Un pédiatre à séduire - Une nouvelle vie pour Sarah (Harlequin Blanche)

De
Publié par

Un pédiatre à séduire, Meredith WebberJamais Clare n’aurait imaginé, en revoyant le Dr Oliver Rankin, que celui-ci ferait renaître en elle la passion qui, dix ans auparavant, l’a poussée vers lui. Car elle a encore en mémoire les instants magiques qu’ils ont vécus ensemble et qu’aucun homme, depuis, n’a réussi à lui faire oublier. Bientôt, pourtant, elle se retrouve au pied du mur : contrainte de lui révéler l’existence d’Emily, la fille née de leur union, elle sait qu’elle risque de gâcher à tout jamais ses chances de le reconquérir…

Une nouvelle vie pour Sarah, Mary McBride

Pédopsychiatre de renom, Sarah Hunter est appelée au royaume du Montebello afin d’examiner Leo, le fils de Dominic Chiara, le prince héritier. Un enfant sensible et très attachant mais qui, inexplicablement, s’est muré depuis plusieurs mois dans le silence. Au fil de leurs rencontres, et au mépris de toutes les règles en vigueur dans sa profession, Sarah se surprend à rechercher la compagnie du père de l’enfant, même si elle sait que cet homme mystérieux, dont tout la sépare, n’a rien à lui offrir…
Publié le : lundi 15 novembre 2010
Lecture(s) : 11
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782280289566
Nombre de pages : 320
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
1.

Oliver Rankin détestait être en retard. Pour lui, c’était un manque de respect impardonnable. Pourtant, il était en retard, c’était indéniable…

Victime, entre Melbourne et Sydney, d’une panne mécanique qui l’avait obligé à attendre vingt-quatre heures une pièce de rechange, il arrivait à Sydney en pleine heure de pointe ! Tout ce qu’il aurait voulu éviter.

Enfin… le service de chirurgie cardiaque du professeur Alex Atwood allait être au complet. Il pénétra en trombe sur le parking du St. James — l’hôpital pour enfants —, abandonna sa voiture sur une place réservée à la direction et se rua à l’intérieur du bâtiment.

Fort heureusement, quelques mois auparavant, il avait passé plusieurs semaines au sein de l’équipe et il savait exactement où se rendre, si bien qu’il atteignit la salle de réunion une poignée de secondes avant le démarrage du programme.

Grâce au ciel, il allait pouvoir se détendre ! Enfin, c’était ce qu’il croyait, jusqu’à ce que…

Cette impression, soudain, que le sol se dérobait sous ses pieds… Une crise d’hypotension ? L’excès de stress ?

Il ferma les yeux une seconde, alors qu’Alex le présentait à Angus, le nouveau chirurgien de l’équipe, et lui rappelait qu’il avait déjà rencontré Kate. Puis il les rouvrit. Très lentement.

L’apparition était toujours là, sidérante de beauté.

— Et voici Clare Jackson, notre nouvelle perfusionniste…

La voix d’Alex lui parvenait de très loin, comme à travers un épais brouillard. En pleine confusion, il tentait de se rendre à l’évidence. La femme qui hantait encore parfois ses rêves, malgré les années écoulées, se trouvait dans la même pièce que lui.

Impossible !

Et pourtant non, elle était bien là. Tournée vers Alex, elle lui présentait son profil, et il ne pouvait détacher son regard de la courbe gracieuse de son cou, ce cou qu’il avait aimé embrasser…

Clare Jackson ?

Même s’il avait reçu depuis quelques semaines la liste des membres de l’équipe, sur laquelle il avait effectivement lu C. Jackson, la coïncidence ne l’avait pas alerté, dans la mesure où la majorité des perfusionnistes avec qui il avait travaillé étaient des hommes.

La voix d’Alex lui parvenait vaguement, mais ses paroles n’atteignaient pas son cerveau. Non seulement Clare était bien dans la pièce, mais visiblement, elle faisait partie de l’équipe.

Il allait travailler avec elle. Et elle était perfusionniste ?

En dix petites années, de comédienne, elle était devenue praticienne en circulation extracorporelle ?

— Clare…

Il avait été incapable d’articuler un autre son, et elle hocha simplement la tête. Sa chevelure sombre lançait des éclairs et derrière la lourde frange de ses cils, son regard ne trahissait pas la moindre émotion, pas la moindre surprise devant cette rencontre improbable.

— Oliver !

Juste un mot, mais les accents si familiers de cette voix lui firent l’effet d’un tremblement de terre. Ensuite, il essaya de se concentrer sur les mots d’Alex qui lui présentait le reste de l’équipe, mais comment faire ? En revanche, Clare ne semblait absolument pas perturbée par cette invraisemblable coïncidence, comme il le constata en jetant un regard furtif dans sa direction.

Clare avait réussi à rester de marbre. Elle avait été à bonne école, au cours d’art dramatique, autrefois… il y avait bien longtemps. A l’époque où elle avait rencontré Oliver.

Au moins, comme cela, elle parviendrait peut-être à ne pas s’effondrer !

En le voyant là, au sein de la même équipe, elle se demandait si elle n’était pas le jouet d’une monstrueuse conspiration. Bien sûr, Oliver se destinait à la pédiatrie, mais il n’avait jamais fait allusion à la chirurgie. Et pourtant, à l’autre bout de la pièce, c’était bien Oliver, même s’il l’ignorait superbement. Qu’aurait-il pu dire, en fait ?

« Tiens ? Salut ! Ça fait longtemps ! »

Ce n’était pas vraiment le genre d’Oliver, les phrases banales… Seulement, dans quelques instants, cette réunion allait s’achever. Ils quitteraient cette pièce et, tôt ou tard, il faudrait bien qu’ils se parlent !

Il est venu réclamer Emily !

Cette pensée la frappa soudain comme la foudre, mais elle revint à la raison. De toute évidence, il avait été aussi surpris qu’elle et, s’il avait voulu son enfant, il aurait pris contact lorsqu’elle lui avait écrit qu’elle était enceinte. Ou pendant toutes ces années… Il ne l’avait jamais fait, ce qui prouvait bien qu’il n’avait aucune envie de connaître sa fille. A cette idée, elle se sentit submergée par une vague de colère.

Il ne lui faisait pas peur ! Plus rien ne lui faisait peur !

Du moins était-ce ce qu’elle se disait… En fait, une peur diffuse s’insinuait dans tous les pores de sa peau. Peur pour Emily, peur pour sa stabilité.

Une peur terrible.

Maintenant qu’il était là, il voudrait sûrement la voir, faire sa connaissance. Et si au contraire, il persistait à l’ignorer, comment Emily réagirait-elle ? A cette idée, Clare sentit le sol se dérober sous ses pieds. Elle vacillait au bord d’un précipice, prête à tomber dans un abîme sans fond.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi