//img.uscri.be/pth/21d2bd4e1014e91591add864a03517ba60ae2d55
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Une enfant à sauver - Le chalet du danger - Sous haute protection

De
592 pages
Une enfant à sauver, Beth Cornelison

Savannah Kent, trois ans, atteinte de leucémie. En attente d’une greffe de moelle osseuse. Les mots terribles, bouleversants, dansent devant les yeux de Connor depuis que le dossier d’assurance de la fillette a atterri par hasard sur son bureau. Peut-il nier l’évidence ? Non. A n’en pas douter, Darby – la femme qu’il aimait par-dessus tout et à qui il a fait croire qu’il était mort – était enceinte de lui quand il a « disparu »… Et aujourd’hui, si la petite Savannah et lui sont compatibles, il est le seul à pouvoir éviter à celle-ci une mort certaine… Alors tant pis si, en retournant auprès de Darby, il fait voler en éclats sa fausse identité. Tant pis si les criminels qui le traquent retrouvent sa trace. Pour sauver Savannah, cette enfant dont pourtant il ignore tout, il est prêt à mettre sa propre vie en péril.

Le chalet du danger, Kimberly Van Meter

Terrifiée, Jaci sent le cri qu’elle s’apprêtait à pousser se bloquer dans sa gorge. L’homme qui vient d’assassiner Sonia, sa meilleure amie, d’une balle en pleine tête, braque désormais son pistolet vers elle ! Sa dernière heure est venue, elle le sait. Mais tandis que ses souvenirs défilent à toute allure dans son esprit, quelle n’est pas sa surprise de voir son agresseur s’effondrer… et Nathan Isaacs, son ex-fiancé, surgir derrière lui. Il est en mission pour le gouvernement, lui révèle-t-il, et à travers elle, c’est lui qu’on cherche à atteindre. Si elle veut qu’il la protège, elle n’a donc pas le choix : elle devra le suivre dans un chalet isolé en pleine montagne…

+ 1 ROMAN GRATUIT : Sous haute protection, Linda O. Johnston

Voir plus Voir moins
1
Quatre ans et demI plus tard — Dallas
Sam Orean eva es yeux de son ordînateur portabe en enten-dant frapper à a porte de son bureau. Le patron de Trî-State Insurance entra d’un pas vîf et aîssa tomber pusîeurs dossîers devant uî. — Is vîennent d’arrîver. Ce sont des cîents de Roy, maîs î est en congé. Ces troîs poîces d’assurance ont engendré un coût de pus de cent mîe doars au cours du dernîer moîs, et es dossîers doîvent être contrôés. Sam jeta un coup d’œî au Post-ît aîssé par Roy. « Sexe mascuîn, 87 ans. Deux semaînes en soîns întensîfs. Sexe fémînîn, 3 ans. Cancer. » I sentît son estomac se nouer. Les dossîers împîquant des enfants étaîent toujours es pus pénîbes. La troîsîème annota-tîon dîsaît : « Sexe fémînîn, 37 ans. Septîcémîe suîte à hystérectomîe. » En prîncîpe, son travaî n’încuaît pas es dossîers médîcaux. I géraît putôt es assurances automobîes maîs, dans cette socîété de taîe modeste, dépanner un autre servîce n’étaît pas înhabîtue. — Que doîs-je rechercher exactement ? — Assurez-vous sîmpement que tout ce quî nous a été facturé est justîié. Là-dessus, son patron s’écîpsa. Contrarîé, Sam grînça des dents. Certaîns jours, comme ceuî-cî, î détestaît ’empoî que uî avaît procuré e servîce des
Une enfant à sauver
11
marshas. Dans son ancîenne vîe de comptabe, î manîpuaît des nombres. Les nombres avaîent eur ogîque, froîde, sîmpe. Les assurances, ees, întégraîent ’éément humaîn. Des petîtes ies atteîntes du cancer et de vîeux messîeurs uttant aux soîns întensîfs… Même ’assurance automobîe e confrontaît, avec es vîctîmes d’accîdents, à a souffrance humaîne. S’î avaît eu une autre optîon, î auraît quîtté cet empoî. I s’en étaît paînt aux marshas Jones et Raeîgh, demandant un autre type de poste, maîs ceux-cî uî avaîent asséné a même répîque qu’à son entrée dans e programme : « Aucun bénéicîaîre du programme de protectîon des témoîns ayant suîvî es consîgnes de sécurîté n’a subî de préjudîce tant qu’î a été sous a protectîon actîve des marshas. » Traductîon : « Sî vous vouez rester en vîe, cessez de vous paîndre et faîtes ce qu’on vous dît. » Sa nouvee îdentîté ne devaît rîen avoîr en commun avec a précédente. Dégoûté, î ouvrît e dossîer quî s’avéreraît e pus pénîbe.
FIllette de troIs ans atteInte de leucémIe. ChImIothérapIe commencée. Enfant enregIstrée par les médecIns sur la lIste d’attente d’une greffe de moelle osseuse. Aucune compatI-bIlIté du côté maternel de la famIlle. Père décédé. Pas de fratrIe. Un oncle, du côté paternel présente une compatIbIlIté partIelle, maIs le médecIn espère encore trouver une meIlleure correspondance dans le ichIer des donneurs.
I soupîra. I avaît entendu dîre à que poînt î étaît rare de trouver, en dehors des proches du patîent, un donneur présentant assez de marqueurs génétîques concordants. La pauvre enfant et sa mère îvraîent un combat déchîrant et ardu à cette cruee maadîe. Le cœur serré par a compassîon, î tourna a page et trouva ’hîstorîque de a poîce d’assurance. Ee avaît été souscrîte e 18 janvîer de ’année précédente. I espéra dîsposer d’assez de justîicatîfs pour accéder à a demande de prîse en charge sans avoîr à ennuyer a mère en uî récamant d’autres pîèces. Revenant à a premîère page, î regarda a date de a demande înîtîae : e 2 mars de ’année en cours — un peu pus de deux moîs pus tôt. I se reporta au
12
Une enfant à sauver
résumé de Roy pour connaïtre a somme totae payée à ce jour et émît un sîflement. Le traîtement du cancer n’étaît pas donné ! Aors qu’î revenaît au début du dossîer, son regard fut attîré par e nom mentîonné dans ’en-tête du formuaîre. Le nom de a mère, e nom de a tîtuaîre du contrat.
Darby L. Kent
I cîa. Quees étaîent es probabîîtés qu’î y aît deux Darby Kent ? Ees étaîent mînces. I ut ’adresse de ’assurée.
1209, allée des Cyprès, LagnIappe, LouIsIane.
Un profond désarroî s’empara de uî, e gaçant jusqu’aux os. C’étaît « sa » Darby ! La femme qu’î aîmaît. La femme à quî î avaît dû renoncer en întégrant e programme de protectîon des témoîns, voîà pus de quatre ans. Fermant es yeux, î se a représenta tee qu’ee étaît a dernîère foîs qu’î ’avaît vue. Une brîse d’automne faîsaît danser ses cheveux cuîvrés autour de son vîsage ovae. Une mèche rebee avaît voé devant ses yeux verts et, tout a repaçant en rîant derrîère son oreîe, ee uî avaît envoyé un baîser depuîs e perron de sa maîson. Darby avaît un enfant. Une petîte ie maade âgée de troîs ans. Presque quatre. I vérîia sa date de naîssance et, abasourdî, it e cacu. La petîte ie devaît être née… huît moîs après son départ. Huît moîs après que e servîce des marshas eut sîmué sa mort et qu’î fut devenu Sam Orean. Huît moîs… Le dossîer dîsaît « Père décédé », maîs î n’étaît pas mort. Un frîsson e secoua. L’aflux du sang pusant dans ses veînes uî it bourdonner es oreîes. I en eut a quasî-certîtude… C’étaît uî, e père de cette enfant.
Le pus dîficîe pour une mère est de voîr souffrîr son enfant en étant absoument împuîssante à souager sa doueur. Dans un éan de tendresse, Darby se pencha pour caresser e front de sa ie, creusé par ’înconfort même durant son sommeî.
Une enfant à sauver
13
Ee auraît vouu échanger sa pace avec cee de Savannah ain de uî évîter es désagréments de a chîmîothérapîe. Maheureusement, ee devaît se contenter de regarder son brave petît sodat endurer des traîtements et des procédures qu’ee étaît trop jeune pour comprendre. « Mon Dîeu, je vous en prîe, ne m’enevez pas mon bébé ! » prîa-t-ee pour a énîème foîs. Ee avaît perdu e père de Savannah quatre ans et demî pus tôt, avant même de savoîr qu’ee étaît enceînte et avaît cru ne pas pouvoîr survîvre à ce chagrîn. En découvrant qu’ee portaît e bébé de Connor, ee s’étaît ressaîsîe et avaît reconstruît sa vîe, se préoccupant unîquement d’éever e mîrace qu’étaît Savannah. Un cadeau posthume înattendu de Connor. Connor…Une doueur fugurante uî étreîgnît a poîtrîne et ee a réprîma ; ee devaît se montrer forte pour sa ie. Son tééphone se mît tout à coup à sonner dans son sac. Posant sur e ît e boc à dessîns qu’ee tenaît — dessîner avaît toujours été pour ee e meîeur moyen d’évacuer e stress — ee farfouîa dans son sac à a recherche de ’appareî. L’appe provenaît de a compagnîe d’assurances auprès de aquee ee avaît souscrît sa couverture santé. Ee décrocha. — Aô ? murmura-t-ee, espérant ne pas réveîer Savannah. Ee quîtta son fauteuî près du ît où reposaît sa ie et sortît sans faîre de bruît de a chambre pour prendre ’appe dans e couoîr. Après un bref sîence, un homme demanda : — Madame Kent ? — Ouî. — Euh… Sam Orean, de Trî-State Insurance. Sa voîx avaît une curîeuse înlexîon nasae, comme s’î étaît enrhumé. — Que puîs-je faîre pour vous, monsîeur Orean ? — Je… Je vous appee au sujet de vos récentes demandes de prîse en charge. Darby sentît son estomac se nouer. — Y a-t-î un probème ? — La procédure standard veut que nous contrôîons a poîce d’assurance quand es factures atteîgnent un certaîn montant. La compagnîe doît vérîier es demandes ain que e traîtement de votre ie soît prîs en charge.
14
Une enfant à sauver
— Que type de soucî rencontrez-vous ? Ee s’efforça de ne pas aîsser sa voîx trahîr sa panîque, maîs a sîmpe pensée que a compagnîe d’assurances pourraît rejeter sa demande de prîse en charge du traîtement de Savannah uî donnaît a nausée. Les fraîs de chîmîothérapîe, es séjours à ’hôpîta, es scanners, es anayses sanguînes, es rendez-vous avec es médecîns… tout cea a ruîneraît. Ee ne pourraît même pas se permettre… — Pouvez-vous me dîre quand Savannah… La voîx de ’homme s’enroua, et î toussota pour ’écaîrcîr. — … a montré es premîers sîgnes de a maadîe ? Se demandant ce quî rendaît son înterocuteur aussî anxîeux, maîs surtout agacée que a compagnîe soumette son dossîer à cette enquête, ee fronça es sourcîs. Ee jeta un coup d’œî dans a chambre de Savannah quî dormaît toujours, bîen que d’un sommeî agîté. — Je ’aî trouvée grognon et apathîque pendant queque temps en févrîer dernîer. J’en aî déduît qu’ee devaît couver un rhume ou peut-être une otîte. Vous devrîez trouver a facture de a vîsîte chez e pédîatre dans e dossîer. — Je a voîs, en effet. I uî demanda ensuîte de pus ampes înformatîons sur e traî-tement mîs en pace une foîs a eucémîe de Savannah conirmée. — Et où en êtes-vous de a chîmîothérapîe ? — Ee aura termîné a premîère sérîe à a in de a semaîne. Ee prît une profonde înspîratîon. — Que vouez-vous savoîr exactement, monsîeur Orean ? Que conteste votre compagnîe ? I poussa un gros soupîr et queque chose, dans ce soupîr accabé, tîtîa sa mémoîre, décenchant chez ee une réactîon vîscérae. Ee savaît que c’étaît rîdîcue, qu’ee n’avaît jamaîs rencontré personne de cette compagnîe d’assurances dont e sîège étaît à Daas, et pourtant ce soupîr uî fut, en queque sorte, famîîer. — Nous vérîions sîmpement es fraîs quî nous sont facturés, en es comparant aux coûts du traîtement standard, et en contrôant que votre poîce d’assurance couvre… — Vous cherchez à prouver une fraude ? A a perspectîve que a compagnîe pourraît tenter de rejeter ses demandes ou d’annuer son assurance, ’empêchant de inancer
Une enfant à sauver
15
e traîtement de Savannah, ee se sentît vacîer et dut s’adosser au mur. — Eh bîen, nous devons être attentîfs à ’éventuaîté d’une fraude, en effet, maîs… Ses oreîes se mîrent à bourdonner et ses genoux se dérobèrent. Ee se aîssa gîsser jusqu’à se trouver assîse sur e carreage froîd et appuya sa tête contre e mur, fermant es yeux et uttant pour garder sa respîratîon came et réguîère. Reste calme. SoIs forte. Tu n’as rIen à cacher. Tu n’as pas à t’InquIéter… — Comme je vous e dîsaîs, î s’agît d’un sîmpe contrôe… Magré ee, un gémîssement uî échappa et ee se prît a tête entre es maîns. — Madame Kent, vous vous sentez bîen ? demanda ’homme d’un ton înquîet. L’une des aîdes-soîgnantes quî sortaît au même moment d’une chambre voîsîne vînt s’accroupîr près d’ee et posa une maîn froîde sur son bras. — Non, parvînt à artîcuer Darby d’une voîx rauque. Ee auraît vouu rejeter en boc tout ce quî uî arrîvaît. — Non, non, non ! Non, sa ie ne pouvaît pas être maade, ne pouvaît être mourante ! Non, ee n’avaît nî a voonté nî a force de se battre avec une compagnîe d’assurances pour a couverture médîcae qu’ee uî avaît promîse ! Non, ee n’aaît pas bîen ! Ee ne s’étaît pus vraîment sentîe bîen depuîs presque cînq ans, depuîs que Connor étaît mort. Des armes uî montèrent aux yeux et se mîrent à couer sur ses joues. Afichant un sourîre trembant, ee rassura ’aîde-soîgnante et s’essuya es yeux. — Je vous jure, monsîeur Orean, que s’î y a e moîndre pro-bème concernant es demandes de prîse en charge je feraî tout ce quî est en mon pouvoîr pour e réger. Pour être honnête, je ne eur aî pas prêté grande attentîon. J’aî été trop occupée à prendre soîn de ma ie. Dîeu mercî, c’est ma famîe quî m’empoîe, je peux donc m’absenter pour… — Vous avez changé de travaî ? ’înterrompît-î, sa voîx dépourvue cette foîs d’înlexîon nasae. — Eh bîen… ouî. En janvîer dernîer. Juste avant de souscrîre
16
Une enfant à sauver
cette poîce. Maîs je suîs saarîée, sî c’est ce quî vous înquîète. Je ne manqueraî aucun paîement. — Je… euh… non. Ce n’est pas… Vous travaîez pour es Constructîons Mansied. Maîs votre actîvîté artîstîque… Votre dossîer précîse que vous êtes artîste. Ee demeura perpexe. Sî sa capacîté à s’acquîtter des paîe-ments n’étaît pas ce quî înquîétaît a compagnîe, en quoî cea e concernaît-î de savoîr où ee travaîaît ? — J’assure a facturatîon et es tâches admînîstratîves des Constructîons Mansied. C’est une petîte socîété famîîae. Bîen sûr, ee auraît de oîn préféré vîvre de son art. Toutefoîs, son empoî aux Constructîons Mansied uî procuraît un revenu stabe, une assurance santé et, étant donné que ’entreprîse appartenaît aux grands-parents de sa ie, a sécurîté de ’empoî et une grande compréhensîon orsqu’ee devaît s’absenter pour prendre soîn de Savannah — avantage qu’ee apprécîaît tout partîcuîèrement depuîs e dîagnostîc de a eucémîe, queques moîs pus tôt. Orean soupîra de nouveau et un autre frîsson, îé à une sensatîon de famîîarîté, uî parcourut ’échîne. Le choc înîtîa étant passé et a menace d’une tragédîe îmmînente écartée, ee se sentît un peu ragaîardîe et se reeva. Après s’être assurée que Savannah dormaît toujours, ee referma a porte et resta dans e couoîr de ’hôpîta. — Sî cea vous sufit, monsîeur, je doîs retourner auprès de mon enfant. — Attendez ! Je… Je doîs encore vérîier queques petîtes choses concernant votre poîce d’assurance. Soudaîn, ee en eut assez de ces questîons sans in. — Ecoutez, monsîeur Orean, j’aî effectué mes paîements en temps et en heure. Sî votre compagnîe a des questîons concernant es sommes récamées par ’hôpîta, vous devrîez vous adresser au servîce de facturatîon. Pas à moî. Et sî vous tentez de rejeter mes demandes en arguant d’une erreur admînîstratîve ou d’un probème technîque, mettant par à même a santé de ma ie en danger, Dîeu m’est témoîn que j’întenteraî à votre compagnîe un procès retentîssant ! Toute sa frustratîon contenue causée par a maadîe de Savannah, par son împuîssance à souager a doueur de sa ie, par son
Une enfant à sauver
17
sentîment d’être seue au cœur de a bataîe a pus împortante de sa vîe défera soudaîn. — Sî vous pensez que je vaîs vous aîsser me fouer aux pîeds, vous n’êtes pas au bout de vos surprîses ! Un petît rîre itra à ’autre bout de a îgne. Ee vît rouge. — Ce n’est pas drôe ! Croyez-vous que je paîsante ? — Je suîs désoé, Darby. Je… Ee se raîdît en ’entendant utîîser son prénom comme s’îs étaîent des amîs proches ; en entendant son accent du Sud atténuer a dureté du « ar » dans son prénom ; en ’entendant e prononcer « Dahr-by », à a manîère dont e faîsaît Connor. Le chagrîn uî serra e cœur tandîs que a vîsîon fugace du vîsage de Connor remontaît à sa mémoîre. Durant cette pause dans eur conversatîon, Orean avaît apparemment retrouvé son sérîeux. Le ton de sa voîx étaît grave orsqu’î demanda : — Que est e pronostîc ? Que dîsent es médecîns concernant es optîons de traîtement, concernant ses… chances… Darby sentît e sang se retîrer de son vîsage. La meîeure manîère pour ee de composer avec a maadîe de Savannah, a seue façon de ne pas devenîr compètement foe d’înquîétude, de doueur et de peur pour sa ie, étaît de prendre es choses un jour après ’autre. Ee ne pouvaît se permettre de penser au ong terme, aux chances qu’avaît Savannah de survîvre au cancer, sînon ee seraît teement accabée de désespoîr qu’ee ne pourraît pas être a mère dont son enfant avaît précîsément besoîn en ce moment. — Je ne voîs pas en quoî cea vous regarde à ce stade. Tout ce que es médecîns estîmeront nécessaîre sera entreprîs, quee que soît a durée du traîtement ou… Sa voîx se brîsa et ee marqua une pause. — … a réactîon de Savannah à a chîmîothérapîe. — Bîen sûr. Sî Trî-State approuve votre poîce, suîte à ces vérîicatîons, nous couvrîrons… — « Sî » ? s’écrîa-t-ee aors, serrant es dents. Ecoutez, mon vîeux, cessez de ouvoyer ! J’aî besoîn de cette couverture pour sauver a vîe de ma ie !
18
Une enfant à sauver
Une vague d’émotîon mavenue a submergea et ses yeux s’humectèrent de nouveau. — Ne me prîvez pas du seu moyen d’offrîr à mon bébé es soîns médîcaux quî uî sont îndîspensabes ! C’en étaît inî de jouer es dures à cuîre. Ee e suppîaît, à présent, pîtoyabement. Les épaues voûtées, ee s’abandonna aux armes, se aîssant submerger par e désarroî qu’ee contenaît depuîs des semaînes. Ee étaît au bout du roueau et devaît absoument se ressaîsîr pour apporter à Savannah a force et e réconfort quî uî étaîent îndîspensabes. — Je vous en prîe, madame Kent, ne peurez pas. La voîx nasaîsée de ’homme s’étaît teîntée de compassîon. Ee auraît presque pu croîre que sa sympathîe étaît réee. — C’est sîmpement a procédure standard. Je veîeraî personneement à ce que vos demandes soîent traîtées dans es déaîs. Je souhaîte sîncèrement à votre ie de se rétabîr. La gorge serrée, ee ne put uî répondre. — Je suîs désoé de vous avoîr boueversée. Je saîs que vous traversez de rudes épreuves, reprît-î. Seue. Comment savaît-î qu’ee étaît seue ? — J’auraîs aîmé, poursuîvît-î à voîx basse, de nouveau sans nasîer… pouvoîr faîre queque chose pour vous aîder. Je… Ee se igea. Sans cette affectatîon nasae, sa voîx uî paraîssaît sî famîîère… Ee secoua a tête. Son esprît étaît seuement e jouet du tumute de ses émotîons, de ses désîrs, de ses envîes… — En faît, î y a une chose que vous pouvez faîre. — Quee est-ee ? — Inscrîvez-vous au ichîer des donneurs de moee osseuse. Les médecîns dîsent que a meîeure chance de mon bébé de vaîncre cette maadîe seraît une greffe, maîs nous avons besoîn d’un donneur. Son once est presque compatîbe, maîs pas tota-ement, dît-ee avec un soupîr. I seraît étonnant que vous e soyez, maîs peut-être serez-vous en mesure de sauver ’enfant d’une autre femme. Sa requête resta sans réponse. — Monsîeur Orean ? Vous êtes toujours à ? — Ouî. Je… Je e feraî. Je m’înscrîraî au ichîer cet après-mîdî. C’est juré.
Une enfant à sauver
19
— Bîen. Mercî. — Je… Les médecîns vous ont-îs dît sî… son père auraît été compatîbe ? La nature aînsî que e ton personne de a questîon a mîrent ma à ’aîse. — Ouî, j’îmagîne. Maîs son père est décédé avant sa naîssance. L’înformatîon doît se trouver dans son dossîer. — En effet. Je me dîsaîs seuement…, bafouîa-t-î, parant de nouveau du nez. I uî parut sîncèrement contrît et ee ferma es yeux, apprécîant e faît qu’î fasse preuve d’empathîe. — Pour ce que cea vaut, je suîs prête à parîer qu’î auraît été compatîbe, ança-t-ee tout en se demandant pourquoî ee évoquaît ce sujet avec un parfaît étranger. Ee a tant hérîté de uî ! De ses cheveux foncés à ses yeux mordorés, en passant par son caractère obstîné. Et sî Connor avaît été en vîe ? Sa moee osseuse auraît-ee sauvé eur enfant ? Jamaîs ee ne connaïtraît a réponse à cette questîon. Connor n’étaît pus de ce monde.
« Je suîs prête à parîer qu’î auraît été compatîbe. » Connor se aîssa aer contre e dossîer de son fauteuî de bureau en fermant es yeux. La frustratîon et e regret uî étreîgnaîent e cœur. Sa ie avaît besoîn de uî. Ee avaît besoîn de sa moee. — Bîen entendu, c’est pure spécuatîon de ma part, pour-suîvît Darby d’une voîx sî trîste que c’étaît à a îmîte de ce qu’î pouvaît supporter. Lorsqu’ee s’étaît mîse à peurer, î avaît bîen faîî uî avouer a vérîté avant de sauter dans un avîon à destînatîon de a Louîsîane. — Maîs puîsque e frère de Connor est en partîe compatîbe, ajouta-t-ee, î me paraït raîsonnabe de penser que Connor ’auraît été encore davantage. Ne croyez-vous pas ? « Connor. »Ee venaît de conirmer învoontaîrement ses soupçons, maîs ’entendre de nouveau prononcer son prénom uî fut un doux tourment. Les précîeux détaîs concernant sa ie étaîent une manne dont î s’étaît repu avec déectatîon, maîs î avaît égaement souffert de es entendre.