Un week-end pour s'aimer - Un ami irrésistible

De
Publié par

Un week-end pour s’aimer, de Melissa McClone

Depuis la rupture de ses fiançailles, Jayne en est persuadée : elle est bien plus heureuse sans homme. Et ce n’est pas le tout nouveau bonheur de ses meilleures amies qui la fera changer d’avis. Aussi se méfie-t-elle lorsque Tristan MacGregor frappe à sa porte et lui propose de l’accompagner pour le week-end dans la ville de toutes les folies : Las Vegas…

Un ami irrésistible, de Carolyn Greene

Chroniqueuse débutante au Richmond Reporter, Julie se voit confier un article sur… le baiser. Mais comment parler d’un sujet qu’elle connaît si mal – et si peu ? Adam, son ami d’enfance, pourrait peut-être l’aider à combler ses lacunes en la matière. Encore faut-il qu’il y consente…

Publié le : mardi 15 novembre 2011
Lecture(s) : 48
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782280240482
Nombre de pages : 448
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
1.
Lentement, Jayne Cavendish fit des yeux le tour de la salle du Victorian Tea House où elle occupait une petite table, entourée d’un brouhaha de rires et de conversations.
Des vitrines remplies de porcelaines anciennes et de magnifiques plantes vertes formaient un décor raffiné pour cet ancien salon de thé, situé dans le centre historique de San Diego. Autour d’elle, toutes les clientes semblaient passer un excellent moment, mais pas elle.
Baissant les yeux sur sa tasse de thé à la bergamote, elle regretta de ne pas posséder le pouvoir magique de téléporter ici même ses trois meilleures amies : Alex, Molly et Serena, qui lui manquaient cruellement.
Bien sûr, elles restaient en contact grâce à leur téléphone et aux réseaux sociaux offerts sur internet. Alex sautait dans le premier avion de Las Vegas chaque fois que c’était possible et Molly reviendrait bientôt à San Diego, dès que la maison de ses rêves serait construite et que Linc, son mari, aurait obtenu sa mutation. Mais que de changements depuis l’époque où, toutes quatre célibataires, elles vivaient en ville. Il leur suffisait alors d’un simple coup de téléphone pour décider d’aller ensemble dîner, se faire faire une manucure ou boire une tasse de thé.
Jayne se recroquevilla dans son fauteuil, se sentant vidée de toute énergie. Finalement, venir passer ici son samedi après-midi n’était pas une très bonne idée !
Sa dernière visite dans ces lieux remontait à l’enterrement de sa vie de jeune fille, organisé par la sœur de celui qui était à l’époque son fiancé. Cela ne datait que de quelques mois mais lui semblait remonter à une vie antérieure !
Tout avait changé depuis. Ses amies étaient parties et, quant à elle, elle avait rompu ses fiançailles.
Seuls les scones chauds et savoureux du Victorian Tea House restaient inchangés. « Quel dommage que je n’ai pas faim », songea Jayne en contemplant l’assiette pleine de ces délicieuses pâtisseries.
Cela ne lui ressemblait pourtant pas de s’apitoyer sur son sort. Avalant une gorgée de thé, elle reposa fermement sa tasse dans la soucoupe. Pourquoi se rappeler cette soirée en particulier ? Elle avait ici d’autres souvenirs, bien meilleurs, partagés avec ses trois amies. Même si aucun lien de parenté ne les unissait, elle les considérait comme ses sœurs et rien — ni la distance, ni leur mariage — ne pourrait rompre ce lien indestructible.
D’ailleurs, elle se sentait un peu à l’origine du bonheur conjugal de ses amies : sans sa rupture avec Rich Strikland, Alex, Molly et Serena ne l’auraient jamais invitée à passer un week-end de détente à Las Vegas et n’y auraient pas rencontré les hommes de leurs vies !
La jeune femme sortit un livre de son sac et sourit en voyant la carte postale qui lui servait de marque-page.
Jayne, nous passons des moments merveilleux ! Ce voyage était une excellente idée après l’élection de Jonas à la mairie de Las Vegas. Il faut que tu nous rendes visite dès ton retour ! J’ai terriblement envie de te voir, tout comme Alex et Molly. Tu nous manques beaucoup ! J’espère que tout va bien et je t’embrasse très fort. Ton amie pour la vie,
Serena
Jonas avait, lui aussi, signé le petit mot.
Les points d’exclamation traduisaient parfaitement le caractère enjoué et plein d’allant de Serena. Elle avait vraiment trouvé l’homme idéal en la personne de Jonas Benjamin, qui l’adorait littéralement.
Même si elle mourait d’envie de voir ses amies, Jayne remettait sans cesse sa visite. S’aventurer dans cette ville des néons, avec ses complexes hôteliers pharaoniques et sa température accablante, ne lui disait rien qui vaille. Las Vegas lui rappelait trop sa rupture avec Rich. Peut-être devrait-elle inciter ses amies à venir la retrouver ici, à San Diego, avec leur mari ? Cela permettrait à ceux-ci de se faire une idée de la vie qu’elles y menaient avant de les rencontrer…
Et aussi de la vie que Jayne continuait à mener…
Posant la carte postale contre la théière, elle s’efforça de lire son livre. Au fond d’elle, elle restait heureuse de vivre, même solitaire, au milieu des décombres de ses rêves de bonheur.
Elle se concentra sur son ouvrage de gestion, tentant d’y glaner des idées qui pourraient aider ses clients du centre d’aide au surendettement qui l’employait.
Au bout d’un moment, le niveau sonore du salon de thé monta sensiblement, la distrayant de sa lecture. Au bruit, on aurait pu croire qu’une foule en liesse venait d’y pénétrer. Levant le nez de son livre, elle s’aperçut qu’il provenait d’un groupe de jeunes femmes, assemblées autour d’une table couverte de cadeaux.
Son regard tomba soudain sur un visage connu : Savannah Strikland, la plus jeune sœur de son ex-fiancé. La reconnaissant, celle-ci la contempla avec stupeur avant de détourner la tête d’un air gêné. Etait-ce une fête d’anniversaire, à moins que ce ne soit une réunion pour la naissance du troisième bébé de Grace, la sœur aînée de Rich ? Elle avait peut-être accouché…
Curieuse, Jayne contempla les cadeaux sans y apercevoir les moindres peluches, jouets ou poussette. En revanche, elle découvrit la présence de Betsy et Becca, les deux autres sœurs de Rich, qui lui parurent toutes deux aussi confuses que Savannah. Sur le coup, Jayne ne comprit pas leur attitude. Certes, cela pouvait être un peu embarrassant de la rencontrer après la manière dont leur frère s’était comporté mais elles n’étaient pas responsables de son attitude inqualifiable…
Soudain, elle sentit son sang se glacer dans ses veines.
Elle était là ! L’autre femme ! Celle à cause de qui ses fiançailles avaient été rompues !
Jayne ne l’avait croisée qu’une seule fois, dans l’appartement de Rich, quelques jours avant leur mariage : une sorte de poupée Barbie vêtue de lingerie fine.
Aujourd’hui, son tailleur bleu pâle était bien différent de la guêpière en dentelle noire qu’elle portait au milieu du lit en bataille de Rich, et ses cheveux blonds n’étaient plus ébouriffés mais soigneusement coiffés en un chignon très sage.
Lorsqu’elle s’aperçut enfin de la présence de Jayne, ses joues rougirent, comme le soir de cette rencontre aussi brève qu’inattendue.
Il ne s’agissait pas d’un anniversaire, comprit soudain Jayne, mais d’un enterrement de vie de jeune fille !
Rich allait se marier et ses sœurs, décidément dotées de bien peu d’imagination, avaient organisé la même fête que pour Jayne, mais cette fois pour la femme avec laquelle il l’avait trompée !
Elle fit un effort pour reprendre sa respiration. « Regarde ailleurs » ! lui ordonna son esprit mais sa volonté fut impuissante à lui faire détourner les yeux de cette scène étrangement familière. Les larmes commencèrent à lui piquer les yeux.
Comment les sœurs Strikland avaient-elles pu organiser cette fête ici ? C’était comme si elles niaient son existence, tous ses dimanches à déjeuner avec leurs parents, sa participation lorsque Grace avait repeint les chambres de ses enfants…
Son estomac se noua. « Sors d’ici, lui conseilla son instinct de survie, tout de suite ! »
D’une main tremblante, elle rangea son livre dans son sac, sortit un billet de vingt dollars de son porte-monnaie et, l’abandonnant sur la table, se leva.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.