Une alliance inattendue

De
Publié par

— Mon fiancé est accusé de meurtre. Vous êtes le meilleur avocat de Londres, il faut absolument que vous le défendiez ! Jack Harding ne peut guère refuser. Celle qui vient requérir ses services est lady Evelyn Darlington, la fille de son mentor. Bien sûr, il aurait dû se douter que lady Evelyn ne resterait pas sagement dans son coin pendant qu’il mènerait l’enquête. Déjà, lorsqu’il étudiait le droit dans le cabinet de son père, la petite peste blonde se mêlait de tout et le suivait partout. Aujourd’hui, rien n’a changé... sauf qu’elle a une silhouette à damner un saint. Et une si jolie coéquipière, c’est un souci de plus dans une affaire qui s’annonce vite pleine de dangers...
Couverture : © Piaude d’après © Lee Avison /Trevillion Images
© Tina Sickler, 2011, In the barrister's chambers.
Pour la traduction française
©Éditions J’ai lu, 2014
Publié le : mercredi 20 août 2014
Lecture(s) : 3
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782290067246
Nombre de pages : 321
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Une alliance inattendue
TINA GABRIELLE
Une alliance inattendue
Traduit de l’anglais (EtatsUnis) par Catherine Berthet
Vous souhaitez être informé en avantpremière de nos programmes, nos coups de cœur ou encore de l’actualité de notre siteJ’ai lu pour elle?
Abonnezvous à notreNewsletteren vous connectant surwww.jailu.com
Retrouveznous également sur Facebook pour avoir des informations exclusives : www.facebook/jailu.pourelle
Titre original IN THE BARRISTER’S CHAMBERS Éditeur original Zebra Books, published by Kensington Publishing Corp., New York Tina Sickler, 2011 Pour la traduction française Éditions J’ai lu, 2014
Pour ma chère Laura. Puissestu toujours aller au bout de tes rêves, avoir le courage de croire en eux, et que ta bonne étoile brille éternellement. Je taime.
1
5 avril 1814, Londres, tribunal de lOld Bailey présidé par lHonorable Tobias Townsend
— Non, ce ne sont pas des catins ! — Si vous ne tenez pas un bordel, comment fautil donc appeler ces sept femmes qui vivent ensemble sous votre toit ? demanda l’avocat général Abrams en mar chant vers l’accusé. — Ce sont mes petites amies, expliqua Slip Dawson. — Toutes les sept ? — Ma mère disait toujours que je savais y faire avec les dames, fit Slip d’un ton geignard. — Votre mère vous conseillaitelle de partager vos conquêtes avec tous les hommes vivant à Londres ? rétor qua sèchement Abrams en foudroyant l’homme du regard. Un avocat imposant, assis à la table de la défense, bondit sur ses pieds. — Objection, Votre Honneur. L’accusation n’a pas pu présenter à la cour un seul témoin certifiant qu’il avait couché avec l’une des amies de M. Dawson. Le juge soupira et cala le menton dans sa main d’un air de profond ennui. Quatre des douze membres du jury levèrent les yeux au ciel. Les autres ricanèrent. 9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi