Une passion scandaleuse - Un séducteur pris au piège (Harlequin Passions)

De
Publié par

Une passion scandaleuse, Victoria Pade

Lorsqu'elle apprend qu'elle va devoir se rendre en personne à Northbridge pour y mettre en vente la maison de ses parents, Chloe sent la panique l'envahir. Nul doute, en effet, que dans cette jolie petite ville de province, personne n'aura oublié le terrible scandale qui l'avait contrainte à fuir quelques années plus tôt. Mais ce qui l'inquiète le plus, c'est qu'elle risque d'y croiser Reid Walker. Le beau, le fascinant Reid, qu'elle s'est pourtant juré de ne jamais revoir...

Un séducteur pris au piège, Jessica Bird

Depuis qu'elle a rencontré Sean O'Banyon, Lizzie se sent revivre. Jamais un homme ne s'est montré aussi tendre et attentionné avec elle, et jamais elle n'a éprouvé un tel désir, une telle passion. Alors, même si elle ne peut s'empêcher de se demander ce qu'un homme aussi beau et aussi sexy peut bien attendre d'elle, elle ne tarde pas à s'abandonner à ses impérieuses caresses. Elle est loin de se douter que celui qu'elle prend pour le prince charmant lui cache en réalité bien des secrets.

Publié le : mercredi 1 juillet 2009
Lecture(s) : 17
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782280274333
Nombre de pages : 480
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
- 1 -

— Je vais recevoir un dernier patient, et ce sera tout pour aujourd’hui, déclara le Dr Reid Walker à l’infirmière du service des urgences. A minuit, je suis en vacances pour toute une semaine. Qu’avons-nous encore ?

— Une seule patiente, docteur. Deuxième semaine d’octobre, première tempête de neige de la saison, c’est un cas classique. Sa voiture a dérapé sur une route glissante et elle a percuté un poteau téléphonique. Elle jure qu’elle va bien. Son airbag s’est déployé au moment du choc. La police de la route nous l’a amenée par mesure de prudence. Elle s’appelle Chloe Carmichael.

Reid se figea.

— Quel nom avez-vous dit ?

— Chloe Carmichael, répéta l’infirmière. Avec un peu de chance, vous l’examinerez rapidement et nous pourrons rentrer chez nous. L’équipe de garde devrait arriver d’une minute à l’autre, elle prendra la relève, ajouta-t-elle en s’éloignant.

Reid resta planté là, devant le comptoir de ce qu’ils appelaient « l’aquarium », le petit espace réservé au personnel soignant pour bavarder, consulter les dossiers des patients ou s’occuper des tâches administratives.

Le service des urgences du seul établissement hospitalier de la petite ville de Northbridge, dans l’Etat du Montana, comptait quatre box disposés en étoile autour de l’aquarium. Deux d’entre eux étaient inoccupés. Dans le troisième, qu’il venait de quitter, une adolescente récupérait d’une mauvaise grippe. Et dans le quatrième se trouvait donc…

Chloe Carmichael.

Il était presque minuit, on était dimanche soir. Drôle de façon de terminer la semaine et de commencer ses vacances, songea Reid en fixant le box numéro 4 comme s’il s’agissait de l’entrée de l’enfer.

La lumière était allumée. Le rideau devant le lit n’était que partiellement tiré et, par l’interstice, il entrevoyait sa patiente. Elle était assise dans le lit, vêtue d’une chemise d’hôpital, et l’accident dont elle venait d’être victime ne semblait avoir laissé aucune trace sur elle. Elle était encore plus belle que la dernière fois qu’il l’avait vue…

Quatorze années auparavant.

Elle avait dix-sept ans.

Lui dix-huit.

Et… il lui semblait que c’était hier.

Chloe Carmichael…

Les Carmichael s’étaient installés à Northbridge, dans la même rue que sa famille quand il était encore à l’école primaire. Puis ils avaient brusquement déménagé et quitté la ville après le scandale. Depuis, leur maison était occupée par des locataires. Quelques mois plus tôt, Chloe en avait hérité, et elle l’avait aussitôt mise en vente. Songeant qu’une propriété à louer dans une ville universitaire serait un bon investissement, Reid et son frère Luke avaient fait une offre, et ils étaient sur le point de signer l’acte de vente.

La transaction avait été confiée à une agence immobilière locale. A l’évidence, Chloe n’avait aucun désir de revenir sur les lieux de son enfance et de son adolescence. Alors que diable faisait-elle à Northbridge ?

— Vous n’êtes pas encore allé examiner votre patiente, docteur ?

La voix de l’infirmière le fit sursauter. Sans se donner la peine de s’expliquer, il signa distraitement le dossier médical qu’elle lui tendait et elle s’éloigna, lui jetant un regard désapprobateur.

Resté seul, Reid fixa de nouveau le box où il était censé entrer.

Où l’attendait Chloe Carmichael.

Elle avait toujours ces mêmes cheveux de jais qui l’avaient toujours fasciné et qui lui descendaient jusqu’au creux des reins. D’après ce qu’il pouvait voir, ils étaient plus courts, aujourd’hui, juste à hauteur d’épaules. Sa peau avait toujours la perfection de la porcelaine la plus fine, son petit nez droit était toujours aussi ravissant que dans son souvenir. Et aussi les plus adorables lèvres d’un rose de corail, les yeux du bleu le plus profond…

Ces quatorze années ne l’avaient pas du tout vieillie ; elles n’avaient fait que rendre sa beauté plus éclatante encore.

Quelque chose se serra dans sa poitrine.

Et une scène resurgit à sa mémoire. L’une de leurs dernières rencontres…

Cela s’était passé un soir, au début de l’été, dans le jardin de la maison des Carmichael, cette maison que son frère et lui étaient sur le point d’acheter. La maison dont il avait été banni avec force injures.

Il s’en souvenait comme si c’était hier. Il revoyait le petit visage bouleversé de Chloe tout près du sien, il retrouvait la douceur de ses lèvres sous les siennes, le goût salé des larmes qui ruisselaient sur ses joues.

— Je me fiche bien de ce qu’ils diront tous, lui avait-il murmuré, ce soir-là. Ce n’est pas la fin de notre histoire. Cela ne fait que commencer, je te le promets.

De grands serments, de grandes phrases.

Pour rien.

Hormis la souffrance.

L’infirmière réapparut et lui jeta un coup d’œil perplexe avant de s’installer pour remplir quelques papiers.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.