Un tueur dans la nuit

De
Publié par

Série Krewe of Hunters, tome 3

Un corps atrocement mutilé, déposé dans une ruelle mal éclairée de New York en une pose volontairement suggestive…
En s’avançant vers la victime – la quatrième en quelques jours à peine –, l’inspecteur Jude Crosby comprend aussitôt que le tueur qu’il traque vient une fois de plus d’accomplir son œuvre macabre. Qui est ce déséquilibré, qui semble s’ingénier à imiter les crimes commis par Jack l’Eventreur au 19e siècle ? Et comment identifier celui qui n’est qu’une ombre dans la nuit, vêtue d’une redingote et d’un chapeau haut de forme ? Se pourrait-il, comme le titrent les médias, qu’il s’agisse du fantôme du célèbre assassin, ressuscité d’entre les morts pour venir hanter le quartier de Wall Street, désert la nuit ? Une hypothèse qui exaspère Jude, lui qui sait bien qu’il a affaire à un homme en chair et en os qu’il doit arrêter au plus vite. Quitte pour cela à accepter de collaborer avec la troublante Whitney Tremont, l’agent du FBI qui lui a été envoyé pour l’aider à résoudre l’affaire. Même si Jude ne croit pas un seul instant au don de double vue qu’elle prétend posséder…

A propos de l'auteur :

« Le nom de Heather Graham sur une couverture est une garantie de lecture intense et captivante », a écrit le Literary Times. Son indéniable talent pour le suspense, sa nervosité d’écriture et la variété des genres qu’elle aborde la classent régulièrement dans la liste des meilleures ventes du New York Times.

Dans la série Krewe of Hunters :
Tome 1 : Le manoir du mystère
Tome 2 : La demeure maudite
Tome 3 : Un tueur dans la nuit
Tome 4 : La demeure des ténèbres
Tome 5 : Un cri dans l’ombre
Tome 6 : Dangereux faux-semblants
Tome 7 : Mystère en eaux profondes
Publié le : mercredi 1 mai 2013
Lecture(s) : 6
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782280299534
Nombre de pages : 352
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
couverture
pagetitre
images

 

 

En hommage à New York, cette ville extraordinaire, et à tous ceux qui me l’ont rendue plus exceptionnelle encore.
A Aaron Priest et tous ses collègues de l’agence : Lucy Childs, Lisa Vance, Nicole James, Arleen Priest, John Richmond.
Je rends enfin hommage, bien sûr, à mes éditeurs dans la « grosse pomme » : Adam Wilson, Leslie Wainger, Margaret Marbury, avec une mention spéciale pour Krista Stroever, qui s’est dévouée sans compter et a arpenté avec moi tous les recoins de l’ancien quartier de Five Points. Merci !
J’ajoute que je suite prête pour le tour guidé des cimetières !

Prologue

Elle était suivie.

Ou plutôt : elle était traquée.

Elle entendait nettement le bruit des pas derrière elle. Ils résonnaient dans les rues désertes, cernées de hauts immeubles qui semblaient se renvoyer l’écho comme dans un canyon.

La nuit était très sombre. Une pensée fugitive traversa l’esprit de Virginia Rockford, qui pressa le pas. C’est comme si les rues n’étaient éclairées que par de faibles becs de gaz, comme dans le film historique qu’on est en train de tourner.

L’après-midi, torride, avait fait place à une nuit froide, et des nappes de brouillard montaient du fleuve.

On n’entendait pas d’autre bruit que le claquement des talons de son poursuivant sur l’asphalte, un clic-clic suivi d’un léger raclement, comme si l’inconnu traînait la jambe.

Elle était suivie par un boiteux. Il ne manquait plus que ça !

On est pourtant à New York, bon sang. Des millions d’habitants s’entassent sur cette île minuscule. Où sont-ils donc passés ?

Virginia jeta un coup d’œil par-dessus son épaule. Elle voyait encore les caravanes du tournage, rue Whitehall, y compris celle dans laquelle elle venait de se changer. Sammy Vintner, un ancien flic bedonnant employé comme gardien de jour par les studios, était encore sur place dans sa guérite, mais il avait l’oreille collée à son portable.

A part lui, il n’y avait pas âme qui vive.

Ici et là se dressaient les poteaux entre lesquels on avait glissé des barrières pour retenir la foule pendant la journée, tant les gens se battaient dans l’espoir d’entrevoir le célébrissime acteur Bobby Walden.

Virginia jura intérieurement. En fait, c’était la faute de Bobby, si elle se retrouvait seule après que tout le monde fut parti. Parce qu’elle l’avait attendu, certaine qu’il allait lui faire signe. Et pendant ce temps-là, il avait décampé, dans une limousine noire avec chauffeur !

Certes, Bobby, c’était quelqu’un de connu, tandis qu’elle-même, elle n’était rien, mais il lui avait adressé la parole plusieurs fois pendant la journée. Pas comme Sherry Blanco, l’actrice qui donnait la réplique à Bobby et ne s’excusait même pas quand elle vous heurtait… Un jour prochain, Sherry perdrait sa belle arrogance, songea Virginia, qui connaissait par cœur l’univers du cinéma. Sherry avait déjà trente-cinq ans et cela commençait à se voir. Virginia lui donnait encore trois ans de carrière, pas plus. D’autant que si l’actrice était jolie, elle ne brûlait pas les planches, outre qu’elle traitait de haut les jeunes débutants. Quand ce serait son tour de connaître la gloire, Sherry Blanco ne serait plus qu’une « has-been » oubliée depuis longtemps. Du moins, Virginia l’espérait de tout son cœur…

Premier point positif, Angus Avery, le réalisateur du film — qui, lui, avait le vent en poupe —, avait remarqué Virginia. Bon, d’accord, ce qu’il avait dit n’était pas vraiment flatteur : « Toi, tu as exactement la tête d’une immigrante tombée dans la prostitution et qui a perdu ses illusions. C’est parfait ! » Mais au moins, grâce à lui, elle s’était retrouvée au bras de Bobby pour tourner une scène et elle en avait profité pour flirter un peu avec lui.

Et Bobby lui avait dit qu’il voulait la revoir et lui avait même demandé son numéro de téléphone.

Alors, à la fin de la journée, elle avait attendu, assise dans la caravane, pendant que tout le monde s’en allait. Missy Everett et Jane Deaver, qui jouaient deux autres jeunes prostituées dans la même scène, l’avaient suppliée de partir avec elles. Elles avaient connu l’ivresse des plateaux pendant toute une journée, disaient-elles. Il fallait arroser cela, même si leurs maigres répliques risquaient d’être coupées au montage !

Mais elle, comme une idiote, elle avait refusé de les suivre pour attendre Bobby — et elle s’était bien fait avoir ! Le tournage se déroulait sur un chantier de construction où l’on venait de raser un vieil immeuble assez vilain dont il ne restait que les fondations et quelques murs porteurs. D’étranges rumeurs couraient sur l’endroit, d’ailleurs. Il s’y serait déroulé de sombres événements, autrefois. Elle ne savait pas quoi au juste, l’histoire ne l’intéressait pas. Peut-être s’agissait-il d’un ancien cimetière ? En tout cas, c’était l’emplacement idéal où installer les décors préfabriqués qui reconstituaient des façades décrépites. Juste à côté se trouvait « Blair House », une vieille demeure toujours debout et, elle, réellement sinistre. Pendant la journée, Virginia n’y avait même pas pensé. Ils ne s’étaient pas arrêtés une seule minute de tourner. Les techniciens, occupés à préparer une scène pendant qu’on en filmait une autre, couraient dans tous les sens. Il fallait souvent recommencer les prises des dizaines de fois, quand Avery n’était pas content de l’éclairage ou du cadrage.

4eme couverture
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.