces hostiles.
La jeune femme fit appel à toutes ses qualités de médium pour y voir plus clair. Etait-ce Blossom même qui était cause de ce mal-être ou y avait-il des raisons plus personnelles ?
Elle ne tarda pas à avoir la réponse. La ville semblait recouverte d’un voile de tristesse, comme si un grand malheur s’était abattu sur elle. Ou comme si elle avait été blessée dans sa chair et ne s’en était toujours pas remise.
Et, pour couronner le tout, le pire était encore à venir, semblait-il.
Cherry ne s’était jamais trompée.
Tout cela ne présageait rien de bon puisque, dans un mois, elle devait revenir à Blossom avec la troupe de forains qui avait été invitée pour la kermesse annuelle de la ville.
Tout en roulant doucement dans les rues désertes, la jeune femme s’efforça d’éclaircir la vision d’avenir qu’elle avait entr’aperçue. Peine perdue. Ce qui était plutôt mauvais signe, car, quand elle n’y voyait plus clair, cela signifiait bien souvent qu’elle ne sortirait pas indemne des troubles qui se profilaient.
Voilà une perspective dont elle se passerait volontiers.
Elle s’efforça vivement de chasser ses impressions étranges. Pour l’instant, une seule chose avait de l’importance à ses yeux : la santé de sa grand-mère. Nona était perclue d’arthrite et, surtout, elle se remettait mal de sa dernière opération à la hanche. Se sentant incapable de continuer à sillonner le pays dans son état, elle avait émis le désir de finir ses jours dans cet endroit reculé.
Blossom City.
Cherry y avait passé les cinq premiers jours de sa vie, le temps que sa mère la mette au monde et meure des suites des couches. Elle fut alors recueillie par sa grand-mère et, aussitôt l’enterrement terminé, Nona l’emmena dans une autre ville, où elle était attendue pour faire une démonstration de ses dons de médium. Depuis, les deux femmes ne s’étaient pas quittées et avaient passé leur vie à traverser les Etats-Unis du nord au sud et d’est en ouest.
Cherry sourit.
Nona s’était consacrée corps et âme à son éducation, lui avait donné tout son amour et développé ses talents de voyante. Maintenant, c’était à son tour de s’occuper de sa grand-mère, et elle y mettrait tout son amour.
Elle était venue en éclaireur à Blossom City. Nona devait subir une nouvelle opération à Lubbock, ville située à une centaine de kilomètres de là, et Cherry espérait qu’elle pourrait lui annoncer de bonnes nouvelles. Lui dire qu’elle avait vu une jolie maison, que l’air était pur, que les habitants étaient charmants. N’importe quoi pourvu que ce soit quelque chose de positif qui atténuerait quelque peu la nostalgie que Nona ressentait d’avoir à quitter sa vie aventureuse.
Et, surtout, Cherry voulait se faire une idée sur la ville, pour être sûre que sa grand-mère y serait vraiment heureuse.
Elle se laissa guider par les différentes directions proposées à chaque carrefour, essayant de ressentir l’atmosphère de la ville ; le quartier des affaires, le centre commercial et, enfin, la mairie. Là, elle fut agréablement surprise par l’élégance du bâtiment qui faisait face à un square des plus charmants, véritable oasis de verdure et de fleurs. Autour de la place, elle remarqua un institut de beauté, une boutique de mode, une quincaillerie et un restaurant de la chaîne BeeHive.
Soudain, l’horizon s’éclaircit, et la jeune femme vit la ville sous un autre angle ; tout n’y était pas mauvais. Dans son esprit se dessina aussitôt l’image d’une Nona radieuse, heureuse de vivre dans cette bourgade, cultivant des fleurs dans le jardin d’une ravissante petite maison.
Les gens de Blossom City avaient souffert, c’était indéniable. Mais ils n’étaient pas condamnés à pâtir éternellement des séquelles de leur blessure.
Cependant, elle savait qu’elle devait être prudente.
Très prudente.
1.
Un mois plus tard
Jason Strong fronça les sourcils en voyant débouler une Harley Davidson Sportster sur le parking de la mairie, et espéra que l’engin et son propriétaire n’étaient que de passage dans la ville.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.