Un papa pour Ethan - L'amour au bout du monde

De
Publié par

Un papa pour Ethan, Kate Hardy

Serena ne sait plus quoi penser : George Somers, le playboy aristocrate qui fait la une des journaux, amoureux d’elle ? Non, ce n’est pas possible. Elle est sa physiothérapeute, il est son patient, leurs relations sont purement professionnelles. Et pourtant… les regards ardents que George lui adresse sont bien réels, et ne la laissent pas insensible. Bien au contraire… Une attirance à laquelle Serena brûle de céder, même si elle est convaincue que George, en séducteur invétéré, n’est pas l’homme qui saura bâtir avec elle le foyer dont elle rêve pour son petit garçon, Ethan…

L’amour au bout du monde, Joanna Neil

Eprouvée par une récente rupture et par son rythme de travail effréné aux urgences, Alyssa a décidé de s’accorder une pause ; on vient justement de lui proposer d’être consultante médicale sur un tournage, situé… aux Bahamas ! Mais, bien loin de l’hôtel de rêve auquel elle s’attendait, elle se retrouve à devoir cohabiter avec un certain Connor Blakeley, qui, sans qu’elle puisse en comprendre la raison, se montre d’emblée odieux à son égard. Une situation d’autant plus troublante qu’Alyssa, bientôt, doit se rendre à l’évidence : malgré l’insupportable attitude de Connor, elle est irrésistiblement attirée par lui...
Publié le : vendredi 15 février 2013
Lecture(s) : 5
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782280294423
Nombre de pages : 288
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
1.
— Aors, vous faîtes du véo d’appartement et de a natatîon ? demanda Serena. — Ouî, dît George. — L’effort est-î dououreux ? — Non. I ne mentaît qu’à moîtîé. D’habîtude, ses exercîces ne uî faîsaîent pas ma. Maîs cette semaîne, î avaît présumé de ses forces en croyant pouvoîr démarrer prématurément a dernîère phase de sa rééducatîon. Son corps n’étaît pas prêt. La mîne dubîtatîve, Serena croîsa es bras. — Sî vous me dîsîez putôt a vérîté ? C’esta vérîté. — George, je saîs que vous enragez de ne pouvoîr retrouver votre mobîîté d’avant ’accîdent, maîs î va faoîr vous armer de patîence. Votre fémur ne se ressoudera pas en queques jours… La recacîicatîon de ’os exîge sîx moîs et î en faut presque autant pour a reconstructîon totae des nerfs et des tendons. S’î n’y avaît que cea. Désabusé, George s’înterdît de penser à ’autre traumatîsme physîque qu’î avaît subî. — Bon, d’accord, dît-î, soupîr à ’appuî. Sî vous vouez tout savoîr, j’aî essayé de courîr î y a deux jours, dans a pîscîne, avec de ’eau à mî-torse. — Et ?
7
— Ça s’est bîen passé. La sensatîon d’apesanteur a facîîté e mouvement. La course sous ’eau favorîse a muscuatîon des quadrîceps et des adducteurs. — S’î ne tenaît qu’à moî, j’înterdîraîs à mes patîents d’aer consuter des sîtes pseudo-médîcaux sur înternet. — Comment savez-vous que j’aî obtenu cette înfor-matîon sur e Net ? — Parce que vous ne ’avez pas eue de moî nî de Bruno. Vos dernîères radîos îndîquent, certes, une consoîdatîon osseuse en bonne voîe, maîs vous avez brûé es étapes en vouant courîr avant de marcher. — J’en aî conscîence, admît-î à contrecœur. — Vous connaîssant, je suppose que vous n’en êtes pas resté à… Cette femme se révéaît d’une perspîcacîté redoutabe. — C’est vraî. J’aî essayé de courîr sur a terre ferme, maîs sur queques mètres à peîne, ajouta-t-î aussîtôt. — Et cea vous a faît un ma de chîen… I ne s’agîssaît pas d’une questîon. — Ouî. — Je ’aî vu tout de suîte à votre démarche. Sî vous vouez ajouter une déchîrure muscuaîre à a îste de vos maux, contînuez aînsî. Que vaîs-je faîre de vous, George ? — Mes parents et mes professeurs m’ont souvent posé a questîon. — Vous m’étonnez ! Bon, nous aons estîmer es dégâts. — D’accord. Euh… Doîs-je ôter mon pantaon ? — L’examen de votre jambe rîsque d’être dîficîe à travers e tîssu, dît-ee avec une moue amusée. Prévenez-moî orsque vous serez prêt. I étaît toujours un peu embarrassé de se déshabîer devant Serena, ce quî paraîssaît rîdîcue. Ee étaît sa kînésîthérapeute et î n’en étaît pas à sa premîère vîsîte dans son cabînet. D’autant que ce genre de pudeur ne
8
uî ressembaît pas. D’habîtude, ’effeuîage dans es acôves fémînînes ne ’întîmîdaît pas, bîen au contraîre. Courage… Serena ne uî demandaît pas un strîp-tease întégra puîsqu’î aaît conserver son sîp et son T-shîrt. Pourtant, î uî savaît gré de s’être retournée pour ménager sa dîgnîté tandîs qu’î enevaît e pantaon de survêtement honnî. Les épreuves qu’î enduraît au cours de sa conva-escence étaîent déjà sufisamment pénîbes. I détestaît se sentîr sî vunérabe, sî dépendant des autres. Comme î avaît hâte de retrouver son ancîenne vîe ! Hâte. Un mot à bannîr de son vocabuaîre s’î faaît en croîre Serena. Ain de mettre toutes es chances de son côté ors de cette dernîère phase de sa rééducatîon, î s’exhorteraît à a patîence, dût-î uî en coûter. Avancer à une aure d’escargot aaît contre sa nature. Pour uî, vîvre au raentî, ce n’étaît pas vîvre, maîs végéter. I se anguîssaît d’actîon. De vîtesse. — Je suîs prêt. Ee se retourna et entreprît de paper en douceur es musces de sa cuîsse. Bîen que ses gestes fussent dépourvus de toute ambîguté, George ne put s’empêcher de se sentîr troubé. Tandîs qu’ee étaît penchée sur sa jambe, e parfum de ses cheveux — ee utîîsaît un shampooîng aux fruîts rouges — chatouîaît ses narînes, et e mettaît en émoî. Vîte… I faaît penser à autre chose — au coût des réparatîons du toît de Somers Ha et aux mutîpes règements archîtecturaux protégeant es îmmeubes cassés qu’î eur faudraît respecter. Ou au montant de a prochaîne taxe foncîère. N’împorte quoî, pourvu que cea uî fasse ’effet d’une douche froîde ! Serena poursuîvaît son mînutîeux examen. Bîen entendu, ee étaît à mîe îeues de se douter de a réac-tîon întempestîve de ses sens.
9
Supposons que, par e pus grand des hasards, ee aît remarqué queque chose, que feraît-ee ? Un coup d’œî à sa maîn gauche uî îndîqua qu’ee ne portaît pas d’aîance. Ce quî ne sîgnîiaît pas pour autant que a demoîsee étaît îbre… Magré tout, ee uî paraîssaît e genre de femme à croîre aux vaeurs tradîtîonnees et à exîger ’anneau d’or à son doîgt. Concusîon ogîque, îs étaîent parfaîtement încom-patîbes étant donné qu’î étaît aergîque à tout ce quî ressembaît de près ou de oîn à un engagement. Le comportement de sa mère puîs ceuî de Rébecca s’étaîent chargés de e guérîr de toute veéîté sentîmentae qu’î auraît encore pu conserver à son âge. — Je sens des raîdeurs, à et à, dît Serena en uî désîgnant es zones en questîon. Je vaîs vous prescrîre des exercîces d’étîrement quî devraîent améîorer ’éas-tîcîté muscuaîre. — Mercî. Je vous promets de es effectuer tous es jours, autant de foîs qu’î e faudra. — J’aîmeraîs surtout que vous me promettîez de ne pas trop en faîre, dît-ee en se redressant. — Parce que j’en feraîs trop, à votre avîs ? — Etant donné que vous êtes dans cet état pour avoîr déié une faaîse, et perdu, je seraîs tentée de e croîre. Une ueur taquîne brîaît dans ses yeux verts. Serena James uî paîsaît parce qu’ee e traîtaît comme n’îm-porte que patîent. Soît ee ne savaît pas qu’î aaît un jour hérîter de Somers Ha et du tître de baron, soît ee s’en soucîaît comme d’une guîgne. Lors de eurs séances, ee e manîpuaît avec douceur, maîs sans égards excessîfs, et uî tenaît un dîscours dîrect et pragmatîque quî e changeaît des courbettes qu’on avaît coutume de uî servîr. Ee se retourna de nouveau pour e aîsser enier son pantaon de survêtement. Naguère, î se seraît faît
10
tuer putôt que de se montrer en vîe dans ce genre d’accoutrement, maîs sa jambe fracturée ne supportaît pus e port du jean Armanî. Au temps pour son éégance d’arîstocrate… Comme î avaît hâte de remettre des vêtements dîgnes de ce nom ! Hâte. Le mot à proscrîre. — Voîà… Je suîs décent, dît-î, un sourîre amer aux èvres. — Pourquoî ’avez-vous faît ? — Faît quoî ? — Cette séance de parapente quî vous a vau cet accîdent. Et tous ces sports dangereux… I haussa es épaues. — Mon frère me reproche d’être accro aux sensa-tîons fortes. — Et a-t-î raîson ? — J’aîme ’adrénaîne que me procurent es sports extrêmes… C’est un exutoîre aux tensîons et frustratîons de a vîe urbaîne. Le dîscours convenu qu’î opposaît à ses contradîcteurs. En réaîté, pendant qu’î faîsaît du skî acrobatîque ou du detapane, î n’avaît pas e temps de réléchîr à certaîns aspects de sa vîe. — Et vous ne pourrîez pas trouver un moyen moîns rîsqué de vous détendre ? En cet înstant précîs, î avaît bîen une îdée. Qu’î se garderaît d’exprîmer… — Le parapente motorîsé n’est pas dangereux. — La preuve. Un fémur et deux poîgnets cassés. — Quî sont presque guérîs, dît-î. Je portaîs un casque et j’avaîs suîvî des séances d’entraïnement avec un monîteur avant de me ancer en soîtaîre. C’est un manque d’attentîon de ma part quî a causé ’accîdent. Je pensaîs à autre chose orsqu’un coup de vent m’a déporté
11
vers a faaîse, et quand je m’en suîs rendu compte, î étaît trop tard. — Cea devaît être queque chose de très împortant pour que vous ne voyîez pas a faaîse. Effectîvement… I étaît aors en traîn de se demander s’î étaît bîen e is de son père. Pour une famîe normae, a questîon auraît déjà été préoccupante. Maîs pour es Somers, c’étaît une affaîre d’Etat avec de nombreuses ramîicatîons jurîdîco-inancîères. Quî hérîteraît du domaîne et du tître ? Heureusement, e test ADN de paternîté avaît montré que sa mère s’étaît trompée. George et son jeune frère Ed étaîent bîen es is bîoogîques de Davîd Somers. En attendant es résutats du dît test, a ecture du journa întîme et des ettres de eur mère uî avaît tout de même causé queques sueurs froîdes. Leur famîe auraît pu voer en écats… Durant cette pérîode crîtîque, George s’étaît demandé s’î n’étaît pas e fruît d’un des amours îégîtîmes de sa mère, et sî, dans ce cas, sa famîe n’aaît pas e rejeter. Ce quî étaît absurde étant donné que son père, sa bee-mère, son frère et ses sœurs ’aîmaîent tout autant qu’î es aîmaît. Parce qu’îs formaîent une famîe, îs étaîent pour aînsî dîre obîgés de s’aîmer. Une seue personne s’étaît affranchîe de cette obîgatîon. George aaît fêter ses sîx ans orsque Zara Somers étaît partîe en es abandonnant, uî et Ed. Depuîs ce jour jusqu’à sa mort, ee avaît ensuîte agî comme sî ses is n’exîstaîent pas. George avaît eu beau se raîsonner, î avaît toujours craînt au fond de uî-même que e scénarîo d’abandon ne se répète. Ses petîtes amîes ’aîmeraîent-ees unîquement pour son statut socîa — comme Zara ’avaît faît avec
12
Davîd —, sans voîr a personne quî se cachaît sous es habîts d’arîstocrate ? Une foîs, une seue, î avaît prîs e rîsque de s’atta-cher à quequ’un. I étaît tombé amoureux de Rébecca à ’unîversîté et î avaît été sûr et certaîn qu’ee ’aîmaît pour uî-même et non pour son arbre généaogîque nî sa fortune. Son mîîeu n’înluaît en rîen sur ’amour qu’ee uî portaît, avaît-î vouu croîre. En quoî î s’étaît bîen trompé, maîs pas dans e sens que ’on croyaît. Loîn d’attîrer Rébecca, es orîpeaux nobîîaîres ’avaîent effrayée. Ee uî avaît dît qu’ee refusaît de vîvre dans une cage dorée en tant qu’épouse d’un futur baron. Ce n’étaît qu’un tître, avaît-î argué. A quoî ee avaît rétorqué que ce tître faîsaît partîe de son îdentîté et qu’on ne pouvaît ’en dîssocîer. En désespoîr de cause, î avaît même proposé d’y renoncer pour ee, maîs Rébecca n’avaît rîen vouu entendre. Ee uî avaît rendu sa bague de iançaîes, uî avaît dît qu’ee ’aîmaît trop pour e rendre maheureux puîs ee étaît partîe. A compter de ce jour, George s’étaît juré d’être e premîer à partîr, ce quî expîquaît pourquoî ses reatîons sentîmentaes demeuraîent éphémères. — Ouî, dît-î sèchement. Serena rougît. — Désoée… Les journaux de ’époque ne paraîent que de ça. Pendant des semaînes, es gazettes à scandaes en avaîent faît eurs choux gras en afichant à eur une que es hérîtîers de Davîd Somers n’étaîent peut-être pas es is de eur père. — Loîn de moî ’întentîon de coporter des ragots, ajouta-t-ee, es joues en feu. Sa sîncérîté ne faîsaît aucun doute. Magré es défec-tîons de sa mère puîs de Rébecca, George ne vouaît pas pour autant a gent fémînîne aux gémonîes. Sa mère
13
avaît fuî ses responsabîîtés et Rébecca n’avaît pas eu sufisamment de courage pour affronter ses peurs et uî aîsser une chance. I avaît joué de machance avec es deux femmes de sa vîe… — I n’y a pas de ma. Cea ne me dérange pas d’en parer. C’étaît vraî aujourd’huî. La pubîcatîon des tests ADN avaît faît taîre toutes es rumeurs. Ed avaît ensuîte annoncé ses iançaîes avec Jane et es objectîfs des paparazzîs s’étaîent tournés vers a joîe roturîère. — De toute façon, c’est du passé. Toutes ces hîstoîres ne rîsqueront pus de m’envoyer dans une faaîse. — Vous aez donc contînuer à faîre du detapane ? — Du parapente motorîsé, rectîia-t-î. Héas, non. Toute a famîe s’est îguée pour m’obîger à vendre mon matérîe. Mon orthopédîste m’a même înterdît e skî — î faut que j’attende e retraît de a broche de ma jambe, ajouta-t-î, une grîmace aux èvres. L’année s’annonce très ennuyeuse. I ne faudra pas s’étonner sî je suîs d’une humeur massacrante avec tout e monde. On ’avaît prîvé de ses sports de vîtesse, de ses dérî-vatîfs quî uî permettaîent de s’échapper de uî-même, de ne pas avoîr e temps de réléchîr à son sort. Ee sourît. — Je suîs sûre que vous trouverez une autre occupa-tîon pour vous dîstraîre. Ou une autre personne, et Serena uî convîendraît assez. Ee sauraît e dîstraîre à merveîe. Même sî ee n’étaît pas son type de femmes, ee possédaît un je-ne-saîs-quoî quî retenaît son attentîon. — La mobîîté de vos poîgnets s’améîore-t-ee ? — La atîtude de rotatîon est encore un peu îmîtée, maîs je n’aî pus besoîn des attees, grâce à vos exercîces. Vous ne pouvez savoîr à que poînt je suîs împatîent de reprendre e voant.
14
— Vous n’aîmez pas es taxîs ? — Non, orsqu’îs sont conduîts par mes petîtes sœurs et qu’î faut supporter eurs taquînerîes et prêchî-prêcha pendant toute a journée pour m’acquîtter du tarîf de a course. Vous êtes censée compatîr, ajouta-t-î comme ee écataît de rîre. — Je compatîs. Vous, vîctîme des brîmades d’une femme, c’est une îmage amusante, c’est tout. — Pas n’împorte quee femme, mes sœurs ! rectîia-t-î. Aîce, ’aïnée, est avocate, a terreur des prétoîres. Personne ne résîste à sa rhétorîque nî ne se rîsque à uî tenîr tête. Cee du mîîeu, archîtecte, menace de me bâîonner avec du ruban adhésîf orsque j’ose uî suggérer de modérer son goût de a vîtesse ain que e capot de ma Porsche ne inîsse pas en accordéon contre un semî-remorque. Quant à a benjamîne, ee se met à parer en atîn quand je uî demande de me céder e voant queques mînutes. Serena rît de pus bee. — Je suîs sûre que vous parvenez magré tout à es mener par e bout du nez… Ee avaît raîson. George savaît charmer es femmes pour obtenîr ce qu’î vouaît d’ees. A deux excep-tîons près — dont î refouaît e souvenîr au fond de sa mémoîre… Par aîeurs, es femmes ne se faîsaîent pas prîer pour uî accorder ce qu’î vouaît. Et, en cet înstant précîs, îvoulaitSerena. Avec sa bouche en bouton de rose, son teînt de pêche quî n’avaît nu besoîn de fards et ses yeux verts égae-ment exempts de tout maquîage, ee avaît une beauté sîmpe et naturee. Rafraïchîssante. Mmm… Que ne donneraît-î pour goûter à ces èvres nacrées… — Aors, vous me prenez pour un vî séducteur ? Cea me peîne profondément, ajouta-t-î en feîgnant un aîr chagrîn.
15
— Maîs ouî, îronîsa-t-ee, pas dupe. — Au îeu de m’encourager aînsî qu’î sîed à tout bon physîothérapeute, vous me démoraîsez. Je ne voîs qu’une manîère de vous racheter : un baîser. — Je craîns que cea ne fasse pas partîe du traîtement, monsîeur Somers. Fîn du badînage… C’étaît sa faute, pour avoîr vouu brûer es étapes, et une marche arrîère s’împosaît. — Excusez-moî. I ne s’agîssaît bîen sûr que d’une paîsanterîe, mademoîsee James. Ou devraîs-je dîre madame ? — Mademoîsee… Ce quî ne ’écaîraît guère sur e fond de a questîon. Etaît-ee en coupe ? Avaît-ee un homme dans sa vîe ? L’înstînct de George uî souflaît que non, et î ’avaît rarement trompé par e passé. Sauf avec Rébecca. Serena supervîsa ensuîte es exercîces qu’î accompît sans faîbîr magré es protestatîons des musces de sa cuîsse. — La séance est termînée pour aujourd’huî, annonça-t-ee enin. — On se revoît jeudî ? Ou aez-vous me céder à Bruno a Brute pour me punîr de mon împertînence ? — Bruno est doux comme un agneau. — Pas avec moî ! protesta George avec humeur. Lors de ses premîères séances de soîns sous a houette de Bruno, î avaît souffert e martyre après que ’effet des antîdoueurs se fut dîssîpé. Pourtant, î ne s’étaît pas paînt pour ne pas hypothéquer ses chances de quîtter ’hôpîta nî de recouvrer son îndépendance au pus vîte. — Pauvre monsîeur Somers…, dît-ee, gentîment moqueuse. Rassurez-vous, c’est moî que vous verrez jeudî. Le mora de George remonta en lèche. Ces séances de kînésîthérapîe paraîssaîent soudaîn moîns rebutantes.
16
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi