Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 4,00 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF

avec DRM

Manon Lescaut - Abbé Prévost

De
128 pages

Tous les outils et compléments nécessaires pour aborder l'étude de l'œuvre.

Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

SOMMAIRE
1 - REPÈRES. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .7
e 1 - SITUATION POLITIQUE (FIN XVII -e PREMIÈRE MOITIÉ DU XVIII ). . . . . . . . . . . . .7 La fin du règne de Louis XIV (1700-1715). . . .7 La régence de Philippe d’Orléans (1715-1723). . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .8 Le début du règne de Louis XV. . . . . . . . . . . . . . .9
2 - CONTEXTE CULTUREL ET EXPANSION ROMANESQUE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .10
3 - INDICATIONS BIOGRAPHIQUES. . . . . . . . . .13
4 - AUTOUR DE L’ŒUVRE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .15 Une carrière littéraire riche et variée. . . . . . . . . .15 Rattachement deManon Lescautaux Mémoires d’un homme de qualité. . . . . . . . . . . . .16 Originalité du roman par rapport aux autres œuvres. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .17
5 - SOURCES ET INFLUENCES. . . . . . . . . . . . . . .18
2 - ÉTUDE DU TEXTE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .21
1 - RÉSUMÉ. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .21
2 - SCHÉMA NARRATIF. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .28 Une narration « linéaire ». . . . . . . . . . . . . . . . . . . .28 Des effets de répétition modulée. . . . . . . . . . . . . .29 Une structure de tragédie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .31
3 - LE TRAITEMENT DE L’ESPACE ET DU TEMPS. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .32 L’espace. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .32 Le temps. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .37
4 - LES PERSONNAGES. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .40 Le « mystère » de Manon. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .40 Les contradictions de Des Grieux. . . . . . . . . . . . .43 Les autres personnages. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .47
5 - LA QUESTION DU STYLE. . . . . . . . . . . . . . . . . .55 Une phrase lisse et harmonieuse. . . . . . . . . . . . . .56 Des techniques d’estompage. . . . . . . . . . . . . . . . . .56 Un usage modéré des comparaisons et des images. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .58
6 - LE MÉLANGE DES TONS. . . . . . . . . . . . . . . . . .59 Une tonalité tragique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .59 Un tragique pastiché ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .62 Des éléments comiques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .65
3 - THÈMES. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .69
1 - L’AMOUR ET LA PASSION. . . . . . . . . . . . . . . . .69 Un coup de foudre. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .69 Le moteur dramatique de l’action. . . . . . . . . . . . .70 Processus d’idéalisation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .70 Deux êtres prédestinés. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .72 Pureté et innocence. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .72 Les souffrances de l’amour. . . . . . . . . . . . . . . . . . .73 Les joies de l’amour. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .76
2 - LE « RÉALISME ». . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .77 Les éléments d’une perception historique et sociale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .77 Une dimension critique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .87
3 - LA PAROLE ET SES PIÈGES. . . . . . . . . . . . . . . .90 Les ruses du beau style et de la rhétorique. . . . .91 Une intention de représentation tragique. . . . . .96
4 - LE ROMAN DE L’AMBIGUÏTÉ. . . . . . . . . . . .100 Une condamnation de la passion ?. . . . . . . . . . .100 Une lecture religieuse et allégorique ?. . . . . . . .102 Un « traité de morale en exercice » ?. . . . . . . . .108
4 - ÉCHOS ET CORRESPONDANCES. . . . . . . . . . . .113
1 - À TRAVERS L’ŒUVRE DE PRÉVOST : PORTRAIT DE FEMMES. . . . . . . . . . . . . . . . . .113
2 - LA POSTÉRITÉ DU PERSONNAGE DE MANON. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .115
3 - ADAPTATIONS LYRIQUES ET CINÉMATOGRAPHIQUES. . . . . . . . . . . . . . . .118
5 - ANNEXES. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .119
1 - HISTOIRE ET ACCUEIL DE L’ŒUVRE, e DU XVIII SIÈCLE À NOS JOURS. . . . . . . . . .119 e AuXVIIIsiècle. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .119 e AuXIXsiècle. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .120 e AuXXsiècle. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .120 Évolution des lectures. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .121
2 - PETIT GLOSSAIRE : REPÈRES SOCIOCULTURELS. . . . . . . . . . . . .122 L’argent. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .122 Lieux, institutions et fonctions civiles. . . . . . . .123 La vie religieuse. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .123 L’art de vivre. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .125
3 - ORIENTATIONS BIBLIOGRAPHIQUES. . . .126
1
REPÈRES
e 1 - SITUATION POLITIQUE (FIN XVII -e PREMIÈRE MOITIÉ DU XVIII )
La fin du règne de Louis XIV (1700-1715) Jusqu’à sa mort, en 1715, Louis XIV poursuit une politique extérieure de prestige, qui rencontre de plus en plus de critiques car elle s’accompagne aussi de plus en plus souvent de défaites. En 1701, il se lance notam-ment dans la longue guerre de la Succession d’Espagne, qui se clôt en 1713 par les traités d’Utrecht (1713) et de Rastatt (1714), et signe l’affaiblissement des positions françaises.
Le pays est accablé d’impôts (l’impôt du dixième est créé en 1710), et frôle la catastrophe économique et sociale lors du Grand Hiver de 1709 et de sa terrible disette. Les tensions religieuses demeurent fortes : le pouvoir condamne le quiétisme en 1699, persiste dans sa lutte contre les protestants (grave révolte des cami-sards des Cévennes, de 1702 à 1705), et entame une longue lutte contre les jansénistes (qui ira jusqu’à la
REPÈRES7
destruction de l’abbaye de Port-Royal des Champs en 1712 suivie de la bulle papale Unigenitus, en 1713, qui condamne le jansénisme et oblige les congrégations jansénistes à se disperser). C’est au contraire l’âge d’or de l’enseignement et des établissements jésuites (jus-qu’à leur interdiction, en 1763).
La fin du règne de Louis XIV est aussi assombrie par le développement d’un mécontentement aristocratique et par une succession de deuils royaux (mort du Grand Dauphin en 1711, suivie de près par le duc de Bourgogne, petit-fils de Louis XIV, en 1712).
La régence de Philippe d’Orléans (1715 -1723) Dans l’attente de la majorité du futur Louis XV, la régence est assurée par Philippe d’Orléans. Une curieuse période de réaction débute, à l’opposé de celle qui s’achève. Encouragée par le Régent, une formi-dable libération des mœurs a lieu : il n’est plus question que de divertissements et de fêtes. Avant le temps de la contestation explicite et virulente menée par les philo-sophes dans la seconde moitié du siècle, c’est déjà une époque de « lumières » qui point, même si les innova-tions qu’elle mène, tant monétaires que politiques, se soldent le plus souvent par des échecs. Pour gouverner, le Régent s’entoure d’un système de gouvernement inédit appelépolysynodie, qui s’effondre dès 1718. L’abbé Dubois, conseiller du Régent, gouverne ensuite jusqu’à sa mort, en 1723. Une « triple alliance » est signée grâce à lui entre la France, l’Angleterre et la Hollande (1717). La période est également propice aux innovations sur les plans monétaire et financier : l’Écossais John Law fonde en France une banque d’un genre nouveau en 1716, et lance le papier-monnaie. Mais ces innovations
8MANONLESCAUT