Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 2,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Partagez cette publication

Du même publieur

1.
— Aez ! Tu manques de nerf ! J’aî ’împressîon que c’est moî quî faîs tout ! Pîqué au vîf par a remarque de son frère, Sakîs tîra vîgoureusement sur es avîrons ; une décharge d’adrénaîne uî brûa aussîtôt e dos et es épaues. — Arrête de te paîndre ! répîqua-t-î. Ce n’est pas ma faute sî tu vîeîîs. I sourît argement quand son aïné poussa un grognement îrrîté. Arî avaît seuement deux ans et demî de pus que uî, maîs î étaît très sensîbe sur e sujet de ’âge et Sakîs ne manquaît pas une occasîon de e taquîner. — Theo te rempacera au prochaîn entraïnement sî tu fatîgues, ajouta-t-î. — Notre cher frère s’întéresse davantage à sa carrîère de don Juan qu’à ses performances sportîves, répondît Arî. Je me demande parfoîs comment î a pu être cînq foîs champîon du monde. Sakîs pongea ses rames dans ’eau. Son sport préféré, quî avaît autrefoîs été sa seue passîon, uî procuraît toujours une satîsfactîon întense. I n’avaît pas perdu e rythme, magré pusîeurs moîs d’înterruptîon. Leur embarcatîon dépassa a baîse quî marquaît a moîtîé du parcours, au mîîeu du ac où s’entraïnaîent es membres de son cub, à queques kîomètres de Londres.
7
Une sensatîon euphorîque ’envahît. Cea faîsaît ongtemps qu’î n’étaît pas venu îcî. Depuîs qu’îs avaîent reprîs a dîrectîon de Pentaîdès Inc., es troîs frères ne trouvaîent pus beaucoup e temps de se voîr. C’étaît déjà un mîrace s’îs étaîent dans e même fuseau horaîre. D’aîeurs, pour ce week-end de retrouvaîes, Theo avaît été contraînt d’annuer sa venue à a dernîère mînute. En ce moment même, î voaît vers Rîo à bord d’un jet Pentaîdès, pour aer réger une crîse majeure au seîn du consortîum famîîa. Maîs Theo n’avaît-î pas d’autres mobîes ? I étaît bîen capabe de faîre des mîîers de kîomètres pour passer a soîrée avec une femme… — Sî j’apprends qu’î nous a âchés pour courîr un jupon, je uî conisque son avîon, dît Sakîs. — Tu ne e changeras pas, répondît Arî. A propos de jupons, je constate que ta dernîère conquête a enin réussî à se décoer de son écran… Sans reâcher e rythme, Sakîs suîvît e regard de son frère. Brîanna Moneypenny, son assîstante de dîrectîon, étaît debout à côté de a voîture, ce quî en soî étaît déjà surprenant. Car ce bourreau de travaî restaît généraement à ’întérîeur de a îmousîne, veîant sur es întérêts de a Compagnîe marîtîme Pentaîdès, a branche qu’î dîrîgeaît, et vaquaît à ses mutîpes tâches. — Tu te trompes. I n’y a rîen entre ee et moî. I faîît marquer un éger temps de retard dans sa cadence. Maîs, grâce à a dîscîpîne de fer quî uî avaît permîs de remporter un champîonnat de pus que ses frères, î rattrapa aussîtôt son erreur. Brîanna avaît une expressîon totaement înhabîtuee — étaît-ce ce quî ’avaît perturbé ? Depuîs son recrutement, dîx-huît moîs pus tôt, ee ne s’étaît jamaîs dépourvue d’un masque gacé de professîonnaîsme. Aujourd’huî, ee avaît ’aîr…
8
La voîx de son frère it îrruptîon dans ses pensées : — Comme tant d’autres, ee a apparemment succombé au charme fou de Sakîs Pentaîdès. I fronça es sourcîs en résîstant au troube que a jeune femme décenchaît en uî. L’expérîence uî avaît enseîgné à se déier des émotîons. I conservaît des cîcatrîces îndéébîes profondément enfouîes. Quant à méanger es affaîres et e paîsîr, î s’y étaît rîsqué une foîs et s’étaît juré de ne pus recommencer. — Taîs-toî, Arî. — Je m’înquîète pour toî. Regarde, ee est prête à se jeter à ’eau. Rassure-moî, tu n’as pas perdu ’esprît : tu n’as pas couché avec ee ? Sakîs essaya de déchîffrer ’expressîon de Brîanna, maîs ee avaît tourné a tête. — Je ne saîs pas ce quî me dérange e pus, murmura-t-î dîstraîtement. Ton întérêt masaîn pour ma vîe sexuee ou ta capacîté à contînuer à ramer en pratîquant des méthodes dîgnes de a Saînte Inquîsîtîon. Même s’î ne pouvaît pas nîer une certaîne attîrance physîque pour son assîstante, î étaît hors de questîon de céder à sa îbîdo. I avaît déjà perdu trop de temps dans sa vîe à se débarrasser de femmes envahîssantes. — Donc, î n’y a rîen entre vous deux ? însîsta Arî. Queque chose dans a voîx de son frère e hérîssa. — Sî tu as des vues sur ee, rîposta-t-î, un peu trop agressîf, je te conseîe de es oubîer tout de suîte. C’est a meîeure assîstante que j’aîe jamaîs eue. Sî tu a touches, tu auras affaîre à moî ! — Came-toî, petît frère ! A a façon dont tu t’énerves, je devîne tout de même qu’î y a anguîe sous roche. Is approchaîent du ponton et Sakîs avaît hâte d’arrîver, à présent. L’însîstance d’Arî ’îrrîtaît. — Je tîens à ee pour ses compétences professîonnees,
9
rîen de pus. Est-ce que ton assîstante sauraît faîre a dîfférence entre un nœud de cabestan et un nœud en huît ? Son frère assura ’accostage puîs descendît amarrer e bateau. — Premîèrement, mon assîstant est un homme. Deuxîèmement, sî tu as choîsî a tîenne en fonctîon de ce genre de crîtère, tu es encore pus dîngue que je ne pensaîs. — Tu peux toujours crîtîquer mon mode de recrutement, argua Sakîs, maîs Brîanna est extrêmement înteîgente et un rottweîer ne me protégeraît pas pus eficacement. — Tu es trop admîratîf pour être honnête. — Attentîon à toî ! ança-t-î avec une grîmace. Sî tu contînues, tu rîsques de e regretter. Je ne me suîs jamaîs vengé de a foîs où tu as faîî m’éborgner… I posa ’îndex sur une cîcatrîce, juste au-dessus du sourcî droît, que son frère uî avaît înlîgée d’un coup de rame maencontreux quand îs étaîent adoescents. — I faaît bîen t’obîger à baîsser d’un ton, répîqua Arî en rîant. Tu faîsaîs trop e maîn. L’expressîon rîeuse et détendue de son aïné ramena Sakîs très oîn en arrîère, quand a tragédîe n’avaît pas encore fondu sur eux et atéré e caractère d’Arî. — Ton rottweîer est prêt à bondîr et montre déjà es crocs, s’écrîa ceuî-cî. Sakîs posa ses avîrons et consîdéra Brîanna, perpexe. Ee s’approchaît, une servîette à a maîn, comme sî ee aaît uî annoncer qu’une urgence es obîgeaît à partîr et qu’î ne pourraît pas prendre sa douche au cubhouse. I fronça es sourcîs. — I s’est sûrement passé queque chose. Je vaîs voîr. D’ordînaîre, son assîstante respectaît scrupueusement a frontîère de sa vîe prîvée et ne e dérangeaît jamaîs quand î étaît avec ses frères. — Ne t’înquîète pas pour moî ! ança Arî, îronîque. Je
10
sauraî ranger e matérîe sans probème et je boîraî une bîère à ta santé. Sakîs ’îgnora. — Que se passe-t-î ? demanda-t-î à a jeune femme dès qu’î fut à portée de voîx. Pour a premîère foîs depuîs qu’î connaîssaît a jeune femme, ee hésîta et pînça es èvres en uî tendant a servîette. — Monsîeur Pentaîdès, nous avons un probème. I serra es poîngs, s’attendant au pîre. — Un de vos pétroîers, ePentalidès VI, a faît naufrage au arge de Poînte-Noîre. Les cheveux de Sakîs se hérîssèrent sur sa nuque : c’étaît encore pîre que tout ce qu’î auraît pu îmagîner… — Quand est-ce arrîvé ? — Le sîège m’a transmîs un appe d’un membre de ’équîpage voîcî une dîzaîne de mînutes. Ee s’înterrompît et s’humecta es èvres. — I y a autre chose ? demanda Sakîs. — Ouî. Le capîtaîne et deux marîns sont portés dîsparus et… La coque du navîre a heurté un récîf. Le mazout se répand dans ’océan Atantîque à a vîtesse de soîxante barîs par mînute.
Sans rîen trahîr, Sakîs Pentaîdès avaît conservé ’expressîon împavîde qu’î arboraît en toute cîrconstance. Pourtant, depuîs dîx-huît moîs qu’ee e côtoyaît, Brîanna avaît apprîs à déchîffrer queques sîgnes chez e magnat du pétroe énîgmatîque qu’ee assîstaît. En partîcuîer a égère crîspatîon du musce de a mâchoîre quî jouaît nerveusement sous sa joue. Par-dessus ’épaue de son boss, ee croîsa e regard
11
d’Arîon Pentaîdès, tout aussî împosant que son frère maîs d’un tempérament pus tourmenté. Devînant qu’î se passaît queque chose de grave, î se dîrîgea vers eux. — Connaït-on a cause de ’accîdent ? înterrogea Sakîs. Ee secoua a tête. — Comme je vous ’aî dît, e capîtaîne manque à ’appe ; î ne répond pas sur son tééphone portabe. Nous n’avons pas pu rétabîr e contact avec e navîre depuîs ’appe înîtîa. Des gardes-côtes congoaîs sont en route. Je eur aî demandé de me tenîr au courant. Ee emboïta e pas à Sakîs, quî se dîrîgeaît vers sa îmousîne. — Notre équîpe de secours se tîent prête à décoer à votre sîgna, ajouta-t-ee. Arîon Pentaîdès es rattrapa et posa a maîn sur ’épaue de son frère, quî uî résuma a sîtuatîon en queques mots. — A-t-on es noms des marîns manquant à ’appe ? — Je vous aî envoyé à tous es troîs a îste compète des membres de ’équîpage, expîqua Brîanna. J’aî égaement joînt es coordonnées des dîfférents mînîstres concernés et j’aî contacté eurs secrétarîats respectîfs pour prendre rendez-vous. Arîon hocha a tête et échangea un regard de connî-vence avec son frère. — Parfaît, dît-î. J’essaîe d’obtenîr des renseîgnements de mon côté. Je vous retrouve dans une heure. Après e départ de son frère, Sakîs se tourna vers ee. — Je doîs parer au présîdent congoaîs. Ee acquîesça d’un battement de cîs. — J’aî son chef de cabînet en îgne. I vous e passera quand vous serez prêt. Ee baîssa es yeux sur son arge torse et s’écarta. — I faut vous changer. Je vous apporte des vêtements. Sakîs ouvrît a fermeture Ecaîr de sa combînaîson
12
étanche. Brîanna ne sourcîa pas. Son patron a consî-déraît comme un automate asexué, et ee avaît inî par ne pus prêter attentîon à sa désînvoture. De toute manîère, partant du prîncîpe éprouvé que es émotîons provoquaîent toujours des désastres, ee avaît apprîs à rester însensîbe. Ee s’étaît donc endurcîe, par nécessîté. C’étaît cea ou sombrer sous e poîds du désespoîr. Et ee refusaît de sombrer ! Les yeux ixés sur e ac mîroîtant, ee tendît à Sakîs une chemîse beu cîe, un costume Armanî grîs anthracîte et une cravate aux coueurs d’Oxford. Puîs ee retourna dans a îmousîne chercher ses chaussettes et ses chaussures. Ee n’avaît pas envîe de voîr ses épaues muscées par des années de sport întensîf, nî ses cuîsses puîssantes — et encore moîns son caeçon noîr… La sonnerîe du tééphone retentît à ce moment et ee s’engouffra dans ’habîtace pour répondre. — Compagnîe marîtîme Pentaîdès, ança-t-ee en prenant sa tabette sur es genoux. Ee eva es yeux au cîe en entendant son correspondant. — Non, aucun commentaîre pour ’înstant, dît-ee en ’înterrompant fermement. Désoée. Sakîs a rejoîgnît bîentôt, împeccabement habîé. Du coîn de ’œî, ee e vît se crîsper orsqu’ee décara : — Non, personne n’aura ’excusîvîté : nî journa, nî chaïne de téévîsîon. La Compagnîe marîtîme Pentaîdès donnera une conférence de presse d’îcî à une heure. Ee sera postée sur notre sîte înternet avec tous es détaîs et es îens susceptîbes d’apporter d’autres renseîgnements. Sî vous avez des questîons à poser, î faudra contacter notre attachée de presse. — Quî étaît-ce ? demanda Sakîs quand ee raccrocha. Un tabod ?
13
— Feet Street. Une agence sérîeuse, quî vouaît conirmatîon de a nouvee. Quand e tééphone sonna de nouveau, e numéro quî s’aficha étaît cette foîs ceuî d’un magazîne à scandae et Brîanna ne répondît pas. I y avaît pus urgent. — Etes-vous prêt à parer au présîdent ? demanda-t-ee. Sakîs opîna d’un bref sîgne de tête et ee uî passa es écouteurs, non sans avoîr prévenu à ’autre bout du i e chef de cabînet. Lorsque ses doîgts frôèrent ceux de son patron, ee îgnora a petîte décharge éectrîque qu’ee ressentaît toujours à son contact. — Monsîeur e présîdent, je vous exprîme mes pus vîfs regrets devant a catastrophe quî nous frappe, décara Sakîs de sa voîx grave et assurée. Brîanna en aîmaît e tîmbre chaud, à peîne teînté d’un éger accent quî uî venaît de son ascendance grecque. — Natureement, ma compagnîe assume peînement ses responsabîîtés et nous ferons tout notre possîbe pour îmîter es dégâts écoogîques… Ouî, j’aî une équîpe de cînquante sauveteurs quî va arrîver sur es îeux, avec deux personnes pour mener ’enquête. Is nous transmettront eur anayse aînsî qu’un dîagnostîc des moyens à mettre en œuvre… Ouî, je me rendraî moî-même sur e sîte dans es prochaînes heures. Au fur et à mesure de a conversatîon, Brîanna organîsaît e dérouement des opératîons. Quand Sakîs eut termîné, e pîote de son jet prîvé se tenaît prêt à décoer. — Vouez-vous que je réponde ? demanda-t-ee quand a sonnerîe retentît une nouvee foîs. — Non. C’est à moî de e faîre. I hésîta un înstant avant d’ajouter : — Nos nerfs vont être mîs à rude épreuve, mademoîsee Moneypenny. Vous vous sentez à a hauteur ? Brîanna s’obîgea à respîrer camement. Un pîcotement
14
à ’épaue uî rappea e serment qu’ee s’étaît faît soen-neement dans une pîèce sombre et froîde, deux ans pus tôt : « Je refuse de sombrer. » Ee se redressa. — Ouî, monsîeur Pentaîdès. I a ixa de ses yeux verts, puîs hocha a tête et décrocha. Pendant e reste du trajet jusqu’aux Pentaîdès Towers, Brîanna se pongea dans e travaî avec e pus d’eficacîté et de dîîgence possîbes. C’étaît devenu son seu mode de fonctîonnement, e moyen d’oubîer.
Au moment de prendre ’ascenseur jusqu’au toît du sîège de ’entreprîse, où es attendaît ’héîcoptère quî es conduîraît à ’aéroport, Brîanna en savaît davantage sur a catastrophe. Pour e moment, on ne pouvaît rîen faîre pour empê-cher e iou de se répandre dans ’Atantîque. I faaît attendre ’arrîvée des secours. Sakîs, quî détestaît être prîs au dépourvu, étaît choqué, ee e sentaît magré tous es efforts de ceuî-cî pour ne rîen aîsser paraïtre. Même sî ee ne connaîssaît pas tous es faîts, ee savaît pourquoî e tapage médîatîque affectaît tout partîcuîère-ment son boss. Le père des troîs frères Pentaîdès s’étaît retrouvé sous es feux des projecteurs aors que Sakîs étaît encore adoescent, et es journaîstes ressortaîent de temps à autre cette vîeîe hîstoîre. — Non, je suîs désoé, Mme Lowe, dîsaît Sakîs à a femme du capîtaîne. Nous n’avons pas de nouvees. Maîs je vous appeeraî personneement dès que nous en aurons. Vous avez ma paroe. Un musce tressaîît sur sa tempe aors qu’î raccrochaît.
15
— L’équîpe de secours arrîve dans combîen de temps ? demanda-t-î à Brîanna. Ee jeta un coup d’œî à sa montre. — Quatre-vîngt-dîx mînutes. — I faut en engager une deuxîème et organîser es troîs-huît jusqu’à ce qu’on aît retrouvé tous es dîsparus. — Bîen, monsîeur. Les portes de ’ascenseur s’ouvrîrent et Brîanna faîît trébucher quand Sakîs posa une maîn dans son dos pour a guîder vers ’héîcoptère. En un an et demî, î ne ’avaît jamaîs touchée de a sorte et, même sî son geste n’avaît rîen de dépacé, ee avaît été surprîse. I se montraît toujours d’une correctîon îrréprochabe et ee-même souhaîtaît des reatîons strîctement professîonnees. A peîne înstaé à bord, Sakîs appea son frère Theo. I paraît grec et Brîanna ne comprenaît rîen, maîs cette angue înconnue et méodîeuse a fascînaît. En se rendant compte tout à coup qu’ee e ixaît avec însîstance, ee baîssa es yeux en rougîssant et auma sa tabette. I n’étaît pas questîon de donner prîse à a moîndre émotîon. Ee avaît trop souffert. L’enfer qu’ee avaît vécu avec sa mère devaît a dîssuader de renouer des îens avec un être humaîn. Et e tatouage qu’ee avaît sur ’épaue ’empêcheraît d’oubîer a eçon du passé.
S’appuyant contre e dossîer de son sîège, Sakîs observa son assîstante à a dérobée. Is étaîent partîs depuîs quatre heures et depuîs quatre heures, înassabement, es doîgts de Brîanna pîanotaîent sur es touches du cavîer. Ses cheveux d’un bond très caîr, ramassés en un chîgnon strîct, toujours împeccabe, dégageaîent un cou gracîe et des oreîes où brîaîent deux peres dîscrètes.
16
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin