Violon dingue

De
Publié par

Quatre hommes dont on ne sait rien se retrouvent les uns à la suite des autres dans un lieu indéterminé où ils vont devoir attendre pour un seul et même rendez-vous. Seulement, ils ont tous en commun de ne pas supporter la vie en commun. Le propos de cette pièce, huis clos absurde où se dévoile le pouvoir des mots, est l'attente de l'autre et la peur qu'on en éprouve. Si l'enfer c'est les autres, on est toujours l'autre de quelqu'un.
Publié le : mardi 1 février 2005
Lecture(s) : 264
EAN13 : 9782336280585
Nombre de pages : 97
Prix de location à la page : 0,0062€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

VIOLON DINGUE

Théâtre des 5 Continents Collection dirigée par Kazem Shahryari et Robert Pouderou
Déjà parus 162 - Marc TAMET, Dans laforêt le ciel est noir, 2004. 161 - Yoland SIMON, Chute libre. Pièce en six tableaux, 2004. 160 - Gérard LEVOYER, Douze femmes pour une scène. Comédie en 8 tableaux, 2004. 159 - Nicky RIVERS, L'Anthropologue, 2004. 158 - Estelle FAYE (avec Benjamin BUR), Le côté bleu du ciel, 2004. 157 - Paule BECQUAERT, Le Jugement Secret, 2004 156 - Thérèse AOUAD BASBOUS, Attends Attends, 2004. 155 - Gilles IKRELEF, U N, 2004. 154 - Kazem SHAHRYARI, Jean BOLGER, Départ et Arrivée, 2004. 153 - Gonzague Phélip, Les murs des cartes, 2004. 152 - Jean-Pierre PELAEZ, Polit'Circus, 2004. 151 - Jean LARRIAGA, La Nacelle, 2004. 150 - Alain-Kamal MARTIAL, Zakia Madi, La Chatouilleuse, 2004. 149 - Laurent CONTAMIN, Dédicace, 2004. 148 - Randal DOUC, Les hommes désertés, 2004. 147 - Alain-Kamal MARTIAL, La rupture de chair, 2004. 146 - Claude DES PRESLES, La dame de Coventry, 2004. 145 - Michel ECOFFARD, Commediante Tragediante, 2004. 144 - François BESSET, Parole gardée, 2004. 143 - Robert POUDEROU , Un pavé dans les nuages, 2004. 142 - Jean-Mac WEBER, Ce que vivent les loups, 2004 141 - Didier MERILHOU, Au seuil de l'éternité, 2004 140 - Marc TAMET, Morceaux de Sucre. Corps et désaccords, 2003 139 - Kang-Baek LEE, Chaos et ordre dans un musée et Bijou etfemme (Tome II), 2003 138 - Kang-Baek LEE, Trois, L'oeuf et le Guetteur (Tome I), 2003 137 - Oscar MANDEL, Le triomphe d'Agamemnon, 2003. 136 - Claude BROUSSOULOUX:, Trilogie sécuritaire. Courtes pièces,2003. 135 - Olivier APERT, A la vie, à la nuit, 2003.

Mohamed BOUNOUARA

VIOLON DINGUE
Théâtre

L'Harmattan 5-7,rue de l' ÉcolePolytechnique 75005 Paris FRANCE

L'Harmattan Hongrie Kossuth L. u. 14-16 1053 Budapest HONGRIE

L'Harmattan ltalia Via Degli Artisti, 15 10124 Torino IT ALlE

cgL'Harmattan, 2005 ISBN: 2-7475-7931-X EAN : 9782747579315

À la mémoire de mon père Qui ne savait pas lire

À Fabienne ma lumière Qui m'a permis d'écrire

Préface
Quitte à passer pour un tourmenté du bocal, je lis la pièce de Mohamed BOUNOUARA comme un commentaire technique de haut vol sur le Théâtre et son paradoxe. Ces virages acrobatiques, hasards malencontreux, obstinations raisonneuses, risquent d'apparaître au lecteur peu attentif ou pressé comme une jonglerie sur l'incommunicabilité et cette propension qu'elle a de conduire du malentendu à l'absurde ou réciproquement. Ledit lecteur risque alors de supputer que les situations présentées sont trop improbables pour le mettre lui-même en danger dans sa comprenette de la vie. Je dis, moi, qu'un tel lecteur doit vite retourner à son feuilleton télé. Je soutiens que toute cette comédie, pour peu qu'elle soit jouée avec le sérieux qui a présidé à son écriture, est RÉALISTE et que, si nous commettons l'erreur de prendre les personnages pour des raisonneurs timbrés, c'est par un souci maladif de nous dissimuler la réalité.

Qu'on le veuille ou non, l'essentiel des comportements d'un homme social courant consiste en une série effarante d'opinions, gestes, attitudes, intonations, formules, choix, réflexes destinés à se faire passer pour normal aux yeux de l'entourage. C'est la grande maladie sociale qui génère les guerres, les asiles de fous et les écoles primaires. Notre mémoire sélectionne en premier lieu ce qui nous permettra de dissimuler notre nature, d'éviter les . . sanctzons prevues contre toute vraze manifestation d'originalité. De ces millions d'autocensures découle toute
~

une culture de la « norme » destinée à aider
Toto dans son entreprise. Une culture où le personnage de l' huissier ressemble comme deux gouttes d'eau à un huissier, le voleur à un voleur, le traître à un traître et où il est convenu que les comportements sont cohérents et les états d'âme clairement définis par la psychiatrie ou autres succédanés de science, où l'horreur ellemême est conventionnelle donc rassurante.

C'est là que Monsieur BOUNOUARA met les pieds dans le plat et nous écrit des dialogues pour adultes sans peur, un texte réaliste. Et quel admirable exploit que de résister à la pression effroyable des conventions et de préférer un tel jeu dramatique à la sécurité des bœufs.

Romain BOUTEILLE

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.