Une famille à construire - Ce secret entre nous

De
Publié par

Une famille à construire, Jennifer Taylor
La vie de Mia est subitement bouleversée le jour où la clinique où elle a accouché cinq ans plus tôt lui apprend que son fils Harry n’est en réalité pas le sien. Même si, pour elle, cela ne change rien à l’amour qu’elle porte à son enfant, elle va devoir apprendre à vivre avec cette nouvelle, et celle, encore plus troublante, qu’on lui révèle aussitôt : son vrai fils se nomme Nathan, et il a grandi auprès du Dr Leo Forester, son collègue à l’hôpital. Passé le choc, Mia comprend qu’à présent leurs vies, à Leo et elle, sont inextricablement mêlées, et qu’ils vont devoir faire front ensemble…

Ce secret entre nous, Lucy Clark
Le jour où le Dr Susannah Cardington fait la connaissance d’Elliott Jones, son nouveau collègue, elle a l’impression que le monde s’effondre autour d’elle, tant le trouble qu’il lui inspire est profond. Hélas, même si elle rêve de succomber aux regards brûlants d’Elliott, elle sait que l’amour, ce n’est pas pour elle. A moins que… A moins qu’il ne soit celui dont elle n’osait rêver. Celui qui accepterait de l’aimer, malgré le terrible secret qu’elle porte.

Publié le : dimanche 15 décembre 2013
Lecture(s) : 7
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782280294928
Nombre de pages : 288
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
1.
— Le Dr Khapur va vous recevoîr, madame Adams. — Mercî. Mîa Adams suîvît a secrétaîre dans e couoîr. I y avaît près de sîx ans qu’ee n’étaît pas venue au centre de traîte-ment de a fertîîté. Ee avaît bîen eu ’întentîon de passer après a naîssance d’Harry pour remercîer tout e monde, maîs n’en avaît jamaîs trouvé e temps. Par aîeurs, e trajet depuîs e Kent jusqu’au cœur de Londres uî avaît paru trop rîsqué avec un bébé. Sans oubîer Chrîs et son handîcap. Même sî ce dernîer avaît toujours faît remarquabement face aux probèmes îés à sa condîtîon de parapégîque, î y avaît eu des moments où î avaît eu besoîn d’attentîon et de soîns partîcuîers. Aînsî, es moîs s’étaîent écoués sans qu’ee s’en aperçoîve, et ee ne seraît sans doute jamaîs revenue s’î n’y avaît pas eu cette ettre qu’ee avaît reçue. Ee fronça es sourcîs, se demandant pour a énîème foîs pourquoî e Dr Khapur ’avaît contactée, aors qu’Harry avaît maîntenant cînq ans. Ee ne désîraît pas avoîr un autre enfant puîsque a mort de Chrîs, deux ans auparavant, avaît excu cette possîbîîté. Dans ce cas, que vouaît e médecîn? S’étaît-î passé queque chose en rapport avec son is ? Sa gorge se serra à cette pensée, et ee dut faîre un effort pour se ressaîsîr orsque a secrétaîre a it entrer dans un beau bureau. Le Dr Khapur, âgé d’une cînquantaîne d’années, se eva pour ’accueîîr avec un sourîre chaeureux.
7
— Madame Adams ! Mercî d’être venue. Prenez pace, je vous prîe. I uî îndîqua queques chaîses confortabes près de a fenêtre et son împressîon de maaîse augmenta. Dans e passé, à chacune de ses vîsîtes, e Dr Khapur et ee s’étaîent toujours assîs d’un côté et de ’autre de ’îmmense bureau en acajou, et cette nouvee façon de faîre ’empît d’appréhensîon. — Avez-vous faît bon voyage? s’enquît-î avec soîcîtude en s’asseyant à son tour. Certes, son vîsage étaît sourîant, maîs ee détecta chez uî une certaîne tensîon quî ne it que ’aarmer davantage. — Bîen, mercî, docteur. Comme Chrîs et moî nous étîons înstaés à Londres î y a queques années, je n’aî pas eu à faîre un ong trajet pour venîr. — Ah, très bîen, très bîen. I frotta ses maîns ’une contre ’autre, et ee sentît dîstînctement qu’î éprouvaît des dîficutés à contînuer. Ee se pencha en avant, détermînée à savoîr ce qu’î se passaît. Sî queque chose n’aaît pas, et que cea aît à voîr avec Harry, î faaît qu’ee sache de quoî î s’agîssaît. — Docteur Khapur, je… La porte s’ouvrît brusquement et ee se retourna, surprîse, pour toîser ’homme de haute taîe, aux cheveux noîrs, quî venaît de faîre îrruptîon dans a pîèce. Le respect de a conidentîaîté étaît d’une grande împortance dans ce genre de consutatîon, et ee ne comprenaît pas comment cet homme avaît pu passer e barrage de a secrétaîre. Le Dr Khapur se eva, vîsîbement mécontent d’être aînsî înterrompu. — Monsîeur Forester, s’î vous paït ! Je ne peux pas vous aîsser entrer aînsî. L’homme îgnora sa remarque. — Est-ce que c’est ee ? demanda-t-î. I se tourna vers Mîa quî réprîma un frîsson sous e regard gacé de ses yeux grîs quî a parcoururent de a tête aux pîeds. Ee se sentît rougîr en songeant à ce qu’î voyaît :
8
une femme de taîe moyenne, de corpuence moyenne, aux cheveux châtaîn moyen, et aux traîts, certes réguîers, maîs quî seon ee n’avaîent rîen de transcendant. En faît, son meîeur atout, c’étaîent ses yeux d’un pur vert émeraude. C’étaît sans doute oîn d’être e cas pour ’înstant, ce quî ne devaît pas améîorer ’împressîon qu’î avaît d’ee. Ee se eva à son tour. Que pouvaît bîen uî faîre ’opî-nîon d’un înconnu — quî uî, en revanche, sembaît savoîr quî ee étaît ? Détournant es yeux, ee se concentra sur e médecîn. — I me sembe que j’aî droît à une expîcatîon, docteur. Pouvez-vous me dîre ce qu’î se passe exactement ? — Je… Euh… Manîfestement, e Dr Khapur n’étaît pas à ’aîse. — Sî cea n’avaît tenu qu’à moî, vous aurîez eu cette expîcatîon î y a des moîs. La voîx de ’homme aîssaît percer une coère qu’ee ne comprenaît pas. — Sî c’est une paîsanterîe…, commença-t-ee. — Absoument pas, coupa-t-î. Croyez-moî, madame Adams, je ne paîsanteraîs pas avec un te sujet. — Dans ce cas, pouvez-vous commencer par me dîre quî vous êtes et pourquoî vous êtes îcî ? Sans doute avaît-î noté e trembement de sa voîx, maîs c’étaît e cadet de ses soucîs. Tout ce quî uî împortaît, c’étaît ce que cet homme aaît uî raconter, et sî sa présence avaît queque chose à voîr avec Harry. — Je m’appee Leo Forester. Le ton étaît toujours sec, maîs a coère avaît dîsparu et étaît rempacée par queque chose quî ressembaît à de a compassîon. Mîa frîssonna. Leo Forester n’avaît pas ’aîr d’être e genre d’homme à éprouver souvent ce genre de sentîment. Ee se raîdît, s’attendant au pîre, maîs ee n’auraît jamaîs pu se préparer au choc quî aaît suîvre. — La raîson de ma présence îcî est très sîmpe, madame Adams. Je suîs e père de votre is.
9
D’un seu coup, Leo sentît s’évanouîr a tensîon quî ’habîtaît depuîs e matîn. L’espace d’une seconde, sa vîsîon se brouîa, maîs î recouvra rapîdement son contrôe. Ce n’étaît pas e moment de lancher. I faaît réger cette questîon une bonne foîs pour toutes, car ce n’étaît pas seuement sa propre vîe quî seraît affectée par ’îssue de cette rencontre, maîs aussî cee de Noah. La pensée de son is fut e stîmuant dont î avaît besoîn. I vouut îgnorer a pâeur soudaîne de Mîa Adams. Peut-être auraît-î dû prendre des gants pour uî annoncer a nouvee, maîs, à a in de a journée, cea n’auraît rîen changé : î étaît e père du is de Mme Adams, même sî c’étaît sûrement très dîficîe à accepter pour ee. — Vous devez paîs…, commença-t-ee. — Je n’aî pas du tout envîe de rîre madame Adams, coupa-t-î. I fut uî-même surprîs de a dureté de sa voîx et regretta sa brusquerîe en voyant e vîsage de a jeune femme devenîr banc comme de a craîe. Pour un homme comme uî, quî mettaît un poînt d’honneur à ne jamaîs regretter ses actes, ce fut un sentîment putôt désagréabe. D’autre part, î ne pouvaît pas se permettre d’avoîr des états d’âme envers Mîa Adams, ou bîen Noah pourraît en souffrîr. I se tourna vers e Dr Khapur. — Mme Adams et moî avons besoîn de parer. Y a-t-î une pîèce que nous pourrîons utîîser ? — Je regrette, ’înterrompît-ee, maîs je n’aî pas ’înten-tîon d’aer où que ce soît avec vous tant que je ne sauraî pas exactement ce quî se trame et pourquoî vous avez faît cette décaratîon rîdîcue. Leo dîstîngua, certes, un éger trembement dans a voîx de Mîa Adams, maîs î ne sufisaît pas à masquer une détermînatîon împacabe. I comprît que, même sî ee venaît de subîr un grand choc, cette femme n’étaît pas prête à accepter sans réagîr ce qu’î avaît à dîre. Queque chose quî ressembaît à de ’admîratîon naquît
10
en uî et î hocha a tête, surprîs de sa propre réactîon. S’î regrettaît rarement ses actes, î étaît encore moîns encîn à se forger une opînîon posîtîve sur quequ’un aussî vîte. — Bîen sûr, répondît-î. Le Dr Khapur va certaînement se charger de vous fournîr tous es écaîrcîssements nécessaîres. I s’assît, bîentôt îmîté par a jeune femme et e médecîn. Mîa Adams ne uî jeta pas un regard tout en îssant sa jupe au-dessus des genoux. Ee sembaît tout à faît maïtresse d’ee-même, attendant camement que e médecîn prenne a paroe, et ’admîratîon de Leo s’accrut. Après avoîr dû supporter es constants caprîces d’Amanda, c’étaît un agréabe changement de rencontrer une femme quî n’estîmaît pas nécessaîre de faîre une scène pour parvenîr à ses ins. — C’est une sîtuatîon très déîcate, chère madame, commença e Dr Khapur. Rîen de te ne s’étaît jamaîs produît auparavant, et î est dîficîe de savoîr comment traîter e probème. Je peux seuement vous promettre que nous ferons tout notre possîbe pour e réger. Leo se demanda comment e Dr Khapur comptaît s’y prendre, maîs î ne dît rîen, attendant a suîte. Pus tôt Mîa Adams connaïtraît es faîts, et pus vîte îs pourraîent décîder de ce qu’î convîendraît de faîre. — Ce seraît peut-être pus sîmpe sî vous m’expîquîez pourquoî ce monsîeur prétend être e père d’Harry, dît Mîa Adams d’une voîx ferme. Ee se pencha vers e Dr Khapur, e regardant droît dans es yeux. — J’exîge de connaïtre a vérîté. Vîsîbement, e médecîn étaît de pus en pus ma à ’aîse, et Leo comprît qu’îs n’arrîveraîent à rîen s’î ne ’aîdaît pas un peu. — Apparemment, es embryons ont été întervertîs, résuma-t-î. Quand ee se tourna vers uî, Leo it en sorte que son vîsage aît revêtu son expressîon a pus neutre, cee qu’î réservaît aux patîents à quî î devaît annoncer une nouvee
11
partîcuîèrement mauvaîse. D’après uî, ’absence d’émotîons de sa part es aîdaît à y faîre face avec moîns de dîficuté. A n’en pas douter, a nouvee qu’ee venaît d’apprendre étaît a pîre chose quî pouvaît uî arrîver, et î eut un brusque éan de compassîon pour ee qu’î réprîma aussîtôt. I n’avaît pas à s’întéresser à ce qu’ee éprouvaît. C’étaît Noah quî comptaît. Noah, et ’enfant de Mîa, Harry. Son is. Une vague d’émotîon ’envahît aors. I en fut e premîer surprîs, uî quî avaît passé sa vîe d’adute à se débarrasser de a moîndre trace d’émotîon. Pour e coup, î se sentît déstabîîsé, même s’î n’en aîssa rîen paraïtre, et attendît une seconde avant de poursuîvre. — Au moment de ’împantatîon, es embryons auraîent été întervertîs, poursuîvît-î. Mon ex-femme a reçu ’embryon créé à partîr de votre ovue et du sperme de votre marî, et nous avons reçu e vôtre. Pour résumer a sîtuatîon, madame Adams, Amanda a donné naîssance à votre is et vous avez donné naîssance au nôtre. — Non ! Mîa Adams se eva d’un bond, e fusîant du regard. — J’îgnore pourquoî vous racontez ces mensonges absurdes, maîs je refuse de vous écouter une seconde de pus. Pîvotant sur ses taons, e dos raîde d’îndîgnatîon, ee se dîrîgea vers a porte, maîs î a rattrapa et, a saîsîssant par e poîgnet, ’obîgea à s’arrêter. I sentît soudaîn sous ses doîgts a déîcatesse de ses os; îs sembaîent sî fragîes qu’înconscîemment î reâcha son étreînte. — Je ne mens pas, répîqua-t-î. Tout ce que je vous aî dît est vraî. Aors qu’î a regardaît droît dans es yeux, î fut parcouru d’un frîsson en se perdant dans son regard vert émeraude. I n’avaît encore jamaîs vu cette coueur, songea-t-î avant de revenîr au sujet quî es préoccupaît. — L’enfant que vous avez mîs au monde, madame Adams, est en réaîté mon is, décara-t-î d’une voîx ferme. A présent, nous devons décîder de ce que nous aons faîre à ce sujet.
12
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.