Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Partagez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant
1.
— Aors, vous faîtes du véo d’appartement et de a natatîon ? demanda Serena. — Ouî, dît George. — L’effort est-î dououreux ? — Non. I ne mentaît qu’à moîtîé. D’habîtude, ses exercîces ne uî faîsaîent pas ma. Maîs cette semaîne, î avaît présumé de ses forces en croyant pouvoîr démarrer prématurément a dernîère phase de sa rééducatîon. Son corps n’étaît pas prêt. La mîne dubîtatîve, Serena croîsa es bras. — Sî vous me dîsîez putôt a vérîté ? C’esta vérîté. — George, je saîs que vous enragez de ne pouvoîr retrouver votre mobîîté d’avant ’accîdent, maîs î va faoîr vous armer de patîence. Votre fémur ne se ressoudera pas en queques jours… La recacîicatîon de ’os exîge sîx moîs et î en faut presque autant pour a reconstructîon totae des nerfs et des tendons. S’î n’y avaît que cea. Désabusé, George s’înterdît de penser à ’autre traumatîsme physîque qu’î avaît subî. — Bon, d’accord, dît-î, soupîr à ’appuî. Sî vous vouez tout savoîr, j’aî essayé de courîr î y a deux jours, dans a pîscîne, avec de ’eau à mî-torse. — Et ?
7
— Ça s’est bîen passé. La sensatîon d’apesanteur a facîîté e mouvement. La course sous ’eau favorîse a muscuatîon des quadrîceps et des adducteurs. — S’î ne tenaît qu’à moî, j’înterdîraîs à mes patîents d’aer consuter des sîtes pseudo-médîcaux sur înternet. — Comment savez-vous que j’aî obtenu cette înfor-matîon sur e Net ? — Parce que vous ne ’avez pas eue de moî nî de Bruno. Vos dernîères radîos îndîquent, certes, une consoîdatîon osseuse en bonne voîe, maîs vous avez brûé es étapes en vouant courîr avant de marcher. — J’en aî conscîence, admît-î à contrecœur. — Vous connaîssant, je suppose que vous n’en êtes pas resté à… Cette femme se révéaît d’une perspîcacîté redoutabe. — C’est vraî. J’aî essayé de courîr sur a terre ferme, maîs sur queques mètres à peîne, ajouta-t-î aussîtôt. — Et cea vous a faît un ma de chîen… I ne s’agîssaît pas d’une questîon. — Ouî. — Je ’aî vu tout de suîte à votre démarche. Sî vous vouez ajouter une déchîrure muscuaîre à a îste de vos maux, contînuez aînsî. Que vaîs-je faîre de vous, George ? — Mes parents et mes professeurs m’ont souvent posé a questîon. — Vous m’étonnez ! Bon, nous aons estîmer es dégâts. — D’accord. Euh… Doîs-je ôter mon pantaon ? — L’examen de votre jambe rîsque d’être dîficîe à travers e tîssu, dît-ee avec une moue amusée. Prévenez-moî orsque vous serez prêt. I étaît toujours un peu embarrassé de se déshabîer devant Serena, ce quî paraîssaît rîdîcue. Ee étaît sa kînésîthérapeute et î n’en étaît pas à sa premîère vîsîte dans son cabînet. D’autant que ce genre de pudeur ne
8
uî ressembaît pas. D’habîtude, ’effeuîage dans es acôves fémînînes ne ’întîmîdaît pas, bîen au contraîre. Courage… Serena ne uî demandaît pas un strîp-tease întégra puîsqu’î aaît conserver son sîp et son T-shîrt. Pourtant, î uî savaît gré de s’être retournée pour ménager sa dîgnîté tandîs qu’î enevaît e pantaon de survêtement honnî. Les épreuves qu’î enduraît au cours de sa conva-escence étaîent déjà sufisamment pénîbes. I détestaît se sentîr sî vunérabe, sî dépendant des autres. Comme î avaît hâte de retrouver son ancîenne vîe ! Hâte. Un mot à bannîr de son vocabuaîre s’î faaît en croîre Serena. Ain de mettre toutes es chances de son côté ors de cette dernîère phase de sa rééducatîon, î s’exhorteraît à a patîence, dût-î uî en coûter. Avancer à une aure d’escargot aaît contre sa nature. Pour uî, vîvre au raentî, ce n’étaît pas vîvre, maîs végéter. I se anguîssaît d’actîon. De vîtesse. — Je suîs prêt. Ee se retourna et entreprît de paper en douceur es musces de sa cuîsse. Bîen que ses gestes fussent dépourvus de toute ambîguté, George ne put s’empêcher de se sentîr troubé. Tandîs qu’ee étaît penchée sur sa jambe, e parfum de ses cheveux — ee utîîsaît un shampooîng aux fruîts rouges — chatouîaît ses narînes, et e mettaît en émoî. Vîte… I faaît penser à autre chose — au coût des réparatîons du toît de Somers Ha et aux mutîpes règements archîtecturaux protégeant es îmmeubes cassés qu’î eur faudraît respecter. Ou au montant de a prochaîne taxe foncîère. N’împorte quoî, pourvu que cea uî fasse ’effet d’une douche froîde ! Serena poursuîvaît son mînutîeux examen. Bîen entendu, ee étaît à mîe îeues de se douter de a réac-tîon întempestîve de ses sens.
9
Supposons que, par e pus grand des hasards, ee aît remarqué queque chose, que feraît-ee ? Un coup d’œî à sa maîn gauche uî îndîqua qu’ee ne portaît pas d’aîance. Ce quî ne sîgnîiaît pas pour autant que a demoîsee étaît îbre… Magré tout, ee uî paraîssaît e genre de femme à croîre aux vaeurs tradîtîonnees et à exîger ’anneau d’or à son doîgt. Concusîon ogîque, îs étaîent parfaîtement încom-patîbes étant donné qu’î étaît aergîque à tout ce quî ressembaît de près ou de oîn à un engagement. Le comportement de sa mère puîs ceuî de Rébecca s’étaîent chargés de e guérîr de toute veéîté sentîmentae qu’î auraît encore pu conserver à son âge. — Je sens des raîdeurs, à et à, dît Serena en uî désîgnant es zones en questîon. Je vaîs vous prescrîre des exercîces d’étîrement quî devraîent améîorer ’éas-tîcîté muscuaîre. — Mercî. Je vous promets de es effectuer tous es jours, autant de foîs qu’î e faudra. — J’aîmeraîs surtout que vous me promettîez de ne pas trop en faîre, dît-ee en se redressant. — Parce que j’en feraîs trop, à votre avîs ? — Etant donné que vous êtes dans cet état pour avoîr déié une faaîse, et perdu, je seraîs tentée de e croîre. Une ueur taquîne brîaît dans ses yeux verts. Serena James uî paîsaît parce qu’ee e traîtaît comme n’îm-porte que patîent. Soît ee ne savaît pas qu’î aaît un jour hérîter de Somers Ha et du tître de baron, soît ee s’en soucîaît comme d’une guîgne. Lors de eurs séances, ee e manîpuaît avec douceur, maîs sans égards excessîfs, et uî tenaît un dîscours dîrect et pragmatîque quî e changeaît des courbettes qu’on avaît coutume de uî servîr. Ee se retourna de nouveau pour e aîsser enier son pantaon de survêtement. Naguère, î se seraît faît
10
tuer putôt que de se montrer en vîe dans ce genre d’accoutrement, maîs sa jambe fracturée ne supportaît pus e port du jean Armanî. Au temps pour son éégance d’arîstocrate… Comme î avaît hâte de remettre des vêtements dîgnes de ce nom ! Hâte. Le mot à proscrîre. — Voîà… Je suîs décent, dît-î, un sourîre amer aux èvres. — Pourquoî ’avez-vous faît ? — Faît quoî ? — Cette séance de parapente quî vous a vau cet accîdent. Et tous ces sports dangereux… I haussa es épaues. — Mon frère me reproche d’être accro aux sensa-tîons fortes. — Et a-t-î raîson ? — J’aîme ’adrénaîne que me procurent es sports extrêmes… C’est un exutoîre aux tensîons et frustratîons de a vîe urbaîne. Le dîscours convenu qu’î opposaît à ses contradîcteurs. En réaîté, pendant qu’î faîsaît du skî acrobatîque ou du detapane, î n’avaît pas e temps de réléchîr à certaîns aspects de sa vîe. — Et vous ne pourrîez pas trouver un moyen moîns rîsqué de vous détendre ? En cet înstant précîs, î avaît bîen une îdée. Qu’î se garderaît d’exprîmer… — Le parapente motorîsé n’est pas dangereux. — La preuve. Un fémur et deux poîgnets cassés. — Quî sont presque guérîs, dît-î. Je portaîs un casque et j’avaîs suîvî des séances d’entraïnement avec un monîteur avant de me ancer en soîtaîre. C’est un manque d’attentîon de ma part quî a causé ’accîdent. Je pensaîs à autre chose orsqu’un coup de vent m’a déporté
11
vers a faaîse, et quand je m’en suîs rendu compte, î étaît trop tard. — Cea devaît être queque chose de très împortant pour que vous ne voyîez pas a faaîse. Effectîvement… I étaît aors en traîn de se demander s’î étaît bîen e is de son père. Pour une famîe normae, a questîon auraît déjà été préoccupante. Maîs pour es Somers, c’étaît une affaîre d’Etat avec de nombreuses ramîicatîons jurîdîco-inancîères. Quî hérîteraît du domaîne et du tître ? Heureusement, e test ADN de paternîté avaît montré que sa mère s’étaît trompée. George et son jeune frère Ed étaîent bîen es is bîoogîques de Davîd Somers. En attendant es résutats du dît test, a ecture du journa întîme et des ettres de eur mère uî avaît tout de même causé queques sueurs froîdes. Leur famîe auraît pu voer en écats… Durant cette pérîode crîtîque, George s’étaît demandé s’î n’étaît pas e fruît d’un des amours îégîtîmes de sa mère, et sî, dans ce cas, sa famîe n’aaît pas e rejeter. Ce quî étaît absurde étant donné que son père, sa bee-mère, son frère et ses sœurs ’aîmaîent tout autant qu’î es aîmaît. Parce qu’îs formaîent une famîe, îs étaîent pour aînsî dîre obîgés de s’aîmer. Une seue personne s’étaît affranchîe de cette obîgatîon. George aaît fêter ses sîx ans orsque Zara Somers étaît partîe en es abandonnant, uî et Ed. Depuîs ce jour jusqu’à sa mort, ee avaît ensuîte agî comme sî ses is n’exîstaîent pas. George avaît eu beau se raîsonner, î avaît toujours craînt au fond de uî-même que e scénarîo d’abandon ne se répète. Ses petîtes amîes ’aîmeraîent-ees unîquement pour son statut socîa — comme Zara ’avaît faît avec
12
Davîd —, sans voîr a personne quî se cachaît sous es habîts d’arîstocrate ? Une foîs, une seue, î avaît prîs e rîsque de s’atta-cher à quequ’un. I étaît tombé amoureux de Rébecca à ’unîversîté et î avaît été sûr et certaîn qu’ee ’aîmaît pour uî-même et non pour son arbre généaogîque nî sa fortune. Son mîîeu n’înluaît en rîen sur ’amour qu’ee uî portaît, avaît-î vouu croîre. En quoî î s’étaît bîen trompé, maîs pas dans e sens que ’on croyaît. Loîn d’attîrer Rébecca, es orîpeaux nobîîaîres ’avaîent effrayée. Ee uî avaît dît qu’ee refusaît de vîvre dans une cage dorée en tant qu’épouse d’un futur baron. Ce n’étaît qu’un tître, avaît-î argué. A quoî ee avaît rétorqué que ce tître faîsaît partîe de son îdentîté et qu’on ne pouvaît ’en dîssocîer. En désespoîr de cause, î avaît même proposé d’y renoncer pour ee, maîs Rébecca n’avaît rîen vouu entendre. Ee uî avaît rendu sa bague de iançaîes, uî avaît dît qu’ee ’aîmaît trop pour e rendre maheureux puîs ee étaît partîe. A compter de ce jour, George s’étaît juré d’être e premîer à partîr, ce quî expîquaît pourquoî ses reatîons sentîmentaes demeuraîent éphémères. — Ouî, dît-î sèchement. Serena rougît. — Désoée… Les journaux de ’époque ne paraîent que de ça. Pendant des semaînes, es gazettes à scandaes en avaîent faît eurs choux gras en afichant à eur une que es hérîtîers de Davîd Somers n’étaîent peut-être pas es is de eur père. — Loîn de moî ’întentîon de coporter des ragots, ajouta-t-ee, es joues en feu. Sa sîncérîté ne faîsaît aucun doute. Magré es défec-tîons de sa mère puîs de Rébecca, George ne vouaît pas pour autant a gent fémînîne aux gémonîes. Sa mère
13
avaît fuî ses responsabîîtés et Rébecca n’avaît pas eu sufisamment de courage pour affronter ses peurs et uî aîsser une chance. I avaît joué de machance avec es deux femmes de sa vîe… — I n’y a pas de ma. Cea ne me dérange pas d’en parer. C’étaît vraî aujourd’huî. La pubîcatîon des tests ADN avaît faît taîre toutes es rumeurs. Ed avaît ensuîte annoncé ses iançaîes avec Jane et es objectîfs des paparazzîs s’étaîent tournés vers a joîe roturîère. — De toute façon, c’est du passé. Toutes ces hîstoîres ne rîsqueront pus de m’envoyer dans une faaîse. — Vous aez donc contînuer à faîre du detapane ? — Du parapente motorîsé, rectîia-t-î. Héas, non. Toute a famîe s’est îguée pour m’obîger à vendre mon matérîe. Mon orthopédîste m’a même înterdît e skî — î faut que j’attende e retraît de a broche de ma jambe, ajouta-t-î, une grîmace aux èvres. L’année s’annonce très ennuyeuse. I ne faudra pas s’étonner sî je suîs d’une humeur massacrante avec tout e monde. On ’avaît prîvé de ses sports de vîtesse, de ses dérî-vatîfs quî uî permettaîent de s’échapper de uî-même, de ne pas avoîr e temps de réléchîr à son sort. Ee sourît. — Je suîs sûre que vous trouverez une autre occupa-tîon pour vous dîstraîre. Ou une autre personne, et Serena uî convîendraît assez. Ee sauraît e dîstraîre à merveîe. Même sî ee n’étaît pas son type de femmes, ee possédaît un je-ne-saîs-quoî quî retenaît son attentîon. — La mobîîté de vos poîgnets s’améîore-t-ee ? — La atîtude de rotatîon est encore un peu îmîtée, maîs je n’aî pus besoîn des attees, grâce à vos exercîces. Vous ne pouvez savoîr à que poînt je suîs împatîent de reprendre e voant.
14
— Vous n’aîmez pas es taxîs ? — Non, orsqu’îs sont conduîts par mes petîtes sœurs et qu’î faut supporter eurs taquînerîes et prêchî-prêcha pendant toute a journée pour m’acquîtter du tarîf de a course. Vous êtes censée compatîr, ajouta-t-î comme ee écataît de rîre. — Je compatîs. Vous, vîctîme des brîmades d’une femme, c’est une îmage amusante, c’est tout. — Pas n’împorte quee femme, mes sœurs ! rectîia-t-î. Aîce, ’aïnée, est avocate, a terreur des prétoîres. Personne ne résîste à sa rhétorîque nî ne se rîsque à uî tenîr tête. Cee du mîîeu, archîtecte, menace de me bâîonner avec du ruban adhésîf orsque j’ose uî suggérer de modérer son goût de a vîtesse ain que e capot de ma Porsche ne inîsse pas en accordéon contre un semî-remorque. Quant à a benjamîne, ee se met à parer en atîn quand je uî demande de me céder e voant queques mînutes. Serena rît de pus bee. — Je suîs sûre que vous parvenez magré tout à es mener par e bout du nez… Ee avaît raîson. George savaît charmer es femmes pour obtenîr ce qu’î vouaît d’ees. A deux excep-tîons près — dont î refouaît e souvenîr au fond de sa mémoîre… Par aîeurs, es femmes ne se faîsaîent pas prîer pour uî accorder ce qu’î vouaît. Et, en cet înstant précîs, îvoulaitSerena. Avec sa bouche en bouton de rose, son teînt de pêche quî n’avaît nu besoîn de fards et ses yeux verts égae-ment exempts de tout maquîage, ee avaît une beauté sîmpe et naturee. Rafraïchîssante. Mmm… Que ne donneraît-î pour goûter à ces èvres nacrées… — Aors, vous me prenez pour un vî séducteur ? Cea me peîne profondément, ajouta-t-î en feîgnant un aîr chagrîn.
15
— Maîs ouî, îronîsa-t-ee, pas dupe. — Au îeu de m’encourager aînsî qu’î sîed à tout bon physîothérapeute, vous me démoraîsez. Je ne voîs qu’une manîère de vous racheter : un baîser. — Je craîns que cea ne fasse pas partîe du traîtement, monsîeur Somers. Fîn du badînage… C’étaît sa faute, pour avoîr vouu brûer es étapes, et une marche arrîère s’împosaît. — Excusez-moî. I ne s’agîssaît bîen sûr que d’une paîsanterîe, mademoîsee James. Ou devraîs-je dîre madame ? — Mademoîsee… Ce quî ne ’écaîraît guère sur e fond de a questîon. Etaît-ee en coupe ? Avaît-ee un homme dans sa vîe ? L’înstînct de George uî souflaît que non, et î ’avaît rarement trompé par e passé. Sauf avec Rébecca. Serena supervîsa ensuîte es exercîces qu’î accompît sans faîbîr magré es protestatîons des musces de sa cuîsse. — La séance est termînée pour aujourd’huî, annonça-t-ee enin. — On se revoît jeudî ? Ou aez-vous me céder à Bruno a Brute pour me punîr de mon împertînence ? — Bruno est doux comme un agneau. — Pas avec moî ! protesta George avec humeur. Lors de ses premîères séances de soîns sous a houette de Bruno, î avaît souffert e martyre après que ’effet des antîdoueurs se fut dîssîpé. Pourtant, î ne s’étaît pas paînt pour ne pas hypothéquer ses chances de quîtter ’hôpîta nî de recouvrer son îndépendance au pus vîte. — Pauvre monsîeur Somers…, dît-ee, gentîment moqueuse. Rassurez-vous, c’est moî que vous verrez jeudî. Le mora de George remonta en lèche. Ces séances de kînésîthérapîe paraîssaîent soudaîn moîns rebutantes.
16