UN PERE, UNE MERE, UN FILS : UN MYTHE !

De
Publié par

Dans les rues d'une capitale universelle, l'ancien Ministre de la Justice, au croisement de deux rues aux noms d'auteurs célèbres, se fait poignarder. Le jeune et talentueux successeur de la victime est chargé de retrouver le meurtrier qu'il ne connaît que trop bien ! Un père, une mère, un fils : un mythe ! énonce une chronique tragique et irréelle tout en tentant d'explorer les chemins qui ont mené cette dernière vers la suprême reconnaissance, vers le mythe littéraire.
Publié le : mercredi 1 mai 2002
Lecture(s) : 256
EAN13 : 9782296284968
Nombre de pages : 161
Prix de location à la page : 0,0060€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

Un père, une mère, un fils: un mythe!

Collection Théâtre des 5 Continents dirigée par Maguy Albet et Kazem Shahryari
Dernières parutions 60 - Michel Ecoffard, Le petit œil. 61 - David Arribe, Amaya, Prénom: Carmen. 62 - Robert Poudérou, J'ai l'honneur...,2000.
63 - Jean-Marc
Quillet, Rivages ou le Nô de l'imbécile, 2000.

64 - DermotBolger,La déplorationd'Arthur Cleary,2000.

65 - EmmanuelGenvrin,Séga Tremblad,2000.
68 69
--

67 - Georges Thinès, Le Songe de Thucydide, 2000.
Richard Brinsley Sheridan, Les rivaux, 2000. Nassur Attoumani, Interview d'un macchabée, 2000.

70 - René Bizac, Le prince de la pluie, 2001. 72 - Eric Sauray, Choucoune (série Horizons), 2001.

73 - Bernard Fripiat, WinstonChurchill,2001.
74 - Varoujan, À l'autre bout du pont, 2001.

75 - NatachaDiet et LaurentMaurel,Dange, 2001.
76 - Kazem Shahryari, Au revoir et bonjour Monsieur Brecht, Pâle comme la lune, 2001. 77 - Bhâsa, Vâsavadattâ vue en songe, 2001. 78 - Annie Corbier, La Reine d'Arles, 2001.

79 - Varoujan,Judith et Holopherne,2001.
80 - Florent Couao-Zotti (coédition L' HarmattanlNdzé), La diseuse de Mal-espérance, 2001. 81 - Alain Lefevre, Le Secret, 2001.

82 - Marie-BenoîtPloyé,La lune sans barreaux,2001. 83 - Carlo Goldoni(adapt. Claude des Presles),La Locandiera,2001. 84 - Ali Badri,Ziba, l'oiseau des QuatreSources,2001.
85 - Florent Couao-Zotti, La diseuse de mal-espérance, 2001. 86 - M. Arriz- Tamza, Le soupir du Maure (collection Horizons), 2001.
87
-

Patrick Mons, Un strapontin pour la lune, 2001.

88 - Jean-Claude Villain, Labrys, 2001. 89 - Nazly Sadeghi, La sœur, 2001.

90 - Gwénaëlde Boodt, Théséeaux îles ou l'utopie détroussée,2001.
91 - Jean Baumgarten, Allergie française, 2001. 92 - Mohamed Salmawy, La dernière danse de Salomé, 2001. 93 - Jean-Jacques Varoujan, La Voleuse d'histoires, 2001. 94 - Abdelhadi SAlO, Infarctus ou les mots décroisés, 2001. 95 - Gérard ASTOR, Des Siècles à Grenade, 2001. 96 - Bernard Yameogo, Tengembiiga ou le dernier rendez-vous, 2002.

Grégory ÉVRARD

Un père, une mère, un fils: un mythe!
Une histoire d'Oedipe

L'Harmattan
5-7, rue de l'École Polytechnique 75005 Paris

FRANCE

L'Harmattan Hongrie Hargita u. 3 1026 Budapest HONGRIE

L'Harmattan l talia Via Bava, 37 10214 Torino ITALIE

A mes parents

@ L'Harmattan,

2002 ISBN: 2-7475-2288-1

Pièce créée le 23 mai 2000

par la Compagnie Maupassant A la salle Ronsard

Présentation des personnages de la pièce (11 personnages dont 9 hommes et 2 femmes)

Le Ministre: son prénom physique.

est dû à un handicap

La femme du ministre: reine de Thèbes dans une autre histoire. Laïus: on ne le présente plus.
Le frère de la femme du ministre: un homme autre chose. La Jeune avocate: a pour d'une couche incestueuse. ancêtre qui voudrait

une princesse

issue

Le sans-abri: un miroir de l'écriture.
Les avocats: des personnages de transition. très insignifiant. politique qui ressemble

Le chef de cabinet: un personnage Le Premier Ministre: un homme à tant d'autres.

6

Pretnière Partie
« Quel est, quel est donc l'homme qui obtient plus de bonheur qu'il en faut pour paraître heureux, puis, cette apparence donnée, disparaître de l'horizon? »

« Stasimon VI » in Œdipe Roi, Sophocle

La scène est complètement vide. Seule une poubelle règne au milieu de nulle part. Apparaît une jeune femme. Elle est enceinte et sur le point d'accoucher: elle tombe sur le sol. Apparaît alors un groupe de personnes masquées. Elles scandent de façon répétitive et haletante: «l'enfant maudit est né ». Le groupe enserre la jeune femme. Apparaît alors, sortant de la poubelle, un jeune garçon couvert de sang. Le groupe se tourne vers lui. A l'autre bout de la scène apparaît un homme en costume sombre; c'est le jeune Ministre de la Justice. Le groupe se tourne vers lui. Long silence. Le groupe se disloque d'un seul coup en hurlant: « L'enfant maudit est né ».

Noir. Fin de la scène zéro.

9

Cette première scène se tient dans un décor sombre et douteux. C'est le croisement lugubre de deux ruelles. Un lampadaire, vieilli par le temps et patiné par l'expérience de la rue abandonnée par l'urbanisme moderne, éclaire à peine le plateau. Sur le sol est affalé un sans-abri. Un de ces pauvres sans présent qui voit le siècle défiler devant ses yeux sans y participer jamais mais en l'analysant toujours. Il semble dormir à moins qu'il n'attende un événement programmé depuis longtemps. Entre en scène un homme d'une cinquantaine d'années. Il est habillé de vêtements sombres, comme s'il avait voulu se fondre dans le décor, pour ne pas être vu ou en tout cas le moins possible. Le sans-abri Vous arrivez au bon croisement, monsieur, à n'en pas douter. L'homme Je sais... Je le devine en tout cas. Le sans-abri Comment peux-tu le savoir, tu as à peine regardé le nom des ruelles?

11

L'homme La rue Sophocle et la rue Voltaire: ruelles inévitables pour commencer cette histoire... Le sans-abri Tu entres dans l'écriture, l'ami ! L'homme Peut-être... A moins que je n'y sois déjà... Après tout, on m'a éctit pour jouer un petit rôle! Un petit cachet! Un petit acteur! Le sans-abri Et pourtant, on ne cessera de parler de toi. (silence) Serais-tu un puissant? L'homme La plume de l'auteur et de l'histoire mythique disent que je suis un homme de pouvoir. Le sans-abri Alors tu as l'impuissance de la force... L'homme ...Et la force de l'impuissance! Le sans-abri Tu sais bien ton rôle. L'homme Il est court, franc, rapide et efficace: l'oublier?

comment

12

Le sans-abri Tu es sans illusion? L'homme Je fais face à l'écriture. Ne sommes-nous pas au théâtre: tout est à la fois mise en scène et improvisation, autant dire illusion.
Le sans-abri Tu es un homme

de théâtre, un comédien

alors?

L'homme Pire: je suis un personnage! Silence. Le sans-abri Tu viens ici pour mourir, n'est-ce pas? L'homme S'il plaît à l'auteur. . . Le sans-abri Cela ne te touche pas plus que cela? L'homme Non. Le sans-abri Tu pourrais passer ton chemin, personne... enfm, Il ne te trouverait pas ici, Il ne te tuerait pas.

13

L'homme Ce serait défier l'écriture! Le sans-abri N'est-ce pas ton souhait?
L'homme J'ai par trop défié les hommes aujourd'hui, j'aspire au repos!

et mon

histoire:

Le sans-abri Tu veux mourir ? L'homme Non! Je veux vivre autrement! ailleurs. . .

Ou plutôt survivre,

Le sans-abri Il n'est pas besoin de disparaître pour cela. L'homme C'est ce que l'on voudrait nous faire croire. Le sans-abri Qui cela" on" ? L'homme (se dirigeant vers la sortie) Les plumes qui écrivent. Le sans-abri Où crois-tu aller?

14

L'homme Je rejoins Sophocle et Voltaire. Le sans-abri Tu les dénigres et pourtant tu veux rejoindre ceux qui écriven t.
L'homme Je retourne

dans ma réalité!

Silence. Le sans-abri Ton histoire serait-elle à ce point cruelle? L'homme La cruauté est un vice que j'ai fait devenir vertu! Et puis la cruauté est si fatalement humaine: pourrais-je m'en défaire? (petit silence) Tu sais, la cruauté ne va pas sans son lot d'ignominies! J'en ai commis une entre toutes! Et ce péché familial m'a fait haïr mon visage, mon corps, mon âme... Toute ma personne! Le sans-abri Quel est ce crime? L'homme La suite te le dira comprendre.

tu n'auras qu'à bien smvre pour

15

Le sans-abri Et qui dois-je écouter pour mieux saisir l'histoire qui commence?
L'homme Mon premier et unique amour! Cela aussi, aucun homme ne peut réellement s'en passer! Dure constatation: je ne suis qu'un homme... Rien de beau en somme!

Silence. Le sans-abri Quel est ton nom? L'homme Es-tu certain de vouloir le connaître? Le sans-abri Oui. L'homme Je crois que tu appartiendrais, douloureuse. Le sans-abri La douleur est ma couverture; oreiller. L'homme On m'appelle...

alors, à une histoire

il me manque un

16

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.