Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 12,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Nephilim, l'Eveil

De
416 pages
Ils sont sept Nephilim à arpenter la Terre depuis l'aube de l'humanité, formant la fraternité de l’Hepta. Immortels, ils sont liés aux cinq éléments :
l’eau, l’air, la terre, le feu et la lune. Déchus, ils recherchent leur savoir perdu et poursuivent une quête mythique, l’Agartha.
Traqués, ils fuient ceux qui veulent les détruire, les Rose+Croix.
À Rome, Leonidas, alchimiste et prêtre, est confronté à la disparition de jeunes séminaristes. Le Vatican le charge de l'enquête mais la venue de Keszhiv, superbe peintre à la peau d'ébène, n'est-il pas le signe que des forces souterraines et puissantes menacent de se réveiller ?
Dans les brouillards de Londres, l'heure du rassemblement a sonné, chacun des Immortels se dirige vers l'ancienne cité. La jeune Ar-Kaïm Nej tente de se faire une place au sein de l'Hepta mais ses membres restent méfiants et les dissensions internes mettent en péril leur alliance. Pourtant, la fin de leur quête est proche, ils possèdent enfin l'artefact de Lathil capable de guérir Alvó. Leurs ennemis héréditaires les Rose-Croix sentent que de grands bouleversements se préparent et n'ont jamais été aussi acharnés à leur traque.
Ce second volume contient Les Dracomaques et L'Effet Orphée, ainsi qu'un épilogue inédit qui boucle enfin la saga entamée il y a dix ans.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

OUVRAGE PUBLIE SOUS LA DIRECTION DECHARLOTTEVOLPER©LESÉDITIONSMNEMOS2,RUENICOLASCHERVIN|69620SAINT<LAURENT<D’OINGTISBN PDF:978<2<35408<484<4 WWW.MNEMOS.COM
FABIEN CLAVEL
NEPHILIM 2. L’ÉVEIL
Chapitre 1
Je me suis toujours demandé si les Nephilim se seraient autant intéressésaux humaîns s’îls n’avaîent pas été orcés de s’încarner en eux. Après tout, les mortels ne sont que des sacs d’entraîlles pourrîs-santes. Maîs peut-être que le plaîsîr des sens auraît manqué aux déchus. Va savoîr.
Nej,Journal
Gîacomo ne parvenaît pas à s’endormîr. ï s’étaît pourtant couché, épuîsé, une Foîs es vêpres prononcées. Magré a puîe contînue, î mouraît de chaud. ï avaît rejeté a couver-ture sur e côté et ee avaît gîssé sur e maîgre tapîs quî Faîsaît oIce de descente de ît. Avec coère, î arracha e drap quî coaît encore à son corps moîte et s’assît au bord du ît. e contact râpeux du tapîs uî it du bîen. ï jeta un coup d’œî à sa montre dont es chîfres Luores-cents brîaîent dans ’obscurîté. ï avaît encore queques heures de îberté avant e ever pour es mâtînes, avant que ’archîdîacre ne passât Frapper à sa porte d’un coup de bâton en crîant «Benedîca-mus Domîno !» de sa voîx précîeuse, vaguement Fémînîne. ï n’aîmaît pas ’archîdîacre, cette espèce de Faux ange monté en graîne quî promenaît partout son teînt de porce-aîne et ses cîs de ie. ï s’arrangeaît toujours pour e Faîre répéter une ou deux Foîs son appe avant de répondre par e «Deo gratîas» régementaîre. 9
Des îmages Fugîtîves revînrent e hanter. a une se proje-taît en un carré umîneux sur e mur nu que a puîe venaît brouîer sans cesse. ï y entrevoyaît des Formes suggestîves. ï înspîra proFondément et se eva. Ma uî en prît car un éger vertîge s’empara de uî. ï dut s’appuyer au mur, dérangeant e grand crucîix de boîs quî y étaît accroché. ï enia ses vêtements sombres sans e moîndre bruît. ï aa à a porte et ’ouvrît du pus doucement qu’î put, pour ne pas a Faîre grîncer. Une ongue habîtude uî permît de réussîr a manœuvre sans Fausse note. ï embrassa sa ceue exîguë d’un dernîer regard avant de reFermer a porte. Au-dessus du ît, e Chrîst en boîs sembaît e ixer avec un aîr de reproche. e jeune homme arrîva dans e couoîr îmmense et vîde. ï examîna es îeux : tout dormaît. es jeunes sémînarîstes se repo-saîent d’une nouvee ongue journée de cours et de brîmades. Gîacomo it ses premîers pas sur es carreaux Froîds. ï étaît resté pîeds nus pour gagner en dîscrétîon, peut-être par un obscur besoîn de soufrîr un peu par avance. ï sentaît que ses pantes de pîeds adhéraîent à a surFace unîe comme des ventouses, avant de se décoer avec un petît bruît quî uî sembaît horrîbement Fort. ï tenta de camer sa respîratîon. Maîs déjà, e jeu de a transgressîon uî Faîsaît battre e sang dans es veînes. ï avaît Faît e pus împortant. a température dans ces couoîrs étaît beaucoup pus agréabe, presque Frache à côté de cee quî régnaît dans es ceues îndîvîduees. ï parcourut es couoîrs întermînabes, passant devant a petîte voûte quî menaît à a chapee, sous es hauts paFonds d’où tombaîent des craquements de vîeîe maîson assoupîe. ï repéraît son chemîn grâce aux anges des pîerres. ï inît par arrîver au but de sa sortîe nocturne : a bîbîo-thèque. a porte, bîen sûr, en étaît Fermée, non pas, comme dîsaît ’archîdîacre, par méiance envers es jeunes sémîna-rîstes, maîs par précautîon contre es mauvaîs esprîts du
10
dehors. ï sortît a cé des repîs de son habît. ï avaît dû payer une Fortune pour obtenîr ce doube d’un de ses coreîgîon-naîres quî se îvraît à des traics éhontés au seîn du sémînaîre. Gîacomo ne savaît pas tout, maîs î îmagînaît e pîre. ï entra e passe-partout dans a serrure. ï avaît des gestes ents et précîs. a cé tourna et produîsît enin e décîc qu’î attendaît. Brusquement ses poîs se dressèrent sur son avant-bras et un ong Frîsson uî courut e ong de ’échîne. a porte étaît béante devant uî. ï entra. a bîbîothèque ’accueîît avec son odeur poussîéreuse de vîeîe dame. ï devînaît es voumes ancîens aîgnés sur es étagères, enFermés derrîère es portes de verre. ï se Fauia entre es rayons et atteîgnît e recoîn Famîîer. ’écran noîr étaît à, éteînt, en attente. D’un doîgt trembant, î appuya sur e bouton d’aîmenta-tîon. Un soule sourd monta et ’écran s’auma doucement. a umîère permît à Gîacomo de vérîier qu’î n’y avaît per-sonne aux aentours. ï se trouvaît à ’abrî entre troîs hauts murs de îvres pîeux en rangs serrés. ï s’assît devant ’ordî-nateur en prenant bîen soîn d’éteîndre e son. ï dut attendre que tout soît prêt à Fonctîonner. ï se surprît à Fredonner entre ses dents un psaume qu’îs avaîent chanté a veîe, à ’heure de a messe. ï serra es èvres pour empêcher tout son de sortîr de sa bouche. ’ordînateur étaît prêt. ï se détendît es doîgts avant de commencer à taper sur e cavîer. ï aa dans e ogîcîe de connexîon sur ïnternet et entra e mot-cé « sexe » dans e moteur de recherche. ï ança a recherche d’une pressîon Fébrîe sur a touche adéquate. Une dîzaîne d’adresses s’aIchèrent sur ’écran. Gîacomo it craquer ses phaanges et sourît. C’étaît aussî Facîe que a premîère Foîs. e sémînaîre ne possédaît aucun système de i-trage. Tout à coup sa bouche étaît moîns sèche, î avaît même un trop-peîn de saîve qu’î dut avaer à pusîeurs reprîses.
11
ï se décîda inaement pour ’adresse dont e descrîptîF étaît e pus prometteur. ï înspîra onguement en attendant que a premîère page s’aIchât. Enin des Femmes nues apparurent à ’écran. ï sentît son cœur battre pus Fort et une raîdeur désagréabe se décara sous son ventre. De a maîn gauche, î s’empoya à dégager son sexe tendu des repîs de son vête-ment, tandîs que de son autre maîn î exporaît toutes es ressources de ce sîte érotîque. Ses yeux s’arrêtèrent sur une croupe cambrée et huîée quî ’înspîra partîcuîèrement. ï empoîgna son membre turges-cent qu’î examîna d’un œî crîtîque tout en commençant à se caresser brutaement, Fouetté par a pîquante présence du péché. À a umîère beutée de ’écran, e membre conges-tîonné prenaît des reLets vîoacés quî Faîsaîent ressortîr e réseau de veînes dîsparates. Son soule se it pus saccadé et ses tempes se couvrîrent d’une sueur Froîde. ï murmura queques însanîtés pour s’encourager et chasser a peur quî e tenaîaît. a îbératîon Fut bîentôt proche, es gestes de pus en pus précîpîtés. Brusquement, ’écran se mît à scîntîer d’une ma-nîère étrange, doucement, puîs de pus en pus Fort. Gîacomo arrêta son manège, întrîgué. e verre parut se déFormer sous ses yeux écarquîés, comme une eau agîtée de rîdes. ’écran exposa soudaîn, projetant une myrîade d’écats de verre quî s’enFoncèrent crueement dans e vîsage de Gîa-como. e soule e it bascuer de son sîège et î tomba our-dement au so. Des ueurs verdâtres rayonnaîent de ’écran orsque Gîa-como reeva a tête. ï aperçut dans es vapeurs érugîneuses et humîdes, une Femme aux Formes généreuses, dont a nudîté n’étaît même pas dîssîmuée par es réseaux d’agues guantes quî a couvraîent. Ses yeux coueur de jade, rehaussés de khô bronze, e détaîaîent avec une întensîté îrréee. ’apparîtîon se dépaça doucement avec des gestes étranges et Fascînants quî paraysèrent e sémînarîste. Ee ança vers
12
uî des tentacues d’agues quî ’enserrèrent et e Forcèrent à s’approcher d’ee, tandîs qu’ee poursuîvaît sa danse hyp-notîque. orsqu’î Fut à sa hauteur, ee ouvrît une bouche gouue aux èvres gauques et ’embrassa entement. Ee étaît chaude. Un goût de vase et de îmon coua dans a gorge de Gîacomo. ï comprît que a Femme înhumaîne e vîdaît avîdement de sa saîve et de son sang qu’î sentaît reLuer de toutes es extrémîtés de son corps. ï vouut se dé-battre maîs ses bras se prîrent dans e tîssu végéta et marîn quî ’avaît entîèrement recouvert.
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin