Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Achetez pour : 5,49 €

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Vous aimerez aussi

suivant
CAT SCHIELD Une proposition si troublante STACY CONNELLY Tendre tentation
CAT SCHIELD
Une proposition si troublante
Collection :PASSIONS
Titre original :A TRICKY PROPOSITION
Traduction française deTANIA CAPRON
® HARLEQUIN est une marque déposée par le Groupe Harlequin ® PASSIONS est une marque déposée par Harlequin S.A.
Photo de couverture Femme :© RALF NAU/GETTY IMAGES/ROYALTY FREE Réalisation graphique couverture :L. SLAWIG (Harlequin SA)
Si vous achetez ce livre privé de tout ou partie de sa couverture, nous vous signalons qu’il est en vente irrégulière. Il est considéré comme « invendu » et l’éditeur comme l’auteur n’ont reçu aucun paiement pour ce livre « détérioré ».
Toute représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon sanctionnée par les articles 425 et suivants du Code pénal.
© 2013, Catherine Schield. © 2014, Harlequin S.A. 83-85, boulevard Vincent-Auriol, 75646 PARIS CEDEX 13. Service Lectrices — Tél. : 01 45 82 47 47
ISBN9782280312707— ISSN 1950-2761
- 1 -
Nî e doux chuchotement de a fontaîne voîsîne, nî e vert apaîsant des pantes quî ombrageaîent a terrasse du restaurant ne parvenaîent à camer a nervosîté de Mîng Campbe. Ee sîrotaît un thé gacé, et à chaque gorgée e sentîment qu’ee étaît sur e poînt de faîre une énorme bêtîse grandîssaît. Sous a tabe, a mînuscue chîenne yorkshîre reeva e menton qu’ee avaît jusque-à posé sur es orteîs de sa maïtresse, et se tortîa en sîgne de bîenvenue. A défaut d’un chîen de garde, Mufin étaît une sonnette d’aarme extrêmement eficace. L’estomac noué, Mîng eva es yeux. Un grand gaîard en pantaon de toîe, T-shîrt à co poo et baskets se dîrîgeaît vers ee. Une barbe de troîs jours adoucîssaît ses pommettes dessînées et sa mâchoîre carrée. L’effet d’ensembe étaît sexy, sans aucun doute. — Désoé pour mon retard. Jason Sterîng posa une maîn égère sur ’épaue de Mîng, quî eut aussîtôt a chaîr de poue. Ee se rabroua întérîeurement pour ses réactîons încontrôabes tandîs que Jason se couaît soupement sur a chaîse quî uî faîsaît face. Depuîs qu’ee avaît rompu avec e frère de Jason, Evan, sîx moîs pus tôt, ee s’étaît aperçue qu’ee réagîssaît peu à peu pus vîvement à chacun de eurs contacts. Ses petîtes tapes amîcaes sur e bras. Son épaue contre a sîenne quand îs étaîent assîs côte à côte. Les étreîntes fraternees qu’î uî prodîguaît avec une désînvoture quî
8
Une proposition si troublante
uî mettaît es nerfs à vîf. Maîs comment uî dîre de cesser ? I uî auraît demandé pourquoî et, ça, î étaît absoument împossîbe de e uî expîquer. Ee supportaît donc en sîence, espérant que ces sensatîons dîsparaïtraîent, ou tout au moîns s’apaîseraîent. Mufin posa es pattes avant sur es genoux de Jason, ses petîts yeux vîfs pongés dans es sîens, et it entendre un aboîement suppîant. Jason attrapa a chîenne et ’éeva jusqu’à son vîsage, de façon à ce qu’ee puîsse uî donner un petît coup de angue sur e menton. I a reposa ensuîte sur ses genoux, où ee se bottît avec un soupîr de contentement. Après quoî î appea a serveuse pour passer commande. — Pourquoî est-ce que tu n’as pas commencé sans moî ? Parce qu’ee étaît trop nerveuse pour pouvoîr avaer quoî que ce soît. — Tu avaîs dît que tu n’auraîs qu’un quart d’heure de retard… Jason étaît e type parfaît du céîbataîre épanouî. Egocentrîque, passîonné de course automobîe, toujours prêt à se ancer dans une nouvee aventure, qu’î s’agîsse d’une compétîtîon ou de a conquête d’une ie excîtante. C’étaît e meîeur amî de Mîng, depuîs ’écoe prîmaîre, et ee ’adoraît, même sî parfoîs î étaît parfaîtement exaspérant. — Je suîs désoé… On est tombés dans es embouteî-ages en arrîvant à Houston. — Je croyaîs que vous devîez rentrer hîer ? — C’est ce quî étaît prévu, maîs on est sortîs boîre un coup avec es gars après a course, et en faît, on a un peu trop fêté a vîctoîre… Aucun de nous n’étaît en état de prendre e voant pour faîre cînq heures de route. Avec un sourîre canaîe, î étendît ses ongues jambes devant uî et prît appuî sur e pîed de a chaîse de Mîng.
Une proposition si troublante
9
— Comment Max prend-î e faît que tu e devances d’aussî oîn aux poînts ? Les deux amîs concouraîent ensembe dans des courses homooguées par a fédératîon natîonae depuîs ’âge de seîze ans, et chaque année îs étaîent en compétîtîon pour savoîr quî comptabîîseraît e pus de poînts. — Bah, depuîs qu’î est iancé, je croîs qu’î s’en iche. Ee n’avaît jamaîs vu Jason aussî contrarîé depuîs a foîs où son père uî avaît annoncé qu’î aaît se remarîer avec une femme de vîngt ans pus jeune que uî. — Pauvre chaton ! Ton meîeur copaîn grandît et î faît sa vîe, en te aîssant tout seu derrîère… Ee appuya son coude sur a tabe et posa son menton dessus. Ee écoutaît es jérémîades de Jason à propos de a métamorphose de son amî depuîs e jour où ceuî-cî avaît rencontré a femme de sa vîe. Et î se pencha soudaîn vers ee en uî ançant un regard de braîse. — Peut-être que je devraîs essayer de comprendre pourquoî on faît tant d’hîstoîres à propos du marîage ? — Je croyaîs que tu avaîs décîdé de ne jamaîs te marîer ? Une brusque bouffée d’angoîsse uî coupa e soufle. S’î tombaît un jour amoureux de quequ’un, eur amîtîé seraît à jamaîs boueversée, ee e savaît. Et ee ne seraît pus jamaîs vraîment sa meîeure amîe au fémînîn… — Pas de danger. I eut un petît sourîre en coîn. Ee recommença à respîrer et se concentra sur a saade grecque que a serveuse venaît de poser devant ee. Quand îs étaîent au ycée, ee étaît tombée un peu amoureuse de Jason. Maîs î ne partageaît pas ses sentîments, et hormîs un bref épîsode à a in de ’année — et î uî avaît bîen faît comprendre que cea avaît été une erreur —, î ne uî avaît jamaîs donné e moîndre espoîr qu’îs puîssent être autre chose que des amîs. Quand î étaît partî pour a fac, nî e temps nî ’éoîgne-
10
Une proposition si troublante
ment n’avaîent émoussé ses sentîments pour uî, maîs cea uî avaît permîs de prendre du recu. Même sî, par mîrace, Jason tombaît éperdument amoureux d’ee, jamaîs î ne passeraît à ’acte : î ne cessaît de uî répéter combîen son amîtîé étaît împortante pour uî et qu’î ne feraît jamaîs rîen quî puîsse a mettre en pérî. — Bon aors, qu’est-ce quî se passe ? demanda-t-î en uî ançant un regard par-dessus son hamburger. Tu as dît que tu vouaîs parer de queque chose d’împortant. Ouî, maîs es trente mînutes qu’ee avaît passées à ’attendre ’avaîent amenée au bord de a panîque. Jamaîs ee ne uî avaît caché quoî que ce soît de sa vîe. Enin, presque. Quand ee étaît avec son frère, î y avaît un certaîn nombre de sujets dont îs ne paraîent pas, e prîn-cîpa étant sa reatîon avec Evan. Devoîr taîre un éément aussî împortant de sa vîe uî avaît donné ’împressîon d’être prîvée d’un bout d’ee-même, maîs ee avaît apprîs à s’en accommoder et, à présent, î uî étaît pus dîficîe qu’ee ne ’auraît cru de s’ouvrîr à uî. — Je vaîs avoîr un bébé. Ee cessa de respîrer et attendît sa réactîon. Le vo d’une frîte s’arrêta net entre ’assîette de Jason et sa bouche. — Tu es enceînte ? Ee secoua a tête. Maîntenant que e sujet étaît ancé, ee sentît qu’ee se détendaît un peu. — Pas encore. — Aors quoî ? — J’espère ’être bîentôt — Maîs comment ? Tu n’as personne en ce moment ! — Je me suîs adressée à une banque de sperme. — Et quî sera e père ? Ee baîssa es yeux et panta sa fourchette dans une oîve de Kaamata. — J’hésîte entre troîs donneurs. Un avocat spécîaîste
Une proposition si troublante
11
en droît des affaîres, un bodybuîder quî faît e cham-pîonnat de Hawaîî tous es ans et un photographe reporter anîmaîer. Le cerveau, e corps et ’âme. Je n’aî pas encore faît mon choîx. — Apparemment, ça faît un bon moment que tu y réléchîs, cea dît. Comment se faît-î que tu ne m’en aîes jamaîs paré ? Jason repoussa son assîette, abandonnant son hamburger à demî entamé. Jadîs, ee pouvaît parer de tout avec uî, maîs a îaîson qu’ee avaît eue avec son frère avaît changé es choses. Pourtant, cea n’auraît pas dû. Is étaîent amîs avec Jason, et î n’avaît jamaîs été questîon d’autre chose entre eux. — Tu saîs pourquoî nous nous sommes séparés, Evan et moî. Avoîr des enfants est essentîe pour moî. C’est pour ça que j’aî prîs cette décîsîon. Qu’Evan ne partage pas son goût pour a famîe ’avaît un peu troubée au début, maîs ee avaît pensé que cea évoueraît. Son métîer, orthodontîste, ee ’avaît choîsî parce qu’ee adoraît es enfants. L’optîmîsme avec eque îs regardaîent e monde uî faîsaît du bîen, et ee eur donnaît des dents parfaîtes pour es voîr sourîre. — En as-tu paré à tes parents ? — Pas encore, dît-ee, embarrassée. — Parce que tu saîs que ta mère ne va pas très bîen réagîr quand ee va apprendre que tu attends un enfant sans être marîée… — Ça ne va pas uî paîre, c’est vraî, maîs ee saît à que poînt je veux fonder une famîe, et ee a inî par accepter ’îdée que je ne me marîeraî pas. — Tu n’en saîs rîen. Laîsse-toî un peu de temps pour surmonter ta rupture avec Evan. I y a quequ’un pour toî, queque part, c’est certaîn. Pas vraîment, puîsque e seu homme avec eque ee
12
Une proposition si troublante
pouvaît envîsager de vîvre étaît détermîné à ne jamaîs se marîer. La frustratîon ’envahît. — Et combîen de temps devraî-je encore attendre ? Encore sîx moîs ? Un an ? Je vaîs avoîr trente-deux ans dans deux moîs, je ne vaîs pas peser îndéinîment e pour et e contre et me préoccuper de ce que va penser ma maman, aors que je saîs vraîment ce que je désîre par-dessus tout. Ee redressa e menton d’un aîr de déi. — Je vaîs faîre ce que j’aî décîdé, Jason. — C’est ce que je voîs. I a consîdéraît de ses grands yeux beu gacîer. Le beu de sa Sheby Cobra à ee, une décapotabe, modèe 1966. I ’avaît aîdée à convaîncre ses parents de a uî offrîr pour son dîx-septîème annîversaîre et avaît passé ’été à a remettre en état avec ee. Ee chérîssaît e souvenîr de ces journées, et chaque foîs qu’ee conduîsaît a Cobra, ee se sentaît îndéfectîbement îée à Jason. Le jour où ee avaît commencé à fréquenter Evan, ee avaît remîsé a voîture au garage et ne ’avaît pus jamaîs ressortîe depuîs. — J’aîmeraîs vraîment que tu m’épaues dans cette affaîre. — Je suîs ton meîeur amî, rappea-t-î, e regard assombrî, qu’est-ce que je peux faîre d’autre ? Ee voyaît bîen qu’î étaît en traîn de dîgérer a nouvee, et se demandaît sî ee ne faîsaît pas une erreur. Pourtant, î ’assuraît de son soutîen. Ee se détendît et prît soudaîn conscîence de ’înquîétude qu’ee avaît eue de sa réactîon. — Est-ce que tu as inî de manger ? demanda-t-ee après queques înstants de sîence. Je devraîs déjà être à a cînîque, j’aî un patîent quî arrîve dans un quart d’heure. Jason n’avaît pas termîné son pat, maîs î sembaît n’en avoîr aucune envîe. I attrapa au vo ’addîtîon avant que a serveuse aît eu e temps de a poser sur a tabe et sortît son portefeuîe. Mîng eva a maîn avec autorîté.
Une proposition si troublante
13
— C’est moî quî t’aî appeé pour déjeuner, pas questîon que tu payes. — C’est e moîns que je puîsse faîre, après un te retard. De toute façon, vu ce que tu manges, tu es une convîve très économîque. — Dans ce cas, mercî. Pendant que Jason coînçaît un bîet sous a saîère, ee se eva et appea Mufin. Maîs e yorkshîre refusa de quîtter son poste. Vexée, ee uî it es gros yeux, n’étant pas d’humeur à aer déoger e petît anîma des cuîsses de son amî. Son pous s’accééra soudaîn à ’îdée de devoîr aventurer ses maîns près des jambes muscées de Jason. En soupîrant, ee se dîrîgea vers a porte battante quî menaît au parkîng et î a rejoîgnît, a chîenne bottîe dans es bras. — Où est ta voîture ? demanda-t-î. — Je suîs à pîed, c’est à deux rues d’îcî… En venant, ee avaît pensé que a promenade jusqu’au restaurant seraît agréabe, dans a douceur de cette in septembre, maîs a perspectîve de a dîscussîon avec Jason n’avaît cessé de a tourmenter. — Vîens, je te dépose, dît-î en a prenant par a maîn. Ee sentît de ’éectrîcîté pétîer sous sa peau tandîs que e parfum fraîs de ’eau de toîette de Jason ’enveoppaît, faîsant jaîîr en ee un désîr împérîeux. Ee sentaît son grand corps contre sa hanche, et dans des moments comme ceuî-cî, ee auraît été prête à appeer sa secrétaîre pour faîre annuer tous ses rendez-vous et à entraïner Jason chez ee pour assouvîr ’envîe de uî quî ’enlammaît. Bîen sûr, jamaîs ee ne feraît une chose pareîe. Ee trouveraît un moyen de camer a ouve quî avaît prîs possessîon d’ee. Depuîs qu’îs étaîent enfants, ee étaît a personne raîsonnabe. Cee quî travaîaît avec achar-nement, faîsaît des pans pour ’avenîr, organîsaît ses journées à a mînute près. Jason, uî, agîssaît seon ses