Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Partagez cette publication

Vous aimerez aussi

Un si joli conte de fées
Du même auteur aux Éditions J’ai lu
Un parfum d’ensorceleuse Nº 7783 Tant d’amour dans tes yeux Nº 8346
KAREN RANNEY
Un si joli conte de fées
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Daniel Garcia
Si vous souhaitez être informée en avant-première de nos parutions et tout savoir sur vos auteures préférées, retrouvez-nous ici :
www.jailupourelle.com
Abonnez-vous à notre newsletter et rejoignez-nous sur Facebook !
Titre original UPON A WICKED TIME Éditeur original Avon Books, an imprint of HarperCollins Publishers, New York Karen Ranney, 1998 Pour la traduction française Éditions J’ai lu, 2014
À Mary Kay Smargiassi, une admiratrice devenue une amie.
Prologue
Dorset House, Domaine du comte de Wellbourne, juin 1788
Au sommet de la colline, une petite brise animait de frissons joyeux les hautes herbes et le feuillage des arbres. Un vieux chêne dressait là son tronc cente-naire, sentinelle austère qui semblait réprouver cette humeur badine. Sous ses branches, l’herbe était vert émeraude et l’ombre paraissait délicieusement accueillante. Le soleil, embusqué derrière un nuage cotonneux, jetait sur ce décor un halo de lumière laiteuse. Une grande demeure s’apercevait en contrebas, à mi-chemin entre le haut de la colline et le fond de la vallée. La frénésie de ses occupants ne pouvait pas se deviner, d’aussi loin. On courait, on s’agitait, des invités arrivaient… mais le vacarme provoqué par toute cette fièvre était absorbé par la distance, si bien qu’une étrange sérénité régnait sous les frondaisons du chêne. Le temps semblait s’y être alangui. Pourtant, le Destin était en marche, et il ne tarderait pas à 9
convoquer sur la scène tous les acteurs de la pièce qui allait se jouer. L’un d’eux était une jeune fille de seize ans. Assise sur une couverture étalée au pied du chêne, elle fai-sait la lecture à son petit frère. — Harry, n’as-tu donc pas envie de savoir ce qui est arrivé à sir Bethune ? — J’ai faim ! — Tu as toujours faim. Comment expliques-tu cela, Harry ? Pourtant, personne ne te prive, à table. La jeune fille referma le livre en prenant soin de marquer sa page avec son doigt, tandis que, de son autre main, elle nettoyait le genou du garçonnet. — Et comment fais-tu pour toujours te salir aussi rapidement ? — Je me moque d’être sale. J’ai faim. — Nous prendrons le thé avec des petits gâteaux dès que le duc sera arrivé. — Pourquoi faut-il l’attendre ? — Parce que nous devons lui être présentés, voilà tout. — Je n’ai pas envie de lui être présenté, Tessa. — Il va falloir t’y résigner, Harry, j’en ai peur. En attendant, rien ne nous empêche de découvrir comment sir Bethune se débarrasse du dragon. À ton avis, comment va-t-il s’y prendre ? — Il va lui trancher les boyaux ! s’exclama Harry. Et, joignant le geste à la parole, il agita une épée imaginaire. Tessa fit mine d’être effrayée. — Pour l’instant, sir Bethune commence simple-ment à descendre dans la vallée où le dragon a sa tanière. Ne crois-tu pas qu’il a peur ? — Les chevaliers n’ont peur de rien, Tessa. 10