Motion en faveur des officiers du Roi destitués par les ministres, proposée à l'Assemblée des États-généraux par Mme la Ctesse de Maurville

De
Publié par

1789. In-8° , 21 p..
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : jeudi 1 janvier 1789
Lecture(s) : 2
Source : BnF/Gallica
Nombre de pages : 21
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

M O T I O N
É N. F A V E U R
DES OFFICIERS DU ROI
MOTION
E N FAV EUR
DE S O FF I CI E R S DU R O I,
-DESTITUÉS PAR LES MINISTRES,
P R or OSÉE A L' S S E M B LÉE
SES ÉT NÉRAUX.
P A R Madame comtelle DEM AURVIL LE
I 7 9
M O T I O N
EN FAVEUR
DES OFFICIERS DU ROI.
AU rnilieu des grands intérêts qui agitent
en ce moment la nation française, je n'es-
père pas fixer l'actention des représentans de
la nation fur ceux d'un simple particulier ;
mais la motion que je propose à cette au-
guste assemblée, intéresse tous les officiers
qui composent l'armée, & particulièrement
ceux qui ont été .victimes-des factions mi-
nistérielles; elle tend à faire proscrire une
source secondé d'injustices criantes, dont
Télite de la noblesse n'est point àl'abri ; elle
mérite l'accueil favorable des états-géné-
raux ; elle l'obtiendra : s'il en arrive autre-
ment, j j'aurai du moins satisfait à mon de--
voir envers le public, qui ne paroît pas s'oc-
A z
Cuper de Tobjet que je traite ; à l' honneur,
qui me fait une loi de justifier un bon offi-
cier dont la disgrâce m'est commune, &
à la conviction que j'ai de son innocence.
Cet officier a été accusé à son infçu, con-
damné sans avoir été entendu, puni, fans
être coupable, dépouillé de son état, em-
prisonné , vexé de mille manières, & ba-
foué lorsqu'il a voulu demander justice ;
l'honneur même lui auroit été enlevé, fi
l'honneur pouvoit être le jouet des injustices
des ministres.
II ne reste rien à ce malheureux, si ce
n'est une amie , qui a plié comme lui
fous le joug de l'oppreffion ; dont le père
á porté les armes pour la France avec
distinction, dont les frères servent de
même ; que les duretés des ministres ont
dégoûtée du rôle de suppliante auprès
d'eux, & qui met aujourd'hui toute fa
confiance dans la justice des représentans
de la nation. Cette amie, c'est moi, c'est
l'épouse, de l'opprimé.
L'intérêt de mon mari & le mien , ne font
pas les seuls qui donnent du poids à la mo-
tion que je propose, celui d'un grand nombre
d'officiers, sacrifiés à.d'affreuses vengeances,
7
l'amour du Roi pour fes sujets, la fureté
du service militaire, exigent qu'elle soit ac-
cueillie. II importe, sous tòus les rapports,
que U état des officiers qui Vont perdu par des
injuflices , leur soit rendu & que l' armée soie
à jamais préservée d'un tel fléau.
Nul français ne peut s'empêcher de
joindre ses voeux aux cris élevés de toutes
parts , contre Fabus d'autorité des ministres j
mais si le pouvoir arbitraire est odieux,
n est-ce pas fur-tout lorsqu'il frappe des
gentilshommes qui exposent leur vie pour
la gloire du Roi & le salut de l'état ; qui
sont, comme mon mari, distingués parles ser-
vices de leurs ancêtres , par les leurs propres,
par des blessures profondes ; & de longues
■souffrances , par des récompenses hono-
rables , & purement militaires, par leur
assiduité constante, leur obéissance aveugle ?
Ils sont affreux, les coups de ce pouvoir,
lorsqu'ils sont portés dans les ténèbres ;
qu'on ne peut pas plus les éviter, que ceux
d'un assassin de grand chemin ; que celui
qui les porte ne laisse ni le temps de s'en
garantir, ni les moyens de s'y opposer, ,&
qu'il faut absolument'être sacrifié sous dé
faux prétextes, fans avoir la faculté de les
. A 3
combattre, hi aucun moyen de faire en ==
tendre de justes réclamations.
Tandis que les formes pénibles de la.pro-
cédure criminelle en France , font íèntir
combien la vérité est quelquefois obscure,
' & quels devoirs impòrtans les Juges ont à
: remplir pour ne pas se tromper; un mi-
nistre armé du pouvoir arbitraire, pourra-
t-il trancher, au gré de son caprice ou de
son intérêt, le fil des affaires les plus inex-
tricables , fans connoiflance de caufè, fans
examen ., fans information, & , qui pis est,
fans remords ?
Car, enfin, le scélérat condamné au der- ■
.nier supplice a du moins la satisfaction d'en-
tendre lire son arrêt ; il a eu celle de con-
noître les accusations portées contre lui,
d'y opposer ses moyens de défenses ; &-3
quand le Juge l'a condamné, il a été con-
vaincu par la force des faits discutés avec
le plus grand soin; mais la malheureuse
victime de la paffion d'un ministre est égor-
gée dans les ténèbres du cabinet; toute for-
malité en- est bannie ; l'accusé n'est pas
même appelle à son jugement; la juftice
de fa cause est souvent une raison de plus
pour consommer le sacrifice.
7
Le tableau de la conduite de -on marr
dans son service, & du traitement qu'il y a
éprouvé, fera fentirl'importance de la moi
tion que je propofe & la néceffité de l'àd-
mettre.
IL y avoit vingt-cinq ans que M. BiD É DE
MAURVILLE étoit au service de la marines
quand M. -DE C-ASTRIES arriva au mínisfère-
de ce département par une route peu battue
'jusqu'alors ,'ëu égard au rapport très éloigné .
qu'il y avoit entre le nouveau service que
cet officier général alloit diriger, & celui
qu'il avoit toujours fait ; cette obfervation
n'a pas pour but de déprimer M. le Maré-
chal ; mais elle n'eft pas indifférente à mon-
sujet.
Mon mari étoit chevalier de Saint-Louís;
il s'étoit distingué dans plusieurs affaires ,
notamment à l'affaire. de la Rache en 17 6 5 ,
où il fut horriblement maltraité& après
laquelle il a langui pendant deux ans dans-
les fers du roi de Maroc. II avoit enfuite
été chargé, par la cour de France, d'une
négociation à cette cour barbaresque donc
il s'étoit acquitté avec un fuccès-qui lui
A 4
8
avoit mérité les applaudissemens des mi-
nistres de ce temps-là.
Mais en France , lorsqu'un ministre ar-
rive en place , il est comme s'il tomboit des
nues ; il ne connoît ni les personnes-ni les
choses ; hors ses créatures , les officiers qui
ne font que leur devoir & point leur cour,
sont prefqu'oubliés ; leurs services sont
comptés à-peu-près pour rien ;.&-, sous cer-
tains ministres, on a plus à craindre de leur
humeur, que du canon des ennemis.
M. de Maurville n'avoit, pour ainsi dire.,
pas quitté la mer depuis qu'il étoit au fer-
vice j & M. de Castries, nouvellement passé
du commandement d'un corps de cavalerie
au ministère de la marine, ne connoissant
point cet officier, n'ayant eu que quelques
ìnstans pour disposer de sori sort, en a usé
comme on va le voir.
Le vaisseau du Roi, l' Artésien , avoit été
confié à mon mari dans les mers de l'Inde,
sous les ordres de M. de SuFFREN : puissent
les mânes de cet homme pervers , autant
que général habile, avoir appaiíé la colère
àes dieux, offensés par ses injustices!
Depuis long-temps une haine implacable

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.