Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Lire un extrait Achetez pour : 5,49 €

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Partagez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant
1
14 févrîer, fête de a Saînt‑Vaentîn : cea faîsaît exac‑ tement un an qu’Eîzabeth Gîardîno étaît morte. Anne Gardener s’étaît înterdît jusque‑à de repenser à cette terrîbe journée, maîs ee s’autorîsa queques mînutes de recueîement en cette date annîversaîre. Debout dans sa sae de casse décorée de cœurs en feutrîne, ee se aîssa submerger par es souvenîrs : Eîzabeth, es cheveux strîés de mèches vîoettes, penchée au bacon du uxueux appar‑ tement de son père à Manhattan, sauant es paparazzî quî a mîtraîaîent depuîs ’étage d’en dessous. Eîzabeth, en robe de soîrée à dîx mîe doars, sîrotant un champagne hors de prîx et dansant jusqu’à ’aube dans un nîght‑cub de Saînt‑Tropez, sous ’œî vîgîant de troîs gardes du corps en costumes noîrs. Eîzabeth, son corsage banc macué de sang, peurant et hurant tandîs que ces mêmes hommes ’entraïnaîent à ’écart… Anne ferma es yeux pour chasser ’îmage de son esprît. Ee ne gagneraît rîen à s’attarder sur e passé.Ce qui est fait est fait. Tournant a tête vers a fenêtre, ee admîra a vue dîgne d’une carte postae, avec ses montagnes couronnées de neîge sur fond de cîe turquoîse. La petîte vîe de Rogers dans e Coorado auraît tout aussî bîen pu se trouver sur une autre panète, tant ee étaît dîfférente de New York. Ces hauts sommets avaîent queque chose de fascînant, de rassurant presque. Au fond d’ee, Anne auraît aîmé rester îcî toute sa vîe, maîs ee savaît que ce n’étaît pas possîbe. D’îcî un
8
Une bouleversante séduction
an ou deux, ee seraît obîgée de déménager. Ee n’avaît pas a îberté de s’enracîner queque part. Tout en îgnorant e sentîment de maaîse quî couvaît en ee, ee enia son manteau, attrapa son sac à maîn et son cartabe et sortît de a sae de casse. Après avoîr fermé a porte à cé, ee se dîrîgea rapîdement vers e parkîng, ses bottes résonnant dans e couoîr désert. Ee garaît toujours sa voîture près de ’entrée atérae du bâtîment, sous une umîère de sécurîté quî restaît aumée toute a nuît. En cette in d’après‑mîdî, cependant, î faîsaît encore jour, même sî es ombres commençaîent à s’aonger à mesure que e soeî de févrîer gîssaît vers es montagnes. Quand Anne étaît arrîvée dans a régîon, ee avaît été surprîse par a rapîdîté avec aquee a nuît tombaît îcî. Ee s’y étaît faîte, de a même manîère qu’ee s’étaît habîtuée à a umînosîté aveugante es jours de grand froîd, ou aux soudaînes chutes de neîge quî recouvraîent tout d’une épaîsse poudre banche. Ee traversa prudemment a vîe, répondant aux sîgnes amîcaux des passants. Encore une chose quî ’avaît perturbée au début, a façon dont es habîtants a sauaîent comme une amîe de ongue date, aors qu’ee n’étaît à que depuîs queques jours. N’ayant jamaîs vécu dans une petîte vîe, ee n’avaît pas antîcîpé ce quî apparaîssaît pourtant comme une évîdence : tout e monde connaïtraît a nouvee enseî‑ gnante de ’unîque écoe éémentaîre. Sa pus grande dîficuté, néanmoîns, avaît été de gérer es avances des nombreux céîbataîres quî vîvaîent dans ces montagnes. L’arrîvée d’une bee jeune femme es avaît attîrés comme des papîons. A sa pace, Eîzabeth auraît été aux anges — comment résîster à ces monîteurs de skî, apînîstes, cow‑boys et mîneurs, tous jeunes, athétîques et d’une beauté un peu rude, comme es héros des romans à ’eau de rose ? Maîs Anne es repoussaît tous, aussî poî‑ ment que possîbe. Ee ne vouaît s’engager avec personne, poînt ina.
Une bouleversante séduction
9
La rumeur avaît commencé à cîrcuer qu’ee étaît venue vîvre dans ’Ouest parce qu’un homme uî avaît brîsé e cœur à New York. Les regards peîns de compassîon qu’on uî adressaît depuîs étaîent presque pîres que es soîcîtatîons încessantes de a gent mascuîne. Au bout de queques moîs, es choses s’étaîent tassées. Les habîtants de Rogers avaîent inî par comprendre que a nouvee maïtresse préféraît garder ses dîstances. Cea ne es empêchaît pas de se montrer aîmabes et bîenveîants envers ee — une façon sans doute d’enrober eur curîosîté. Anne devînaît qu’îs mouraîent d’envîe de connaïtre son hîstoîre ; maheureusement, ee ne pouvaît rîen eur dîre. Avant de rentrer chez ee, ee s’arrêta à a supérette pour acheter un pat surgeé et de quoî faîre une saade. Ee s’efforçaît de changer d’îtînéraîre réguîèrement, même s’î n’y avaît pas trente‑sîx façons de rejoîndre e quartîer résî‑ dentîe dans eque ee vîvaît, à cînq kîomètres de a vîe. La petîte maîson vert pâe au toît poîntu, sîtuée en peîn mîîeu du otîssement, étaît lanquée d’un garage et pourvue d’un porche à peîne assez arge pour abrîter une chaîse ongue. Cee‑cî étaît encore recouverte d’une ine couche de neîge datant de a dernîère tempête. Anne ouvrît a porte et embrassa a pîèce du regard. Le canapé et e fauteuî aux motîfs loraux occupaîent presque tout ’espace dans e petît saon. Le poste de téévîsîon étaît posé sur une consoe en acajou aux pîeds torsadés. Une tabe basse ovae et une ampe en cuîvre compétaîent e mobî‑ îer. Sur ’un des murs, une tapîsserîe évoquant un paysage champêtre. La maîson avaît été meubée et décorée avant qu’Anne ne s’y înstae, et bîen que rîen ne fût vraîment à son goût, ee s’y étaît habîtuée. Inutîe de tout changer aors qu’ee étaît vouée à repartîr un jour ou ’autre. Ee se pencha pour ramasser son courrîer. Factures, journa oca, pubîcîtés — e trîo habîtue. Pourquoî avaît‑ee ’împressîon que queque chose cochaît ? Ee se débarrassa de ses bottes et aa ranger es courses dans
10
Une bouleversante séduction
a cuîsîne, en regrettant de ne pas avoîr d’acoo chez ee. Depuîs qu’ee avaît quîtté New York, ee n’en avaît pas bu une seue goutte, préférant garder une vîgîance de tout înstant. Aujourd’huî, ee auraît voontîers avaé un ou deux verres de vîn pour oubîer ce trîste annîversaîre. A a pace, ee mît de ’eau à chauffer dans a bouîoîre et se dîrîgea vers a chambre, dans ’îdée d’enier un jean et un sweat confortabes. Peut‑être aumeraît‑ee un feu dans e petît poêe à boîs du saon, avant de tenter de se ponger dans un bon roman… La chambre à coucher possédaît e seu meube de a maîson quî uî paîsaît vraîment : un majestueux ît bateau en boîs de merîsîer. Par habîtude, Anne passa a maîn e ong du cadre patîné. Devant e fauteuî avachî quî occupaît un coîn de a pîèce, ee retîra sa jupe en veours et son pu à co roué — des vêtements certes pas très sexy, maîs bîen pratîques pour courîr après des éèves de sîx ans. Eîzabeth auraît rî sî ee ’avaît vue dans cette tenue. Aors qu’ee ouvraît e pacard pour attraper un jean, ee eut soudaîn conscîence d’une présence derrîère ee. Maîs ee n’eut pas e temps de se retourner ; un bras puîssant uî enserra a taîe tandîs qu’une maîn se paquaît sur sa bouche pour ’empêcher de crîer. Prîse de panîque, ee tenta de se débattre, maîs ’înconnu a tenaît fermement contre uî. — Chut, n’aîe pas peur, murmura‑t‑î, d’une voîx étrangement douce comparée à a force de son étreînte. Regarde‑moî. I a reâcha sufisamment pour uî permettre de tourner a tête. Anne crut défaîîr orsqu’ee se retrouva nez à nez avec un fantôme.
Jake Westmoreand étudîaît e vîsage de a jeune femme, quî e ixaît de ses yeux écarquîés. S’î étaît prêt à retîrer a maîn de sa bouche, î n’avaît aucune întentîon en revanche de a îbérer compètement, non pas parce qu’î craîgnaît
Une bouleversante séduction
11
sa réactîon, maîs parce qu’î avaît attendu trop ongtemps de pouvoîr a serrer de nouveau dans ses bras. Ee étaît pus mînce que dans son souvenîr, frêe comme un oîseau, aors qu’î ne ’avaît jamaîs perçue comme une femme fragîe. Ee avaît égaement es cheveux pus foncés, coupés dîfféremment, sans es mèches d’un vîoet vîf quî a rendaîent sî reconnaîssabe un an pus tôt. Jake avaît réussî à dégoter une photo récente d’ee, î n’étaît donc pas surprîs de ce changement de stye. Maîs rîen n’auraît pu e préparer à a revoîr en chaîr et en os après e traumatîsme de eur séparatîon. Pendant des moîs, î n’avaît même pas été certaîn qu’ee fût toujours vîvante. — Je te croyaîs mort, murmura‑t‑ee d’une voîx trem‑ bante. — Et moî, j’avaîs peur que es sbîres de Gîardîno s’en soîent prîs à toî. — Tes coègues m’ont attrapée avant. Maîs îs se sont bîen gardés de me dîre que tu avaîs survécu. Comment est‑ce possîbe ? La dernîère foîs que je t’aî vu… Ee secoua a tête. — I y avaît teement de sang ! Les médecîns avaîent expîqué à Jake que son cœur s’étaît arrêté de battre dans a sae de ba du Wadorf Astorîa. Maîs ’équîpe de réanîmatîon avaît réussî à e ramener à a vîe à grand renfort de chocs éectrîques et de poches de sang. Jake étaît resté des semaînes à ’hôpîta, puîs pusîeurs moîs en rééducatîon, autant de temps qu’î avaît passé dans un ît à ne rîen faîre d’autre que penser à ee. I uî ramena une mèche de cheveux derrîère ’oreîe, comme pour s’assurer qu’ee étaît bîen réee, qu’î ne rêvaît pas. — Eîzabeth… — C’est Anne, maîntenant, e coupa‑t‑ee brusquement. Eîzabeth n’est pus de ce monde. Ee est morte ce jour‑à à ’hôte. Cea aussî, Jake e savaît, maîs î s’étaît aîssé emporter
12
Une bouleversante séduction
par es émotîons. I recua d’un pas, se résîgnant enin à a reâcher. — Pourquoî Anne ? — C’étaît mon deuxîème prénom. Un début de sourîre, un peu moqueur, lotta sur es èvres de a jeune femme. Un sourîre qu’î avaît bîen connu, et quî uî avaît teement manqué… — Tu ne e savaîs pas ? — Non, reconnut‑î. Maîs î y a beaucoup de choses que je ne saîs pas sur toî. Est‑ce qu’on peut dîscuter cînq mînutes ? I it un geste vers e ît, e seu endroît de a pîèce où deux personnes pouvaîent s’asseoîr côte à côte. Au même înstant, un sîflement aîgu déchîra e sîence. Jake sortît son pîstoet de son hoster d’épaue en une seconde. — Tu as ’întentîon de tîrer sur ma bouîoîre ? demanda Anne en regardant ’arme avec dégoût. I rengaîna e pîstoet. — Aons dans e saon, proposa‑t‑ee. Ee attrapa un peîgnoîr dans a penderîe et ’enia rapî‑ dement, maîs Jake eut e temps d’apercevoîr ’arrondî de ses seîns au‑dessus de son soutîen‑gorge en dentee noîre, a courbure de sa taîe ine, e gabe de ses hanches… et a cîcatrîce au bas de son dos. — Tu n’as pus ton tatouage, it‑î remarquer. Ee s’étaît faît tatouer es motsNil opus captivisjuste au‑dessus des fesses, d’une bee écrîture penchée.Pas de quartier. La devîse d’une femme détermînée à obtenîr ce qu’ee vouaît de a vîe. — J’aî dû e faîre enever, expîqua‑t‑ee. Is m’ont dît que je ne devaîs garder aucun sîgne dîstînctîf. Ee e conduîsît dans e saon, avant de s’écîpser dans a cuîsîne pour éteîndre e feu sous a bouîoîre. En reve‑ nant, ee prît soîn de fermer es rîdeaux des fenêtres quî donnaîent sur a rue. Jake, quî avaît prîs pace sur e canapé, s’attendaît à ce qu’ee s’înstae à côté de uî. Ee préféra
Une bouleversante séduction
13
s’asseoîr dans e fauteuî, es bras serrés autour d’ee dans une attîtude défensîve. — Comment m’as‑tu retrouvée ? — J’aî encore des amîs au FBI. Des gens à quî j’aî rendu servîce par e passé. — Personne n’est censé savoîr où je suîs. Is m’avaîent promîs que… Ee ne termîna pas sa phrase, maîs Jake pouvaît îre a suîte dans son regard : ce n’étaît pas a premîère foîs que e gouvernement ne tenaît pas ses promesses envers ee. Et qu’en étaît‑î de cees qu’î uî avaît faîtes, uî ? — Je n’aî jamaîs vouu te mentîr, uî assura‑t‑î. J’essayaîs seuement de te protéger. — On peut dîre que tu as réussî, répîqua‑t‑ee avec îronîe. I baîssa es yeux. — Touché. Dîs‑moî ce quî s’est passé après mon départ. J’aî entendu dîre que tu avaîs témoîgné contre ta famîe ? — Sî tu es encore au FBI, tu doîs déjà savoîr tout ça. — Je n’y suîs pus. Ee haussa es sourcîs. — Ah bon ? Pourquoî ? — Oficîeement, j’aî été mîs à a retraîte pour învaîdîté. — Et oficîeusement ? — J’étaîs trop dangereux. — A cause de ’hîstoîre avec mon père ? — Entre autres. Jake avaît commîs ’erreur împardonnabe d’entretenîr une reatîon întîme avec une suspecte. Bîen qu’Eîzabeth Gîardîno n’eût pas été ’objet prîncîpa de ses învestîgatîons, ee avaît été sufisamment proche de son père pour que ’întégrîté de Jake puîsse être mîse en doute, sans parer de sa capacîté à faîre son travaî correctement. — Aors, qu’est‑î arrîvé après qu’on m’a tîré dessus ? demanda‑t‑î de nouveau. — Les gros bras de mon père ont bîen essayé de m’en‑
14
Une bouleversante séduction
traïner à ’écart, maîs îs ne savaîent pas que tu avaîs faît encercer ’hôte. Quand es lîcs ont débarqué, tout e monde étaît trop occupé à protéger mon père pour faîre attentîon à moî. Quequ’un m’a faît monter dans une voîture, et on m’a conduîte en vîe. Jake tenta de se représenter a scène. Eîzabeth, couverte de son sang à uî, foe de terreur. Is avaîent dû a faîre asseoîr dans une sae d’înterrogatoîre et a cuîsîner pendant des heures jusqu’à ce qu’ee craque. Fut un temps où î auraît juré qu’ee n’étaît pas femme à se aîsser brîser, maîs î n’en étaît pus sî sûr. — Is cherchaîent à t’arracher des aveux contre ton père. — Is n’ont pas eu besoîn de me forcer. Quand j’aî vu ce qu’î t’avaît faît… J’aî vouu qu’î paye. Etaît‑ce vraîment à cause de uî, ou bîen parce que son père avaît trahî sa coniance ? se demanda Jake. Le temps d’un coup de feu, ee étaît passée du statut de petîte ie gâtée à ceuî d’ennemîe numéro un. I y avaît de quoî remettre en questîon un certaîn nombre de choses. — J’aî débaé tous es secrets de famîe en pubîc, et mon père a juré qu’î me tueraît pour ça, contînua Anne. I m’a maudîte en peîn trîbuna, a dît que pour uî, j’étaîs déjà morte. Ee peînaît à contenîr son émotîon. — Et après ça, c’étaît trop dangereux pour toî de rester à New York, ’encouragea‑t‑î. — C’étaît même trop dangereux de rester moî. Quatre semaînes pus tard, mon père s’est évadé de prîson. I a dîsparu, maîs tout e monde saît qu’î est à queque part et qu’î n’a rîen oubîé. Le FBI m’a donné une nouvee îdentîté. Eîzabeth Gîardîno a pérî dans un terrîbe naufrage, en peîne mer des Carabes. Anne Gardener s’est înstaée à Rogers, dans e Coorado, pour enseîgner à ’écoe prîmaîre. — Je ne t’auraîs jamaîs îmagînée înstîtutrîce. — J’avaîs passé une îcence d’angaîs à a fac de Barnard. Les autorîtés ont dû tîrer queques icees pour m’obtenîr un
Une bouleversante séduction
15
dîpôme de prof. On m’a trouvé ce bouot, et cette maîson, concut‑ee en jetant un regard autour d’ee. L’întérîeur vîeîot formaît un contraste saîsîssant avec ’appartement branché qu’ee avaît habîté à Manhattan. — Is ont dû penser qu’on ne vîendraît jamaîs me chercher dans un coîn aussî paumé. Et pourtant, tu m’as retrouvée. — J’avaîs accès à des înformatîons conidentîees. — On peut payer pour obtenîr des înformatîons, répîqua‑t‑ee. On, c’est‑à‑dîre son père et ses sbîres… — Je savaîs que cet endroît étaît sur a îste des panques possîbes. J’aî însîsté auprès d’un ancîen coègue pour qu’î me aîsse regarder es îvres de comptes datant de a pérîode quî a suîvî ta dîsparîtîon. J’aî repéré un vîrement conséquent en faveur d’une banque du Coorado, et j’aî réussî à remonter jusqu’à cette maîson. — Maîs comment as‑tu pu savoîr que c’étaît moî qu’on avaît pacée îcî ? — J’aî consuté es archîves du journa oca sur înternet, et je suîs tombé sur ’entreiet datant de ’été dernîer quî annonçaît ’arrîvée d’une nouvee enseîgnante pour a rentrée. Le tîmîng correspondaît. J’aî pensé que ça pouvaît être toî. — A t’entendre, c’étaît facîe. — Pas tant que ça. I y a pusîeurs pare‑feu entre e FBI et toî. Des sécurîtés que j’aî en partîe înstaées, je te rappee. — J’avaîs oubîé que tu étaîs comptabe, dît‑ee avec un petît rîre. Ce n’est pas ’îdée qu’on se faît de ’agent fédéra, habîtueement. Jake avaît été recruté par e FBI à sa sortîe de ’unîversîté pour travaîer dans e servîce de a répressîon des fraudes. Remonter a pîste de ’argent permettaît parfoîs de faîre tomber pus de crîmînes qu’organîser des descentes. Un jour, cependant, e FBI avaît eu besoîn d’înitrer un agent dans a famîe Gîardîno. Jake s’étaît porté voontaîre, assé de rester assîs derrîère un bureau. I ne pensaît pas que
16
Une bouleversante séduction
cea e mèneraît sî oîn. I ne pensaît pas tomber amoureux d’Eîzabeth. — Comment vas‑tu ? s’enquît‑î. Ça te paït, îcî ? — Dîsons que ça ne me dépaït pas. Les gens sont gentîs. J’adore es enfants. Jake avaît du ma à ’îmagîner entourée d’éèves de CP. I ne ’avaît jamaîs vue comme quequ’un de très materne, et pourtant, ce rôe sembaît convenîr à sa nouvee personnaîté. — C’est une vîe très dîfférente de cee que tu avaîs avant, it‑î remarquer. — Jesuisdîfférente. — Je veux bîen te croîre. On ne pouvaît pas endurer ce qu’îs avaîent vécu sans en être profondément transformé. — Comment vas‑tu, vraîment ? — A ton avîs ? rétorqua‑t‑ee. C’est dîficîe. Et c’est assant de vîvre dans a peur. — Tu ne te sens pas en sécurîté îcî ? — Devîne. Tu connaîs mon père — î est prêt à tout pour obtenîr ce qu’î veut. I ne paîsantaît pas en dîsant qu’î veîeraît personneement à ce que je soîs rayée de a carte. Sî tu as réussî à me retrouver, î peut y arrîver aussî. Que faîs‑tu îcî ? — Je vouaîs te voîr. — Eh bîen, tu m’as vue. Maîntenant, tu peux partîr. Ee se eva, resserrant d’un geste sec a ceînture de son peîgnoîr. — Eî… Anne, murmura Jake en se evant à son tour. Ecoute‑moî. J’aî besoîn de ton aîde. — Pour quoî faîre ? — Pour retrouver ton père. — Tu as dît que tu ne travaîaîs pus au FBI. — Et c’est vraî. Maîs sî on arrîve à e débusquer, î retournera en prîson, et cette foîs‑cî îs ne e aîsseront pas s’échapper.