Unlimited (version française)

De
Publié par

" Alicia, viens passer une semaine avec moi. Pas de règles, aucune limite, juste nous deux. Je te ferai oublier cet homme, et toi, tu me sauveras de moi-même. "
Alicia Wright, 20 ans, a tout pour elle : une éducation dans les meilleures écoles, un job brillant, et elle est jolie comme un cœur. Il ne manque qu'une chose à son bonheur : elle est persuadée que Hunter, dont elle est très amoureuse depuis toujours, la choisira quand il décidera de se ranger... sauf qu'aujourd'hui Hunter a choisi d'épouser Brit !
Alicia prend brutalement conscience qu'elle vivait dans ses rêves. Désespérée et incapable de tourner la page, elle noie son chagrin dans le travail. Un soir, elle croise le chemin d'un inconnu terriblement sexy qui l'embrasse sauvagement et fait vaciller ses certitudes. Elle n'a pas reconnu Dex Callahan, une jeune star du rock au succès foudroyant, hanté par ses démons, qui refuse depuis quelques années de remonter sur scène. Le bad boy lui fait alors une proposition surprenante : passer une semaine à Beachwood Bay avec lui, loin de tout, sans règles ni limites. Une semaine pour se reconstruire et se laisser une chance...


Dans un style direct et sincère, Uncensored entraîne le lecteur dans une histoire d'amour incandescente et érotique, où nos grands adolescents abîmés par la vie vont trouver leur rédemption.



Publié le : jeudi 26 mai 2016
Lecture(s) : 2
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782810417933
Nombre de pages : 243
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
MELODY GRACE
UNLIMITED
Traduit de l’anglais
par Camille S.
1
2
Quelques mois plus tôt...
CHAPITRE1
Dex
Je fais les cent pas dans la contre-allée, une cigarette éteinte entre
les doigts. J’ai dû arrêter de fumer une bonnecinquantaine de
fois pour toujours y revenir, en fin de compte.
Les vieilles manies ont la vie dure.
J’inspire,expire, il faut que je me calme. C’est juste une fête en
petit comité, deux centspersonnes grand maximum. J’ai rempli
des stades entiers à une époque, joué devant des milliers de fans
surexcités sans le moindre trac. Merde, j’ai même chanté aux
Grammy complètement soûl. Mon seul souvenir de cette soirée,
ce sont ces trois danseuses blondes que j’ai ramenées à l’hôtel
pour finir la nuit en beauté, après le concert.
3
Alors ça, c’est un détail.
Sauf que je ne me suis pas produit devant un public depuis ce
fameux soir, à Londres, il y a un peu plus d’un an. Une nuit que
je préfèrerais rayer de ma mémoire, mais qui ne cesse de me
hanter jour après jour, nuit après nuit. Après ça, je me suis fait
une promesse :la musique et moi, terminé. Le label m’a imploré,
menacé de procès. J’avais un contrat, je n’avais pas le droit de
me barrer au beau milieu d’une tournée mondiale alors que toutes
les salles affichaient complet. Rienà foutre. Ni une ni deux, j’ai
plaqué le groupe et je me suis tiré. J’ai quitté L.A., acheté une
baraque sur une plage paumée, loin des clubs et des paparazzi,
j’ai éteint mon téléphone, pour la première fois depuis le début
de cette folie. Bien décidé à commencer une nouvelle vie, en
retrait de toute cette hystérie qui était devenu mon quotidien dans
ce putain de monde.
Jusqu’à ce que le manque vienne me travailler. Mon opium, ma
drogue à moi.
La musique.
4
La fièvre de la scène. Le pouvoir des projecteurs.Il n’y a pas
mieux comme came, je suis bien placé pour le savoir. J’ai passé
toute l’année à essayer désespérément de la remplacer, sans
succès.
Les vieilles manies ont la vie dure.
Je la sentais, l’envie qui revenait, me démangeait.Ça n’a pas
échappé à mon ancien manager. Il appelait de plus en plus
souvent, à n’importe quelle heure, pour me proposer de nouvelles
scènes, une tournée, un album chez un producteur indépendant.
Si je n’avais pas envie d’un grand label, alors on ferait autrement
cette fois-ci. À ma façon, selon mes règles.
Il ne comprend pas la véritable raison qui me retient de renouer
avec cette vie-là.
La porte de derrière du restaurant s’ouvre. Un type passe la
tête.Garrett, c’est son nom. Le barman de cebistrot de
Beachwood.
Dex ! Hé, m’interpelle Garrett. On est prêt dans dix
minutes,d’accord?
OK, super, je réponds, stressé.
5
Il hésite.
Tu sais, j’apprécieton geste, vraiment.
Pas de souci, je marmonne avec un haussement d’épaules. Je
te dois bien ça, mec.
Garrett hoche la tête. «Bien. C’est quand tu veux…»
La porte se referme. Je balance ma cigarette éteinte, l’écrase
d’un coup de talon. Je ne vais pas me défiler maintenant. J’ai
accepté de jouer pour l’ouverture de ce resto, histoire de me faire
pardonner pour les avoir plantés, au printemps.
T’en meurs d’envie, non? De sentir les projecteurs sur toi.
Alors il est où le problème ?
Le problème, je le sais, c’estqu'un seul concert ne me suffira
pas. Toute ma vie n’a été qu’une succession d’excès en tout
genre. Trop d’alcool, trop de filles, trop de putain de regrets. J’ai
réussi à m’extraire de ce panier de crabes déjà une fois, mais je
ne suis pas dupe, je suis sur le point de replonger.
C’est tout toi, ça. Un pas en avant, deux en arrière.
La porte s’ouvre à nouveau, m’arrachant à mes pensées. Je lève
les yeux juste à temps pour apercevoir une femme se précipiter
6
dehors, le visage baigné de larmes. Elle ne me voit pas, dans
l’ombre, et je la regarde s’appuyer au mur, à faire de son mieux
pour se ressaisir.
Elle est trop joliepour pleurer, ça c’est sûr. Cheveux roux
coiffés en un petit chignon, trop strict ; une robe noire toute
simple qui lui descend un peu trop bas sur les jambes, un
décolleté un peu trop sage à mon goût. N’empêche, il y a quelque
chose d’innocent dans son expression qui me touche, un
désespoir dans le regard, un sentiment vrai, le plus authentique
que j’aie pu voir depuis bien des années.
J’ai besoin de me changer les idées, et le destin vient me servir
cette nana sur un plateau.
Je sors de l’ombre. «Tu m’as l’air d’avoir besoin d’une
clope », dis-je, avec une voix cool.
Elle sursaute. «Tu m’as fait peur! »,s’exclame-t-elle en se
dépêchant d’essuyer ses larmes. Elle me dévisage et j’attends cet
éclair dans ses yeux, le moment où les pièces du puzzle se
mettent en place, le moment où elle va me reconnaître. Alors,
comme toutes les autres nanas, elle me sourira, sourire racoleur,
7
prête à passer une nuit avec la célèbre rock star puis, au petit
matin, elle racontera tout à ses copineset aux tabloïds.
Mais son expression reste la même, éteinte. Elle secoue la tête,
une mèche de cheveux glisse sur sa joue.
Non merci, chuchote-t-elle, polie. Je ne fume pas.
 Moi non plus, dis-je avec un sourire de travers. On le sait
bien, ce genre de trucs vous tue à petit feu.
Elle fronce les sourcils, perplexe. « Dans ce cas, pourquoi le
faire ? »
 Pourquoi ? je réplique,faisons-nous ce qui nous fait du mal
me prenant au jeu. Peut-être parce que, quelque part, on ne peut
pas s’empêcher de sentir ce que ça fait, de vivre dangereusement.
 Parle pour toi, soupire-t-elle. Moi, j'aime me sentir en
sécurité. Ce qui est prévisible. Pas compliqué.
Que je sois maudit si ces paroles ne ressemblent pas à une
invitation. Je m’approche d’elle.
Dommage, je murmure en écartant une mèche sur sa joue. Je
parie que le danger te va très bien...
8
Face à l'audace de mon geste, elle reste bouche bée. On se fixe
un moment, puis je vois les émotions qui se bousculent sur son
visage, un vrai livre ouvert. La surprise, le trouble, les joues qui
s’empourprent,révélant son désir. Elle respire un peu plus fort,
sa poitrine s'immobilise derrière le carcan de soie noire, et, oui,
en un éclair, j’ai envie d’elle. D’embrasser ces lèvres roses,
parfaites, qui semblent ne demander que ça.
chuchote-t-elle, mais elle ne bouge pas. Ses Que fais-tu ?
yeux restent rivés aux miens. Des yeux mordorés, pailletés de
noisette. Je sens la chaleur de son souffle. Mon pouce s’égare sur
ses lèvres, douces et pulpeuses.
A ton avis ? je la provoque, amusé par sa naïveté. Elle a une
vingtaine d’années,elle est adulte, mais à sa façon de me
regarder, comme un lapin pris dans les phares d’une bagnole, je
comprends qu’elle n’a pas l’habitude d’être abordéeainsi. Après
des années de groupies désabusées prêtes à tirer un coup avec la
moitié de mes équipes uniquement pour avoir accès aux
coulisses, c’est rafraîchissant,nouveau pour moi, au point que ça
m’excite plus encore.
9
Je… Je ne te connais pas… Elle me dévisage, cligne des
yeux, et je peux voir les rouages de son cerveau qui tournent à
toute vitesse pour tenter de donner un peu de sens à tout ça.
C’est quanddernière fois que tu as fait quelque chose de la
complètement fou ? je lui demande, sans détacher mes yeux des
siens. Je fais descendre ma main sur sa gorge et la sens tressaillir
à mon contact.
Une ombre passe sur son visage. « Je ne fais jamais rien de
fou » chuchote-t-elle.
Ça, on verra. Déjà, je le sais, une fille comme elle, c'est de la
dynamite au lit. Innocence et sensualité, un cocktail détonnant.
Toutes ces choses que je pourrais lui apprendre... Les
gémissements qui s'échapperaient de cette bouche de rêve...
 Tu devrais essayer, je réponds, provocateur, en effleurant sa
peau, le long de son décolleté. Je ne le répéterai à personne,
promis.
L'espace d'une poignée de secondes, elle reste immobile, noyée
dans mon regard. Je vois bien le désir qui la tourmente, contre
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant