Une merveilleuse équipe - Rencontre à Thunder Canyon (Harlequin Blanche)

De
Publié par

Une merveilleuse équipe, Fiona Lowe

Quand Linton Gregori lui propose de travailler avec lui aux urgences de l'hôpital de Warragurra, Emily refuse tout net. Certes, il manque de personnel, mais pour quelle raison abandonnerait-elle son travail d'infirmière aux secours aériens qui lui plaît tant? Qui plus est pour travailler avec un homme dont elle est désespérément amoureuse en secret ? Pour elle, ce serait la catastrophe de devoir le côtoyer tous les jours ! C'est alors que Linton lui avoue que son patron a déjà accepté de la lui «prêter» pendant un an...

Rencontre à Thunder Canyon, Stella Bagwell

Est-ce son jour de chance ? se demande le Dr Marshall Cates en revenant d'une randonnée en montagne, lorsqu'il aperçoit en contrebas la mince silhouette d'une promeneuse solitaire. Car il s'agit sans aucun doute de Mia Smith, la séduisante héritière qui vient d'arriver à Thunder Canyon et dont tout le monde parle. Intrigué, il se réjouit de cette rencontre inopinée. Et l'attitude froide et hautaine que la jeune femme lui oppose attise encore son envie de percer son mystère.

Publié le : vendredi 15 août 2008
Lecture(s) : 39
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782280269360
Nombre de pages : 320
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
1.

Jason, l’étudiant en médecine, eut un haut-le-cœur.

— Dehors ! marmonna Linton Gregory, médecin urgentiste à l’hôpital de Warragurra, sans cesser de s’occuper d’un blessé qui venait d’arriver avec une profonde entaille au cuir chevelu. Allez respirer un bon coup !

La dernière chose qu’il lui fallait était un étudiant qui ne tenait pas le choc !

Mais où étaient-ils, tous ?

— Karen ! hurla-t-il.

Il mit une compresse sur l’entaille, puis prit la main de son patient pour la lui poser sur la tête.

— Johnno, gardez votre main ici. Appuyez fort.

— D’accord, doc, je sais ce qu’il faut faire, répondit Johnno avec une grimace.

Linton lui braqua sa lampe dans les yeux pour examiner les pupilles. Les disques noirs se contractèrent, puis s’élargirent lorsque le rayon de lumière s’éloigna.

— Tout a l’air d’aller. Vous êtes tombé dans les pommes ?

— Je ne me rappelle pas.

Linton soupira.

— C’est le quatrième samedi en deux mois que vous vous retrouvez ici. Il est temps d’arrêter le rugby !

— On dirait ma femme qui parle, doc.

Il lui jeta un regard compréhensif tandis qu’une familière vague de soulagement le submergeait à l’idée qu’il était de nouveau célibataire. Un statut qu’il entendait bien conserver.

— Eh bien, cette fois, je suis d’accord avec Donna. Votre cuir chevelu commence à ressembler à un patchwork. Il va vous falloir des points, ajouta-t-il en soulevant la compresse avec précaution.

— Oui ? dit Karen en passant la tête à la porte.

— Karen, enfin ! Johnno s’est encore ouvert le crâne. En brillante infirmière que vous êtes, pouvez-vous me trouver un kit de suture ?

— J’aimerais bien, Linton, mais le service d’ambulance vient d’appeler pour nous prévenir qu’ils amènent un type avec un bras écrasé. J’ai préparé la salle de réa et je cours après le personnel. C’est samedi…

Réprimant un juron, il regarda Johnno.

— Il ne me reste plus qu’à appeler Donna, pour qu’elle reste avec vous pour l’instant…

Trois semaines plus tôt, son service était une machinerie bien huilée. Mais sa surveillante avait pris un congé pour une adoption inattendue, et son assistante était en voyage de noces avec son chef de clinique. Décidément, le mariage était néfaste, même quand lui-même n’était pas concerné.

— Appelez la maternité, et demandez une infirmière pour nous aider, dit-il en ôtant ses gants. Et nous allons voir si Jason et Patti, les étudiants, sont bons à quelque chose.

Comme il entrait dans la salle de réanimation, le hurlement d’une sirène qui approchait déchira la paisible langueur de cet après-midi d’hiver à Warragurra.

En allumant les monitors, il savoura un instant le calme qui régnait dans la pièce. Dans trente secondes, ce serait le chaos.

Dans un service d’urgence, on ne savait jamais quand les patients allaient arriver. Ce n’était pas pour lui déplaire mais, aujourd’hui, il n’avait pas son équipe habituelle, et ce groupe formé à la va-vite l’inquiétait.

Andrew, le secouriste, entra, précédant le brancard.

— Bonjour, Linton. Le chirurgien orthopédiste est prévenu ?

— J’ai déjà appelé Jeremy Fallon. Est-ce que le blessé est quelqu’un qu’on connaît ?

Une petite femme, aux cheveux teints en rose vif, apparut.

— On pourrait commencer, pendant qu’on discute ? Il a 7 de tension, et il faut le transfuser.

— Emily ? Qu’est-ce que vous faites là ?

C’était une agréable surprise. En un an, il avait passé deux fois quinze jours avec les secours aériens basés à Warragurra, pour maintenir les liens entre l’hôpital et leur organisation, et Emily avait été son infirmière de vol.

— Je sais, vous avez l’habitude de me voir dans un avion, mais aujourd’hui, c’était mon jour de repos.

— Une chance qu’elle ait été dans le secteur, intervint Andrew. Ben McCreedy a eu le bras écrasé par un camion. On lui a donné un analgésique sur place, alors il est groggy, mais conscient.

La gorge sèche, Linton écouta le cœur avec son stéthoscope. A vingt et un ans, Ben McCreedy était le héros des Roosters, le club de rugby local.

Il était pâle et calme sur le brancard, le bas du corps recouvert d’une couverture. Son bras droit, entouré d’un garrot serré près de l’épaule, formait un angle bizarre.

— Il fait de la tachycardie. On sait la quantité de sang qu’il a perdue ? demanda Linton, essayant de ne pas laisser paraître son émotion.

— Beaucoup, murmura Emily en aidant Andrew à installer le blessé sur le chariot.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.