Un secret pour deux - Sur les ailes de la passion (Harlequin Passions)

De
Publié par

Un secret pour deux, Karen Rose Smith
Alertée en pleine nuit par les sanglots d'un bébé, Gwen Langworthy découvre, bouleversée, un nouveau-né abandonné dans un couffin, devant sa porte. Sur ses vêtements, un prénom : Amy... Persuadée que la petite fille n'a pas été déposée là par hasard, Gwen décide de retrouver la mère du bébé, et fait appel à Garrett Maxwell, spécialisé dans la recherche d'enfants perdus. Garrett, étrangement, se montre d'abord réticent. Un comportement qui choque Gwen autant qu'il l'intrigue. Car si elle-même a des raisons très personnelles de vouloir rendre la petite fille à sa mère, elle ignore tout du douloureux secret de Garrett...

Sur les ailes de la passion, Judy Duarte

Jamais jusqu'à présent Bo Conway n'avait osé poser les yeux sur Carly, la belle et élégante épouse de Greg Banning, richissime propriétaire de la maison coloniale de Rosewood où il faisait régulièrement des travaux d'ébénisterie. Mais en apprenant que les Banning venaient de divorcer, Bo avait senti un espoir fou l'envahir et en même, le torturer. Allait-il garder secrète cette passion qui le rongeait ? Ou avouer à Carly Banning qu'il la désirait jour et nuit ? Encore fallait-il qu'elle ait remarqué son existence...
Publié le : mercredi 1 août 2007
Lecture(s) : 51
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782280261500
Nombre de pages : 480
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Prologue
Les cris stridents d’un bébé s’élevèrent à proximité de la maison de Gwen Langworthy, et il lui fallut quelques secondes pour se rendre compte que ces hurlements provenaient de sa propre véranda.
Le jour avait cédé la place au crépuscule et aux ombres. Gwen accourut jusqu’à sa véranda, guidée par les cris du nouveau-né. En tant que sage-femme, elle était habituée à entendre les pleurs des nourrissons, ce qui ne l’empêchait pas de ressentir chaque fois comme un pincement au cœur. Peut-être était-ce parce qu’elle était impatiente de tenir son propre bébé dans ses bras…
Une fois arrivée, elle alluma la lumière et découvrit une poubelle de plastique bleu, déposée à proximité de ses baies vitrées. A l’intérieur, se trouvait un nouveau-né aux grands yeux sombres, qui ne devait guère avoir plus d’un jour ou deux. La poubelle était tapissée de papier journal, mais le bébé était soigneusement enveloppé dans une couverture rose. Une feuille de papier, visiblement arrachée d’un agenda, reposait à ses pieds. Le prénom Amy y était inscrit en lettres capitales.
C’était donc une petite fille !
Perplexe, Gwen écarta les mèches bouclées qui lui tombaient devant les yeux et prit l’enfant dans ses bras. Ses rêves d’une vie de famille s’étaient brisés depuis que Mark l’avait abandonnée au bras de son père à l’entrée de l’église. Elle souffrait encore de cet abandon et continuait à avoir du mal à envisager de faire confiance à un autre homme à l’avenir.
— Ainsi, tu te prénommes Amy, murmura-t-elle, tandis qu’un réflexe presque professionnel la poussait examiner le nourrisson qui semblait en parfaite santé.
Ce fut en revanche une sorte d’instinct maternel qui la fit prêter attention au petit pull ainsi qu’au bonnet de laine aux couleurs pastel que portait Amy. L’ensemble semblait avoir été fait à la main. Quelqu’un avait dû prendre soin de cette enfant. Comment pouvait-on tricoter un ensemble pour son bébé avant de l’abandonner ?
Gwen ne connaissait que trop bien le sujet de l’abandon.
Elle fit coulisser sa baie vitrée et l’air du soir l’entoura, tandis qu’elle scrutait les environs de sa cour. Au bout, se trouvait une ruelle. N’était-ce pas une voiture dont elle entendait le moteur toussoter, avant de démarrer ? La pénombre et les arbres l’empêchaient de voir. L’automne approchait déjà dans le Wyoming.
La petite Amy se mit à remuer dans ses bras avant de grimacer et de se remettre à pleurer.
Gwen la serra contre elle et alla téléphoner à l’une de ses plus proches amies, qui était assistante sociale. Elle savait pourtant ce que Shaye lui conseillerait de faire… Appeler le shérif.
Gwen réfléchit un instant aux autres solutions qui s’offraient à elle. Le shérif semblait plus préoccupé par son prochain départ à la retraite que par sa mission auprès des habitants de Wild Horse Junction. Elle décida de lui laisser une semaine avant de prendre elle-même les choses en main, si elle n’était pas satisfaite de l’avancée des recherches pour retrouver la mère d’Amy.
Il était hors de question qu’elle laisse cette enfant avancer dans la vie sans savoir d’où elle venait, sans jamais comprendre pourquoi sa mère ne l’avait pas assez aimée pour la garder.
- 1 -
— Monsieur Maxwell ? appela Gwen en essayant de couvrir le bruit assourdissant.
Le vacarme cessa aussitôt. Celui qu’elle supposa être Garrett Maxwell leva vers elle un regard froid et interrogateur. Avec son marteau à la main, il avait l’air presque menaçant. Il était grand — il devait mesurer plus d’un mètre quatre-vingts — et avait les cheveux bruns. Sa tenue, composée d’un T-shirt noir et d’un jean, mettait en valeur ses larges épaules et ses jambes musclées. Sa présence paraissait occuper la totalité du petit appentis qui se trouvait à l’arrière de sa maison. Malgré la lumière faiblissante, son regard gris semblait interdire à Gwen de franchir le pas de la porte.
— Que puis-je faire pour vous ? demanda-t-il d’une voix qui donna immédiatement à Gwen l’impression qu’elle n’était pas la bienvenue.
— M’aider, je l’espère, répondit-elle en notant une lueur d’intérêt dans ses yeux.
Garrett Maxwell avait la réputation de vivre en ermite dans sa maison de rondins située dans les premiers contreforts des monts de Painted Peaks. Elle avait entendu parler de lui au détour d’un article paru quelques mois auparavant dans le , le journal local faisant état de l’aide qu’il avait apportée pour retrouver un enfant disparu dans le Colorado. Avant de lui rendre visite, elle avait complété ses recherches sur Internet et avait découvert plusieurs articles le concernant, toujours au sujet d’enquêtes sur des cas de disparitions ou de kidnappings d’enfants.Wild Horse Wrangler
Gwen décida de se jeter à l’eau, malgré l’accueil glacé qu’il lui réservait.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.