//img.uscri.be/pth/f25e59c4532663ec070ccd9f832744dd7ea63950
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Urbanishad

De
104 pages
Ces quartiers flambant neuf de barres et de tours, ces "villes nouvelles", tout juste surgis, à la périphérie des grandes agglomérations, de terres naguère agricoles, qui aurait alors songé à les qualifier de "défavorisés", de "difficiles" ? Ecrite à la fin des années 1970, URBANISHAD dépeint avec un humour noir la vie quotidienne des habitants d'une tour dans un de ces "grands ensembles" considérés alors comme à la pointe de l'urbanisme.
Voir plus Voir moins

URBANISHAD

Françoise Coudret

URBANISHAD
Théâtre

L'Harmattan

@ L'Harmattan, 2008 5-7, rue de l'Ecole polytechnique, 75005

Paris

http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan 1@wanadoo.fr

ISBN: 978-2-296-06503-1 EAN : 9782296065031

URBAN/SHAD a reçu le "prix d'écriture théâtrale 2007" aux llèmes Rencontres Méditerranéennes des Jeunes Auteurs de Théâtre de Cannes, organisées les 29 et 30 Septembre 2007 au Théâtre Alexandre III-Théâtre de Cannes par l'association NIA CA, avec le soutien du Conseil Général des Alpes-Maritimes. Le Jury était présidé par Jean Larriaga.

URBANISHAD
Pièce en un prologue et trois actes de Françoise COUDRET

Personnages:

Le Jeune Homme L'ouvrier Spécialisé et sa famille La Jeune Fille (Milia) Ludo La Prostituée (Faby) Le Gardien (Morissot) Le Facteur Les Deux Femmes Les Trois Femmes Le Courtier en Assurances-vie Le Représentant en Aspirateurs Le Démarcheur en Linge de Maison Le Locataire Le Nouveau Gardien L'Huissier Le Commissaire de Police Le Nouveau Facteur La Voix La Voix de Clara Desvilles Les Chômeurs Les Femmes Tous Ceux Qui Partent Au Matin Un Lion Un Eléphant Un Chat

PROLOGUE
Dans la flaque de lumière d'un seul projecteur, Le Jeune Homme, à demi affalé sur un escalier de quelques marches. Le reste de la scène est dans l'obscurité.

Le Jeune Homme - Au matin... L'air «Au matin », extrait de Peer Gynt, de Grieg, commence à s'élever. Le Jeune Homme - Au matin... les hommes partent au , , . . traval 1... M aIs... Q u est-ce que c est que ça. ? ... Machiniste?.. Machiniste!
Le disque déraille lamentablement, et on entend:

Une Voix - Dites tout de suite que vous n'aimez pas Mozart ! Non mais! Dites-le... Ces vociférations s'étranglent en borborygmes qui laissent à supposer quelque violence contre le malheureux qui les proférait. Dans le silence enfin revenu, Le Jeune Homme - Au matin... les hommes partent au travail.
A la faveur de la lumière diffuse qui commence à envahir la scène, on aperçoit des silhouettes traversant rapidement le plateau - en même temps que se révèle le décor: un hall d'immeuble HLM, coupé dans toute sa largeur par l'escalier de quelques marches sur lequel est assis Le Jeune Homme. D'un côté, porte, surmontée d'un panneau « Gardien », et guichet de la loge. De l'autre,

7

un mur tapissé de boîtes à lettres. Au fond, portes des ascenseurs. Diverses autres portes, amorces de couloirs et d'escaliers, d'où s'écoule un flot de plus en plus dense et visible d'hommes, dont Le Jeune Homme commente de loin en loin les apparitions successives.

Le Jeune Homme - Un jeune cadre... agressif... et plein d'avenir!
Passe un homme empêtré dans un grand cadre doré, et qui montre les crocs dans un rictus sanguinaire.

Le Jeune Homme - ... Des cols blancs...
Passent quelques hommes affublés de gigantesques blancs, sortes de maxi-fraises. cols

Le Jeune Homme - Des employés comme on n'en fait plus.. .
Passent, trottinant, deux ou trois personnages en blouse grise, manchettes de lustrine, visière verte sur le front.

Le Jeune Homme - Des ouvriers... Il ne passe personne. Puis apparaît « un jeune cadre» ressemblant comme unfrère au premier. Le Jeune Homme - J'ai dit: des ouvriers! Une Voix, peut-être la même que précédemment - Des ouvriers! ... Et pourquoi pas des agriculteurs, dis! Le Jeune Homme - Des agriculteurs... non. Mais des ouvriers, dans une HLM, il me semble que... 8

La Voix: éclate de rire. Le Jeune Homme se lève. La porte d'un des ascenseurs s'entrouvre, toutefois personne ne paraît. La Voix - Y a comme un os !

Le Jeune Homme - Comment? La Voix - Y a comme un os ! Un os. 0, S. Un O.S., quoi! En effet, la porte de l'ascenseur s'ouvre enfin, et paraissent un Ouvrier Spécialisé, sa femme, et ses enfants, qui, visiblement, filent à l'anglaise. La Voix - Un ouvrier spécialisé. L'Ouvrier Spécialisé Spécialisé dans les déménagements à la cloche de bois, oui L.. Allons, Cathy, allons Jeannot ! Ils sortent. Le Jeune Homme - Alors... il n'y a plus d'ouvriers... Un groupe de Jeunes Hommes et de Jeunes Filles fait irruption.
Les Jeunes Gens - Mais si ! On y va ! On y va ! Tout en se donnant un dernier coup de peigne, attachant leurs blousons, etc., ils courent vers la sortie. L'une des Jeunes Filles, sortie la dernière, revient sur ses pas et se jette dans les bras du Jeune Homme. Ils s'embrassent.

9

Puis la Jeune rapidement.

Fille s'échappe,

à regret, et sort

Le Jeune Homme - Hum... Eh bien... Et Ludo ? Je n'ai pas vu Ludo ? La porte d'un des ascenseurs s'ouvre avec violence, et paraît Ludo. Il brandit vers Le Jeune Homme un bras terminé par un énorme pansement. Ludo - J'ai bien le droit de dormir, oui! Le Jeune Homme oublié.

-

C'est vrai. Excuse-moi. J'avais

Ludo - Oublié! Eh bien à l'avenir tâche de te rappeler !... Je voudrais bien pouvoir me reposer un peu le matin! Remarque... je n'arrive pas à dormir, de toute façon. Mais ce qui m'embête... c'est d'appuyer sur le bouton d'appel. .. avec mon nez! Il brandit son autre bras, terminé par un moignon. Eclatant d'un rire auquel fait écho celui de La Voix, il disparaît par l'ascenseur. Le Jeune Homme reprend sa place sur les marches. Après un silence, Le Jeune Homme - Au matin...
L'air « Au matin », extrait de Peer Gynt, de Grieg s'élève à nouveau. Le Jeune Homme élève la voix pour dominer la musique.

Le Jeune Homme - ... Les hommes partent au travail.

10