Yo Picasso

De
Publié par

Entre 1905 et 1908. Paris, Montmartre. Un drôle de petit monde se rencontre chez Picasso. C'est la fin de la période bleue. Il vit au Bateau-lavoir avec Fernande Olivier. C'est la période des grands arlequins et des clowns du cirque Médrano. Il vit une période heureuse, entouré de ses amis Max Jacob et Guillaume Apollinaire. Picasso poursuit ses travaux, la période rose touche à sa fin. C'est le portrait de Gertrud Stein! Il travaille sur les Demoiselles d'Avignon. Ses amis ne comprennent pas sa nouvelle peinture, Georges Braque fera pourtant route avec lui, ce sera le cubisme.
Publié le : vendredi 1 juin 2007
Lecture(s) : 338
EAN13 : 9782296174672
Nombre de pages : 183
Prix de location à la page : 0,0096€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois

Emmanuel Erida
Yo PICASSO
L'HarmattanYO PICASSO
Personnages
Picasso (25 ans.)
Henri Rousseau dit le Douanier Rousseau (64 ans.)
Guillaume Apollinaire (28 ans.)
Max Jacob (32 ans.)
Georges Braque (27 ans.)
Marie Laurencin (24 ans.)
Gertrud Stein (34 ans.)
Fernande Olivier (27ans.)
Ambroise Vollard (40 ans.)
Augustin, cochet d'Ambroise Vollard
Avertissement: En 1905, Pablo Picasso ne possédait pas un
français correct comme le prouve sa correspondance, je n'en ai
pas tenu compte. il avait un très fort accent espagnol. « Yo
Picasso» est une œuvre de fiction.L'action se déroule de 1905 à 1908. La pièce s'ouvre sur la fin de
la période bleue en 1905. Picasso vit au Bateau-lavoir à
Montmartre avec Fernande Olivier, au 13 me Ravignan. Lieu
étrange où Picasso vit et peint depuis 1904. Max Jacob décrit
ainsi le lieu: « Une maison de Montmartre, dont les murs et les
plafonds sont faits de planches mal jointes et de vieilles poutres,
une demeure qui n'avait pas d'étage visible de l'extérieur, avait
des caves et des greniers et n'avait que cela, et tels que les caves
semblaient des et les greniers des caves. ».Acte I
L'atelier de Picasso au Bateau-lavoir, au printemps 1905. Le sol estjonché
de dessins, mégots de cigarettes et tubes de peinture vides. L'atelier est
composé d'une table, d'un lit, d'une vieille malle en bois, d'une chaise de
paille et d'un chevalet avec une toile viergeposée dessus. L'atelier est dans la
Pénombre. Deux fènêtres éclairent l'atelier, elles ouvrent sur les toits de
Paris. Une ouverture sur le côté conduit à une autre pièce. Une cuvette en
terre posée sur un poêle de fonte, près de la fènêtre, sert de toilette. Une
serviette et un bout de savon sont posés sur la table. Au-dessus de la fènêtre
l'inscription: « Les poils de ma barbe, quoique séparés de moi, sont des
)
dieux aussi bien pour moi. Picasso dort. On frappe à la porte. Picasso se
réveille et ne répond pas. Le bruit redouble. Enfin derrière la porte: « C'est
moi, Max ! ). Picasso enfile un bleu de chauffe, noue les manches autour de
la taille et reste torse nu. Il porte les cheveux longs. Il ouvre. ursque la
)
porte s'ouvre, l'inscription « Au rendez-vous despoètes est visible.
Max Jacob
Tu en as mis du temps à ouvrir! Bonjour !
Picasso
J'ai horreur d'être contrarié le matin! Personne ne respecte mon
sommeil.
Max Jacob
TIest une heure de l'après-midi !
Picasso
C'est le matin, pour moi.
Max ouvre les volets et les fenêtres, elles ouvrent sur les toits de Paris, le
soleil inonde la pièce. Picasso cligne desyeux, aveuglé. Il regarde Max.
11Max Jacob
Où est Fricka ?
Picasso
Elle traîne quelque part... Elle a dû sortir avec Fernande. Tu
voudrais que ma chienne reste enfermée ici... C'est déjà bien
assez pénible pour moi de supporter cette chaleur... (II ouvre les
volets, le soleil inonde la pièce.) Tu as un joli haut de forme, je peux
l'essayer? (Max lui tend le haut deforme. Picasso lepose sur sa tête et
son visagese reflètesur les can"eaux de lafenêtre.) Il me va bien. (II lui
rend.) Tu me le prêteras?
Max Jacob
Bien entendu... J'ai une grande nouvelle, mon petit garçon. Je
m'installe près d'ici, au numéro 7 de la rue Ravignan.
Picasso saisit un blaireau. Il saisit un tube et le presse au fond d'un petit
bol. Il trempe son blaireau dans l'eau et bat énergiquement. Il obtient une
mousse qu'il applique sur son visage.
Picasso
Barbe bien savonnée à moitié rasée! Tu déménages? Parfait,
nous n'aurons plus besoin de traverser Paris pour nous voir.
Qu'as-tu trouvé?
Max Jacob
Oh, c'est tout petit, mais très agréable! Ce sera parfait pour
dormir et travailler un peu.
Picasso
TIfaut travailler beaucoup.
Max Jacob
Qu'as-tu fait cette semaine, raconte-moi, qui as-tu rencontré?
12Picasso
J'ai parlé à des gens, certains écrivent des livres abominables et
d'autres peignent des tableaux stupides. C'est la vie !
Max Jacob
Tu n'as pas l'air très en forme.
Picasso
Je me réveille. Assieds-toi.
Max Jacob s'assied sur une chaise, il pousse un tas de dessins et les mets à
terre. Picasso le regarde faire, un peu inquiet des dessins. Il se rase, il se
débarasse du savon au fur et à mesure sur le bord de la cuvette.
Max Jacob
Fernande n'est pas avec toi?
Picasso
Non, elle est sortie. Elle emménage aujourd'hui même, dans cet
atelier, mais tu dois le savoir...
Max Jacob
Oui, je l'ai croisée en venant.
Picasso
Alors pourquoi le demander... Depuis quand es-tu rentré de
Bretagne?
Max Jacob
Depuis hier, le temps de trouver cette chambre. Je suis passé te
voir hier soir mais tu n'étais pas là.
Picasso
J'ai été porter toutes mes toiles à la galerie Serrurier. Charles
Morice organise une exposition. J'y expose avec Gérardin et
Traschel. Le vernissage a lieu la semaine prochaine. J'ai passé la
nuit à installer mes toiles.
13Max Jacob
Pourquoi les installer si tôt? Le vernissage est la semame
prochaine.
Picasso termine de se raser.
Picasso
Pour avoir les meilleurs emplacements. J'y ai déposé trente toiles
et des eaux fortes, celles qui ne sont pas accrochées sont dans un
atelier tout proche, nous les ferons tourner de façon à ce que
toutes soient visibles. TI y aura des toiles bleues et des roses.
Cette fois, il faut que ça marche, je dois vendre et me faire un
nom, sinon je rentre à Barcelone.
Il se rince le visage à l'eau froide et applique de la pierre d'alun.
Max Jacob
Tu dis ça, à chaque fois.
Picasso
Non, cette fois je suis sincère. Tu te souviens de la dernière
exposition chez Berthe Weill, le 24 octobre dernier...
Max Jacob
...Je m'en souviens ttès bien, la veille, «Notte Dame des
briques », rue des Abbesses, était inaugurée.
Picasso
Oui, c'est ça. (Il saisit unefeuille) prend un carton rigideet dessineMax.)
Ne bouge pas. Cette exposition n'avait rien donné, j'avais été
tellement triste. Je ne peux pas continuer à vivre comme un
mendiant. J'ai des angoisses terribles. J'ai peur de l'échec. TI est
temps que ma vie change. Regarde où je vis !
14Max Jacob
Je trouve cet atelier sympathique.
Picasso
Jet' en prie, sois sérieux... Ce qui continue à me frapper à Paris,
c'est qu'on aime y vivre à l'étroit et à vingt ans, si tu portes les
cheveux longs et sales, tu es un artiste. A Barcelone, tu n'es
qu'un anarchiste. TI faut toujours se surpasser à Barcelone, il
fallait inventer une chose par jour, j'en inventais deux. Mais tout
est plus coloré ici, les couleurs sont plus vivantes... Et les
femmes sont belles... Je veux quitter Montmartre, c'est un
quartier dangereux. TI n'y a que des artistes sans le sou et en
devenir comme nous et les truands qui s'y plaisent, les apaches,
et ils scalpent à tout va. Il y a encore eu trois meurtres dans la
zone, dimanche dernier...
Max Jacob
Je n'en ai pas entendu parler...
Picasso replace le visage de Max Jacob.
Picasso
Tu vois bien que c'est un endroit dangereux, on ne parle même
plus des horreurs qui s'y passent, c'est devenu banal. C'était un
règlement de compte, «passage de la sorcière », avenue Junot.
N'en parlons plus... Et puis, toutes sortes de maladies traînent
ici... Tu ne m'as toujours pas dit pourquoi tu es parti si
précipitamment en Bretagne. Comment vont tes parents?
Max Jacob
Ils vont bien. Je ne peux rester auprès d'eux que quelques jours,
les regards désapprobateurs qu'ils me lancent m'insupportent. Je
crois qu'ils ont honte de moi. TIs aimeraient tant que j'aie une
situation et que je vive autrement... Je suis un mauvais fils pour
eux.
15Picasso
Tu écris pour la Gazette des Arls et puis tu es un poète, tu as
besoin de vivre comme un poète. Tu leur as lu tes derniers
poèmes?
Max Jacob
Ils écoutent par politesse, font mine d'apprécier et puis tombe
l'éternelle question: « Et à part écrire des poèmes, quand te
décideras- tu à prendre un vrai travail et à fonder une famille? ».
Picasso
(II rit.) TIfaut que tu tombes amoureux !
Max Jacob
Je suis amoureux! Un jeune cousin allemand m'a été présenté...
TI est beau comme le David de Michel-Ange, mais il a quinze
ans...
Picasso
Tu le lui as avoué?
Max Jacob
Bien sur que non! Je ne peux pas courir le risque que ce jeune
éphèbe ne réponde pas à mes avances, imagine un instant qu'il
puisse parler... Jete rappelle que je suis juif. Pour ma famille,
mes passions sont un accident affreux, un accroc dans la robe de
l'humanité. Je cause bien assez de soucis à mes parents. Je lui ai
dédié neuf poèmes, je te les lirai. (5ilence.Picasso continuede
dessiner.)Tu as raison, je ne t'ai pas révélé la véritable cause de
mon départ pour la Bretagne, ni la raison de mon
comportement si étrange, ces derniers temps.
Picasso
Je savais que tu n'étais pas dans ton état normal. Tu ne peux pas
réussir à tromper un ami... Je t'écoute.
Max Jacob
Pablo... Pablo, j'ai rencontré une femme et j'en suis parfaitement
amoureux. C'est merveilleux, tout arrive, même à moi.
16Picasso
Que faites-vous ensemble?
Max Jacob
Elle s'appelle Cécile. Je lui invente des poèmes, c'est incroyable à
quel point tout est facile en sa présence. Les mots me viennent
sans même que j'y pense. ils se bousculent dans mon esprit,
comme s'ils étaient heureux, à leur tour, de célébrer un tel
amour. Je suis le plus heureux des hommes, Pablo.
Picasso
Depuis quand la connais-tu ?
Max Jacob
Depuis bientôt un mois. Je refusais de t'en parler, pourtant ce
n'était pas l'envie qui m'en manquait mais je voulais être certain
de ses sentiments à mon égard.
Picasso
Et qu'en est-il ?
Max Jacob
Elle accepte de se donner à moi! Elle me l'a annoncé voici une
semaine. Je suis un homme comblé, ce bonheur est presque au-
dessus de mes moyens.
Picasso
Alors, quelle sensation c'est, de coucher avec une femme,
puisque tu étais puceau, si on peut dire, avec les femmes...
(Picassopose le crqyon, il regardele dessin, le montre à Max et hausse les
épaules.)
Max Jacob
Mais nous n'avons pas couché ensemble! Voilà pourquoi je suis
parti de Paris.
Picasso
Mais tu m'as dit qu'elle acceptait de se donner à toi.
17Max Jacob
Oui, mais je ne l'ai pas encore envisagé sous cet angle... C'est
son cœur qu'elle accepte de me donner.
Picasso
Tu y vois une différence? Elle t'offre son corps en t'ouvrant
son cœur.
Max Jacob
Oui, sans doute as-tu raison. Que dois-je faire?
Picasso
Je vais te faire un dessin. (IIprend une nouvellefeuille.)
Max Jacob
Et si je n'y arrive pas, ou si je n'en ai pas envie?
Picasso
Méfie-toi, une femme se lasse vite, surtout une femme qui n'est
pas comblée.
Max Jacob
il faut donc que j'y songe encore. Tes conseils me seront utiles.
Mais il me semble que sa seule présence comble mon amour, de
respirer le même air qu'elle, de sentir son souffle.
Picasso
Tu l'as déjà embrassée donc?
Max Jacob
Oui, sur la main et hier, elle m'a permis de déposer un baiser sur
son épaule et un autre sur son genou. J'ai cru que j'allais
m'évanouir.
Picasso
Et elle?
18Max Jacob
Elle était rouge de confusion. Elle ne s'attendait pas à me voir
aussi téméraire. Nous nous cachions de son mari...
Picasso
Elle est mariée?
Max Jacob
Oui... (Picassoéclatede rireet arrêtede dessiner.) Pablo, ce matin, j'ai
mis fm à notre amour, je n'ai pas d'emploi, je ne peux subvenir
au besoin de notre ménage. J'ai donc rompu, elle pleurait aussi.
Picasso
Pourquoi tes histoires sont-elles toujours incroyables! Tu peux
travailler de nouveau pour ton oncle, il est propriétaire des
grands magasins Paris France. Tu pourras l'épouser et m'aider
aussi à mieux vivre parce que je n'ai plus un sou.
Max Jacob
Je n'en ai pas la force.
Picasso
J'ai gardé un rouleau de toiles, tu pourrais essayer de les vendre,
ainsi que des dessins. (Il se lève saisit un rouleau de toile attaché avec
une ficelle et lespose sur lesgenoux de Max.) en ferais à la façonJet'
Lautrec, Puvis de Chavannes, Rodin ou Degas. J'ai assisté aux
courses de Chantilly, je dessinerai les courses, ça se vend bien et
moi ça m'amusera. Entendu?
Max Jacob
Entendu. J'irai voir le père Soulier, il achète chaque dessin dix
sous.
Picasso
Parfait. Ne va pas voir Clovis Sagot, je m'en occupe. Je
comprends pourquoi tu es parti, tu voulais être seul pour
réfléchir. Et au lieu de ça, tu tombes amoureux d'un jeune
homme de quinze ans et qui plus est, ton cousin. Avoue que tu
n'es pas sérieux. Nous sommes bien avancés tous les deux.
Qu'allons-nous devenir? (Silence. Ils sont soudain anxieux.) Moi, je
19ne peux même plus voir mes parents, surtout mon père... Il ne
m'a jamais pardonné de ne pas avoir terminé mes études à la
Lonja... C'était son grand désespoir que je n'ai pas terminé mes
études... Mais mon art, je l'ai appris en l'inventant. J'ai su
dessiner avant de savoir lire... Tu sais, je n'ai jamais fait de
dessins d'enfants. Je dessinais comme Raphaël. TI me faudra
toute une vie pour peindre comme un enfant. Mon père, qui
était peintre, m'a fait don de sa palette et de ses pinceaux alors
que j'avais dix ans. TI n'a plus jamais peint de sa vie. Les dons
extraordinaires que Dieu m'avait donnés devaient faire de moi le
plus grand peintre espagnol de tous les temps et regarde où j'en
suis... Pour lui, je mène une existence de paresseux et d'inutile.
Je ne veux pas le décevoir de nouveau. Un dicton espagnol dit
qu'un peintre et un bon à rien, c'est la même chose. Qu'en
penses-tu ?... (Silence.) Personne ne veut acheter mes toiles, je vis
dans la misère, je suis amoureux d'une femme qui a déjà été
mariée et qui vivait avec un autre homme... Ma peinture devient
plus joyeuse avec elle... Où est-elle partie? Elle devrait être là
depuis longtemps. Lorsque tu lui as parlé, elle était seule? Dis-
moi la vérité.
Max Jacob
Bien entendu, elle était seule. Tu n'as pas l'air très en forme. Je
ne comprends pas pourquoi tu demandes à Fernande de venir
vivre avec toi. Tu es infidèle, comment vas-tu faire pour voir
Madeleine et cette femme mariée dont tu refuses de me révéler
l'identité?
Picasso
Je vais faire un effort, pendant quelque temps. Je ne ferai
l'amour qu'à Fernande. Sais-tu que cet imbécile de sculpteur
avec qui elle vivait est passé me voir hier, en me suppliant de lui
laisser Fernande!
Max Jacob
Tu devais être heureux !
Picasso
Fou de joie! Elle le quitte pour vivre avec moi et tu voudrais
que je ne célèbre pas cette victoire ? Veux-tu du vin ?
20Max Jacob
Avec plaisir; mais toi, tu devrais manger et ne pas boire de vin
dès le matin.
Picasso
Arrête de jouer les cocottes, veux-tu? (II se lève)saisit une bouteille
de vin qui se trouvait contre le mur, ramasse deux verresà terre)et lui sert
du vin.) A cette belle et plantureuse femme que je célèbre à
chaque toile avant que le monde entier ne la découvre à son
tour. J'adore sortir avec elle.
Max Jacob
(Se moquant.) Mais tu es vraiment amoureux.
Picasso
Pas du tout. Je ne veux pas tomber amoureux. Je fuis l'amour, il
me diminue et m'entraîne vers les pires égarements. Vois un peu
ce qui s'est passé avec Casagémas. Disons que le plaisir qu'elle
me procure est immense et j'en ai bien besoin, ma peinture ne
me plus de grandes joies. Le travail ne me distrait plus.
Je suis très sombre ces derniers temps... A toi, je peux le dire, je
ne sais pas ce que sera mon avenir, je travaille simplement pour
combattre mon angoisse.
Max Jacob
Ta manière bleue allait à contre-courant des tendances à la
mode, tu le savais parfaitement. C'était un choix de ta part. Tu
n'avais qu'à suivre l'explosion des couleurs!
Picasso
Pour quelle raison? Pour vendre plus? C'est ridicule! J'ai fait
quelque chose un jour pour gagner de l'argent. J'ai un peu honte
de le dire, mais c'est comme ça, j'ai exécuté un pastel. Avant de
peindre en bleu, je vendais plus que n'importe qui et tu le sais
bien... C'est tout moi, ça se passe toujours comme ça : tout va
bien et puis je décide que tout va mal. Mais je ne reviendrai pas
en arrière. Ce serait un désaveu de ma peinture. Cette débauche
de couleur ne me dit rien, ce n'est pas ce que je cherche.
21Max Jacob
...Moi, j'aime ta monochromie en bleu, surtout les toiles qui
s'inspirent des poèmes de Verlaine. J'adore ton bleu.
Picasso
Ce sont des bleus! TIs décrivaient la solitude et la souffrance
humaine, mais maintenant ils se mélangent avec des roses! Je
veux fuir l'idée que seule la souffrance peut produire du grand
art. Et tout ça c'est Fernande... «Que nous pleurions ou
souffrions, nous devons faire rire, nous devons chanter pour
vivre ». C'est de Rus mol, je t'en ai parlé, il faisait partie d'Els
Quatre Gats à Barcelone. Ces mots me reviennent; le poème
s'appelait: La joie qui passe; c'est un joli titre. Nous devions
révolutionner l'art. Nous étions naïfs. A présent, je ne crois plus
en rien et je dois peindre dans mon état.
Max Jacob
Fernande m'a dit que tu peignais de grands arlequins avec de
joyeuses couleurs? Où sont-ils?
Picasso
A côté. Il doit y avoir des dessins quelque part près de la fenêtre,
tu n'as qu'à chercher... (Avant que Max n'ait eu le temps de bouger,
Picasso s'est levé. Il fouille le tas de dessins à terre)proche de la fenêtre.)
Les voici. (Illes tend à Max.) Je cherche une composition dense et
bien structurée qui puisse en même temps traduire le
mouvement. Je travaille une grande toile, je l'appellerai les
Saltimbanques.
Max Jacob
(Il sort son monocle.) C'est un joli nom pour une toile. Les dessins
sont magnifiques. J'ai hâte de l'admirer. C'est Apollinaire, le gros
avec le ballon?
Picasso
(Gêné.) Oui, enfin ce n'est qu'un dessin préparatoire... L'idée
m'est venue en venant de chez Santal. Sur l'esplanade odes
Invalides, j'ai vu un groupe d'acrobates, ils étaient merveilleux.
J'ai passé l'après-midi à les regarder. TIs semblaient tous si plein
de vie. Depuis, je les peins. J'y ai ajouté des acteurs, des chevaux,
22des enfants et les clowns du cirque Médrano... Tu sais qu'on m'a
pris pour un acrobate du cirque Médrano !
Max Jacob
Merveilleux I... Dis-moi, je croyais que tu ne voulais plus aller
chez Santal.
Picasso
Je n'ai pas le choix. J'ai besoin d'argent. Je fais jouer la charité
chrétienne, je sais être psychologue, peut-être un peu ftlou, qu'en
penses- tu ?
Max Jacob
Je pense que tu es un peu filou.
Picasso
Ma peinture passe avant tout, tu le sais bien. Ça me permet
d'acheter des couleurs et de la toile. Il faut que cette exposition
soit un succès. J'en ai besoin. Clovis Sagot va acheter et vendre
mes toiles; c'est une bonne nouvelle, non? J'ai rencontré une
américaine avec son frère chez le père Sagot, ils sont pleins aux
as et adorent la peinture moderne. Je crois qu'ils aiment ma
peinture, surtout elle, j'ai oublié son nom... Gertrud Stein! Son
frère s'appelle Léa, il vit à Florence et peint, je crois... J'ai envie
de peindre son visage, j'espère qu'elle acceptera. La toile sur le
chevalet est pour son portrait. Si elle refuse, elle restera blanche.
Bien entendu, nul besoin de te dire que Vollard et Berthe Weill
ne doivent pas l'apprendre.
Max Jacob
Je ne dirai rien.
Picasso
Tu ne voudrais pas me lire de nouveau les lignes de la main et
regarder mon thème astral, le ciel a peut-être changé. Ça doit
bien arriver, non?
23Max Jacob
Sans doute que oui, de façon significative tous les deux ou trois
mille ans. Je t'ai prédit un immense succès. Les dieux se sont
penchés sur ton berceau le jour de ta naissance. Sois patient, tu
verras que j'ai raison.
Picasso
Mais tu ne veux pas vérifier, juste les lignes de ma main... Je
n'arrête pas de penser à Casagémas... Je m'en veux de ne pas
avoir empêché une telle sottise... J'étais tranquillement à Madrid
et mon meilleur ami se tire une balle en pleine tête pour une
femme qui se refuse à lui. TI n'aurait jamais commis un tel acte
avec moi, Germaine aurait accepté de l'aimer... Sa mère en
apprenant la nouvelle a été tuée par le choc.
Max Jacob
Tu n'y pouvais rien.
Picasso
Qu'en sais-tu? Devine quelle fut la première femme avec qui j'ai
couchée en arrivant à Paris? Oui, Germaine, la femme pour qui
mon ami s'est suicidé! Tu ne trouves pas que je suis un
monstre? (Il rit.) La nuit fut courte. Je lui en ai fait voir de
toutes les couleurs, tu peux me croire. Je devais bien ça à
Casagémas. Le pauvre, il n'a jamais compris, cette femme était
une belle de nuit. Tu ne veux vraiment pas me lire les lignes de
la main ?
Max Jacob
Tu es un enfant. (Il lui saisit la main et se penche pour mieux regarder.)
Jete l'ai dit, toutes les lignes semblent naître de la ligne de
chance. C'est comme la première étincelle d'une explosion. Je te
le répète, c'est impossible une formation en étoile comme tu as,
tu es un être prédestiné... Tu auras des déceptions cruelles mais
tu as un tempérament ardent qui bien des fois te sauvera... V4 cet
instant entre Fernande} très coquette}elleporte un immense chapeau. La
situation est équivoque}Max tient la main de son ami et caressela ligne de
vie. Picasso retireprécipitamment sa main.) Bonjour Fernande.
24

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.