Un si troublant confrère - L'unique amour du Dr Taylor (Harlequin Blanche)

De
Publié par

Un si troublant confrère, Lucy Clark

Pour tourner la page après une séparation douloureuse, le Dr Melora Washington accepte un poste à Tarpanii, un petit village du bush australien. Loin de l’agitation de la grande ville, elle pourra, espère-t-elle, se ressourcer, et exercer en toute sérénité son métier de chirurgien, qu’elle aime tant. Mais à peine arrivée, elle tombe sous le charme du très sexy Daniel Tarvon, son nouveau collègue – un homme en tous points semblable à celui qui l’a trahie – exactement le type d’homme qu’elle s’est promis d’éviter…

L’unique amour du Dr Taylor, Emily Forbes

Conscient que sa carrière, à laquelle il s’est jusqu’alors consacré corps et âme, lui a coûté son mariage, le Dr Sam Taylor est bien décidé à tout faire pour reconquérir son épouse Juliet, qu’il n’a jamais cessé d’aimer, même s’il l’a poussée, par son égoïsme, à demander le divorce. Mais alors qu’il s’interroge sur la meilleure façon de regagner sa confiance, Sam se voit soudain proposer la promotion dont il rêve depuis longtemps. Peut-il accepter sans risquer de perdre à jamais la femme de sa vie ?

Publié le : mardi 15 février 2011
Lecture(s) : 33
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782280253345
Nombre de pages : 320
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
1.
— Merci beaucoup, mademoiselle.
Melora Washington fit basculer son gros sac de voyage sur son épaule, souriant à l’hôtesse de l’air qui venait de lui ouvrir la porte du petit Cessna. Il était un peu plus de midi et elle ajusta ses lunettes de soleil, aveuglée par la lumière éclatante qui inondait le tarmac.
Voilà, elle y était. Elle avait pris sa décision, postulé pour cet emploi, rempli de nombreux formulaires. Elle avait passé des entretiens et subi des examens médicaux. Et, finalement, elle avait été engagée. Elle allait travailler deux semaines pour l’Unité de secours d’urgence du Pacifique — l’USP — sur l’île de Tarparnii, au large de l’Australie.
Pour Melora, ce changement arrivait comme une bouffée d’oxygène. Elle avait besoin de faire une pause, de s’éloigner quelque temps du prestigieux hôpital universitaire de Sydney où elle exerçait son métier de chirurgien. Ici, sur ces terres inconnues, elle espérait vivre des expériences nouvelles, revigorantes.
Néanmoins, elle avait eu du mal à franchir le pas. Elle avait même beaucoup hésité avant de souscrire à la proposition de sa meilleure amie Emerson Freeman, Emmy pour les intimes. Cette dernière avait insisté pour qu’elle postule, quelques semaines plus tôt, au cours d’un déjeuner.
— Mel, tu as vécu des moments difficiles ces deux dernières années, avait dit Emmy d’une voix douce. Un break te ferait du bien. Casse ton rythme, engage-toi sur un projet totalement différent !
Mais, à l’évocation de Tarparnii, Melora s’était récriée :
— Quoi ? Que veux-tu que j’aille faire là-bas, en pleine jungle ? Si encore tu me conseillais de partir au Queensland ! Je rêve d’une plage déserte, de tranquillité…
— Tu t’ennuierais à mourir au bout de vingt-quatre heures ! Non, il te faut un changement radical. Entre tes problèmes de santé et la rupture de tes fiançailles, tes nerfs ont été mis à rude épreuve. Je préconise un remède à la hauteur de la situation.
— Tout de même… la jungle !
— Crois-moi sur parole, tu vas adorer. Les habitants de Tarparnii sont très chaleureux, les paysages, sublimes, et tu auras l’occasion de mettre tes talents en pratique. L’USP accueille les médecins expérimentés à bras ouverts. Franchement, pour deux semaines, qu’est-ce que tu risques ?
Là, Emmy marquait un point. Elle avait même raison sur toute la ligne.
Certes, Melora avait traversé des épreuves. Son univers avait volé en éclats. Elle avait connu la peur, la déception, le découragement parfois. Mais elle n’avait jamais capitulé et, aujourd’hui, elle pouvait commencer à tourner la page.
— Allez, vas-y, fonce, avait insisté Emmy, et sa sollicitude avait réchauffé le cœur de Melora. Tu pourrais partir au mois d’avril. Evidemment, avec leur climat, la chaleur va te sembler humide, mais tu auras droit à une bonne pluie tropicale tous les jours pour te rafraîchir les idées !
— Hmm…
— Dart et moi avons travaillé pour l’USP plusieurs fois depuis notre mariage. Nous avons toujours reçu un accueil exceptionnel à Tarparnii. Jalak et Meeree, les chefs du village principal, veillent sur la population comme sur leurs propres enfants. Et les médecins et les infirmières, Belhara, Bel et Tarvon, partagent cet état d’esprit. Tu n’as qu’un mot à dire pour que je les appelle.
Gagnée par cet enthousiasme communicatif, Melora avait capitulé. Son amie avait téléphoné sur-le-champ, et à partir de là, les événements s’étaient enchaînés très vite.
Jamais, au cours de sa carrière, elle ne s’était projetée sur une île isolée en plein Pacifique ! Mais jamais non plus elle n’avait imaginé qu’elle subirait plusieurs opérations ni qu’elle se retrouverait seule. Elle s’était vue épouser Leighton, fonder une famille. Cette terrible période était derrière elle, maintenant…
— Docteur Washington ? Ça va ?
Reprenant contact avec la réalité, Melora se rendit compte qu’elle fixait toujours le tarmac. Elle sourit de nouveau à l’hôtesse qui la regardait.
— Très bien, merci, répondit-elle d’un ton enjoué.
— Votre contact de l’USP vous attend là-bas.
La jeune femme désigna du doigt un homme brun de haute taille, très bronzé, adossé à une Jeep décapotable au bout de la piste. Il se tenait la tête en arrière, bras et chevilles croisés. Il portait une chemisette à rayures bleu pâle, un short kaki et des bottes de moto. Un chapeau de toile négligemment posé sur ses cheveux et des lunettes noires rendaient son allure encore plus décontractée.
Il ne ressemblait pas du tout à un médecin ! Il avait une apparence un peu rude, presque sauvage…
— Ce… monsieur est mon contact ? Vous êtes sûre ?
Melora plongea la main dans la poche de son pantalon, en extirpa un papier soigneusement plié et le parcourut.
— S’agit-il du Dr Tarvon ? Daniel Tarvon ?
L’hôtesse haussa les sourcils.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi