//img.uscri.be/pth/200c4935ee1289d18dc3db548feb83692370e353
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Visions de magie

De
234 pages
Au cours des dix dernières années, depuis que la magie a émergé de nouveau, on a commencé à craindre les sorcières et à les pourchasser. Depuis des semaines, Shea Jameson est hantée par des visions de feu. Involontairement, elle jette un sort en public et devient l’une des sorcières poursuivies. Son seul espoir est Torin, un homme dangereusement sensuel qui prétend être son compagnon Éternel. Torin dit que le temps de l’éveil est arrivé pour Shea, et qu’ils doivent trouver un artefact caché depuis des siècles — ou bien faire face à la fin du monde.
À mesure que son pouvoir se manifeste, et que le danger et la mort s’approchent, Shea doit décider si elle fera confiance à Torin, et à la passion et au pouvoir qu’il lui apporte — ou risquer la destruction de tout ce qu’elle connaît.
Voir plus Voir moins
Éloges pour les romans de l’Éveil
« Une nouvelle voix dans le roman paranormal obscur, Regan Hastings apporte du pétillant et de la magie au genre. » — Christina Dodd,auteure à succès duNew York Times Tout
Son contact ouvrit quelque chose en elle. Elle sentait la plus petite lueur de reconnaissance au plus profond d’elle. Cette impression de familiarité était de retour, et elle savait, au fond de son âme, qu’il disait la vérité. Peut-être qu’elle finirait par se souvenir de lui. Mais la question était la suivante : de quoi exactement se souviendrait-elle ? Lui ferait-elle confiance, comme il le disait ? Ou bien ses souvenirs lui diraient-ils de s’éloigner le plus possible de cet homme d’une grande puissance sexuelle ? — Non, dit-elle avec douceur, croisant son étrange regard gris. Je ne vous connais pas. Je ne veux pas vous connaître. Tout ce que je veux, c’est partir. — Pour aller où ? Il fit glisser ses mains vers le haut de son corps jusqu’à ce qu’il ait pris ses joues dans ses grandes paumes. Elle sentit l’élan écrasant de la chaleur de son corps vers le sien et elle trembla devant cette force. Mais elle n’allait pas céder à quelque chose qui n’avait aucun sens pour elle. — Ça ne vous regarde pas. — Tout ce qui vous concerne me regarde aussi, Shea. Lorsqu’elle aspira une goulée d’air, la peur qu’elle goûta était sombre et amère. — Que voulez-vous de moi ? — Tout, admit-il, et je n’accepterai rien de moins.
Copyright © 2011 Maureen Child Titre original anglais : An Awakening Novel: Visions of Magic Copyright © 2014 Éditions AdA Inc. pour la traduction française Cette publication est publiée en accord avec New American Library, une division de Penguin Group Inc. Tous droits réservés. Aucune partie de ce livre ne peut être reproduite sous quelque forme que ce soit sans la permission écrite de l’éditeur, sauf dans le cas d’une critique littéraire. Éditeur : François Doucet Traduction : Renée Thivierge Révision linguistique : Féminin pluriel Correction d’épreuves : Nancy Coulombe, Katherine Lacombe Conception de la couverture : Mathieu C. Dandurand Photo de la couverture : © Juliana Kolesova Mise en pages : Sébastien Michaud ISBN papier 978-2-89733-722-3 ISBN PDF numérique 978-2-89733-723-0 ISBN ePub 978-2-89733-724-7 Première impression : 2014 Dépôt légal : 2014 Bibliothèque et Archives nationales du Québec Bibliothèque Nationale du Canada Éditions AdA Inc. 1385, boul. Lionel-Boulet Varennes, Québec, Canada, J3X 1P7 Téléphone : 450-929-0296 Télécopieur : 450-929-0220 www.ada-inc.com info@ada-inc.com Diffusion Canada : Éditions AdA Inc. France : D.G. Diffusion Z.I. des Bogues 31750 Escalquens — France Téléphone : 05.61.00.09.99 Suisse : Transat — 23.42.77.40 Belgique : D.G. Diffusion — 05.61.00.09.99 Imprimé au Canada
Participation de la SODEC. Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada (FLC) pour nos activités d’édition. Gouvernement du Québec — Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres — Gestion SODEC. Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada Hastings, Regan
[Visions of Magic. Français] Visions de magie (Série L’éveil ; 1) Traduction de : Visions of Magic. ISBN 978-2-89733-722-3 I. Thivierge, Renée, 1942- . II. Titre. III. Titre : Visions of Magic. Français. PS3561.A468V5714 2014 813’.54 C2014-940151-5
Conversion au format ePub par:
www.laburbain.com
À Mark, parce que d’une façon ou d’une autre, tous les livres te sont destinés.
REMERCIEMENTS
Il y a de nomDreuses personnes que j’adorerais mentionner ici, mais alors la page de remerciements serait aussi longue que le livre… Mais je dois nommer quelques noms. Mon mari et ma famille, je vous remercie énormément de me supporter quand je suis près d’une heure de tomDée et de toujours croire en moi. Mes très grandes amies Susan Mallery, Kate Carlisle, Christine Rimmer et Teresa Southwick comme groupe d’intrigue, vous êtes toutes extraordinaires ! Comme amies, vous êtes toutes irremplaçaDles. Merci de m’avoir aidée à garder le cap… Merci aux adeptes pratiquants de la Wicca avec qui j’ai parlé pendant ma recherche. J’apprécie tout le temps que vous m’avez consacré, de même que vos conseils. Et merci de comprendre qu’un auteur de fiction prend les faits et ensuite les interprète suivant les Desoins de son histoire. Plusieurs mercis à mon agente, onna Bagdasarian, qui a adoré cette histoire et m’a poussée à en faire quelque chose de Deaucoup plus important — et a ensuite pris des risques et s’est Dattue pour elle. Et un grand merci à Kerry onovan, mon éditrice, qui en posant toujours les Donnes questions m’a aidée à rendre ce livre le meilleur qu’il puisse être. À Claire Zion et à tout le monde à NAL pour leur travail acharné et leur croyance en cette série. Et au département artistique pour l’incroyaDle couverture — merci à tous.
Prologue
A près une attente longue de plusieurs siècles, la patience de Torin était éteinte depuis longtemps. La femme qu’il convoitait était, enfin, presque sienne. Pendant des centaines d’années, il avait erré aux confins du globe, une ombre dans la vie de sa femme, toujours en alerte pour des signes d’agitation magique. Maintenant que le moment tant attendu était arrivé, être frappé par l’Éveil dans une coquette rue de banlieue à Long Beach, en Californie, semblait presque une blague. Une plaisanterie qui ne l’amusait pas du tout. De l’autre côté de la rue, une cloche sonna, et comme des fourmis qui descendaient d’une colline, des centaines d’écoliers sortirent d’un bâtiment de stuc vert pâle. Leurs rires lumineux semblaient aigus pour un homme déjà sur la corde raide. Ses yeux gris se plissèrent derrière ses lunettes noires pendant qu’il observait les enfants qui se dispersaient dans la lumière du soleil. Le dernier obstacle entre sa femme et lui était tombé. Sa peau semblait électrifiée par la montée d’énergie dans l’air. Son sang grondait, et s’il avait eu un battement de cœur, il aurait tonné dans sa poitrine. Une femme se précipita devant lui pour ramasser son enfant et elle lui lança un rapide coup d’œil, l’évaluant. Ses pas se firent plus rapides, son regard se détourna de lui, et elle encouragea son enfant à se déplacer plus vite, comme s’ils étaient pourchassés par des démons. Il savait ce que voyaient les gens quand ils le regardaient. Plus grand que la plupart des hommes, il avait de longs cheveux noirs qui tombaient librement sur ses épaules. Il portait un t-shirt noir qui s’accrochait aux muscles durs de sa poitrine et de ses abdominaux. Ses jeans noirs et ses rangers éraflés achevaient l’image menaçante. Son visage était mince et dur, et ses traits nets étaient sculptés avec des plans et des angles aigus. Ses yeux gris ne révélaient aucune de ses pensées. Il avait exactement l’apparence de ce qu’il était. Un guerrier. Un tueur. Un Éternel dont la seconde chance était enfin arrivée — et cette fois, il irait jusqu’au bout.
Chapitre 1
I ls sont venus chercher ma mère, la nuit dernière. Shea Jameson aurait voulu verrouiller la porte de sa salle de classe et s’en aller. C’était la seule chose sensée à faire. Mais le tremblement dans la voix de son élève la retint. La journée était terminée à la Lincoln Middle School, et les couloirs auraient dû être vides. Shea le savait parce qu’elle attendait toujours que tout le monde ait quitté l’immeuble avant de partir pour rentrer à la maison. Chaque fois qu’elle le pouvait, elle se faisait un devoir d’éviter les foules. Comme enseignante, elle était confrontée chaque jour à des classes remplies d’enfants, mais ils ne la dérangeaient pas. C’étaient les parents de ces enfants qui l’inquiétaient. Elle baissa les yeux vers Amanda Hall et elle ressentit de la compassion pour elle. Shea avait entendu les rumeurs, les chuchotements. Elle avait observé que les ensei-gnants avaient à contrecœur protégé Amanda de ceux qui hier avaient été ses amis. Et elle savait que la situation de la jeune fille risquait d’empirer. — Mlle Jameson, je ne sais pas quoi faire. Elle eut le cœur brisé pour la jeune fille blonde appuyée contre une rangée de casiers fermés dans le couloir vide et calme de l’école. Le visage de l’enfant était strié de larmes, ses yeux bleus y nageant. Ses bras étaient croisés sur sa taille, comme si elle essayait de se consoler. Quand elle leva les yeux sur Shea, une détresse et une panique extrêmes étaient gravées sur ses petits traits. Malgré les risques, elle ne pouvait pas tourner le dos à la jeune fille, songea Shea tout en soupirant intérieurement. Comment pourrait-elle faire cela et vivre en paix avec sa conscience ? — Je suis tellement désolée, Amanda. Elle jeta un coup d’œil par-dessus son épaule pour s’assurer qu’il n’y avait personne à proximité. Mais à part le léger reniflement d’Amanda, nulle âme autour, et le silence était assourdissant. Les murs beiges étaient décorés d’affiches annonçant le prochain festival d’automne, et le regard de Shea se détourna des dessins de sorcières recouvertes de verrues qui ricanaient alors qu’elles brûlaient sur le bûcher. Les petits poils à l’arrière de son cou se dressèrent, et elle aurait juré que quelqu’un à proximité la regardait. Un frisson glissa le long de la colonne vertébrale de Shea, comme si quelque chose de glacial y descendait ; mais les couloirs étaient toujours vides. Pour l’instant. Elle n’aurait pas dû s’arrêter, souffla une voix dans son esprit. Elle n’aurait pas dû parler à la jeune fille. Personne ne savait mieux que Shea qu’il y avait des espions partout. Que personne n’était plus en sécurité. Si quelqu’un la voyait parler à cette enfant maintenant, son cirque cauchemardesque personnel recommencerait, et rien ne garantissait qu’elle y survivrait cette fois-ci. Mais comment pourrait-elle s’éloigner d’une enfant désespérément dans le besoin ? Surtout qu’elle savait exactement ce que traversait Amanda. Déplaçant ses livres et ses papiers dans ses bras, Shea posa sa main libre sur l’épaule de la fillette et essaya de penser à quelque chose de réconfortant à lui dire. Mais des mensonges ne lui feraient aucun bien, et la vérité était bien trop terrifiante. Si la mère d’Amanda avait vraiment été emmenée, elle ne reviendrait pas. En fait, ce n’était probablement qu’une question de temps avant que les autorités viennent aussi se saisir d’Amanda. Et cette prise de conscience la poussa à parler.