Un tête-à-tête inattendu (Harlequin Horizon)

De
Publié par

Un tête-à-tête inattendu, Melissa McClone

Lorsqu'on lui présente Kane Wiley, le pilote d'un jet privé qui doit la conduire jusqu'à Seattle où se tient un important défilé, Serena, une jeune et talentueuse styliste, ne peut s'empêcher d'être désarçonnée par l'attitude hostile de ce dernier... Au cours du vol, la proximité forcée avec cet homme aussi sexy que taciturne commence à lui peser, et elle a hâte d'arriver quand une panne survient, les forçant à atterrir d'urgence au milieu de nulle part.

Publié le : mercredi 15 avril 2009
Lecture(s) : 28
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782280273541
Nombre de pages : 224
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
1.

— J’irai au salon du mariage, déclara Serena James. J’ai toujours eu envie de visiter Seattle.

A vrai dire, peu lui importait la destination. Ce qu’elle voulait, c’était partir.

Les quatre femmes présentes dans la pièce se tournèrent vers elle, étonnées. Elles faisaient partie de l’équipe de Belle’s Mariées, une boutique de Boston spécialisée dans l’organisation de mariages.

Sous le regard scrutateur de ses collègues, Serena réprima une grimace. Aurait-elle paru trop enthousiaste, pour une femme nantie d’un fiancé qui lui était très attaché ?

— Si personne d’autre ne veut y aller, bien sûr, ajouta-t-elle avec un sourire emprunté.

— Eh bien, ma jolie…, commença Belle avec cet accent du sud qui ajoutait à son charme.

Belle McKenzie était la propriétaire de la boutique. La cinquantaine passée, elle avait toujours fière allure avec ses cheveux courts platine, une jolie silhouette, et surtout un superbe sourire qui reflétait toute la générosité de son tempérament.

— C’est très gentil à toi de te proposer, poursuivit-elle. Nous avons en effet besoin d’un peu de publicité positive, après l’annulation du mariage Vandiver. Et les organisateurs de ce salon devraient se réjouir d’accueillir à la toute dernière minute l’une des stylistes les plus prometteuses des Etats-Unis.

Serena ressentit un profond sentiment de satisfaction. Sa proposition allait être acceptée.

— D’habitude tu fuis ce genre de manifestation, enchaîna Belle. Es-tu bien sûre de vouloir y assister, et surtout, d’être disponible pour le faire ?

— Certaine.

Elle s’était toutefois efforcée de manifester un enthousiasme raisonnable.

— D’autant plus que je suis la seule à pouvoir y aller, ajouta-t-elle.

Belle soupira avant de laisser ses mains parfaitement manucurées courir sur le bureau.

— C’est exact. Nous sommes toutes débordées en ce moment…

— Quelle que soit celle qui ira au salon, déclara alors Callie Underwood en glissant derrière son oreille une mèche de cheveux blonds, je tiens à ce qu’elle emporte ma robe de mariage pour qu’elle y soit exposée.

Cette fois, ce fut vers la fleuriste au talent extraordinaire que se tournèrent tous les visages.

— Mais… tu te maries dans quelques semaines à peine, objecta Belle.

— Le 22 novembre très précisément, comme se plaît à me le rappeler mon cher et tendre ! Peu importe. Il faut que nous montrions à toutes celles qui visiteront ce salon, que Belle’s Mariées reste dans ce pays l’une des toutes premières enseignes, et surtout, un symbole de qualité ! Nous devons donc mettre en valeur tous les services que nous proposons, aussi bien les délicieux gâteaux de Natalie, que les superbes tenues de Serena. Tous ces modèles sont admirables, mais ma robe est la dernière de ses créations et elle y a apporté un soin tout particulier. Je trouve donc normal qu’elle figure en bonne place !

Ce fut Serena elle-même qui intervint, cette fois.

— Callie… cette robe est la tienne. Je l’ai créée spécialement pour toi, pour ton mariage. Imaginons qu’elle soit tachée, abîmée…

— Serena a raison, déclara Regina O’Ryan, la talentueuse photographe de l’entreprise. Supposons que ta robe revienne en mauvais état…

Un sourire aux lèvres, la future mariée adressa un clin d’œil à sa collègue styliste.

— Il ne lui arrivera rien ! N’est-ce pas, Serena ?

— Pas si c’est moi qui fais le voyage à Seattle.

Serena appréciait la confiance que lui manifestait sa collègue et amie.

— Je ferai en sorte que cette robe revienne en parfait état, ajouta-t-elle, lui rendant son sourire.

L’œil presque aussi luisant que le flash de l’appareil photo qui ne la quittait jamais, Regina se rapprocha d’elle.

— Seattle se trouve à l’autre bout du pays. Vous n’aviez pas de projets pour le week-end, Rupert et toi ?

Serena eut du mal à réprimer une grimace en entendant le nom de son fiancé — ou plus précisément, de son ex-fiancé. Elle ne se départit pas pour autant de son sourire.

— Oh, il a lui aussi beaucoup voyagé ces derniers temps. Il ne m’en voudra pas.

« Pas du tout, même. »

Elle n’avait pas parlé à Rupert depuis des mois. Depuis ce soir d’avril où ils avaient rompu. Ce même soir où la secrétaire de Belle’s Mariées, Julie Montgomery, avait annoncé ses fiançailles avec Matt McLachlan. Et jusqu’ici, Serena n’avait toujours pas trouvé le courage ni l’occasion d’annoncer cette rupture autour d’elle.

Ce genre d’incident de parcours ne lui arrivait pas. Serena se donnait en général les moyens d’obtenir ce qu’elle voulait, et l’obtenait. Or elle avait voulu se marier et fonder une famille. Elle avait même cru trouver l’homme de sa vie, mais son désir d’atteindre son but était tel qu’il l’avait aveuglée. Elle avait donc mis un certain temps à comprendre que Rupert n’était précisément pas « l’homme de sa vie ».

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.