Mémoire sur le traitement facile des maladies... par l'hydrothérapie et la méthode endermique, notamment par l'emploi de l'eau naturelle alcaline iodurée de Villaines-Saint-Aubin (Loiret)... par C. L*** [Limosin]

De
Publié par

impr. de Bailly, Divry et Cie (Paris). 1853. In-8° , 8 p..
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : samedi 1 janvier 1853
Lecture(s) : 13
Source : BnF/Gallica
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

NOTICE
t SUR LE
Trakiiient facile des Maladies en tous lieux
Pai l'îlydrothérapie et la Méthode endermique [frictions-et compresses),
' - - \ notamment par l'application de
■~i L'EAU NATURELLE ALCALINE
M VlLLAI^ESSMNTAUBI^^v
Analysée par l'Académie de Médecine en 1849, et qualifiée'par lés
analyses postérieures : ' >
ALBIJMIIVEIJSE IODITRÉE, -
Découverte depuis quelque années par un sondage, cette eau froide peut se trans^
porter partout sans perdre ses qualités curatives. Il en faut peu pour chaque cure.
Exposé préliminaire.
Toutes les eaux naturelles peuvent être employées pour la guérison
d'une quantité d'affections et de maladies, étant appliquées'convenable-
ment.
Il a été reconnu- par l'autorité des expériences faites depuis plusieurs
années dans les établissements spéciaux ,■ que l'eau naturelle peut, sans
accidents, sans complications, guérir un grand nombre d'affections contre
lesquelles la médecine ordinaire est souvent impuissante, telles que :
La. goutte, les rhumatismes aigus, la scrofule, les maladies du sys-
tème lymphatique, celles dites ulcéreuses, les maladies causées par l'abus
des médicaments et auxquelles, par cette raison, on a donné le nom de
maladies médicales, les dartres,, les accidents syphilitiques.
Mais on ne peut nier qu'il peut exister parmi ces eaux des diffé-
rences exceptionnelles qui leur donnent plus ou moins d'action curative,
encore bien que leur composition, suivant leur analyse chimique au
point de vue de la science existante, ne puisse les faire distinguer que
faiblement des autres eaux.
Les substances impalpables qui peuvent .exister dans les remèdes na-
turels sont au-dessus de la science humaine ; leurs vertus ne peuvent
être connues que par l'usage.
' L'eau naturelle exceptionnelle de Villaines-Saint-Aubin est dans ce
cas ; elle est froide, limpide, presque inodore, et sans saveur. Elle a été
découverte dans la terre de ce nom par un sondage, en l'année 1846.
Son caractère physique, dans le bassin de la source, présente néanmoins
une différence remarquable avec les autres eaux de cette localité. Une
quantité d'insectes ailés sont attirés à sa surface par la matière orga-
2
nique animale qu'elle contient; cette matière, qui devient volumineuse
par la fermentation transformée en flocons blanchâtres," est presque
impondérable; son odeur devient plus ou moins sulfureuse, sans nuire
à ses qualités curatives.
Une analyse de cette eau a été faite à Paris par l'Académie de Méde-
cine, en 1 849 ; deux autres analyses en ont été faites ensuite par deux
professeurs de chimie distingués dans cette capitale. Ces analyses ont
prouvé qu'elle était alcaline, qu'elle contenait une matière organique
anormale fort curieuse sous les rapports chimiques et géologiques, et
notamment l'iode en proportion considérable ; qu'en tout cas elle était
bienfaisante et curative ; qu'elle ne pouvait nuire à la santé publique.
Son usage depuis plusieurs années, pour la guérison d'une quantité
d'affections, vient à l'appui de ces analyses savantes, lesquelles, d'ail-
leurs, ne peuvent être considérées que comme des opérations secondaires
quand il s'agit des remèdes naturels nouvellement découverts.
Al ors ilest évident qu'aucune cause ni aucune loi ne s'opposent à ce
qu'elle puisse être employée librement et de préférence aux autres eaux
naturelles, par la science hydrothérapique et en tous lieux, sous la di-
rection d'un docteur médecin, appliquée principalement par la méthode
endermique, notamment dans les bains publics, son action contre les
douleurs rhumatismales et les maladies de la peau étant plus prononcée
après avoir pris un bain d'eau ordinaire (1).
Indication
Sur la manière d'employer cette eau naturelle particulière, notamment
par la méthode endermique, employée froide et à petite dose. —
NOMENCLATURE des maladies qui peuvent être guéries par son emploi.
11 résulte de la composition de cette eau et de l'usage qui en a été fait,
qu'elle peut servir de base principale à la thérapeutique pour la guérison
d une quantité d'affections, sauf dans certains cas à y ajouter les stimu-
lants simples ci-après expliqués, quand ces affections sont rebelles.
Première catégorie.
1° Brûlures à différents degrés; 2° maux d'yeux ; 3° démangeaisons,
dartres ; 4° piqûres d'insectes et de sangsues, hémorrhagies ; 5° bles-
(1) Des bains de cette nature vont être établis à la Ferté-Saint-Aubin, commune
où la source de cette eau exceptionnelle est située, sous la direction de M. Désiré
Briollet, entrepreneur, et sous l'inspection de deux docteurs médecins. Cette cam-
pagne, très-agréable et bien bâtie, est à 4 heures de Paris et une demi-heure
d'Orléans par le chemin de fer. On pourra visiter la source muni d'un billet de
permission du Directeur G. L***.
Les entrepreneurs de bains ou de maisons de santé qui voudraient employer cette
eau curalive dans leur établissement, peuvent s'adresser au Directeur de cette
source, à La Ferlé Saint-Aubin (Loiret). Elle leur sera livrée en touries d'environ
40 ou 60 litres, ou en petits flacons (quart de litre et demi-litre), portant le cachet
de la source sur le bouchon, par le pharmacien dépositaire principal, à Orléans,
rue- Jeanne d'Arc, 2(5.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.