//img.uscri.be/pth/f73350346fe0ac9e35803355b5efe893bfd33149
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Maryse Condé

De
202 pages
Dans les quatorze romans et recueils de nouvelles analysés dans cette étude, un mythe se développe où fusionnent les personnages souvent fragmentaires, de sorte que l'oeuvre de Maryse Condé offre un point de vue sur le monde moderne où certaines paraboles offrent des commentaires mettant en relief les défis et les difficultés qui se présentent aux Antillais de nos jours.
Voir plus Voir moins
Maryse Condé: mythe, parabole et complexité
Critiques Littéraires Collection dirigée par Maguy Albet
Dernières parutions
Saloua BEN ABDA, Figure de laltérité. Analyse des figures de laltéritédans des romans arabes et francophones contemporains, 2011. Sylvie FREYERMUTH,Jean Rouaud et lcriture«les yeux clos». De la mémoire engagée à la mémoire incarnée, 2011. François HARVEY,Alain RobbeGrillet : le nouveau roman composite. Intergénéricitéet intermédialité, 2011. e Brigitte FOULON,La Poésie andalouse du XI siècle. Voir et décrire le paysage, 2011. JeanJoseph HORVATH,La Famille et Dieu dans luvre romanesque et théâtrale de Jean Giraudoux, 2011. Haiqing LIU,AndréMalraux. De limaginaire de lart à limaginaire de lécriture,2011. Fabrice SCHURMANS,Michel de Guelderode. Un tragique de lidentité, 2011. Connie Hoyee KWONG,Du langage au silence, 2011. V. BRAGARD & S. RAVI (Sous la direction de),Ecritures mauriciennes au féminin : penser laltérité,2011. JoséWatunda KANGANDIO,Les Ressources du discours polémique dans le roman de Pius Ngandu Nkashama, 2011. Claude HERZFELD,Thomas Mann.Félix Krull,roman picaresque, 2010. Claude HERZFELD,Thomas Mann. Déclin etépanouissement dansLes Buddenbrook, 2010. Pierre WOLFCARIUS,Jacques Borel. Sécrire, sécrier : les mots, à limage immédiate de lémotion, 2010. Myriam BENDHIFSYLLAS,Genet, Proust, Chemins croisés, 2010. Aude MICHARD,Claude Simon, La question du lieu, 2010. Amel FennicheFakhfakh,Fawzia Zouari, lcriture de l'exil, 2010. Maha BADR,Georges Schehadéou la poésie du réel, 2010. Robert SMADJA,De la littérature à la philosophie du sujet, 2010. AnnaMarie NAHLOVSKY,La femme au livre. Itinéraire d'une reconstruction de soi dans les relais dcriture romanesque (Lesécrivaines algériennes de la langue française), 2010. MarieRose ABOMOMAURIN,Tchicaya ou lternelle quête de l'humanitéde l'homme, 2010.
Deborah M. Hess
Maryse Condé: mythe, parabole et complexité
LHarmattan
Du même auteur :
Deborah M. Hess développe une poétique de la complexité. Dautres ouvrages déjà parus qui présentent différents aspects de cette approche de la littérature sontPalimpsestes dans la poésie(LHarmattan, 2011),La poétique de renversement(LHarmattan, 2006) ainsi que deux ouvrages en anglais,Complexity in Maurice Blanchot: Relationss Fiction between Science and Literature(1999) et: ThePolitics and Literature Case of Maurice Blanchot(1999).
©LHARMATTAN, 2011 57, rue de lÉcolePolytechnique ; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 9782296553576 EAN : 9782296553576
INTRODUCTION
Lintérêt de luvrede Maryse Condéestàla fois local et universel. Ce nest pas une contradiction dans les termes, parce que les couches dune superpositionàla fois culturelle, ethnique, linguistique et historique nont jamaisétéréunies dans un consensus quelconque. Les tensions et les contradictions en question nont pasétépleinement adressées, réglées et intégrées dans un système de pensée quelconque. Un tel système simpose de nécessitéau début de toute réunion desélémentsépars, quelle sappelle le couple ou un groupe social, une tribu ou une ethnie. Contrairementàce qui se passe en général en réunissant desélémentsépars par la recherche, la formulation et puis limposition, beaucoup de forces contraires sy opposant, deséléments de base qui vont déterminer le développement ultérieur du pays, leséléments divergents nont pas vraimentétéintégrés et certainement pas suffisamment tôt dans lhistoire du pays pour constituer une vraie fusion des points de vue divergents. Les problèmes politiques et sociauxàlorigine de ces divergences se sont développésàpartir du moment oùun peuple, saventurant très loin de son périple naturel, a décidédentraîner de force des peuples dune région lointaine, notamment lAfrique,àun autre endroit, le Nouveau Monde, spécifiquement les Antilles. Le nombre de personnes qui y a participé, peu élevéconcernant les esprits directeurs de cette injustice, mais dun chiffre invraisemblable par rapport aux victimes, constitue une autre inégalité. Avec le temps, lécart numérique entre les colonisateurs et les colonisés, les deux catégories venant daires extrêmement divergentes, les unsévoluant systématiquement et sans heurt dans leur entrée dans la modernitéet les autres, les participants dune culture hautement réglée, fortement codifiée, toute transgression entraînant des sanctions graves, sest agrandi. Devant une réaction dincompréhension ou dinsécurité, quelle soit numérique ou culturelle, les partis inférieurs réagissent par une réaction de peur, ce qui déclencheàson tour la force et la répression. Les réactions dhostilitéet de crainte sont surtout venues des Blancs, qui eux ont essayéde transformer leur
effroi dans un programme de développementéconomique qui entraînerait la modification des murs dun peuple lointain, européen notamment, par la fourniture de biens et de services. Les biensétaient sous forme de la canneà sucre et ses produits, notamment le rhum, une alternative peu coûteuse au cognac, donc possédant une valeuréconomique importante et sous forme des fruits et des plantes exotiques, la banane, lananas et lesépices produites par cesîles. Les Européens ont tellement appréciéles produits desîles quils ont mis en vigueur un système alternatif de la production de ces biens par le moyen dune culture intensive. Une telle culture a demandéune mainduvre si importante que limportation des serviteurs ou des ouvriers européens na pas sembléune solution adéquate, vu le coûténorme de cette méthode. Les organisateurs de cette mise en avant du transfert de populations entières ont entraînéla rupture des liens sociaux, culturels, politiques, religieux et surtout familiaux de toutes ces ethnies résidant sur la côte ouest de lAfrique. Les habitants de lintérieur du pays nétaient touchés par cette rafle que par le moyen de la coopération des Africains euxmêmesàla prise, la séparation de leurs unités familiales et sociales ainsi que par la destitution de leurs biens, certainsétant des victimes politiques visées par des ethnies hostiles. Avec le temps, la traite ou le triangle atlantique, selon lesétudiants de ce phénomène concernant les déplacements gigantesques des peuples, par les pires moyens quon puisse imaginer, a augmentédans ses effectifs et dans son influence, au point de devenir la grande questionàrésoudre pour les membres illuminés des paysàlorigine de ce phénomène. Quoique certains notables aient protesté, plus fort en Angleterre notamment quen France, dès le début, le phénomène de la traite a continué sans répit, du début du dixseptième siècle, le "Grand Siècle" du point de vue de la France, jusquàpeu avant le milieu du dixneuvième siècle, un moment oùle mouvement abolitionniste auxÉtatsUnis dAmériqueétait bien entraîné dans la réalisation de ses buts. Dans cet exil forcéquon appelle la traite, plusieurs milliards dAfricains sont venus non pas comme dautres immigrants au Nouveau Monde, pour réaliser leur bonheur personnel etéconomique, mais pour servir la volontéde la classe planteuse dans la dissémination de la culture de la canneàsucre pour les Antilles et de la culture du coton, en ce qui concernait lesÉtatsUnis. La traite a constituéune contradiction aberrante avec les documents politiques et moraux de lépoque, la Grande Charte et les constitutions des systèmes du gouvernement de la Grande Bretagne et la Déclaration des droits de lhomme et du citoyen et les constitutions des Républiques successives de la France. Cette mise en servitudeétait permanente, les chances de fuite ou daffranchissementétant minimes pour
8
les esclaves. Le Code noir, loin de les protéger ni de préserver leurs droits humains, au contraire, a accru linjustice du traitement des esclaves. Il tient du miracle que de ces débuts si peu propices ait pu se constituer par la suite un peuple réussi. Ses rapports avec le continent européen sont dans lensemble heureux, ne déclenchant que rarement des contestations. Le produit de cette intégration est miraculeusement réussi, dans la communauté française dabord, comme départements doutremer en 1946 puis comme membres de lUnion européenne en 1992 du fait du rapport politique des Antilles avec la France métropolitaine. Dans cetteétude, nous proposons de considérer un aspect de la littérature sortie du mariage, forcé, bien sûr, des cultures africaine et française par le biais de la traite, lesclavage et la colonisation suivie de la départementalisation. Une repréde la rsentante notable éunion de ces deux traditions est Maryse Condé, née en 1937 et toujours en train de poursuivre une carrière active commeécrivain de tout premier ordre. Cette Guadeloupéenne exprime le calvaire et la quête de son peuple, les descendants des esclaves et des planteurs, les deux réunis dans les confins de cetteîle. Les rencontres nayant le plus souvent pasétéheureuses dans les premiers temps, langoisse et les affres qui en ont résultésont transcrites de façon symbolique dans cette uvre. Elle représente aussi la quête identitaire des Antillais, le produit de plusieurs traditions culturelles et linguistiques. Cet auteur aétéintégrédans la tradition académique française aussi, dès sa scolarisation dans lesécoles suivant le programme françaisàla Guadeloupe, ensuiteàParis, au lycée Fénelon. Elle a reçue un doctorat de troisième cycle en littérature comparée de la Sorbonne, oùelle aécrit une thèse sur luvre dAiméCésaire. Maryse Condéest française, détenant un passeport français et ayant longtemps résidé en France ou dans un département doutremer. Cetécrivain représente aussi la France contemporaine, embrassant différentes traditions et plusieurs peuples de différentes origines réunies sous la rubrique de la nationalité française. Ayant résidéen Afrique (en Côte dIvoire, en Guinée, au Ghana et au Sénégal),àLondres, en Amérique du Nord (en Virginie, en Californie etàNew York), elle représente aussi la nature cosmopolite dun nombre croissant de sociétés du monde contemporain, avec le brassage de peuples, de traditions et de points de vue. Maryse Condé: mythe, parabole et complexitése destine aux lecteurs cherchantàse renseigner sur une période importante de lhistoire de la tradition française, bien des romans de cet auteur ayant une base historique dans le sens quils reprennent des récitsévoquant différents moments dans lhistoire des Antilles. Cesîles faisant politiquement partie de la France depuis plus dun demisiècle, cest aussi une mise en relief de certains aspects de lhistoire de la France pendant plus de trois cents ans. Faute de documents 9
historiques, cette absence est compensée par luvrede plusieursécrivains notables tels que Maryse Condé. Notre ouvrage examine lintégralitéde luvre de Maryse Condé,une nécessité, vu labsence dun ouvrage pareil jusquici.Sonuvre romanesqueest lue partout dans le monde, traduite dans de nombreuses langues et comprend des bestsellers, en France et ailleurs. Vu la nature inédite de la tradition dans laquelle elle sintègre aux Antilles ainsi que la nature de son intégration dans le milieu cultivéet académique en France,Maryse Condé: mythe, parabole et complexitéaborde sonuvre par une analyse reconnaissant les traditions scientifiques récentes, létude de la complexitédes structures et des motifs développésàtravers sonuvre. Cette analyse repose sur les sciences dites de la complexitéqui elles, depuis le développement des ordinateurs suffisamment puissants pour analyser des données apparemment sans explication systématique reconnue. Les textes souvent disparates de Maryse Condésont abordés dans lintention de poursuivre une lecture qui reflète la propre quête du sens de lauteur. Si notre analyse cherche la signification culturelle, intellectuelle ou personnelle de tel ou telélément symbolique ou narratif par rapportàcette quête identitaire, elle aura réponduànos souhaits. Dans les chapitres suivants, le contexte culturel et historique, quil soit naturel, démographique, sociologique ou autobiographique, détenant les éléments personnels de lauteur dans la mesure oùils influent sur la production de sonuvre littéraire, va constituer notre premier plan danalyse. Le cadre littéraire, de ses proches artistiques et intellectuels, va constituer la charpente des dernierséléments du cadre contextuel de cetteuvre monumentale,àla fois par rapportàsa place dans la littérature antillaise et aussiàcelle de langue française de nos jours. Luvre de Maryse Condéest le sujet de différentes approches. La nôtre décrit la place de sa quête identitaire et ses appartenancesàlanalyse de la théorie de la complexité. Nous situons luvre de Maryse Condédans cette théorie et dans une poétique de la complexité.
10